AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claire Duval (Traducteur)
ISBN : 2841721671
Éditeur : L'Atalante (28/03/2001)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 176 notes)
Résumé :
Non loin de Jérusalem, dans une tombe inviolée depuis deux mille ans, une mission d’archéologie exhume le manuel d’utilisation d’une caméra vidéo dont la sortie sur le marché est prévue... dans trois ans.
Un homme muni d’un caméscope aurait-il visité la Palestine du Ier siècle ? Si oui, que sont devenus l’appareil et les enregistrements ? Et, surtout, qu’a-t-on, qui a-t-on filmé ?
S’agit-il de la plus redoutable découverte archéologique de tous les t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  23 janvier 2015
Lors d'une fouille archéologique en Israël, l'équipe trouve dans une tombe un objet bien singulier : le manuel d'utilisation en anglais d'une caméra Sony qui n'est pas encore sortie sur le marché ! Après de minutieux examens et des tests au carbone 14, il faut bien se rendre à l'évidence : le squelette trouvé est celui d'un voyageur dans le temps. Et ce qui pousse un américain moyen à entreprendre un voyage au premier siècle de notre ère, c'est Jésus. Il existe donc enterrée quelque part une vidéo montrant les moments les plus importants de la vie du Christ.
Évidemment, les questions pleuvent : s'agit-il d'une preuve des miracles qu'il a accompli, voire même de la Résurrection ? La vidéo dévoile-t-elle au contraire une gigantesque supercherie ? Ou, encore plus important : est-ce une sextape ? Bien que la découverte soit encore tenue secrète, des petits groupes s'organisent dans l'ombre pour mettre les premiers la main sur cet enregistrement : des assoiffés de vérité, un homme d'affaire attiré par le pactole, ou des religieux soucieux de préserver l'intégrité de leur foi.
Curieux roman que nous livre là Eschbach, à mi-chemin entre science-fiction et thriller ésotérique. Je trouve l'idée brillante, et le résumé m'a tout de suite poussé à me procurer le livre. L'intrigue est pas mal ficelée, des nouvelles pistes sont crées en permanence, d'autres abandonnées puis ré-ouvertes après un nouvel indice. Il faut toutefois persévérer jusqu'au bout du roman pour s'en rendre compte : il y a un gros coup de mou en milieu d'histoire, qui laisse penser que toute l'affaire est entendue. Une petite déception sur quelques personnages très clichés, comme l'industriel véreux et la Très Méchante Sainte Inquisition. Déception d'autant plus grande pour cette dernière qu'il y avait vraiment moyen de développer le côté religieux, avec un thème en or, mais très peu traité, de la compatibilité de la foi avec une preuve matérielle incontestable.
Malgré ses quelques défauts, le livre m'a laissé une très bonne impression en général. J'ai vu que quelques personnes avaient abandonné en cours de route, je ne peux pas vraiment leur en vouloir, mais j'encourage tout le monde à poursuivre jusqu'au bout, car le bouquet final où toutes les hypothèses s'entrechoquent survient dans les cent dernière pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Mondaye
  30 mai 2016
Ayant reçue L'affaire Jésus, je me suis empressée de dévorer Jésus Vidéo afin d'être sûre d'avoir toutes les cartes en mains et surtout ne pas risque d'être spoilée accidentellement.
Que dire de cette lecture? C'est le type de lecture qu'on ne parvient plus à refermer une fois entamée qui à sortir la lampe torche caché sous les draps.
C'est le type de lecture qui fait appel à cet aventurier qui sommeille en nous près à suivre Jim Hawkins à la poursuite de l'île au trésor....
J'avais récemment lu le cimetière des bateaux sans nom ou il y a aussi cet aspect de chasse au trésor des temps moderne et avait été déçue. Cette fois-ci je ressors transportée.

Le style tout d'abord est élégant et fluide, et ne laisse pas d'accros qui rendraient la lecture pénible.
Le rythme est quand à lui parfaitement maîtrisé. L'auteur distille les informations et retournement avec l'art d'un alchimiste. L'histoire est un immense puzzle dont chaque morceau vient à son heure, ni trop tôt, ni trop tard.
Le sujet est quand à lui aussi traité avec une grande finesse car il laisse une grande liberté d'interprétation. ce qui est réel ou de l'ordre de déformation et détournement des partis est volontairement tordu dans tout les sens jusqu'à la fin qui... que dire sans gâcher le plaisir? La boucle est bouclé et puis voilà tout. le roman bien qu'ayant une suite, se suffit parfaitement à lu même.
A noter que certains passages sont un peu ... peu tendre à l'égard de l'église, donc je ne recommande pas ce livres aux cléricaux. Mais pour ma part agréant avec une bonne part des thèses... et bien cela ne m'a guère gênée. ^^
Niveau personnages, à mon avis l'auteur, de nationalité allemande, doit pas mal s'identifier avec le personnage de l'auteur allemand justement. :P
Par ailleurs celui-ci fait partie des personnages qui ont toute ma sympathie
- Stephen a un côté très "beau gosse" qui énerve un poil au début, mais à terme il murit un peu, et il a une flamme assez forte du moins pour être pardonner et pour qu'on prenne plaisir à la suivre.
- Judith est très courageuse et possède une force de caractère qui lui fait honneur.
Quant à son frère, en toute honnêteté, il a eu le malheur de devenir très second plan à mes yeux même s'il n'est pas non plus tout à fait terne pour autant.
- le magnat américain Kaul à un côté un rien stéréotypé qui parle à mon antiaméricanisme primaire (qui est du reste assez minime et est en fait un surtout un anti-americano-centrisme )
- de même le prélat Inquisiteurs, parle à ma défiance naturelle à l'Église (due à une lecture abusive de roman historique se passant pendant les guerres de religions. )
Si je devais classer ce livre je serais bien en peine... un aspect thriller assez important très certainement. Mais aussi ce côté roman d'aventure avec des courses poursuite, des doubles jeux, espions etc.
Et bien entendu un aspect science-fiction avec la notion de voyage dans le temps qui est tout de même le pivot du livre...
Et enfin une bonne dose de sociétal et économique et plus particulièrement un côté politico-religieux qui vient parachever le tout en le classant définitivement dans les inclassables.
Ce qui fait que je résumerais mon classement à celui-ci:
Un livre à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Amindara
  24 avril 2017
Deuxième lecture pour ce roman fabuleux. Comment souvent, je n'ai appris son existence qu'en tombant sur le film qui passait un soir à la télé. Un film que j'ai aussitôt adoré (il y a de l'histoire, de l'archéologie, de l'aventure, de l'action, tout ce que j'aime !). Et puis, dans le générique, j'avais dû voir qu'il était tiré d'un livre, mais sans vraiment à avoir le temps de lire le titre ou le nom de l'auteur. Et c'est là que la super bibliothécaire de ma jeunesse est entrée en scène en mobilisant ses supers pouvoirs. Je lui ai raconté un peu l'histoire et hop, elle m'a trouvé le livre. Génial non ?
L'histoire, donc, c'est celle de Stephen Foxx, un étudiant américain qui profite de ses vacances d'été pour travailler bénévolement sur un chantier archéologique en Israël. Et là, il trouve un squelette. Bon, rien d'étonnant jusque-là. SAUF QUE ! Ce squelette porte des traces de médecine moderne alors que les analyses au carbone 14 indiquent qu'il est mort il y a 2000 ans. Plus étonnant encore, il a à ses côtés, dans une petite pochette vieille de 2000 ans elle aussi, le mode d'emploi d'une caméra vidéo qui n'existe pas encore ! Alors ça ! Blague ou réalité ? Et si c'était vrai et que notre petit bonhomme avait filmé Jésus ? Evidemment, la caméra vidéo n'est pas dans la tombe, sinon ça aurait été trop facile. Je parie que vous avez envie de connaitre le fin mot de l'histoire maintenant. Mais je ne vous le donnerai pas ! Z'avez qu'à lire le livre (ou voir le film, encore qu'il y a quand même quelques différences entre les deux).
En attendant, j'ai été contente de redécouvrir cette histoire qui m'avait déjà passionnée une première fois et qui n'a absolument rien perdu de son attrait à la deuxième lecture. On est rapidement embarqués dans cette histoire de chasse au trésor. Il y a du suspens, beaucoup. On se prend à apprécier certains personnages, à se méfier d'autres. Et jusqu'à la fin on est tenus en haleine avec quelques rebondissements ici et là. Il faut vraiment attendre les toutes dernières pages pour connaitre la vérité vraie.
Niveau écriture, c'est fluide, agréable à lire. Et l'histoire est ponctuée de petites informations importantes à la compréhension de l'histoire mais qui nous apprennent des choses aussi. Bon boulot Monsieur Eschbach. Et puis, ça m'a fait rire, pour un livre écrit en 1998, de constater quand même la sacrée évolution technologique que nous avons eue !
Voilà un livre que je recommanderais sans hésiter à tout amateur du genre et que je relirai certainement avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          57
MarieC
  06 février 2011
C'est le troisième roman d'Andreas Eschbach que je lis. A chaque fois, c'est un coup de coeur ! Pourtant, à première vue, l'intrigue n'a rien d'original : on retrouve dans une tombe vieille de 2000 ans la preuve qu'un voyageur du temps à filmé Jésus, et que le film existe toujours. D'où une course haletante entre les héros, un homme d'affaire sans scrupule et l'Eglise catholique pour mettre la main sur ce film... Il s'agit tout simplement d'un polar à la Dan Brown, classé à tort en SF. Et pourtant, j'ai trouvé à ce livre un charme étrange. Quelque chose dans la peinture des personnages qui fait que le roman échappe à ce genre quelque peu rebattu ces dernières années. Une vision non américaine du monde, déjà : allemand ou israéliens, latinos, les héros sont situés, sans aucune prétention, dans leur culture. Mais surtout, il n'y a pas, dans ce livre, de vérité absolue, la fin même reste ouverte. Pas d'avantage de personnage complétement positif : l'écrivain allemand, double de l'auteur est plutôt passif, voire lâche. le "méchant" est finalement manipulé, le manipulateur est un doux utopiste, le héros commet de grossières erreurs, au nom de principes qu'il va renier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Glesker
  19 décembre 2012
Au cours d'une campagne de fouilles archéologiques dans le désert israélien, l'étudiant américain Stephen Foxx met à jour les ossements d'une bien étrange momie : parmi les étoffes vieilles de 2000 ans, se trouvent quelques documents qui bousculent l'entendement ; il s'agit du manuel d'utilisation d'un caméscope SONY qui n'est pas encore sorti sur le marché !
Persuadé qu'il s'agit là des restes d'un voyageur du temps venu filmer les exploits de Jésus, le multimilliardaire John Kaun s'entoure de spécialistes pour mettre à tout prix la main sur la caméra... y compris en éliminant les éventuels obstacles.
C'est sans compter la perspicacité de Stephen qui, épaulé de Judith et de Yehoshuah, compte bien faire valoir ses droits dans cette affaire et peut-être même découvrir l'objet de toutes les convoitises grâce à leur botte secrète !
Le récit se compose d'une excellente course-poursuite dans les sites mythiques de la Galilée opposant le magnat tout-puissant digne descendant de Machiavel commandant à ses troupes de cerbères, et l'équipe de débrouillards genre "Le Club des Cinq en Israël", qui leur cause bien du soucis. L'auteur instille également un brin de mythologie et fait intervenir d'obscures élites Vaticanes pour corser le tout.
Redoutable découverte archéologique ? Canular de génie ? Andreas Eschbach tient en haleine le lecteur jusqu'à la fin de ce thriller et dévoile une autre de ses facettes : maître du suspense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
LesVagabondsduReve   20 juin 2016
Pour qui consentira à se passer d’explication, et à se laisser emporter, c’est une lecture hautement recommandable.
Lire la critique sur le site : LesVagabondsduReve
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
vent_dans_les_saulesvent_dans_les_saules   10 février 2014
Seule solution : aller lui poser la question.
« Je ne comprends pas en quoi c’est tellement important, grogna rageusement Judith. Je veux dire, ce boyau existe, nous savons où il démarre et où il se termine. Par-dessus le marché – le hasard fait bien les choses – , il débouche justement là où Stephen veut se rendre. Pourquoi ne pas tenter le coup simplement ? Il sera toujours temps après de se demander qui on doit remercier.
– Ça ne prendra pas longtemps, rétorqua Stephen. Deux heures tout au plus. Régler les histoires de fric sera autrement plus long.
– Ce n’est pas une réponse.
– Okay. Alors disons les choses ainsi : j’ai l’impression que c’est important.
– Monsieur a l’impression, persifla-t-elle. Voilà ce que j’appelle une bonne raison ! »
Stephen adopta une mine impénétrable et décida d’ignorer le sarcasme. Si sa réponse ne la satisfaisait pas, après tout, c’était son problème. « Que veux-tu c’est comme ça ! ajouta-t-il d’un ton dégagé. Le moteur de l’action humaine – ou de l’immobilisme –, c’est ce que les gens ressentent.
– Et quoi que tu en penses, renchérit son frère, tu es exactement pareille, sois honnête : si tu estimes tout cela superflu, c’est uniquement parce que tu refuses d’accepter le mode de vie que Père a choisi. »
Judith reposa sa tasse si violemment que le café déborda à grands flots et vint se répandre sur la toile crasseuse. Stephen souleva les papiers d’un geste vif et les mit en sûreté sur la quatrième chaise, inoccupée.
« Oui, s’écria-t-elle avec fureur. Exactement. Je ne l’accepte pas. Je n’accepte pas qu’un homme ait le culot de prétendre faire acte de dévotion en abandonnant sa femme après trente ans de mariage. Je ne l’accepte pas et je ne l’accepterai jamais.
– Ta vision des faits est peut-être trop simpliste, objecta Yehoshuah. A l’évidence, ils avaient de sérieux problèmes de couple. Cette décision s’imposait depuis longtemps ; sans doute est-ce uniquement pour nous préserver qu’il l’a retardée. Souviens-toi quand tu avais sept ou huit ans. Souviens toi à quel point ils …
– Pourquoi ne pas lui avoir accordé le divorce, dans ce cas ? Il l’avait quittée, il aurait pu au moins lui laisser une chance de refaire sa vie. Après tout, il ne s’en est pas privé, lui.
– La tradition veut que …
– Ah, la tradition ! Nous y revoilà. La sacro-sainte tradition ! Tu es bien comme ton père, tiens ! Ce n’est pas Dieu que vous adorez, c’est la tradition. Je m’en vais te dire une bonne chose : j’en ai jusque-là de votre tradition. Elle fait de vous des esclaves sous le joug d’individus morts depuis des millénaires.
– Elle fait de notre peuple un peuple soudé, uni grâce à elle depuis des millénaires.
– Oh, vraiment ? Je tremble de respect … Mais quel est le prix a payer pour toi, pour moi, pour chaque habitant de ce pays ? Cette vénérable tradition pèse sur nous comme une malédiction. Elle nous impose le souvenir, le souvenir permanent, le souvenir éternel, à tel point que nous en oublions de vivre. Ose prétendre le contraire ! A quand remonte l’exode ? Trois mille ans ? Ils devaient être sacrément malins, nos glorieux ancêtres, pour se trimballer pendant quarante ans dans le désert sans être fichus de trouver la terre promise ! Enfin, ils se sont débrouillés avec les moyens du bord, construisant des huttes à partir de branches de palmier et se contentant au besoin de pain azyme. A l’époque, c’était une question de survie. Mais aujourd’hui ? Aujourd’hui, trente siècles après, on continue année après année, de construire des huttes pour les fêtes de Soukkot, de manger du pain azyme à Pessah. Et il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps. Pourquoi nous obliger à partager la souffrance de gens dont les ossements sont partis en poussière depuis une éternité ? Notre vie aurait-elle moins de valeur que la leur ? Quand j’ai eu ma première voiture, la serrure du coffre était cassée ; je l’ai vaguement rafistolée avec une bande adhésive. Cela n’implique pas qu’à compter de ce jour et pour l’éternité chacun devra rafistoler la serrure du coffre de sa première voiture avec une bande adhésive ! Or c’est exactement ce que la tradition exige de nous : au tout début de notre histoire, quelqu’un a fait quelque chose, une chose qu’il était encore libre de faire, mais par ce simple geste il a asservi du même coup chacun de ses descendants. »
Yehoshuah, la mâchoire contractée, jeta à la ronde des regards embarrassés. Les tables voisines étaient inoccupées, la salle du petit déjeuner loin d’être pleine, mais le volume sonore de leur conversation gagnait en intensité, ce qui suffisait à exciter peu à peu l’attention des autres convives.
« Pourquoi faut-il toujours que tu exagères à ce point ? Tu n’as aucune retenue, aucun … aucun sens de la mesure. »
Judith capitula. Elle soupira, se laissa retomber contre le dossier de sa chaise et demeura tête baissée, les yeux rivés sur la table, comme si toutes les réponses aux questions de ce monde avaient été inscrites dans les motifs délavés de la nappe.
« Allez-y, qu’est-ce que vous attendez ? Pour ma part, je resterai ici a pleurer sur mon sort – si vous m’y autorisez, bien sûr.
– On y va. Et plutôt deux fois qu’une ! »
Yehoshuah se leva, furieux. Stephen l’imita, gêné d’avoir involontairement déclenché la dispute.
« Stephen ? ajouta la jeune femme en lui lançant par en dessous un regard où luisait une sorte de joie maligne. Tu t’es toujours demandé ce qu’on pouvais ressentir en se retrouvant propulsé dans le temps, n’est-ce pas ? Alors c’est le moment d’ouvrir les yeux. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MondayeMondaye   29 mai 2016
- Si le temps n'est qu'une simple dimension, pourquoi ne puis-je remonter jusqu'à l'époque ou j'allais à l'école, disons, et changer le cours de ma vie? Ou bien retourner un semaine en arrière pour cocher les bons numéros sur ma grilles de loto?

- Je ne te savais pas si cupide.

- Si j'étais cupide, je ne serais pas devenu écrivain.
Commenter  J’apprécie          130
LuniverLuniver   21 janvier 2015
Que s'était-il passé ? Ou plutôt qu'allait-il se passer ? Un jour, d'ici quelques années, l'inconnu entamerait son grand voyage, équipé d'un caméscope. Un saut de deux mille ans à rebrousse-temps, sans espoir de retour. Il ferait ses enregistrements, conserverait la caméra et la déposerait à l'endroit convenu avec ses compagnons dans le futur – son présent d'origine – avant de terminer sa vie dans le passé. Une fois le transfert effectué, ses camarades, eux, n'auraient plus qu'à arrêter la machine, se rendre tranquillement jusqu'à la cachette et y déterrer la caméra envoyée depuis quelques minutes deux millénaires en arrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Alili1995Alili1995   05 novembre 2012
Pourquoi ses mains se mirent-elles à trembler ? Toute cette histoire était grotesque... Ses doigts glissèrent prudement sur sur la pochette [...] Au toucher, ça ressemblait à une matière synthétique.
Dans la lumière vive et brûlante déversée par les rampes de spots, Einsenhardt découvrit, sur deux des côtés, une entaille proche de celle laissée pau un couteau. Il saisit le plan ainsi libéré et le souleva délicatement.
Il entendit le professeur inspirer profondément. Et il sentit que le tsar des médias retenait son souffle. Il aurait été incapable de dire ce qu'il pensait trouver, tout mais pas sa. Oh Non ! Ce qu'il vit était tellement inattendu que son cerveau mit une éternité à interpréter corectement les signaux transmis par ses pupilles.
Pour dire les choses simplement : Il n'en croyait pas ses yeux.
C'était le manuel d'utilisation d'une caméra vidéo de marque Sony.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PyjamPyjam   25 décembre 2016
Pour le mo­ment, son em­pire n’était en­core qu’un co­losse aux pieds d’ar­gile. L’exemple à fuir ab­so­lu­ment – Kaun avait d’ailleurs très sé­rieu­se­ment son­gé à ins­tal­ler une pho­to de cet in­di­vi­du sur sa table de tra­vail – était ce­lui d’un ma­gnat de l’im­mo­bi­lier des an­nées quatre-vingt, un cer­tain Do­nald Trump, de­puis tom­bé dans l’ou­bli.
Commenter  J’apprécie          51
Videos de Andreas Eschbach (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreas Eschbach
Andreas Eschbach - Maître de la matière .A l?occasion des Utopiales 2013 à Nantes, Andreas Eschbach nous parle de son livre « Maître de la matière » publié aux éditions L?Atalante. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/eschbach-andreas-maitre-matiere-9782841726479.html Notes de musique : treasureseason, Return to Dope Mountain, Fjords ®
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2496 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..