AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213025983
Éditeur : Fayard (01/09/1990)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Le propos de Françoise Giroud est de payer ses dettes. A l'âge où l'on se dit : « Qu'ai-je fait de ma vie ? », on s'aperçoit que ce sont les Autres qui vous ont formé et parfois déformé, qu'on leur doit qui l'on est, pour le meilleur et pour le pire, qu'une existence, ce sont des rencontres avant d'être des événements. Une série de « leçons particulières » que l'on reçoit malgré soi. « Qui m'a donné quoi ? » Ainsi Françoise Giroud s'est-elle interrogée. « Qui m'a fo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fanfan50
  05 novembre 2015
Ce n'est pas le premier livre que je lis d'elle mais c'est toujours avec le même plaisir. Françoise Giroud est pleine de bon sens et elle se raconte bien.
J'aime la façon dont elle parle de sa mère, de sa soeur, Douce et aussi de la foule d'hommes célèbres qu'elle a fréquenté.
J'ignorais qu'elle était surnommé Bouchon par ses proches et qu'elle détestait ! Que l'homme de radio, Gillois, ait voulu lors de sa participation à une émission sur l'antenne du Poste Parisien lui faire changer et son prénom (de France à Françoise) et son nom, c'était incroyable pour une femme de cette trempe mais il a réussi. Et pourtant, elle l'écrit : "C'est un acte troublant de changer de nom. Toutes les femmes qui ont pris celui de leur mari connaissent le sentiment que donne une nouvelle identité. On se met à lui ressembler. Pour moi, ce changement eut un caractère fondateur. Quelqu'un avait été créé, ex nihilo, qui ne procédait que de moi-même, quelqu'un qu'il m'appartenait maintenant de construire."
Un autre personne qui l'a aidée à se reconstruire vers l'âge de quarante ans fut Lacan Elle venait de faire une tentative de suicide et elle a commencé une analyse avec lui.
"Lacan, Jacques Lacan.
Je lui dois ce que j'ai acquis de plus précieux, la liberté, cet espace de liberté intérieure qu'aménage, à son terme, une psychanalyse bien conduite." (page 123)
Son amitié avec le couple Lazareff est aussi très joliment contée. "Le charme d'Hélène m'ensorcela, sans doute parce qu'elle était tout ce que je n'étais pas : extravertie, fantaisiste, exclusive, capable de toutes les folies sous l'empire de la passion qui était son mode d'être quotidien. Elle était russe, on ne peut plus russe, et quelque chose en moi est vulnérable à la russité. "... "Tous les Russes sont par quelque côté des petits-enfants de Dostoïevski, auprès desquels on se sent, jusqu'à la nausée, petits-enfants de Descartes." (page 141). J'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
madameduberry
  06 décembre 2013
Françoise Gorji, "Bouchon", dite Giroud se penche avec humour, lucidité et parfois cruauté sur elle-même, à travers les rencontres marquantes de sa vie. Un livre courageux puisqu'elle dit sans fard ce qu'elle doit aux autres. Un livre surprenant, atttachant, car il dévoile la vulnérabilité de cette femme à poigne, qui s'était donné pour mission de ne jamais faiblir.
Commenter  J’apprécie          110
blandine5674
  06 juin 2014
Il y a des grands hommes. Et quelques grandes femmes comme Françoise Giroud.
Petits textes qui font revivre, durant quelques pages, des événements : politique, de la scène, du journalisme et de Françoise Giroud.
L'ascension de cette petite sténo-dactylo est fascinant dans ce monde d'hommes : elle a fondé l'express.
Intelligent, parfois drôle, sincère, je pense.
Commenter  J’apprécie          63
Chasto
  02 mars 2019
Introspection sur des instants de vie ou se confrontent questions et réponses sur une époque de guerres et de tumultes.
Une société se cherchent et se déchirent et cette femme passe de quêtes en découvertes et d'audaces en défis.
Regards sur la bassesse humaine et sur sa richesse que certains d'entre eux offrent en contre partie de ces médiocrités d'âmes.
Retour sur ces moments qui nous construisent tous et qui parfois nous laissent leur empreinte.
A découvrir dans sa simplicité et son naturel, avec attachement, sans questions particulières.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   04 novembre 2015
Ma mère courait de l'un à l'autre pour emprunter de quoi régler quelques dettes brûlantes, lorsque mon grand-oncle Adolphe disparut, laissant des biens appréciables.
C'était un homme au physique abondant sous des gilets de soie barrés d'une chaîne d'or. Il était mort subitement, sans testament. Alors commença la saga de l'Héritage.
Elle dura plusieurs mois, palabres et conspirations, clans formés et défaits, cris et fureur. Réparti entre soeurs, neveux et nièces dudit Adolphe, la part de chacun eût encore été substantielle. Or, on se disputa si bien que l'homme d'affaires de l'oncle Adolphe prit sur lui de régler le gros de la question : il fit main basse sur tout ce qui pouvait être subtilisé - l'argent liquide, l'or, les titres... Il détenait la clé du coffre. Cet homme, Pierre W., fut plus tard bien connu à Paris où il jouait les grands bourgeois chics. je ne le nommerai pas davantage, son fils vit encore.
La famille déchirée se ressouda pour maudire le vilain. Ma mère, incapable de faire valoir quelque droit que ce soit, se trouva évidemment évincée de l'ultime partage où l'on s'arrache les parcelles d'immeubles. Elle reçut un sautoir en or et une trembleuse en brillants. Le lendemain, le tout était au clou. Une institution géniale, le clou. On peut tout engager, même ses chaussures. Nous étions des habituées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfan50fanfan50   04 novembre 2015
L'acteur est un animal d'une espèce tout à fait particulière. Les uns sont intelligents, les autres sots, peu importe. Le talent de l'acteur ne transite pas par l'intelligence. Il arrive même que celle-ci nuise. C'est plutôt un sens, un sixième sens qu'il est toujours étonnant de voir fonctionner chez les grands.
Quelquefois, il ou elle est là, l'air bougon, les coins des lèvres tombants, vaguement irrité d'attendre, indifférent à ce qui l'entoure. Le metteur en scène répète ses indications, les précise. Il ou elle n'essaie même pas d'avoir l'air de comprendre, il ou elle n'a rien à en foutre, voilà. Et puis on dit : "Moteur, ça tourne", et s'opère la transfiguration. D'un coup, en un regard, un geste, une réplique, un personnage surgit. Et, sur l'écran, il y aura ce miracle donné à un très petit nombre : la présence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfan50fanfan50   04 novembre 2015
Dans la plupart des familles bourgeoises, il y avait autrefois une cousine pauvre, celle qui n'avait pas eu de chance ou que le sort avait frappée. Quelquefois, on l'hébergeait au fond de l'appartement, dans la lingerie que l'on sacrifiait, ou bien on lui procurait des leçons de piano. On l'invitait à déjeuner une fois par semaine, le lundi, jour de la lessive dont l'odeur excluait que l'on procédât à d'autres invitations. On lui refilait les vieilles robes. Rêveuse bourgeoisie.

Le statut de cousine pauvre était celui où ma ribambelle de grand-tantes entendait enfermer ma mère, dont elles avaient toujours jalousé l'éclat. Maintenant, on la tenait ! Et elle se débattait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfan50fanfan50   04 novembre 2015
Je cours dans un jardin et je me cogne contre une grille. Mon visage heurte un loquet, le sang jaillit, je hurle. Enormément. On accourt, et ma mère dit : "Tiens-toi. Dans notre famille, on ne pleure pas."
Ce qu'elle me transmettait là était complexe. D'abord, la notion d'une collectivité à laquelle j'appartenais - notre famille, qui respectait des règles. Envers laquelle j'avais des obligations : en être digne, digne de mon père. Ensuite, l'indécence des larmes, plaintes et gémissements.
Elle était pourtant l'indulgence, la douceur, la tendresse, ma mère, mais... on se tient. Et, le cas échéant, on en crève, il faut bien le dire. C'était quasiment japonais, cette façon d'interdire l'exubérance de la douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gemin1Gemin1   02 février 2015
Le journaliste de télévision est un bâtard du cinéma et de la presse écrite, avec une liberté de parole d'autant plus restreinte que l'audience de la chaîne où il s'exprime est large.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Françoise Giroud (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Giroud
En direct avec Françoise Giroud (1972) - 1
autres livres classés : servan-schreiberVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Françoise Giroud, une figure française du féminisme

Elle a travaillé très jeune. Dans les années 30, elle a été engagée, dans le cinéma, comme :

Jeune première
Scripte
Réalisatrice

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise GiroudCréer un quiz sur ce livre