AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexis Ferro (Autre)
EAN : 9782843379888
Éditeur : Anne Carrière (26/06/2020)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le bilboquet de Jean-Jacques Rousseau et autres divertissements propose un parcours subjectif et ludique à travers des œuvres littéraires, afin d’explorer des obsessions d’écrivains. La cuisine italienne chez John Fante, la cigarette dans les romans de Jean Echenoz, les voitures chez Michel Houellebecq, les figures de style de François Weyergans, les carnets de notes de Philip Roth… L’auteur s’attache au détail qui échappe, à l’objet insolite, aux thèmes à première ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
beatriceferon
  03 juillet 2020
Des essais, je n'en lis pas souvent, je dois bien l'avouer. Moi, ce que j'aime, c'est qu'on me raconte des histoires.
Je parcourais la liste des ouvrages de non fiction proposés par Masse critique lorsque mon attention a été attirée par ce titre surprenant. Il me semble bien connaître Jean-Jacques Rousseau. Mon professeur préféré à l'université était un spécialiste du philosophe et c'est pour son cours que j'ai lu pratiquement toute son oeuvre. Et pourtant, je ne savais même pas qu'il était un adepte du bilboquet !
Qui est Alexis Ferro ? Eh bien, je n'en sais rien. Mis à part les maigres trois lignes que lui consacre la quatrième de couverture, je ne trouve rien sur le net qui me donne matière à mieux l'appréhender. Je ne saurai donc que deux choses : il a écrit un premier roman et collabore à une revue littéraire. Mais la lecture de son livre m'autorise à déduire qu'il s'agit d'un véritable érudit. Il a sélectionné dix-neuf auteurs dont j'imagine qu'il est un fervent admirateur et il a lu la totalité de leur production. Non pas d'un oeil distrait, mais avec une acuité peu banale, qui lui permet de repérer leurs dadas, dont il se sert comme porte d'entrée pour nous offrir une amusante mais non moins sérieuse étude de leurs idées. Chacun a droit à six pages en moyenne et ces pages sont brillantes. Je prendrai l'exemple de Jean-Philippe Toussaint. Pour entrer dans ses romans, Alexis Ferro choisit de les relier grâce aux pays qui leur servent de décor, « une poignée de pays, toujours les mêmes », comme s'il « avait arraché consciencieusement » presque toutes les cartes de son atlas. « Les trois quarts de sa géographie universelle gisent chiffonnées dans sa corbeille. » Ces lignes justifient mon impression: Alexis Ferro est un savant, certes, mais non dénué d'humour !
Mon regret : ne pas connaître tous les écrivains présentés (Frédéric Berthet ou Frederick Exley, par exemple). Quant aux autres, hélas, je n'ai pas lu leur oeuvre entière. Aussi, il me semble que je passe à côté de certains aspects. C'est pourquoi le chapitre que j'ai le plus apprécié est celui consacré à Emmanuel Carrère dont tous les titres cités m'étaient familiers.
En revanche, je me suis aperçue que, même pour des auteurs que j'aime, tels Jean Echenoz ou Jean-Philippe Toussaint, ma culture a de sérieuses lacunes !
Le bandeau présente ce travail comme « un parcours subjectif et ludique à travers les romans » d'un choix très éclectique, tels Salinger, Proust ou Dostoïevski, mais il n'y a pas seulement des romans, Alexis Ferro évoque également la correspondance ou les études psychanalytiques de Freud.
Attention, ludique ne veut pas dire futile, il s'agit d'une fameuse somme de recherches, connaissances et réflexions intelligentes qui ont dû demander à Alexis Ferro un labeur colossal, alors qu'il permet à son lecteur de survoler, en quelques minutes, des oeuvres dont il tirera sans effort la quintessence. Alexis Ferro établit également des rapprochements avec des écrivains dont les idées sont voisines ou qui ont parlé des précédents.
Un recueil magnifique, donc, que je suis contente d'avoir lu. Je remercie Babelio et les éditions Anne Carrière de m'avoir permis cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AugustineBarthelemy
  01 juillet 2020
Derrière ce titre, se cache une traque, une traque minutieuse, sans merci, dans des oeuvres littéraires. Alexis Ferro, l'oeil ouvert, la plume aux aguets, débusque pour nous les obsessions de quelques auteurs, contemporains ou classiques. Une chasse insolite dans le jardin des mots et un exercice qui révèle beaucoup des thèmes abordés par nos auteurs soudain à découvert.
Le diable, dit-on, se cache dans les détails. Alexis Ferro n'est peut-être pas la bête infernale mais simplement un lecteur attentif qui a repéré, chez les auteurs qu'il aime, des leitmotive, presque des marottes qu'il a analysés, décryptés. Que veulent dire ces motifs qui apparaissent, roman après roman, dans les pages de ces auteurs ? Toc littéraire ? Que nenni ! Comme tout critique littéraire qui se respecte, tout fait sens dans un roman, et les obsessions aussi.
Ainsi, aviez-vous repéré que Michel Houellebecq a une manie des voitures ? Et que celle-ci, loin d'être le toc d'un autophile, est la marque de son appartenance sociale et de son degré de beaufitude ? Gare à vous si vous avez une Peugeot, vous êtes un plouc, une Mercedes sera la preuve d'un inadmissible embourgeoisement. Que la cuisine italienne, chez John Fante, plus qu'un rappel aux origines de l'auteur, est aussi le symbole du rassemblement familial, tout se pardonne autour d'un plat de spaghettis, même si on a une famille dysfonctionnelle au possible, comme dans Mon chien Stupide ? Que les personnages d'écrivains de Frédéric Berthet ne sont que le reflet de ses propres angoisses, ceux-ci sont dépeints en dilettante, incapable d'écrire, doutant de leur statut. Ou que le thé chez Dostoïevski est parfois le signe d'une sociabilité rendue impossible soit par culpabilité soit par simple dégoût des hommes ?
Le Bilboquet de Jean-Jacques Rousseau et autres divertissements est un court ouvrage ludique et agréable, qui se lit en quelques heures. C'est léger, mais la légèreté n'empêche pas le sérieux, et le sérieux ne chasse pas l'humour. Alexis Ferro s'amuse et dépoussière la critique littéraire, et offre des pistes de lecture intéressantes qui avaient peut-être échappé aux lecteurs. le petit plus ? il vous donnera sûrement envie de découvrir des auteurs abordés que vous ne connaissiez pas ou sur lesquels vous ne vous étiez jamais penché.
Je remercie Babelio et les éditions Anne Carrière pour l'envoi de ce livre.
Lien : https://enquetelitteraire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
puchkina
  09 juillet 2020
Alexis Ferro, journaliste et écrivain, s'intéresse dans ce petit livre gris aux petites manies des écrivains, à certaines de leurs obsessions ou aux thèmes récurrents qui innervent leur oeuvre. On apprendra par exemple que Jean-Philippe Toussaint a une fixette sur certains pays à l'exclusion de tous les autres et que Houellebecq déteste les grosses voitures. On se plaira à goûter les mets italiens chantés par John Fante. On pourra également s'amuser des digressions cinématographiques d'Emmanuel Carrière ou des anacoluthes de François Weyergans. Vingt chapitres très courts mais une liste des livres cités, toujours utile pour augmenter sa pile à lire.
Plaisant mais anecdotique.
Masse Critique Babelio
Lien : https://puchkinalit.tumblr.c..
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : atlasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alexis Ferro (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre