AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Sigaud (Traducteur)Gérard Klein (Préfacier, etc.)
EAN : 9782253072317
571 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (11/04/2001)
3.38/5   59 notes
Résumé :
1855 : les Machines à Différences, ces ordinateurs mus par la vapeur et inventés par Charles Babbage ont changé le cours de l'Histoire.
Lord Byron est devenu le Premier ministre de Sa Majesté la reine Victoria. Sa fille Ada, un génie scientifique qui a secondé Babbage, est peut-être folle. Elle remet à Edward Mallory, explorateur d'une Amérique du Nord divisée par les guerres, un mystérieux paquet de cartes mécanographiques.
Et Mallory, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  16 août 2019
La machine à différences est une uchronie basée sur la découverte de Babbage : une machine capable d'effectuer des calculs complexes et d'exécuter de petits programmes écrits sur carte perforée, ancêtres de nos ordinateurs modernes. Mais ici, les gouvernements anglais et français saisissent immédiatement toute la portée de cette découverte, et construisent d'immenses machines, monstres d'acier, d'engrenage et de vapeur, capables de ficher toute la population.
Le roman nous plonge dans l'actualité de l'époque : les États-Unis ne sont encore qu'un vague ensemble de micro-états que les puissances européennes tentent d'influencer, la controverse scientifique sur le darwinisme bat son plein, le mouvement luddiste (des travailleurs sabotant les métiers à tisser accusés de leur voler leur travail) vient à peine de d'être maîtrisé. de plus, Londres est plongée dans la Grande Puanteur : l'assèchement de la Tamise transforme le fleuve en un gigantesque égout à ciel ouvert, et provoque la fuite de la population qui peut se permettre de vivre ailleurs.
Le roman s'articule comme un thriller, autour de cartes perforées volées qui semblent avoir la plus grande importance pour tous les camps : complots politiques, interventions de la police secrète, influence de puissances étrangères, mafia spécialisée dans les paris truqués, …
L'ambiance du roman, sombre et oppressante, est parfaite : la technologie prive les hommes de travail, de liberté et rend des sentences, après de longues minutes de manipulation de rouages, irrévocables. Elle les empoisonne également, et les baigne dans une atmosphère puante et polluée. Ne reste alors que les bas-fonds de la ville pour (sur-)vivre quand on n'est pas de la bonne société, là où on est à la fois à l'abri de l'omniscience des machines, et où on peut disparaître facilement dans le smog.
La construction de l'histoire est par contre un peu plus particulière… À l'heure de faire les comptes, je ne sais pas parfaitement quel personnage jouait dans quel camp et pour quelles raisons. Les auteurs nous offrent régulièrement de grande ellipses, à nous d'essayer de boucher les trous avec les bribes d'information laissées par les autres protagonistes. On a parfois un passage sur la fin de vie d'un des personnages au milieu du roman, alors que son influence se fait toujours sentir dans les paragraphes suivants.
Je retiendrai bien plus ce roman pour son ambiance si particulière que pour son histoire, qui m'a parue assez confuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Hatsh
  06 janvier 2014
La société industrielle occidentale a pris un tournant radical. En 1855, les machines sont partout, et pas n'importe lesquelles : des ordinateurs, alimentés à la vapeur et fonctionnant à l'aide de cartes poinçonnées. Les Empires ne s'affrontent pas tant sur le terrain de la colonisation que sur le terrain de la concurrence technologique, avec des préoccupations étrangement similaires à celles de notre société contemporaine : contrôler les masses populaires, maîtriser la croissance économique et scientifique, endiguer les mouvements d'indépendance et l'essor du marxisme.
Dans un chassé-croisé diachronique, composé de flashbacks américains, d'aventures britanniques et d'exil en France, trois personnages servent de rouages clés dans le déroulement et l'empêchement d'un complot international qui vise la chute du gouvernement britannique et la mainmise sur l'information.
La machine à différences est un roman complexe et prenant, qui exige de ses lecteurs et lectrices à la fois attention et patience. Une bonne connaissance du 19e siècle est requise pour savourer pleinement les innombrables détails, clins d'oeil et détournements de ce livre passionnément steampunk. Théories scientifiques, inventions technologiques, histoire géopolitique et sociale : le vocabulaire est précis, les descriptions détaillées et l'intrigue un peu compliquée.
Dans un monde uchronique où les ordinateurs ont déjà été inventés, où les grandes villes suffoquent dans la pollution industrielle et où les populations sont minées par le chômage et les produits toxiques, les protagonistes se débattent dans le cours d'évènements qui les dépassent, à commencer par la famille Byron, et Lady Ada.
Cette dernière, surnommée « la Reine des Machines », fille du Premier Ministre et mathématicienne de génie, est aussi une joueuse invétérée et endettée au point de saboter son propre parti politique. S'étant mise dans une situation impossible, elle remet un coffret de cartes mécanographiques à un gentleman qui la sauve d'un enlèvement, sans le remercier ni lui donner d'explication. Ce coffret mystérieux constitue le fil rouge du roman, le coeur d'un complot pour faire tomber Lord Byron.
Trois personnages principaux se croisent dans cette histoire, à des moments et en des lieux différents. Chacun prédomine dans l'une des trois grandes phases du livre
Sybil Gerard, fille d'un opposant aux Radicaux, le parti des Machines, qui fut condamné à mort et pendu des années auparavant, violée par l'un des assistants de son père, devenue prostituée, ouvre le bal. Elle est enrôlée par un aventurier, mi-scientifique, mi-homme politique, pour l'accompagner à Paris et l'aider dans ses manipulations impérialistes : rétablir un général corrompu à la tête du Texas, actuellement aux mains du Mexique. Mick « Dandy » Radley compte pour cela utiliser un jeu inédit et révolutionnaire de cartes mécanographiées, aux normes du Grand Napoléon, l'ordinateur de l'Académie française. Mais son plan de coup d'État texien tournera court, et Sybil prend seule la fuite en France.
Édouard « Léviathan » Mallory, géographe, explorateur et espion à ses heures, prend le relai. C'est à lui que revient le douteux honneur de recevoir le fameux coffret des mains de Lady Ada. Revenu d'Amérique pour présenter sa dernière découverte, un gigantesque Brontosaure surnommé « le Léviathan terrestre », et défendre la théorie Catastrophiste (les dinosaures ont disparu brusquement, suite à une… catastrophe), il découvre qu'un de ses collègues et adversaire, le professeur Rudwick, a été assassiné, et que lui-même est en danger.
Piégé malgré lui dans la lutte contre les opposants à Lord Byron et les marxistes new-yorkais venus convertir les ouvriers londoniens, il aide de son mieux le troisième protagoniste, Laurence Oliphant, alors que la Puanteur envahit Londres.
Laurence Oliphant, étrange individu, à la fois journaliste, diplomate et espion, au service de Sa Majesté mais perplexe et inquiet quant à la tournure prise par la société industrielle, intervient dans la seconde phase du roman, puis mène la troisième, cherchant à démêler le fin mot de l'histoire. Il est le personnage le plus mélancolique du livre, conscient d'être autant marionnette que marionnettiste, et ses actions sont les plus difficiles à suivre.
La toute dernière partie, composée de lettres, d'extraits de journaux ou de mémoires, bref, un assemblage de fragments, est assez intrigante et parachève la structure narrative en forme de puzzle. Je dois avouer que je n'ai pas compris la fin du roman, même après trois lectures. Mais c'est en partie ma faute : "La machine à différences" se lit d'une traite, ou du moins, de manière continue. Une lecture très discontinue n'est pas adaptée à la complexité de l'histoire, qui laisse beaucoup de zones d'ombre et qui opte parfois pour des ellipses et des prolepses assez déroutantes.
Il n'en reste pas moins que c'est un très bon roman, qui ne pourra que ravir les amatrices et amateurs du genre.
Lien : http://www.lalunemauve.fr/ec..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
erniko
  22 mai 2013
Le nom de William Gibson n'est certainement pas inconnu des amateurs de SF puisqu'il a écrit Neuromancien, pilier du sous genre Cyberpunk, oeuvre avant-gardiste complexe et obscur.
Largement plus facile d'accès que Neuromancien, ce roman est une uchronie. Un genre de roman d'aventure se déroulant dans une Angleterre du 19eme siècle qui n'a pas existé...
Par un jeu de légères entorses à l'histoire réelle, nous découvrons une Angleterre différente, dans un monde différent, un monde dans lequel l'Angleterre lutte pour garder sa suprématie grâce aux machines à différence, des ordinateurs mus par la vapeur... par le biais de Mallory, plongé malgré lui dans une intrigue d'espionnage entre la France et l'Angleterre, nous découvrons ce monde fantastique, ses courses automobiles, sa pollution, ses conflits sociaux...
Une lecture que je recommande, rafraichissante même si elle n'est pas forcément facile d'accès.
Commenter  J’apprécie          50
katicha
  17 mai 2021
Dans la veine Steampunk, un roman qui me laisse un sentiment d'incompréhension, pas forcément déplaisant, sans doute parce que ça cause (entre autres) de mathématiques .... et que je ne suis pas douée en la matière.
Bref.
Nous voici donc à Londres en 1855. Une ville quelque peu différente de celle que nous pensons connaître, puisque tout est organisé par des ordinateurs mus par la vapeur: des "Machines à différences" . Les savants ont pris le pouvoir, ils gèrent le pays de façon rationnelle, sous l'égide du Premier ministre Lord Byron. Sa fille, Ada Byron (a.k.a. Ada Lovelace dans notre univers) , est particulièrement versée dans la science des Machines, et crée un proto-ordinateur bien plus puissant que tous les autres, bien plus efficace ... et capable de calculer les résultats de tous les paris d'argent.
C'est là que tout se complique.
Car Ada est joueuse, au-delà de toute mesure. Elle a la fièvre du jeu, elle en vient à fréquenter des brigands et des criminels, devenant la proie des ennemis du régime.
Ce qui ne change pas , en effet, c'est la société inégalitaire de l'époque industrielle. Ils sont nombreux, ceux qui se sentent tenus en laisse par les savants, ceux qui crèvent de faim, ceux qui voudraient que cesse le règne de la Raison. Et alors que Londres suffoque dans les vapeurs méphitiques de la Tamise sous le soleil d'été, un soulèvement de plus se prépare.
Peut-être le soulèvement de trop ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
faby1
  14 mars 2014
Une histoire a priori pas inintéressante, dans un monde où les premiers ordinateurs mécaniques conçus sur le papier, mais en réalité jamais réalisés faute de moyens, à la fin du XIXè siècle, ont bel et bien réussi à trouver un financement.
Ici, les ordinateurs constitués d'engrenage existent bel et bien, et Ada Lovelace, qui a écrit le premier programme informatique mais n'a jamais pu le mettre en oeuvre, faute d'ordinateur, a acquis un rôle considérable.
L'histoire est donc assez intéressante, mais pas plus que ça, et pour bien l'apprécier il est essentiel de bien maîtriser cette période de l'histoire anglaise ainsi que les protagonistes concernés. Pas à la portée du premier venu donc, et pas à la mienne apparemment, car je n'ai pas accroché plus que ça et j'ai bien senti qu'il me manquait beaucoup de références.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   07 novembre 2019
Oliphant savait avec une certitude professionnelle absolue que les Luddites étaient une espèce éteinte ; malgré tous les efforts de quelques délirants anarchistes, les émeutes londoniennes de l’été précédent n’avaient révélé aucun programme politique cohérent ni organisé. Toutes les aspirations raisonnables de la classe ouvrière avaient été reprises à leur compte par les Radicaux, avec succès. Byron, à ses heures les plus énergiques, avait tempéré la justice par des manifestations de clémence soigneusement orchestrées. Les meneurs luddites originaux qui avaient fait la paix avec les Radoques étaient à présent devenus les dirigeants aisés et distingués de syndicats et de corporations respectables. Certains étaient de riches industriels, bien que leur sérénité fût sévèrement perturbée par cette exhumation systématique de vieilles convictions dont Egremont s’était fait le spécialiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   07 novembre 2019
Un gratte-papier à lunettes s’assit juste à côté de Sybil. Une lisière bleuie d’un pouce de large lui décorait le front qu’il avait rasé pour se donner le genre intellectuel. Il lisait le programme préparé par Mick en suçant un bonbon acidulé au citron. Plus loin dans la rangée, un trio d’officiers, des permissionnaires de la guerre de Crimée, l’air très content d’eux, étaient venus entendre parler d’une guerre à l’ancienne menée au Texas avec des moyens à l’ancienne. D’autres soldats étaient dispersés dans la foule, repérables à leur tunique écarlate – cette sorte d’engagés respectables qui ne cédaient pas à l’appel du gin et des entraîneuses mais acceptaient la solde de la Reine et apprenaient l’arithmétique nécessaire aux artilleurs pour revenir travailler dans les chemins de fer et les chantiers navals et améliorer leur condition.
La salle était à vrai dire pleine de ces gens qui ne songeaient qu’à mieux faire : boutiquiers, vendeurs de grands magasins, pharmaciens avec leurs épouses et leurs enfants tirés à quatre épingles. Au temps du père de Sybil, ces gens-là, les gens de Whitechapel, étaient coléreux, maigres et mal habillés, la matraque à la main et le coutelas à la ceinture. Mais les temps avaient changé avec les Radicaux et, à présent, même Whitechapel avait son contingent de femmes guindées au visage lavé de toute expression et d’hommes abrutis ; les yeux rivés à la pendule, qui lisaient le Dictionnaire des connaissances utiles et le Moniteur du progrès moral et ne songeaient qu’à leur avancement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LuniverLuniver   13 août 2019
— Et maintenant ? dit Mallory.
— Nous attendons que ça passe dans la Machine, dit le gamin.
— Combien de temps ?
— Ça prend toujours deux fois plus de temps qu'on croit, dit le gamin en se carrant dans son siège. Même quand on multiplie par deux le temps prévu. C'est comme une loi de la Nature.
Commenter  J’apprécie          40
LuniverLuniver   12 août 2019
— Toute femme a besoin d'un homme pour lui tenir la bride haute, dit Fraser. C'est ainsi que Dieu a prévu les relations entre les hommes et les femmes.
Mallory lui lança un regard noir.
Ce que voyant, Fraser réfléchit à nouveau à la question.
— C'est l'adaptation prévue par l'Évolution pour l'espèce humaine, corrigea-t-il.
Mallory acquiesça lentement de la tête.
Commenter  J’apprécie          30
lehibooklehibook   26 avril 2020
La friction des pièces en rotation produit un échauffement , le cuivre se dilate et les dents des engrenages finissent par s'ébrécher .Un temps humide fige l'huile des rouages et, par temps sec ,une Machine en train de tourner peut même créer une petite charge électrostatique qui attire toute sorte de poussières!Les engrenages s'encrassent et se bloquent , les cartes perforées restent collées aux chargeurs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de William Gibson (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Gibson
Le Bélial' et Roland Lehoucq vous donnent rendez-vous le mardi 21 septembre, de 19h à 20h30, pour causer cyberpunk en compagnie de Yannick Rumpala. Maître de conférences en science politique à l'université Côté-d'Azur, Yannick Rumpala explore dans “Cyberpunk's Not Dead” — paru en juin 2021 dans la collection de vulgarisation scientifique Parallaxe — les thématiques majeures du mouvement littéraire initié par William Gibson et Bruce Sterling. de fait, le cyberpunk a marqué la SF de son empreinte, manière de contrepartie littéraire aux fulgurances cinématographiques de “Blade Runner”. Avec des oeuvres majeures comme “Neuromancien” de William Gibson ou “Les Mailles du réseau” de Bruce Sterling, tout un imaginaire s'est alors ouvert, révélant des anxiétés appelées à résonner… Prolifération technologique, évasion dans des mondes virtuels, domination économique des multinationales, précarisation sociale, fragmentations culturelles en nouvelles tribalités : en quoi et comment ces visions peuvent-elles (encore) faire sens à quelques décennies de distance ? La rencontre sera animé par Roland Lehoucq, astrophysicien et directeur de la collection « Parallaxe » entre autres, et sera suivie d'un quiz, pour tenter de gagner des exemplaires de “Cyberpunk's Not Dead”. https://www.belial.fr/yannick-rumpala/cyberpunk-s-not-dead Illustrations : Cedric Bucaille
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3663 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre