AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre-Emmanuel Dauzat (Traducteur)
ISBN : 2246686016
Éditeur : Grasset (01/10/2005)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Comment un texte inventé de toutes pièces peut-il circuler depuis cent ans et provoquer des revirements politiques fracassants ? Will Eisner retrace avec génie toute l'histoire de ce faux "complot juif" monté au début du XXe siècle pour attiser l'antisémitisme régnant en Europe et en Russie : les Protocoles des Sages de Sion justifient les pires intentions, et leur diffusion connaît un succès retentissant avant et pendant la Première Guerre mondiale. Un journaliste ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Under_the_Moon
  24 juin 2015
Drôle d'impression en refermant ce roman graphique...
Je n'avais jamais lu le travail de Will Eisner jusqu'à présent et je me suis décidée à lire celui-ci car il faut bien l'avouer, parler du Protocole des Sages de Sion, en dehors des Nazis et des spécialistes des complots, peu le font.
C'est un sujet très personnel, qui touche son auteur de très près, et cela se ressent sur chaque planche. Ambiance presque film noir. Will Eisner a une façon très américaine d'aborder l'histoire de cette supercherie, l'une de celle qui a le mieux marché dans l'Histoire et alimente toujours les conflits religieux - la fin de la Seconde Guerre mondiale n'y a rien changé, c'est dire que c'est fort !
Le lecteur suit les évènements de manière chronologique, ce qui permet de voir la naissance de ce texte à des fins stratégiques : manipuler le tsar (déjà pro-pogroms!) afin qu'il prenne l'ampleur de la menace révolutionnaire qui plane sur la Russie au tournant du siècle. Heureusement une poignée de petits malins plus zélés que d'autres trouvent un super textes à plagier (Dialogues aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu), changent deux trois petits détails histoire de laisser leur patte et assaisonne le tout à coup de Juifs qui dans leur QG (un cimetière) planifient comment ils vont conquérir le monde. C'est tellement énorme qu'on se demande comment des êtres humains censés et (techniquement) dotés d'un cerveau on pu croire à une chose pareille. Et pourtant si ... et ils y croient encore !
Au final je ne sais pas ce qui est le plus désolant dans cette affaire. Difficile en tout cas d'avoir une vision optimiste de l'être humain et de sa capacité à transcender sa peur primaire de l'Autre et de l'avenir dans une société moderne dont il se sent exclut...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Presence
  01 décembre 2014
Il s'agit d'une histoire complète en 1 tome, parue la première fois en 2005. Elle bénéficie d'une introduction d'Umberto Eco.
En 1864, Maurice Joly (1829-1878), un citoyen français doté d'une conscience politique, écrit un ouvrage intitulé Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, un livre dirigé contre la politique de Napoléon III et qui dénonce les méfaits du pouvoir de la finance sur la société française de l'époque. Quelques années plus tard, Mathieu Golovinski (un russe exilé à Paris) rédige à la demande de ses supérieurs de l'Okhrana (police secrète tsariste) un ouvrage destiné à convaincre le tsar d'abandonner sa politique libérale. L'ouvrage s'intitule "Les protocoles des sages de Sion" (abrégé en "Protocoles" dans la suite de commentaire) et il est présenté comme contenant les secrets d'une réunion de chefs juifs pour subvertir les pouvoirs en place dans chaque état et pour gouverner le monde. Il s'agit d'un faux éhonté dont la véritable nature a été dévoilée dès 1921 par le quotidien anglais Times, mais qui continue d'être utilisé comme outil de propagande antisémite de nos jours.
Dans sa préface, Will Eisner indique qu'il recherchait des exemples de faux pour préparer une bande dessinée sur le sujet quand il a découvert ce texte et a décidé d'en faire l'objet de son récit. Eisner explique qu'il souhaite apporter sa contribution à la dénonciation de cette supercherie sous la forme d'une bande dessinée, ouvrage facile à lire et divertissant grâce aux images.
Il faut dire que Will Eisner est un illustrateur exceptionnel qui sait camper chaque personnage en quelques coups de crayons qui semblent presqu'une simple esquisse, et qui pourtant rend chaque individu unique. le lecteur peut regarder n'importe quel individu et déduire de ses vêtements, de sa posture, de son expression du visage une quantité d'informations sur sa position sociale et ses traits de caractère. Pour cette bande dessinée très particulière, il a choisi une mise en scène théâtrale dans laquelle les personnages semblent souvent évoluer sur une scène et surjouent légèrement leurs émotions pour mieux les faire passer.
Il faut dire que Will Eisner a construit son récit comme un historien souhaitant donner un point de vue assez large sur les Protocoles. La rédaction effective du document n'intervient qu'en page 56 (sur 124). Il commence par expliquer le contexte de l'écriture des Dialogues aux enfers, puis il donne quelques éléments biographiques de la vie de Golovinsky. La suite du récit comprend 17 pages mettant cote à cote des extraits du Dialogue aux enfers et leur transcription dans les Protocoles, avec les réactions d'un journaliste du Times à chaque fois. La suite montre le processus de diffusion des Protocoles pendant le vingtième siècle, leur rôle dans la formalisation de la doctrine nazie, et les différents procès établissant qu'il s'agit d'une supercherie.
À un premier niveau de lecture, cet ouvrage démonte pas à pas la supercherie des Protocoles, les différentes utilisations qui en ont été faites (et donc son pouvoir de nuisance) et montre la nécessité de rappeler sans cesse la preuve du faux. Will Eisner effectue un travail d'historien, il cite ses sources, il utilise plusieurs angles d'approche pour rendre compte des différents points de vue. Dans le cas de ce texte incitant à la haine d'un peuple, tous les éléments sont évidemment à charge.
À un deuxième niveau de lecture, cette histoire est imprégnée de l'humanisme de l'auteur qui ne condamne que rarement les individus. Il les dépeint en train d'effectuer leur tâches quotidiennes, sans se rendre compte des conséquences à long terme de ce qu'ils font. Par contre, il met en évidence les conséquences de l'ignorance, de la bêtise et des intentions de nuire à autrui (de construire l'unité d'un peuple contre un ennemi plus faible, ici les juifs).
Ce récit vaut aussi par d'autres thèmes abordés en filigrane. La mise en images d'événements historiques provoque à chaque fois la même interrogation : par rapport à ce que je contemple, quelle est la part de "réel" et quelle est la part romancée ? Au fur et à mesure des procès ayant pour objet d'établir officiellement et publiquement la nature de contrefaçon, le lecteur s'interroge également sur les caractéristiques qui permettent de reconnaître une source fiable, une autorité légitime en matière de savoir. Enfin, la barrière morale en matière de désinformation devient difficile à cerner. Finalement Maurice Joly écrivait un dialogue fictif mettant en cause Napoléon III, sous couvert d'une satire ayant la forme d'une fiction politique. Il critiquait les intentions du monarque et ses actions politiques avec un outil à cheval entre l'information et une anticipation des conséquences probables. Son ouvrage s'attaquait à un individu à une époque. Les Protocoles font croire à l'existence d'un complot juif pour dominer le monde, dans lequel les comploteurs s'expriment comme des méchants d'opérette. Ils attaquent le peuple juif d'une manière plus général. À travers l'histoire des Protocoles, Will Eisner aborde également l'existence d'une haine des juifs (Judenhass) d'envergure mondiale. Et sa conclusion est d'une terrible noirceur devant le retour de l'antisémitisme et la rémanence des Protocoles, alors que la preuve du faux est accessible partout et à tout le monde (Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.).
Cet ouvrage constitue une vulgarisation admirable de la supercherie des Protocoles des sages de Sion. Il aborde également bien d'autres thèmes complexes. Will Eisner a mis ses techniques narratives au service de son récit, il subsiste quelques passages où le texte prend le pas sur la narration séquentielle en images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alouett
  29 août 2012
« Comment un texte inventé de toutes pièces peut-il circuler depuis cent ans et provoquer des revirements politiques fracassants ? Will Eisner retrace avec génie toute l'histoire de ce « complot juif » inventé au début du XXème siècle pour attiser l'antisémitisme régnant en Europe et en Russie : les Protocoles des Sages de Sion justifient les pires intentions, et leur diffusion connaît un succès retentissant avant et pendant la première Guerre mondiale. Un journaliste britannique du Times découvre la supercherie en 1921 : les Protocoles sont une copie presque conforme d'un obscur traité anti-bonapartiste, les Dialogues aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, écrit par un dissident français en exil. Les « auteurs » des Protocoles n'ont eu qu'à remplacer les bonapartistes par les Juifs et le mot « France » par « le monde »…
On connaît donc la vérité mais rien n'y fait : les Protocoles sont utilisés par Hitler, le Ku Klux Klan et trouvent encore aujourd'hui des millions de lecteurs dans les pays arabes. Surpris par le destin insolite de ce plagiat, Eisner nous raconte son histoire avec un coup de crayon très expressif, drôle et noir, ironique et inquiétant. Par des cadrages audacieux et d'impressionnantes pages titres, Eisner provoque la curiosité du lecteur ; on lit avec plaisir une bande dessinée passionnante, sans oublier ce que dénonce Eisner : un mensonge qui sert la haine et l'antisémitisme » (synopsis éditeur).
-
Cent trente-cinq pages, c'est ce qu'a consacré Will Eisner pour rendre compte de ses recherches concernant l'une des plus grandes escroqueries faites au peuple juif. Cent trente-cinq pages c'est à la fois beaucoup pour aborder tous les événements de cette malversation, c'est ambitieux de solliciter un lecteur et lui demander de se concentrer sur cet afflux de dates, de noms et d'éléments associés au complot des Protocoles de Sion. Mais centre-trente-cinq pages, c'est aussi bien maigre quand on voit les multiples rebondissements de cette histoire !
Tout commence en 1864 avec la publication du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu par Joly. A l'époque, qui aurait pensé que ce pamphlet destiné à dénoncer l'esprit manipulateur de Louis Napoléon III aurait une seconde vie ? Joly est parvenu à faire publier son ouvrage en Belgique et à le faire passer clandestinement en France, mais la Police a rapidement découvert ses activités. La majeure partie des exemplaires ont été saisis puis détruits, Joly a été incarcérés. Quarante ans plus tard, Mathieu Golovinski est secrètement missionné par un aristocrate russe qui lui demande de trouver un subterfuge pour faire croire au tsar que les juifs veulent provoquer une Révolution en Russie pour renverser le régime en place. Un exemplaire du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu est remis à ce moment-là à Golovinski qui va se contenter de quelques reformulations pour remettre l'écrit au goût du jour.
C'était en 1898…en 2005, on ne compte plus
le nombre d'éditions et de traductions dont ce faux a fait l'objet.
« J'ai passé ma vie à mettre le dessin au service de la narration. Avec l'acceptation généralisée de ce vecteur de la littérature populaire, l'occasion de présente d'attaquer de front cette propagande dans un langage plus accessible » écrit Will Eisner en préface. le défi n'était pourtant pas évident à relever. L'auteur a consacré plus de 20 années de recherches à ce sujet qui le touche personnellement. Mais l'homme est habile et plonge rapidement son lecteur au coeur du récit. On traverse les époques à une facilité déconcertante, on accueille les nouveaux protagonistes avec autant d'aisance que l'on accueille les nouveaux rebondissements qu'ils provoquent.
De Napoléon III au Tsar Nicolas II, de Hitler à Henry Ford, le lecteur ne perd jamais de vue son sujet et passe d'un pays à l'autre de manière très fluide. Seul le passage qui met en parallèle le texte de Joly et le texte des Protocoles accroche demande une attention conséquente, mais le fait que ces écrits soient repris mots pour mots permet à chacun de mesurer la troublante ressemblance entre ces textes.
Le dessin de Will Eisner est réalise et descriptif. Exit les envolées graphiques que nous avions pu rencontrer dans Un Pacte avec Dieu, exit la poésie… car décidément, le sujet ne s'y prête pas. Pourtant, une fois encore, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai contemplé son travail.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
badpx
  17 mars 2018
Lettre E du challenge ABC en version BD.
Il faudrait que les gens qui ont des idées toute faites sur la BD, comme étant un médium vide de sens (c'est ce qu'il m'est arrivé de lire dans certaines critiques) lisent ce livre.
J'ai appris énormément de chose.... en fait j'ai tout appris. Tout d'abord je ne connaissais pas l'existence de ce "fameux" "protocoles des sages de sion"... alors évidemment je ne pouvais pas savoir qu'il s'agissait un faux, assez grossier au vu des exemples fournis dans cette BD. Et donc je ne connaissais pas son histoire de son apparition à aujourd'hui.
c'était une lecture très instructive que je ne regrette pas.
Commenter  J’apprécie          122
trust_me
  14 novembre 2018
Will Eisner retrace l'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, un document créé de toutes pièces au début du 20ème siècle en Russie pour attiser l'antisémitisme et écarter du tsar Nicolas II un conseiller (juif) trop réformiste pour les conservateurs. de sa rédaction à nos jours, cet opuscule prétendument écrit par des dirigeants juifs et relatant avec précision la façon dont ces derniers projettent de diriger le monde a suivi un chemin tortueux et reste une source d'inspiration majeure pour les antisémites de tous poils malgré les éléments indiscutables prouvant qu'il n'est qu'un faux grossier.
Depuis sa première publication, le texte n'a cessé d'être diffusé et traduit. En Italie et en Argentine dans les années 30, en Égypte, en Inde, en Espagne, aux États-Unis et en Angleterre dans les années 70. Et encore aujourd'hui, partout dans le monde, des islamistes au Ku Klux Klan, des catholiques aux néofascistes italiens. A chaque fois, malgré l'évidence de son caractère fallacieux, on encourage les lecteurs des protocoles à découvrir « la vérité sur les juifs ». A chaque fois, malgré la preuve de l'imposture, rien ni fait. Comme l'hydre de Lerne qui se multiplie quand on lui coupe la tête, les protocoles ne cessent de resurgir pour développer un antisémitisme galopant que rien ne semble pouvoir arrêter.
Précis, étayé, grapgiquement très lisible, le propos d'Eisner est aussi limpide qu'imparable. Et l'on referme ce livre terrifiant de lucidité en ayant compris, comme le dit si bien Umberto Eco en introduction, que « ce ne sont pas les Protocoles qui produisent l'antisémitisme : C'est le besoin profond de désigner un Ennemi qui mène les gens à y croire. »
Lien : https://litterature-a-blog.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2006
Lecture jeune, n°118 - Will Eisner a retracé peu avant sa mort l’histoire du complot juif, inventé au début du XXe siècle pour réveiller l’antisémitisme latent en Europe. Pourtant, dès 1921, un journaliste du Times avait dénoncé la supercherie en démontrant que Le Complot plagiait un pamphlet visant Napoléon III. Le dessinateur américain explique comment les courtisans du Tsar NicolasII ont fabriqué de toutes pièces les Protocoles pour enrayer les idées progressistes qui gagnaient la Russie. Malgré la preuve de l’imposture qu’il représentait, le texte n’a cessé de circuler, à l’époque nazie et aujourd’hui encore. Il est largement diffusé sur Internet, dans le monde arabe et aux Etats-Unis. Image frappante : Eisner se représente accablé, lorsque en 2001, sur le campus de l’Université de San Diego, il se heurte à des étudiants haineux, imperméables à son argumentation. Avec ce roman graphique, il a voulu s’adresser dans un langage accessible et didactique à un public qui ne serait pas composé que d’historiens. « J’ai passé ma vie à mettre le dessin au service de la narration » déclare-t-il dans son dernier combat. Comme la BD Maus d’Art Spiegelman (Flammarion, 1992), ce document historique touchera particulièrement les adolescents. Les médiateurs du livre (bibliothécaires ou enseignants) auront à coeur de le faire circuler. _ Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   24 juin 2015
Dans l'Europe des années 1920 et 1930, les 'Protocoles' furent à peine moins populaires que la Bible. Il n'est de mouvement antisémite qui ait échappé à l'influence de cette brochure. Précisément parce que ce libelle était un faux, cependant, ses adeptes se sont efforcés d'en voiler les origines dans le mystère. Ils essaient encore. L'authenticité de l'ouvrage paraît sans importance. Mais cela parce que, suivant le mot marquant de Jean-Paul Sartre, l'antisémite "se pétrifie". Le fanatisme devient sa manière d'expliquer le monde sans avoir à justifier l'explication par la preuve ou la logique. L'antisémitisme offre une vision du monde commode à tous les "perdants", les losers, qui se sentent menacés par les forces de la modernité, qui craignent l'avenir et qui cherchent un réconfort dans les formes d'autorité religieuses et antidémocratiques rigides.
[...] Pour les perdants, mieux vaut trouver un "bouc émissaire".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Under_the_MoonUnder_the_Moon   12 juin 2015
- Les Juifs ? […] Et si paraissait un document prouvant que la modernisation fait partie d'un complot juif ?
- Ce serait la preuve absolue d'une menace que le tsar ne saurait ignorer.
[…]
- ça nuira à son influence et ça répondra à l'inquiétude de sa majesté; qui se demande qui se cache derrière les troubles ! Il se méfie des Juifs... ce sera facile...
Commenter  J’apprécie          170
Under_the_MoonUnder_the_Moon   14 juin 2015
- Il faut apporter au tsar la preuve INCONTESTABLE d'une menace conte la monarchie !
- Si nous faisions passer des textes dans la presse française ...
- NON !! Trop discutable... Je veux que nous exhumions un DOCUMENT TOTALEMENT CRÉDIBLE !
- Mais, Ratchkovski, nous savons PARFAITEMENT que ce document n'existe pas.
- ALORS, FABRIQUONS-LE ! Voyez à quel point l'affaire Dreyfus est explosive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_MoonUnder_the_Moon   24 juin 2015
- Dans presque tous les pays des gens essaient de s'emparer du pouvoir ! Quelle est la solution de facilité ?
- Eh bien... Je crois ... Identifier ce qui est vécu comme une menace et diriger la défense !
- Vous choisissez alors un groupe de gens vulnérables qui pourraient sembler une menace !
- Et pourquoi pas une minorité rejetée tout au long de l'Histoire.
- Le truc est de découvrir un document qui prouve sa culpabilité.
- Mais imaginez qu'il soit démontré que le document est un faux ?
- Peu importe ! Les gens l'achèteront quand même !
- Pourquoi ?
- Parce qu'ils ont besoin de justifier une conduite dont ils pourraient avoir honte plus tard !
- Et, bien sûr, leur réaction au changement social !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Under_the_MoonUnder_the_Moon   11 juin 2015
La cible est facile à trouver parce que l'ennemi est toujours l'autre.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Will Eisner (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Will Eisner
L'histoire préférée de Will Eisner
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
>Droits civils et politiques>Des groupes minoritaires>Des groupes raciaux, ethniques, nationaux (21)
autres livres classés : Propagande antisémiteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox