AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Denise Nast (Traducteur)
EAN : 9782072916663
464 pages
Gallimard (10/06/2021)
3.64/5   25 notes
Résumé :
Stan Carlisle, employé dans une tournée foraine, médite en assistant au numéro d’un geek, affreux poivrot qui décapite les poulets d’un coup de dents. Jamais il ne descendra aussi bas, jamais ! Jeune et séduisant, Stan nourrit de grandes ambitions et n’a aucun scrupule. Sa rencontre avec Lilith, psy blonde, implacable et glaciale, marque le tournant de sa carrière. L’heure est venue de berner les riches en convoquant leurs chers disparus dans des demeures cossues. M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Pecosa
  15 juillet 2021
Nightmare Alley est un mauvais rêve né d'une anecdote entendue lors de la guerre d'Espagne.
Dans les archives de la Brigade Lincoln, on apprend que William Lindsay Gresham arriva en Espagne en novembre 1937. Incorporé comme artilleur puis attaché au 129th BDE, il quitta le pays en 1938. C'est en attendant son évacuation que Gresham apprit d'un infirmier nommé Joseph Daniel Halliday, ancien employé dans les fêtes foraines itinérantes, la triste histoire d'un ivrogne qui gagnait sa pitance en décapitant des serpents et des poules avec des dents.
C'est ainsi que naquit l'inclassable et mystérieux Nightmare Alley, jadis édité chez Série noire sous le titre le Charlatan (voir le billet de Koalas).
Inutile de dévoiler l'intrigue, contentons nous de dire qu'il s'agit de l'histoire d'un jeune homme qui avant-guerre s'enfuit de chez lui en grimpant dans le premier wagon, vivota dans les foires au milieu des freaks et des bonimenteurs à la petite semaine, joua les spirites pour pigeonner les riches, mais ne vit pas dans les cartes qu'il aurait dû éviter de croiser le chemin d'une psychiatre machiavélique au nom annonciateur (Lilith).
Cartes divinatoires, psychanalyse et misère sont les maitres-mots de ce roman, dans lequel William Lindsay Gresham fait correspondre à chaque chapitre un arcane majeur du tarot, du Fou au Pendu. Soyons attentif aux cartes, l'auteur, comme Alejandro Jodorowsky et William Bayer, était féru d'art divinatoire. Gresham, Freak des lettres américaines, mort seul et dans la misère, nous tend le miroir inversé du rêve américain. Il y a du Jim Thompson, dans Nightmare Alley, celui d'A deux pas du ciel et de Vaurien, avec cette jeunesse qui taille la route pour ne pas mourir d'ennui ou de faim, et une bonne dose de mystère, assez pour que le lecteur se perde dans les mensonges, prédictions, visions, et autres manipulations.
Mais que me disent les cartes? Qu'en plus de l'adaptation du roman avec Tyrone Power en 1947, je vois, je vois, que Guillermo del Toro vient d'en réaliser une dans la grande tradition du Film Noir, prochainement sur les écrans. Merci Koalas pour la trouvaille. Cette réédition est préfacée par Nick Tosches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
polarjazz
  19 janvier 2022
Dans un premier temps, je me suis demandé si je n'allais pas abandonner la lecture. Les deux cents premières pages ont été laborieuses. Au vu des commentaires majoritairement dithyrambiques des babelliotes, j'ai dû m'accrocher pour continuer et enfin y découvrir la quintessence de ce roman noir américain. « Nightmare Alley est addictif et effrayant. J'ai lu quelques informations sur l'auteur, sa vie a été douloureuse et tourmentée. Encore un écrivain qui se suicide ! L'écriture dévore, insatiable.
Stan Carlisle est le double fictif de William Lindsay Gresham. Nous le rencontrons dans une tournée foraine dans la première moitié du vingtième siècle. Il est employé au Dix-en-un comme Zeena, Pete, Molly et les autres. Stan se morfond. La sexualité le tiraille et cela depuis l'enfance. Sa mère s'est carapatée avec son prof de musique ; son père, il le méprise. Stan se libère du carcan familial et part sur les routes américaines, saltimbanque. C'est Zeena qui le déniaise. Il en profite pour zigouiller son concurrent. Un accident avec une bouteille d'alcool méthylique ? Grâce à la découverte d'un jeu de tarot divinatoire, Stan abandonne la galerie des monstres avec la douce et innocente Molly afin d'abuser de plus gros pigeons. Sur son chemin, il rencontre plus fourbe que lui, Lilith, une psy manipulatrice. Ils ont oublié ce qu'ils aimaient. Ont-ils aimé vraiment ?
C'est Jean Grenier, philosophe et écrivain français qui a dit : « Ecrire, c'est mettre en ordre ses obsessions ». J'ai le sentiment que William Lindsay Gresham a essayé d'expulser tous ses démons sans y parvenir. Triste fin. Mais roman virtuose. Imaginer un tel scénario est exaltant comme une sensation physique. La narration avec des verbes d'action nourrie l'intrigue et les émotions contribuent à l'essor du style.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
sandranae
  15 septembre 2021
Qu'il est jubilatoire de se dire en refermant ce livre que l'univers singulier des sideshows, tels qu'ils existaient au début du siècle dernier, n'a pas fini de faire couler de l'encre - la plus noire qui soit ici.
Un petit conseil avant toute chose : si vous n'appréciez guère les romans de Jim Thompson, David Goodis ou Harry Crews, mieux vaut passer votre chemin ! Car cette réédition de Nightmare Alley (parue initialement sous le titre navrant du Charlatan) nous offre un monument de lecture vintage et hard-boiled, marqué implacablement du sceau du destin.
Il est question ici de suivre l'ascension fulgurante du jeune forain Stan le Magnifique, la nouvelle recrue prometteuse de la Galerie des Monstres d'Ackerman et Zorbaugh appelée quelques années plus tard à devenir le Révérend Carlisle, le pasteur spiritualiste que toute la bonne société américaine de l'époque s'arrache. Sauf que le bonhomme est un escroc sans scrupules, un mystificateur, un manipulateur qui aime l'argent et le pouvoir par dessus tout, et qui a oublié le principal en cours de route : qu'il est impossible de savoir à titre personnel ce que le futur nous réserve quand on ne dispose pas d'un réel don de voyance !
Avec cette 1ère oeuvre traduite en France, Gresham et Stan - son double littéraire - marquent à jamais l'histoire du roman noir de leurs langues acérées, et de leurs démons et autres geeks intérieurs qu'ils tentent de noyer dans l'alcool.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
aliasdam
  26 janvier 2022
Plongeons dans les années 30 dans le milieu forain, la confrontation entre décantes et bourgeoisie, spiritisme & farce & attrapes.
Un roman dense qui laisse perplexe dans un premier temps avec cet enchaînement de paragraphes, presque non reliés les uns aux autres. Les protagonistes se mettent en place, le chapiteau est levé, l'intrigue est lancée. L'histoire avance entre coups bas, retournements de situation et pluie d'argent. La description des sentiments, la juxtaposition des pièges sont brillamment retranscrites. Cette dualité opposée entre pauvres & riches, entre filous & naïfs, tout est bien rendu. Mais le charme n'opère pas tout le temps. le récit est trop long, et malgré quelques jolis rebondissements, la surprise n'est pas au rendez-vous. le roman (re)paraît grâce à Guillermo del Toro (dont le film est sorti en janvier 2022), mais entre temps, de nombreux récits ont épuisé ce filon. Spiritisme, conquête du milieu bourgeois, appât de l'argent, trucs & astuces dans un cirque… tout est déjà vu. le roman offre de belles séquences, mais à la fin, on s'épuise à continuer la lecture d'un drame qui ne retient malheureusement plus trop l'attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Livrepoche
  14 juillet 2021
Ne vous y trompez pas, Nightmare Alley, n'est pas un texte tout nouveau. Il est sorti en France en 1948 sous le titre le Charlatan. C'est le premier de son auteur William Lindsay Gresham, mort en 1967 en laissant quelques titres inconnus. C'est le seul à être traduit.
Et tout a bien commencé car l'auteur nous plonge au coeur des forains, à l'époque des freaks, des femmes à barbe et autres joyeusetés. On y voit leur lien où la promiscuité et les galères créent des liens uniques parmi des gens très divers. On voit leur magouilles, leurs difficultés. On y voit le personnage principal, Stan qui sera le fil conducteur.
Là, Nightmare Alley, m'a un peu perdu car il me manquait de quoi mieux cerner le personnage principal. Ambitieux, c'est certain mais veut-il de argent, du pouvoir ? Veut-il se venger de quelques injustices sociales ? Ce n'est pas bien clair. Pour autant, son talent à lire les gens lui permet d'approcher de près, son objectif au risque de perdre son humanité. À ce stade de la lecture, j'avais perdu l'intérêt premier. William Lindsay Gresham déjoue au fur et à mesure les hypothèses que je ne peux m'empêcher d'échafauder sur l'avenir des personnages. Il n'était pas impossible que Nightmare Alley soit un roman à clefs. L'auteur m'a donc baladé et j'étais content de voir venir les dernières pages et terminer ce roman que je n'avais pas compris. Il a fallu attendre le dernier mot, celui avant le point final, pour me montrer que j'ai diablement vie été mené en bateau. Ce dernier mot a rattrapé mon avis déclinant pour ce roman et sauve cette lecture qui sera plus marquante que je ne le croyais. J'ai envie de dire, bravo Monsieur William Lindsay Gresham.
Lien : http://livrepoche.fr/nightma..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeMonde   10 juin 2021
Ce grand roman d’un écrivain américain déchu conte le parcours d’un fugueur dans les années 1930, entre cirque, music-hall et spiritisme. Impitoyable.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PecosaPecosa   10 juillet 2021
Ce livre, publié pour la première fois en 1946, est né en hiver, entre la fin de 1938 et le début de 1939, dans un village près de Valence où William Lindsay Gresham, l'un des volontaires des brigades internationales venus défendre la République dans la cause perdue de la guerre civile espagnole, attendait son rapatriement. En attendant, il but des verres avec un homme, Joseph Daniel Halliday, qui lui parla d'une chose à la fois repoussante et terrifiante: une attraction de foire portant le nom de geek, un ivrogne tombé si bas qu'il arrachait des têtes de poulet et de serpent rien que pour pouvoir se procurer sa dose d'alcool.

Préface de Nick Tosches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
PecosaPecosa   10 juillet 2021
Le mot geek (dérivé de "geck", mot désignant un idiot, simple d'esprit ou dupe, en usage au moins dès le XVIè siècle et jusqu'au XIXè) était généralement ignoré dans son acceptation carnavalesque d'homme primitif qui décolle avec ses dents des têtes de poulet ou de serpents vivants, jusqu'à ce que Gresham l'introduise au grand public dans Nightmare Alley. En novembre 1947, le fameux trio de Nat "King" Cole a enregistré un disque intitulé The Geek.


Préface de Nick Tosches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
polarjazzpolarjazz   18 janvier 2022
- Quand vous vous allongez sur ce divan, vous passez toujours la main sur vos cheveux avant de vous y étendre. Pourquoi faites-vous cela ?
- C'est un geste de préparation.
- Expliquez-vous.
- Tout artiste de music-hall a un tic, un geste qu'il fait, dans les coulisses, au moment d'entrer en scène.
- Qu'est-ce qui vous y pousse ?
- Je l'ai toujours fait. Quand j'étais gosse, j'avais une mèche rebelle et ma mère me disait continuellement de l'aplatir.
-Est-ce là l'unique raison ?
- Quelle importance cela a-t-il ?
(P.277)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polarjazzpolarjazz   18 janvier 2022
Les gens sortaient de la tente où s'était produit le geek, mornes, distraits et silencieux, à l'exception du pochard. Stan les contempla, un étrange sourire, doux et distant, sur le visage ; le sourire d'un prisonnier qui vient de trouver une lime dans une miche de pain.
(P.26)
Commenter  J’apprécie          10
polarjazzpolarjazz   18 janvier 2022
- Je suis un arriviste, nom de Dieu. Comprenez-vous cela, espèce de garce à la face glacée ? Je tiens à gagner de l'argent par n'importe quel moyen. Dans ce foutu asile d'aliénés qu'est le monde, il n'y a que le fric qui compte. Quand vous en avez, vous êtes le maître.
(P. 281)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : foireVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre