AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bruno Doucey (Autre)
EAN : 9782362293436
228 pages
Éditeur : Editions Bruno Doucey (07/01/2021)
4.33/5   6 notes
Résumé :
21 avril 1967, Athènes : des chars et des bruits de bottes, le coup d’état de la junte des colonels instaure une dictature militaire en Grèce. Les camps de concentration sont rouverts pour y jeter les opposants. Parmi eux le célèbre poète Yannis Ritsos.
Pendant ce temps à Paris, un jeune homme perd la trace de l’étudiante grecque dont il est amoureux. Plongé au cœur de la préparation d’un Livre noir de la dictature, Antoine prend conscience de l’horreur fas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Fandol
  30 janvier 2021
Il est tellement important de ne pas oublier et surtout de rappeler ces événements terribles qui se sont produits en Europe, près de chez nous, en Grèce, il n'y a pas si longtemps, en 1967. Avec Ne pleure pas sur la Grèce, Bruno Doucey le fait en mettant d'abord l'accent sur la poésie sans négliger le tragique.
Avec un immense talent, Bruno Doucey fait donc revivre l'instauration d'une dictature, celle des Colonels, le 21 avril 1967. Il faudra attendre 1974 pour que cesse le cauchemar.
En quelques jours, des milliers de personnes sont arrêtées, emprisonnées, torturées, éliminées pour une part d'entre elles, parce qu'elles sont communistes, socialistes ou simplement favorables aux idées prônant la liberté, le partage des richesses et un égal accès pour tous à la culture.
Au même moment, à Paris, un jeune homme originaire de Lyon, Antoine, est recruté par Claude Durand, éditeur, pour travailler avec Aris Fakinos et Clément Lépides, à l'élaboration de ce qui sera le Livre noir de la dictature en Grèce.
Antoine est amoureux de Fotini qu'il a connue lors de vacances en Crète, l'année précédente. Elle lui a parlé de Yannis Ritsos (1909-1990), un poète dont elle étudie l'oeuvre. Avec ces éléments, plus un subtil lien avec tous ces réfugiés qui se retrouvent aujourd'hui sur l'île de Leros, au large des côtes turques, Bruno Doucey m'a captivé et sérieusement bouleversé en faisant partager le sort de ces hommes et de ces femmes brutalement arrêtés puis traités de façon ignoble.
Les gouvernements européens sont restés apathiques devant un tel déferlement bafouant tous les droits de l'Homme. L'OTAN n'avait pas réagi non plus. Tant d'hommes et de femmes ont souffert une fois de plus à cause d'une dictature militaire qui enferme, déporte sur des îles rocailleuses sans la moindre hygiène. Des vies sont brisées, d'immenses souffrances sont causées et les dégâts sont irréparables.
Pour ne pas sombrer totalement, il y a donc la poésie, même si papier et crayons sont confisqués. le texte est jalonné de vers signés Yannis Ritsos. L'auteur parle aussi de Mikis Théodorakis, le fameux compositeur de la musique de Zorba le Grec, lui aussi incarcéré, pour qui Yannis Ritsos va écrire « Dix-huit petites chansons de patrie amère. 1968. »
Antoine, parti en mission pour la Croix-Rouge internationale, parviendra-t-il à rencontrer Yannis Ritsos, retrouvera-t-il Fotini, son amoureuse ? Je laisse à chacun le plaisir ou la douleur de le découvrir.
Un petit peuple qui lutte
sans les sabres ni les balles
pour le pain du monde entier,
pour la lumière et la chanson. Yannis Ritsos
Prisons, pénitenciers, camps de détention, effrayante psychiatrie grecque, avec des touches pleines de force et de douceur, Bruno Doucey m'a plongé dans une atmosphère si douloureuse dont émergent heureusement les poèmes de Yannis Ritsos et de son ami Nâzim Hikmet, le poète turc.
C'est avec beaucoup d'émotion que je remercie Babelio (Masse Critique) et les éditions Bruno Doucey pour ce livre unique et tellement fort.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12510
Kittiwake
  16 mars 2021
« Ce matin-là les enfants ont rendez-vous avec le vent »
Sur une petite île grecque, ils font ce que tous les enfants du monde font : ils explorent, avant que les années et les désillusions les fassent abandonner leur quête vagabonde. Et pourtant le voyage ne fut pas sans péril. Sur l'île, un bâtiment abandonné est le dernier rempart de l'aventure, mais faut-il s'y risquer ?
Flash-back : avril 1967, les militaires s'emparent du pouvoir à Athènes.
Le narrateur revient de Crête, séduit par l'île et surtout par une jolie crétoise férue de poésie. Pour son premier job à Paris, il est chargé de collecter des articles pour la revue de presse d'une maison d'édition. le tri très sélectif qui en résulte est remarqué par un de ses employeurs qui en soupçonne l'origine. Et qui l'envoie sur place avec un prétexte humanitaire, pour qu'il tente de retrouver sa belle qui a disparu après quelques messages laconiques.

C'est ainsi que l'auteur nous remet en mémoire les heures sombres et pas si lointaines qui ont vu la Grèce sombrer sous le joug d'une dictature immonde, alors que tout était prétexte à enfermer toute personne suspecte de s'acoquiner avec les gauchistes.
L'enquête menée nous entraine sur les traces de la belle mais aussi de son poète élu, Yannis Ritsos lui aussi prisonnier.
Très belle évocation historique doublée d'une histoire émouvante et portée par les mots du poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
andras
  18 février 2021
Ce roman nous replonge dans une période troublée de l'Histoire de la Grèce, celle de la dictature des colonels (1967-1974) qui commence par le coup d'état du 21 avril 1967 où une junte dirigée par le colonel Georgios Papadopoulos prend le pouvoir, supprime les libertés publiques et emprisonne dans des camps les opposants au nouveau régime.
Antoine est tombé amoureux d'une jeune étudiante crétoise l'été d'avant, Fotini. Par l'intermédiaire de l'éditeur Claude Durand pour lequel il travaille, il va faire la connaissance de deux intellectuels grecs réfugiés en France, Aris Fakinos et Clément Lepidis. de fil en aiguille, Antoine va se faire recruter par le CICR (le Comité International de la Croix-Rouge) pour participer à une mission chargée d'inspecter les camps de prisonniers de la junte grecque. Il espère ainsi retrouver la trace de Fotini dont il n'a plus de nouvelles depuis plusieurs mois et peut-être aussi celle du poète Yannis Ristos qu'on suppose être dans un camp situé sur une des îles du Dodécanèse, ce poète révolté que Fotini lui a fait connaître.
Ce roman est bien sûr un hommage au poète Yannis Ritsos dont plusieurs strophes jalonnent l'ouvrage. Je ne connaissais pas ce poète et je suis heureux de l'avoir découvert grâce à ce roman particulièrement émouvant.
La collection "Sur le fil" des Editions Bruno Doucey retrace des épisodes de la vie de poètes qui ont été confrontés à l'arbitraire, au totalitarisme, à la dictature. C'est le troisième ouvrage que je lis de cette collection et j'ai été à chaque fois emporté par ces fictions qui nous permettent de comprendre ces poètes mieux que ne le ferait une biographie. Ici c'est l'éditeur Bruno Doucey lui-même qui tient la plume – pour les 2 autres livres, il s'agissait d'Ysabelle Lacamp pour Robert Desnos et de Fabienne Jouhel pour Tristan Corbière – et j'ai été totalement conquis ! Je vous recommande chaudement ces ouvrages sous leur bizarre jaquette orange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
janyCotteron
  13 février 2021
Lisez « Ne pleure pas sur la Grèce » de Bruno Doucey (éditions Bruno Doucey)! En avril 1967, Un coup d'État impose aux Grecs la dictature militaire « des colonels ». S'ensuivent les répressions sanglantes de tous les opposants présumés communiste !, qui luttent pour la liberté, la démocratie, par des manifestations, des tracts, des poèmes, de la musique (Mikos Théodorakis), des journaux. le poète Yannis Ritsos et tant d'autres sont déportés dans de terribles camps de concentration. Les tortures, les assassinats, la faim, le froid ou l'extrême chaleur, les travaux forcés tuent physiquement ou psychologiquement les prisonniers.
Ce livre parle de cette Grèce-là, de l'exil, de l'enfermement, de la violence inhumaine des camps de concentration à travers la voix du poète Yannis Ritsos. La poésie l'a aidé (et beaucoup d'autres détenus qui connaissaient parfois par coeur ses poèmes) à tenir le coup, à avoir dans sa tête une bulle d'air, une bulle de vie et d'espoir en l'homme, malgré tout ce qu'il endurait. A résister à l'inhumanité de ceux qui le détenaient.
« Un petit peuple qui lutte
sans les sabres ni les balles
pour le pain du monde entier,
pour la lumière et la chanson. »
p. 193
La construction du livre met en parallèle deux récits qui se rejoignent. Celui des conséquences tragiques du coup d'état sur la population, les déportations dans des camps de concentration d'opposants ou jugés tels, ainsi que la vie et les pensées de Yannis Ritsos. L'autre récit est celui d'Antoine, un jeune Français amoureux d'une étudiante grecque, Fontini, qui lui a fait découvrir la poésie de Yannis Ritsos. Il partira avec des représentants de la Croix-Rouge qui ont eu l'autorisation de voir des détenus dans des prisons, dont celle où se trouve Yannis Ritsos et partout, il cherchera la trace de Fontini dont il n'a plus aucune nouvelle.
Que serait un récit même intéressant s'il n'y avait pas l'écriture ! Quelque chose de plat, de froid qui ne nous emporterait pas dans la vie non seulement de Yannis Ritsos mais de tant d'autres anonymes qui, grâce à l'écriture sobre et très poétique de Bruno Doucey, deviennent de chair, des hommes et des femmes de sensations, de sentiments. Nous ressentons leur force et leur désespoir, leurs peurs et leurs émotions, leurs souffrances et pour Yannis Ritsos, son humanité qui résiste à la violence, aux tentatives d'écrasement de la pensée et de la liberté intérieure par le pouvoir de la poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
La-page-qui-marque
  23 février 2021
Le 21 avril 1967, un coup d'état a lieu à Athènes fomenté par la junte des colonels. Ils instaurent une dictature militaire en Grèce. de nombreux opposants politiques sont emprisonnés dont le poète Yannis Ritsos. Pendant ce temps là, à Lyon, Antoine s'inquiète pour Fontini, sa fiancée grecque dont il n'a plus de nouvelles depuis le coup d'état. Il réussi à intégrer une mission de la Croix Rouge en Grèce et tente de la retrouver. le récit alterne entre la vie de Yannis Ritsos dans les camps et la quête d'Antoine.
La dictature des colonels est une épisode de l'histoire européenne que je ne connaissait pas. Instaurée en 1967, il faudra attendre 1974 pour en voir la fin. C'est un régime dur qui laisse des traces durables dans le paysage politique grec. Les opposants politiques ou de simples défenseurs des droits de l'homme sont déportés dans des camps érigées sur des iles désertes de la mer Égée. Yannis Ritsos en fait partie. Il a déjà connu l'emprisonnement durant la guerre civile de 1946. Il est désormais âgé et rongé par le cancer mais continue néanmoins d'écrire des poèmes en cachette. Il compose notamment 18 chansons de la patrie amère pour son ami le compositeur Miki Theodarakis.
C'est cette partie de la vie du poète que raconte Bruno Doucey. Il raconte un homme que les années de lutte et de création ont rendu plus fort face aux événements. Respecté par les autres prisonniers et défendu à l'international, c'est un détenu particulier pour la junte. Jamais désespéré par l'emprisonnement, il continue à écrire malgré tout. On découvre l'enfer des camps de prisonniers, les tortures et les privations qu font leur quotidien. Les nuits profondes et les journées harassantes sur ces iles de cailloux et de soleil oppressent. Seul résiste la liberté de la pensée. Dans un esprit aussi lumineux que celui du poète, cette pensée n'a de cesse d'être créatrice, salvatrice aussi.
Grace au personnage d'Antoine, l'auteur nous raconte la résistance face à la junte des exilés mais aussi la réalité des camps de prisonniers. le jeune homme a découvert le poète grâce à sa fiancée et il l'admire car il lui rappelle celle qu'il aime. C'est à travers son regard jeune et amoureux que l'on part sur les traces de Yannis Ritsos. C'est un personnage émouvant car animé par l'amour et la liberté avant tout. le chemin qu'il choisira d'emprunter, devenu vieux à son tour, est à l'image de cette quête qu'il a entrepris pour retrouver la femme qu'il aime et le poète qui l'a fait rêver.. Ses valeurs sont profondément ancrées en lui.
Bruno Doucey est un poète avant d'être un romancier et cela se sent dans son écriture. Il y a beaucoup d'émotions dans son roman. L'admiration qu'il porte à Yannis Ritsos et a son travail est flagrante et émouvante. Ce dernier est un homme qui porte haut ses idéaux de liberté et qui ne renonce jamais à créer. Il fait partie des ces poètes militants qui utilise la plume pour lutter. Ils témoignent de l'horreur ou disent la beauté pour tenir en attendant les jours heureux. L'auteur comme le poète m'ont profondément touché par leur humanisme. Je ne connaissais pas Yannis Ritsos mais les poèmes qui jalonnent le roman m'ont donné extrêmement envie de le découvrir.
Ne pleure pas sur la Grèce est un roman lumineux malgré sont sujet douloureux. Il rend hommage à un artiste engagé mais aussi à son pays, la Grèce. C'est aussi une ode à l'amour, à la liberté et à la poésie. Un texte qui m'a fait vibrer.
Lien : https://lapagequimarque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
FandolFandol   02 mars 2021
Si je suis ici, se répète-t-il, c’est parce que mes poèmes ressemblent au pollen que transporte le vent. On brûle mes livres, on m’interdit d’écrire, on enferme mon corps dans une prison, on me retient loin des lieux où ma parole se fait entendre, mais cela n’empêchera pas ma poésie d’atteindre d’autres rivages. On n’arrête pas le vent. Demain, lorsque la dictature tombera, comme tombe un fruit pourri de l’arbre, je serai à nouveau un homme libre… (pages 122-123)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
FandolFandol   27 février 2021
Qu’ils s’estiment heureux de n’avoir pas été abattus comme des chiens pour entrave au bon fonctionnement de l’État. Le nouvel ordre grec leur offre une occasion unique de changer. Yaros n’est pas un bagne mais un camp de purification sociale.
Un lieu de dératisation de l’esprit.
Un centre de décoloration idéologique. (page 48)
Commenter  J’apprécie          280
FandolFandol   28 février 2021
Vivre traqué comme un bête, ah ça, non, jamais ! s’était dit le poète. La guérilla urbaine, l’action clandestine, il faut un tempérament pour cela, une santé de fer, une énergie de félin prêt à bondir pour sauver sa peau. Mais quand on a charge de famille, quand on écrit, quand la plume a remplacé le fusil, on évite les plans hasardeux qui pourraient mettre la vie des autres en danger. (page 78)
Commenter  J’apprécie          210
FandolFandol   03 mars 2021
On ne vous montrera que ce qu’on veut vous montrer. Vous n’aurez pas accès à tous les centres de détention. Vous ne serez libres ni de vos mouvements ni de vos paroles. Mais les inspections, même partielles, que vous effectuerez sur le terrain permettront peut-être d’adoucir la vie des détenus. Pragmatisme, engagement humanitaire et discipline, messieurs, voilà les maîtres mots de votre mission ! (page 138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
FandolFandol   01 mars 2021
Tandis que le petit groupe s’anime au milieu des tentes, un homme d’une soixantaine d’années d’avance, aussi élégamment vêtu qu’on peut l’être en pareilles circonstances. Ses cheveux tirés en arrière ondulent, le collier de sa barbe est soigné, un sourire éclaire son visage lorsque les mains se tendent dans sa direction.
- Kalimera, monsieur Ritsos.
- Kalimera, mes amis. (pages 101-102)
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Bruno Doucey (172) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Doucey
C'est avec beaucoup de joie que nous vous présentons la bande annonce du recueil "Mes forêts" d'Hélène Dorion, à paraître le 14 octobre 2021. Un recueil de la collection Soleil noir, aux Éditions Bruno Doucey. Lecture et réalisation par Hélène Dorion.
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..