AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Raphaëlle Dedourge (Traducteur)
EAN : 9782266182355
691 pages
Pocket (12/03/2009)
  Existe en édition audio
3.7/5   142 notes
Résumé :
Un riche entrepreneur. Une femme désirable. Une riche maison luxueuse. Un meurtre. Pour le commissaire Roy Grace de la police de Brighton, l'affaire est limpide : Brian Bishop a assassiné son épouse volage, empochant au passage une coquette prime d'assurance-vie.
Les tests ADN ne laissent d'ailleurs aucun doute. Mais quelques détails ne contredisent pas cette version trop évidente. Le masque à gaz retrouvé sur la victime d'abord, puis l'alibi incontestable d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 142 notes
5
9 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
1 avis

NicolaK
  10 avril 2022
Livre lu il y a un moment puisque c'est le troisième qu'a écrit Peter James mettant en scène Roy Grace, héros récurrent que j'apprécie tout particulièrement. Je les reprends un peu dans le désordre et vu que l'auteur mêle habilement les enquêtes et la vie privée des protagonistes dans ses livres, c'est assez amusant, du moins quand on connaît l'historique. Je conseille néanmoins aux nouveaux lecteurs de les lire dans l'ordre, même si l'on comprend parfaitement l'histoire en en choisissant un au hasard.
Cette fois, Roy et son binôme vont enquêter sur la mort de Katie Bishop, épouse d'un riche homme d'affaires de Brighton. Son mari, Brian, apprend la nouvelle alors qu'il dispute une partie de golf. Il ne semble pas vraiment bouleversé, ce qui titille un peu nos enquêteurs, puisque pour arranger son cas, il ne rentre chez lui que le week-end. Dans ce tableau qui ternit un peu l'image du couple parfait, vient se glisser une certaine Sophie, assistante de production cinématographique, qui se prétend fiancée à Brian, ce qu'il nie bien entendu farouchement. Forcément, ça fait désordre.
Une fois ces éléments mis en place, Peter James choisit de laisser un peu l'enquête de côté pour creuser davantage la vie privée de Roy, de plus en plus fou de la légiste, Cleo. Mais Roy a un passé sur lequel il ne s'était pas vraiment épanché, ce qui amène quelques rebondissements inattendus.
Toujours au niveau vie privée, le binôme de Roy a lui-même des problèmes conjugaux et se fait héberger par ce dernier.
Vous l'aurez compris, l'enquête n'est pas vraiment au centre de ce livre, d'autant que les indices pointant sur un mystérieux homme surnommé "Le Millionnaire" embrouillent un peu l'affaire mais sans plus. Un dealer vient même encore chambouler l'affaire.
Je sais, ça fait un peu méli-mélo dit comme ça, mais j'essaie de ne pas trop spoiler, puisque l'auteur s'est évertué à faire durer le suspense jusqu'à la fin, alors que je pense que la plupart des lecteurs reniflaient les fausses pistes d'assez loin. le plus ardu si l'on peut dire, était de trouver laquelle était la bonne, mais bon, en procédant par élimination....
J'ai bien aimé cet opus, parce que j'adore l'auteur et ses personnages, la plume est fluide et on vient facilement à bout de ces presque 700 pages, sans pour autant le considérer comme un chef d'oeuvre non plus.Pour les fans, c'est un élément clé dans la vie privée des protagonistes, et si j'ai dit plus haut que chacun des romans peut se lire indépendamment, je crains que celui-ci ne soit pas celui de la série à choisir de lire en guise de one shot, parce que sans connaître les personnages, on se fiche un peu des retournements de situation hors enquête policière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Paco
  19 octobre 2012
Le niveau de mon enthousiasme envers ce roman est à l'image de son titre; mort... ou presque. Peter James, un grand nom, pourtant, du thriller anglais, ne m'a pas du tout convaincu avec cette oeuvre. Je découvre cet auteur britannique avec ce livre - dommage -, mon bilan personnel est sans appel, je suis totalement déçu. Bien sûr, je vais m'expliquer et, bien entendu, je ne vais pas me limiter à ce constat négatif et je me lancerai dans les autres oeuvres de Peter James qui ont reçu, quant à eux, de bonnes critiques. ("La mort leur va si bien" et "Comme une tombe", également chez Pocket, suscitent grandement mon intérêt).
"Mort... ou presque", voici l'histoire en quelques mots. Nous évoluons dans une ville située au sud de l'Angleterre, nous sommes à Brighton, près de Londres. Katie Bishop, femme mariée à un riche industriel de la région, Brian Bishop, a été découverte sans vie à son domicile. Cette femme, respectée et appréciée des citoyens de la ville, a été retrouvée dans une posture un peu particulière; visiblement étranglée et porteuse d'un masque à gaz en cuir. Jeux sexuels?
L'enquête conduite par le commissaire Roy Grace, personnage récurant des romans de Peter James, va motiver les forces de l'ordre à s'intéresser d'assez près au mari de la victime. Une seconde femme va être découverte peu après, morte dans des circonstances similaires. Les termes "tueur en série" ou "psychopathe" vont gentiment s'accrocher aux lèvres des enquêteurs ou encore des journalistes, fermées pour les premiers qui tentent d'éviter une panique dans la ville, et grandes ouvertes pour les seconds qui recherchent du sensationnel.
Le mari de la première victime, Brian Bishop, que tout accable, est-il l'auteur de ces abominations? Peter James va faire planer le doute jusqu'au bout, ou plutôt tenter, car l'effet de surprise est loin d'être présente!
Et c'est long! L'enquête avance très lentement, trop lentement, et le rythme en pâtit inévitablement. Ce rythme s'essouffle à un tel point que nous, lecteur, du souffle, on en a à revendre tellement l'intrigue n'avance pas. Pour un thriller, c'est tout de même décevant. J'avoue qu'à un certain moment je n'avais plus qu'une seule envie, arriver au bout pour pouvoir enfin refermer ce pavé de 690 pages. (Je n'arrête jamais une lecture en cours).
En parlant de l'intrigue justement, pour ma part, elle s'est dégonflée très rapidement comme un ballon de baudruche. Après quelques dizaines de pages tournées, j'avais déjà découvert toutes les subtilités qui allaient suivre. (J'ai mis le terme subtilités en italique car en fait il n'y a rien de subtile). C'est peut-être voulu de la part de l'auteur mais alors dans ce cas où est l'intérêt d'aller jusqu'au bout? Concrètement, tout ce qui a suivi, j'ai pu l'anticiper à chaque fois sans trop me démonter la caboche. Je me suis tout de même dit que l'auteur allait me réserver un gros coup pour la fin; même pas.
L'enquête menée par le commissaire Roy Grace est tout ce qu'il y a de plus classique; le genre d'enquête très linéaire, standard, que nous avons l'impression d'avoir vue mille fois. Peter James tente de nous accrocher avec une action secondaire qui touche de près le commissaire Grace mais en ce qui me concerne, cela n'a pas pris. J'ai plutôt accueilli cet aspect-là comme du remplissage, histoire de donner de la consistance au livre.
Concernant les personnages, je n'ai pas ressenti une grande épaisseur, mis à part peut-être Roy Grace qui sort un peu du lot. Peter James aurait peut-être dû donner plus d'importance aux protagonistes de son roman plutôt qu'aux nombreuses descriptions inutiles - pour moi - qui font traîner ce livre en longueur.
Par contre, je tiens à relever l'excellente précision de l'auteur lorsqu'il s'agit de nous emmener dans cette ville qui est Brighton (ville de l'auteur) ainsi que dans les rues et lieux publics de Munich. L'ambiance des rues de Brighton est bien prenante, surtout en ce que concerne le côté sombre; la drogue, le trafic, la déchéance ainsi que tout ceux qui la représentent et la subissent. Pour Munich, l'ambiance des troquets, les belles places et les masses de Weissbier... Très sympa danke schön!
"Mort... ou presque", une perte de temps pour moi, mais comme je l'ai dit au début, je me réjouis de découvrir ses autres oeuvres pour me faire une meilleure opinion de Peter James.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Louis111222
  11 décembre 2020
J'ai aime ce livre...bon il faut avoir le temps de le faire , pour ne pas mourir ou presque avant d'arriver au bout. On sait depuis le début que le coupable que tout accuse n'est pas le bon. Pas grave, on se ballade dans Brighton et ses alentours. On se ballade dans une enquête complexe. l'auteur ne manque pas d'humour. La police me semble bien simpliste dans ses recherches de preuves. Mais comme dans Zorro, elle trouve les coupables à la fin , au bout de plusieurs centaines de pages, ou le lecteur, mort ou presque de fatigue ne peut plus apprécier. C'est un livre voie de chemin de fer avec toutes ces lignes qui se croisent avant d'arriver en gare....sur le bon quai...à point d'heure....Avant d'arriver en gare...le train va toujours si lentement...
Commenter  J’apprécie          100
druspike
  26 juillet 2020
Insta: https://www.instagram.com/druspike/
Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092
En ce moment je passe par une phase compliquée et j'ai vraiment beaucoup de mal à lire ! Manque de temps d'un côté, couplé à quelques soucis perso et c'est la traversée du désert … En plus je n'arrive pas non plus à avoir envie de chroniquer mes lectures donc je prends du retard à ce niveau là aussi ! Bref paie ta période de M**** !
De quoi ça parle ? «Un riche entrepreneur. Une femme désirable. Une riche maison luxueuse. Un meurtre. Pour le commissaire Roy Grace de la police de Brighton, l'affaire est limpide : Brian Bishop a assassiné son épouse volage, empochant au passage une coquette prime d'assurance-vie.
Les tests ADN ne laissent d'ailleurs aucun doute. Mais quelques détails ne contredisent pas cette version trop évidente. le masque à gaz retrouvé sur la victime d'abord, puis l'alibi incontestable de Bishop, et enfin la sincérité de ses dénégations.
Et quand survient un meurtre similaire, il n'y a plus qu'une seule certitude : quelque soit le coupable, il est d'une habileté diabolique et extrêmement dangereux... »
Je ne sais même plus depuis combien de temps ce livre est dans ma PAL … Comme ça à vu de nez je dirais 3 ans ! Finalement je crois que je sors un tome de la série Roy Grace par an, pas plus !
Généralement je passe un bon moment de lecture, Franchement le personnage de Grace est assez attachant, son histoire perso et les mystères qui l'entourent sont un très bon fil rouge au fur et à mesure des tomes. J'aime aussi beaucoup le personnage de Cléo !
Là ou le bât blesse en règle générale c'est au niveau de l'enquête … On est ici avec le troisième tome du cycle Grace, je pense que j'en ai 5 en tout et très honnêtement si le modus operandi reste le même dans les 2 suivants je n'irais pas plus loin ! Même si j'aimerais avoir le fin mot de l'histoire de Roy !
Malheureusement j'ai compris le pourquoi du comment assez vite dans ma lecture ! J'aime beaucoup la plume de Peter James, on est sur une écriture très simple mais efficace, des chapitres courts, pas mal de dialogues ce qui fait qu'on a pas de mal à avancer et surtout qu'on arrive à aller au bout des 700 pages !
Parce que pour le coup 700 pages, pour moi il y en a un paquet en trop ! Surtout quand la solution de l'enquête est tellement évidente que ça fait 550 pages que t'as trouvé ! On avance pas trop sur le mystère de l'ex femme de Grace, je pensais au début de ma lecture et au vu des événements que ça allait pas mal bouger à ce niveau là mais au final pas du tout !
Bref pour faire simple c'est agréable à lire mais c'est vraiment pas ce que je préfère dans le genre thrillers / polars ! Un bon roman de plage / train si comme moi vous êtes facilement déconcentré pour lire dans ces lieux. Comme on comprend tout au bout de 100 pages, on peut se permettre de le survoler à certains moments !
Note 7/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MesCarnetsLitteraires
  22 octobre 2018
J'ai beaucoup apprécié retrouver le commissaire Grace qui me fait souvent penser à Myron Bolitar dans les romans d'Harlan Coben et que j'adore tout autant 😉
Concernant l'intrigue, j'ai cru devenir folle tout au long de ma lecture ! Même si j'avais plus ou moins deviné la solution, j'étais tout de même loin du compte car effectivement beaucoup d'éléments ne collaient pas...
La fin était vraiment bien trouvée et je ne m'y attendais absolument pas !
D'ailleurs, j'en profite pour râler un peu car dans le résumé de la quatrième de couverture, on nous parle d'un élément qui n'arrive qu'au 3/4 du livre et qui nous met un peu sur la piste avant même d'avoir commencé à lire. Heureusement que l'auteur va encore plus loin et arrive à nous surprendre sinon la lecture perdrait tout son intérêt !
Si ce livre vous intéresse je vous conseille vivement de commencer par le tome 1 car il y a quand même une petite intrigue fil rouge concernant la vie personnelle du commissaire...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   09 janvier 2013
.... Je lisais cette foutue directive européenne sur la standardisation du traitement des demandeurs d'asile qui commettent des crimes (...).

Tu ne peux t'imaginer le temps que je perds à lire des rapports comme celui-là, alors que je devrais me consacrer au maintien de l'ordre dans le Sussex. Je commence à vraiment détester l'Union européenne. Tiens, une comparaison intéressante : tu connaîs le discours de Lincoln prononcé en 1863 à Gettysburg ? (...)

Par ce discours, Lincoln a permis de faire graver dans la Constitution américaine les principes les plus sacrés du monde que sont la liberté et la démocratie. (...)

Ce discours comptait moins de trois cents mots. Tu sais combien fait la directive européenne sur la taille des choux ?

- Je l'ignore.

- Soixante-cinq mille mots!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
namelessnameless   09 janvier 2013
On a quasiment tous une IDEE DE GENIE une fois dans notre vie. L'instant "Eurêka". On la trouve tous différemment, soit par chance ou par sérendipité. Ce fut le cas d'Alexander Fleming quand il a découvert la pénicilline en laissant des bactéries à l'air libre, une nuit. C'est en regardant une montre Swatch, un beau jour, que Steve Jobs s'est dit que ce serait bien qu'Apple propose des ordinateurs de toutes les couleurs. Bill Gates a dû lui aussi connaître ce moment, forcément.

Ces idées nous viennent parfois au moment où on s'y attend le moins : dans le bain, alors qu'un détail nous tracasse, au lit, en plein milieu de la nuit, à un moment où il est impossible de fermer l'oeil, ou simplement assis à son bureau... L'idée que personne n'a eue avant nous. L'idée qui va faire notre fortune, qui va nous libérer de toutes les corvées quotidiennes, de tous les emmerdements qu'il faut supporter. L'idée qui va révolutionner notre vie et faire de nous un homme libre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BillBill   30 mai 2017
On a quasiment tous une IDEE DE GENIE une fois dans notre vie. L'instant "Eurêka". On la trouve tous différemment, soit par chance ou par sérendipité. Ce fut le cas d'Alexander Fleming quand il a découvert la pénicilline en laissant des bactéries à l'air libre, une nuit. C'est en regardant une montre Swatch, un beau jour, que Steve Jobs s'est dit que ce serait bien qu'Apple propose des ordinateurs de toutes les couleurs. Bill Gates a dû lui aussi connaître ce moment, forcément.

Ces idées nous viennent parfois au moment où on s'y attend le moins : dans le bain, alors qu'un détail nous tracasse, au lit, en plein milieu de la nuit, à un moment où il est impossible de fermer l'œil, ou simplement assis à son bureau ...
L'idée que personne n'a eue avant nous. L'idée qui va faire notre fortune, qui va nous libérer de toutes les corvées quotidiennes, de tous les emmerdements qu'il faut supporter. L'idée qui va révolutionner notre vie et faire de nous un homme libre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
galyalaingalyalain   28 mai 2020
Nous avons tous deux parties distinctes dans notre cerveau : l’une contient la mémoire, l’autre nous permet de créer – et de mentir. Le côté construction. Leur localisation varie en fonction des individus. Pour les identifier, il suffit donc de poser une question à laquelle il est peu probable que la personne mente, comme celle, apparemment innocente, que Grace venait de poser à Bishop. A l’avenir, si ses yeux partaient vers la gauche, ce serait pour dire la vérité, et s’ils obliquaient vers la droite, il s’agirait vraisemblablement d’un mensonge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mymy37mymy37   28 avril 2017
"Katie Bishop est morte étranglée à l'aide d'un cordon ou d'un câble passé autour de son cou. Les tissus de la gorge ont été envoyés au labo pour analyse. On connaîtra peut-être bientôt la nature de l'arme" annonça-t-il
Il but une autre gorgée de café.
" Une quantité importante de sperme a été trouvé dans son vagin ce qui indique qu'un rapport sexuel a eu lieu aux alentours de l'heure de la mort.
- je l'aurais bien baiser à mort murmura Potting.
Bella Moy se tourna vers lui:
- ce que tu peux être vulgaire!
Bouillant de colère Grace intervint à son tour:
- Norman tu as dépassé les bornes ! Je veux te voir après la réunion. Personne n'est d'humeur à supporter tes blagues de mauvais goût c'est clair?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Peter James (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter James
Des enfants trop parfaits, de Peter James chez Fleuve Éditions
Naomi et John ont perdu leur fils unique, emporté par une maladie génétique rare à l'âge de 4 ans. Aujourd'hui, des années plus tard, ils se sentent enfi n prêts à refonder la famille dont ils ont toujours rêvé. Lorsqu'ils entendent parler du docteur Dettore, généticien visionnaire, ils voient en lui l'homme providentiel. Dettore connaît une méthode infaillible pour que leur prochain enfant ne soit pas atteint de la même pathologie. Comment résister à la promesse d'un bébé en bonne santé ? Ils auraient pourtant dû être alertés par la liste qu'on leur a remise : choix de la couleur des yeux, de la taille, des traits de caractère, des aptitudes sportives... Trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose ne tourne pas rond.
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2340 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre