AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070384907
245 pages
Gallimard (21/02/1992)
3.49/5   69 notes
Résumé :
Les Impudents est le tout premier titre de l’oeuvre de Marguerite Duras. Transposée dans le Haut Quercy, l’histoire de la famille Taneran est l’histoire si particulière de la petite Marguerite, née bien loin d’ici, en Indochine, l’histoire d’amour et de haine pour cette famille étrange qu’elle aura tant de mal à quitter. Le sujet de ce premier roman est celui de sa vie. Mais pourtant, si le style est encore hésitant voire maladroit, le dispositif durassien est déjà ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 69 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
1 avis

Marti94
  17 octobre 2018
Livre d'exception pour moi car il s'agit du premier roman de Marguerite Duras et je possède une version d'origine de 1943 aux éditions Plon. Il est soigneusement rangé dans ma bibliothèque et pour ne pas l'abîmer je l'ai lu sur ma liseuse.
Marguerite Donnadieu a troqué son nom pour celui de Duras et changé le titre de son premier roman. Il devait s'appeler La famille Taneran mais "Les impudents" est un bien plus joli titre, même si cela reste une histoire de famille, celle des Grant-Taneran.
Maud Grant à 20 ans et son frère aîné, Jacques, vient de perdre sa femme dans un accident de voiture. Leur plus jeune frère, Henri, n'a pas le même père, c'est le fils de Taneran. Après le drame qui pose surtout des problèmes d'argent, la mère et ses trois enfants vont séjourner à la campagne, dans le Lot-et-Garonne, au domaine familial d'Uderan. Maud va connaître son premier amour en la personne de Georges Durieux alors que ses relations avec sa mère sont houleuses. Cette dernière n'arrive pas à se détacher du fils aîné, un homme de vices, tyrannique, et joueur maladif qu'elle protège jusqu'à faire éclater la famille.
J'avais peur d'être déçu mais je n'ai trouvé aucun défaut. J'aime beaucoup la construction en trois parties avec une alternance de lieux : à Paris, à Uderan puis de nouveau à Paris.
Certes je ne suis peut-être pas très objective dans la mesure où J'aime lire Marguerite Duras. Je trouve ce premier roman assez fondateur même sans l'Indochine. Car on retrouve sa propre famille, sa mère et ses deux frères, comme dans le barrage contre le Pacifique. Et puis le Lot-et-Garonne c'est sa famille paternelle. Elle y a séjournée deux ans dans son enfance et elle a choisi son nom de plume en référence au village de Duras.
De plus, j'aime beaucoup sa première période d'écrivain quand ses textes sont très écrits comme elle dit, c'est-à-dire quand elle donne beaucoup plus de détails et quand elle fait des phrases plus longues que dans ses romans plus récents. Il est vrai qu'il est difficile de découvrir dans cet ouvrage le style de la future Duras.
D'ailleurs, ce roman n'a eu qu'un succès d'estime et elle l'a renié à une époque en le retirant de sa bibliographie. Pourtant, j'ai lu que « Les impudents » est un roman marqué par l'influence de la littérature américaine et, plus particulièrement de Faulkner qu'elle lisait avec passion.
Moi, j'ai bien aimé ce roman surtout parce qu'il lie Marguerite Duras à son père absent d'une grande partie de son oeuvre.
Lu en septembre 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ATOS
  02 avril 2014
Les impudents. -1943 - Premier roman. « Roman des origines et origines du roman ? » pour reprendre un des titres de Marthe Robert. Étonnante cette écriture. Étonnante par tout ce qu' elle contient.
Déjà.
Le rythme n'est pas encore là. Tout est embryonnaire. Mais ils sont tous là.
La famille. La névrose familiale, filiale, addictive. La mère. La fille. L'argent. L'ordre et le désordre social. le rapport mère/fille. L'amant. L'amour. Les impossibilités de l'amour. La fin de l'amour. L'absence. le manque. Les lieux. La maison. L'enfermement. Celui du corps, celui de l'esprit. La solitude. La soumission. L'insoumission. Les frères. La terre. le frère. L'absence du père. le fils. La fratrie. L'eau. le courant qui emporte les corps. La rivière. Ce devenir du fleuve qui souligne l'horizontalité de la nature.
Par endroit la phrase s'échappe. Plus libre déjà. Elle amorce un rythme. Comme une phrase qui s'arrêterait soudain seule face à la mer.
On découvre les mots d'une jeune auteure appliquée, consciencieuse, presque écolière.
Hôtesse, encore, de son lecteur.
Une écriture encore prudente, mais aux déplacements justes et assurés.
C'est étonnant. Extrêmement émouvant par l'archéologie de son style, par la germination de son rythme.
Véritables travaux préparatoires à la construction d'un futur grand « Barrage contre le Pacifique ».
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
chartel
  08 mai 2018
Il y a les imperfections d'un premier roman, mais ce sont des imperfections pour les fidèles de Marguerite Duras. Combien d'auteurs rêveraient d'écrire un premier roman aussi imparfait?
Les thèmes d'Un Barrage contre le Pacifique sont en germe dans Les Impudents. La jeune Maud est entourée par deux figures familiales écrasantes: la mère et le grand frère. L'une tente de préserver l'unité familiale et la considération sociale, l'autre cherche à se substituer au père absent tout en voulant s'affranchir de toute responsabilité. Entre les deux, Maud découvre l'amour. Et l'amour, chez Duras, est absolument magnifique, parce qu'il est évident, simple, implacable et sans afféteries inutiles.
Commenter  J’apprécie          170
zabeth55
  30 juin 2014
Quelle impression ? Assez mitigée.
L'histoire de la famille Grant-Taneran ne manque pas d'intérêt.
Une mère qui défend ses enfants envers et contre tout, surtout l'aîné.
Des rapports conflictuels, des membres qui s'entre-déchirent mais sont solidaires, et la fille Maud, plutôt particulière.
Au début, j'ai trouvé la manière de présenter le livre plutôt complexe, voire redondante.
On ne sait pas trop où en en est ni où on va. Un art de compliquer des choses qui pourraient être exprimées plus simplement. Puis je m'y suis faite, et au final, ce fut un assez bon moment de lecture.
L'excuse des défauts du livre, c'est qu'il s'agit du premier roman de Marguerite Duras, écrit en 1943. On sent qu'il manque de maturité littéraire.
Commenter  J’apprécie          150
Nuageuse
  20 octobre 2018
Rome ne s'est pas construite en un jour, Marguerite Duras en un roman. Il s'agit du premier roman de l'auteur. Cette première oeuvre m'a émue : son style est moins incisif certes et pourtant je me suis attachée à Maud, membre de la famille Grant-Taneran, aux descriptions du monde paysan par petites touches.
Le thème du grand frère insupportable est déjà présent.
Il s'agit des prémisses d'Un barrage contre le Pacifique, roman autobiographique publié en 1950. Même la concession y est sous une autre forme !
Marguerite Duras se cherche et se trouve au troisième roman, je suis admirative de son talent et de s'être trouvée si vite.
Commenter  J’apprécie          111

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   29 décembre 2020
Maud ouvrit la fenêtre et la rumeur de la vallée emplit la chambre. Le soleil se couchait. Il laissait à sa suite de gros nuages qui s'aggloméraient et se précipitaient comme aveuglés vers un gouffre de clarté. Le "septième" où ils logeaient semblait être à une hauteur vertigineuse. On y découvrait un paysage sonore et profond qui se prolongeait jusqu'à la traînée sombre des collines de Sèvres. Entre cet horizon lointain, bourré d'usines, de faubourgs et l'appartement ouvert en plein ciel, l'air chargé d'une fine brume ressemblait, glauque et dense, à de l'eau.
Maud resta un moment à la fenêtre, les bras étendus sur la rampe du balcon, la tête penchée dans une attitude semblable à celle d'un enfant oisif. Mais son visage était pâle et meurtri par l'ennui.Lorsqu'elle se retourna vers la chambre et qu'elle ferma la fenêtre le bruissement de la vallée cessa brusquement comme si elle avait fermé les vannes d'une rivière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
NuageuseNuageuse   22 octobre 2018
Comment son aventure s'était-elle ebruitée? Quoi qu'en eût dit Louise, Maud pensa que la Pecresse parlait autour d'elle. Elle éprouvait envers cette femme une telle répugnance telle que les siens lui apparurent dotés tout à coup, par contraste, de mérites inattendus.
Commenter  J’apprécie          70
chartelchartel   08 mai 2018
Dès qu'il sentait frémir en lui une insulte, elle lui sortait des lèvres. C'était là son honnêteté. Et s'il détestait les façons de Maud, c'était précisément parce qu'elle n'exprimait jamais ses sentiments aussi spontanément que lui. Ils ne savait jamais quels effets produisaient ses insultes et son attitude sur sa sœur; car ses reproches se perdaient en elle dans un trouble mystère comme dans un lac sans courants. Sa mère disait toujours de son fils que, du moment qu'il était franc, il n'était pas si mauvais qu'on le prétendait. Sans doute, était-ce vrai dans la mesure où Jacques n'était pas plus dur qu'il le paraissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Marti94Marti94   17 octobre 2018
C'était son premier amour, et elle ne doutait pas que ce dût être le seul, parce qu'elle ne pouvait pas se passer de la présence de cet homme.
Commenter  J’apprécie          70
KichigaiKichigai   24 août 2016
« Maud ouvrit la fenêtre et la rumeur de la vallée emplit la chambre. Le soleil se couchait. Il laissait à sa suite de gros nuages qui s’aggloméraient et se précipitaient comme aveuglés vers un gouffre de clarté. Le « septième » où ils logeaient semblait être à une hauteur vertigineuse. On y découvrait un paysage sonore et profond qui se prolongeait jusqu’à la traînée sombre des collines de Sèvres. Entre cet horizon lointain, bourré d’usines, de faubourgs et l’appartement ouvert en plein ciel, l’air chargé d’une fine brume ressemblait, glauque et dense, à de l’eau.

Maud resta un moment à la fenêtre, les bras étendus sur la rampe du balcon, la tête penchée dans une attitude semblable à celle d’un enfant oisif. Mais son visage était pâle et meurtri par l’ennui. Lorsqu’elle se retourna vers la chambre et qu’elle ferma la fenêtre le bruissement de la vallée cessa brusquement comme si elle avait fermé les vannes d’une rivière.»

4e de couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marguerite Duras (230) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
Durant l'été, le podcast Portraits vous invite au voyage. Prochaine destination : l'Extrême-Orient avec Marguerite Duras.
Avant d'être la romancière des amours extrêmes, Marguerite Duras fut la romancière de l'Extrême-Orient qui l'avait vu grandir et dont elle s'inspira tout au long de sa carrière. 
Marguerite Duras et toutes les grandes autrices sont à retrouver sur www.lire.fr !
autres livres classés : premier romanVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
172 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre