AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225300491X
Éditeur : Le Livre de Poche (04/12/1969)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 127 notes)
Résumé :
Philippe Marcenat, fils de grands bourgeois limousins conventionnels et rigides, s'éprend passionnément de la ravissante Odile Malet et l'épouse malgré l'hostilité de ses parents. Son mariage sera un échec.
Remarié à Isabelle de Cheverny, qui est le contraire absolu d'Odile, et bien que l'aimant profondément, c'est lui maintenant qui fait subir à Isabelle les tourments qu'il a éprouvés jadis.
Histoire d'un double échec conjugal, Climats, d'une finesse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Fisheye
  02 août 2011
On ne lit plus trop André Maurois, je crois. Une mince couche de poussière recouvre son nom, et j'aime à l''imaginer, patient, attendant sans faire de bruit que les années passent, que la roue tourne, et qu'il soit à nouveau temps.
Climats pourtant ravit, Climats pourtant étonne. Lente descente dans un enfer sans flamme, le couple, ressassements infinis et si précis autour d'un homme et de deux femmes qui ne sauront jamais trouver le moyen de s'aimer. Deux lettres, en fait, qui cherchent à exorciser, en chuchotant, la plus épuisante des vérités humaines : pourquoi, comment, la pelote des sentiments toujours s'emmêle. Maurois ne connais pas le biais, il regarde la comédie humaine frontalement, sans hausser les épaules, mais avec l'entêtante impression qu'on aura beau dire, on ne pourra jamais rien y changer. Chaque paragraphe enserre les sentiments, les pousse jusqu'à leurs derniers retranchements. Art extrême de la phrase qui s'enroule, se tend, pour dire l'éternelle tristesse : il n'y a que ce qu'on ne comprend pas que l'on peut expliquer.
Sobre et compatissant, il y a tout de même de l'Aragon avant l'heure dans la mélancolique mélodie qui s'élève de ces pages. Car Maurois lui aussi le sait bien : "Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, Ni sa faiblesse, ni son coeur. Et quand il croit Ouvrir ses bras, son ombre est celle d'une croix. Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie. Sa vie est un étrange et douloureux divorce. Il n'y a pas d'amour heureux"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Colchik
  02 septembre 2017
André Maurois est un romancier et biographe tombé dans un relatif oubli aujourd'hui. La relecture de Climats m'a fourni peut-être quelques explications sur la désaffection du public pour cet ancien académicien.
le roman se décompose en deux parties, la première peut être qualifiée de confession, c'est une longue lettre adressée par Philippe Marcenat à sa future femme, Isabelle de Cheverny. La seconde est le récit d'Isabelle, trois mois après la mort de son époux emporté par une pneumonie fulgurante, récit qui revient sur les épisodes heureux et malheureux de son union avec Philippe.
Unique héritier d'un riche papetier du Limousin, ce dernier a grandi dans une famille aimante, mais corsetée par un certain conformisme bourgeois et provincial ainsi que par une réserve quasi maladive. Chez les Marcenat, la discrétion, la pudeur des sentiments et la routine du quotidien sont élevés au rang de vertus. Après des études de droit, Philippe reprend peu à peu les rênes de l'entreprise familiale, menant une vie à la fois mondaine à Paris, et industrieuse à Gandumas, siège de la papeterie et du domaine familial. Au cours de vacances italiennes, il fait la connaissance d'Odile Malet, la fille d'un architecte parisien et, subjugué par sa beauté, sa fraîcheur, il l'épouse très rapidement malgré les réticences des siens. Les Malet ne jouissent pas d'une réputation bien établie, les échecs professionnels du père et la vie sans contraintes du couple et de leurs enfants heurtent le conservatisme de la bonne société parisienne. Très vite Philippe débusque des ambiguïtés dans le comportement de son épouse et commence à être rongé par une jalousie qui empoisonne chaque instant de sa vie conjugale. Il finira par divorcer d'Odile à la veille de la première guerre mondiale. Celle-ci se remariera avec François de Croizant, un officier de marine, puis se suicidera devant l'échec de sa nouvelle union.
Isabelle, quant à elle, se souvient de sa rencontre avec Philippe, de son incapacité à maîtriser ses suspicions sur l'infidélité de cet homme secret, séduisant, amateur de belles femmes. Peu à peu, elle comprend qu'il lui faut l'aiguillon de la jalousie pour qu'il parvienne à manifester la profondeur de ses sentiments. Refusant de céder à la facilité de provoquer cette jalousie pour attiser son amour, elle va essayer de le reconquérir en le détachant des comportements mortifères qui ne peuvent mener leur mariage qu'à l'échec. La maternité, le retour le temps d'un été à Gandumas, la tranquillité des esprits apaisés lui amènent une sérénité qui se brise avec la mort de Philippe.
Avouons-le, le style d'André Maurois est d'une clarté, d'une fluidité qui rendent la lecture de Climats plaisante. Mais ce roman est terriblement daté tant sur le plan des moeurs de la société qu'il décrit, que sur le plan des rapports hommes-femmes qu'il entend décoder. C'est un écrivain formaté par l'esprit du dix-neuvième siècle qui dépeint le microcosme bourgeois, composé d'hommes d'affaires, des hauts fonctionnaires, d'officiers, d'aristocrates qui se retrouvent dans le salon de la tante du narrateur, Cora. On surveille la réputation de chacun tout en s'adonnant à un marivaudage de bon aloi. On va écouter de la musique, on passe une soirée au théâtre, on s'adonne au plaisir de la conversation qui consiste surtout en commérages sur les uns et les autres. Les femmes sont toutes – ou presque – ravissantes quand elles ne se sont pas fanées par quelques maternités. On pourrait pardonner à Maurois cet univers à l'atmosphère raréfiée s'il ajoutait à une touche de satire sociale, donnait quelques coups de croc à cette société momifiée dans les convenances, comme savaient si bien le faire Henry James, Proust ou encore Edith Wharton et André Gide. Mais non, rien de cela.
En ce qui concerne sa peinture des relations entre les deux sexes, là encore nous avons la vision d'un homme fortement ancré dans le passé. Il dresse un portrait peu flatteur des femmes. Odile apparaît comme une femme fragile, frivole, orgueilleuse, inconséquente. Elle passe beaucoup de journées allongée en raison de sa fatigue, fait deux fausses couches, a beaucoup d'essayages, et se montre piquante en société quand elle se souvient surtout des conversations qu'elle a eues avec son époux. Philippe ne la trouve pas intelligente – il s'interroge sans cesse sur ce point – mais son charisme le rend vivant au monde qui les entoure. le mystère dont s'entoure la jeune femme la rend insaisissable, et condamne très vite le bonheur du couple. La seconde union de Philippe tourne également au désastre. Quand Isabelle, sentant croître la distance qui la sépare de son époux, souffre et s'insurge de ses sorties en galante compagnie, il ne change pas son attitude mais lui conseille de modifier la sienne. « Ma pauvre Isabelle » revient comme un leitmotiv quand il la réprimande ou déplore ses faiblesses. Il faut que Mme Marcenat mère insiste pendant leur séjour à Gaudumas pour que le couple partage la même chambre. Ultime humiliation pour Isabelle, pendant l'agonie de Philippe, celle qu'il croit voir à son chevet est Solange Villier, sa dernière maîtresse, et non sa femme.
Est-ce que je prête à l'écrivain les traits misogynes de son personnage par un amalgame peu subtil ? Je ne le pense pas. Il n'y a quasiment aucun personnage féminin qui présente des qualités positives dans le roman. Denise Aubry, la première maîtresse, est une femme légère et très province. Odile est instable. Son amie Misa est décrétée « méchante ». Yvonne Prévost, Françoise Quesnay, Thérèse de Saint-Cast sont de jolies créatures, seulement amusantes. Solange Villier est une séductrice impitoyable (« Solange est une tigresse »), une femme qui « commet des folies » que son mari accepte avec résignation. Isabelle est ennuyeuse et bonnet de nuit. La tante Cora est une pragmatique, obsédée par son salon mondain et ses invités et qui a une idée toute particulière du mariage. Quant aux mères et belles-mères, les premières sont froides et les secondes originales, donc gênantes. Un seul personnage tire son épingle du jeu, Renée, la cousine, l'amie d'enfance : célibataire, elle travaille, aime et est aimée. À bien considérer, la vision qu'a l'auteur des femmes est accablante et ne peut se réduire à la psychologie du principal protagoniste de l'histoire. La jalousie de Philippe est dépeinte comme une impossibilité de fusionner avec l'être aimé dans un amour absolu, tandis que celle d'Isabelle est présentée comme un rétrécissement de sa capacité à aimer l'autre dans sa totalité.
le roman s'achève dans les années vingt sans qu'il s'arrache vraiment aux codes du siècle précédent par une modernité autre que de façade. On mesure ainsi ses limites à dépasser l'époque à laquelle il a été écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Malaura
  19 mai 2011
Dans un récit plein de sincérité écrit pour sa seconde épouse Isabelle , Philippe Marcenat raconte son premier mariage avec Odile.Leur ménage avait peu à peu périclité, victime de la passion dévorante et l'obsédante jalousie qu'il portait à sa 1ère femme. A la mort de Philippe, Isabelle prend à son tour la plume pour évoquer sa propre vie de couple et comment sa jalousie et sa passion pour Philippe lui feront traverser les mêmes épreuves que son mari au temps d'Odile.
"Climats" connut un immense succès dès sa parution en 1928 et on comprend pourquoi ! C'est une analyse tout en finesse, subtile et délicate des différents climats amoureux que propose l'auteur, une observation si juste, si universelle que le lecteur ne peut être que touché par cette oeuvre exquise qui, loin d'avoir subi les outrages du temps, a au contraire, gardé tout son charme et sa puissance.Porté par une écriture fluide, simple et sensible, "Climats" est un remarquable roman.
Commenter  J’apprécie          120
tine2009
  23 novembre 2009
C'est une écriture très délicate , avec des expressions parfois d'un autre temps. Justement c'est ce qui est agréable: lire ces mots et ces tournures , qui sont souvent aujourd'hui remplacés par des "ouech ouech".Bon j'exagère un peu mais cela n'en ai pas toujours si loin !!:-)!!
André Maurois évoque des relations amoureuses vues à travers les yeux et un coeur masculin et ensuite par des yeux et sentiments féminins !
C'est très beau , on rencontre puis on est submergé très vite par les personnages.On ne fait presque plus qu'un avec eux ; on ressent leurs émotions , leurs joies et leurs moments de tristesse ou d'analyse .
On ne peut imaginer que ce livre fut écrit par un homme tant il sait si bien écrire les espérances , impressions et pensées féminines .
Commenter  J’apprécie          121
barjabulette
  12 novembre 2014
Quel livre surprenant.
En fait, ce livre m'a été donné par une amie lorsqu'elle est décédée. Je l'avais laissé un peu "en rade" et puis je me suis décidée.
L'amusant de l'histoire c'est qu'en fait je n'avais aucune idée de ce que j'allais lire car il n'y a pas de résumé du livre sur la couverture, il n'y à que des critiques de divers journaux.
Ensuite, à l'intérieur, il y a une "rétrospective" concernant l'auteur et, tout de même, un résumé succint. J'étais un peu "informée".
Mais, même en étant un peu informée, on ne soupçonne pas la finesse de l'auteur, cette capacité à se mettre dans le corps, le rôle d'une femme alors qu'il est homme.
Bien sur, l'histoire peut paraître un peu surannée pour les plus jeunes, les termes ne sont plus vraiment ceux que l'on connait, que l'on utilise.
Aujourd'hui les histoires d'amour sont plus rapides, on va plus vite à l'essentiel.
Il s'agit ici d'un échange de livres intimes, si je peux expliquer ainsi, entre les 2 héros. Leur vie n'est pas simple mais l'auteur gère cela avec Maestria.
Un bon moment lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
rolandm1rolandm1   26 mars 2013
J'avais mis une robe blanche toute unie, pour être moi-même une Walkyrie. Philippe m'en avait fait compliment. Il était rare qu'il aimât mes robes. Ce jour là, je vis qu'il avait plaisir à me regarder. La forêt ma parut très belle. Nous nous étendimes dans l'herbe, moi les orteils en éventail et ma tête appuyée sur son épaule. Des sapins plantés autour de nous formaient comme un puits vertical.
Commenter  J’apprécie          180
rolandm1rolandm1   11 mars 2012
La nuit tomba ; j'étais couché sur le gazon, aux pieds nus de Denise: ma main rencontra sa cheville que j'enveloppai doucement sans qu'elle protestât. Il y avait derrière nous des seringas dont je sens encore le parfum très fort. On voyait les étoiles à travers les branches.Je n'abandonnai pas ses orteils qu'elle me laissa, heureuse, indiférente.
Commenter  J’apprécie          90
rolandm1rolandm1   25 mars 2013
Le temps était splendide. Quand mon mari rentrait de l'usine, il aimait à "se griller" en plein soleil. Nous nous faisions apporter deux pliants sur la pelouse, devant la maison, et nous restions silencieux, perdus dans de vagues rêveries. Quelquefois Philippe me souriait et me regardait et me souriait. Je savais que nous étions unis. Ah, Philippe, je voudrais passer toute ma vie, près de vous, engourdie, pieds nus, sans rien de plus que votre main, cette tiédeur de l'air, ces bruyères...C'est délicieux et si mélancholique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustecmireille.lefustec   10 juillet 2016
Non, moi, je ne peux pas me transformer. Vous dites toujours que ce que vous aimez en moi, c'est mon naturel. Si je changeais, je cesserais d'être naturelle.
Commenter  J’apprécie          50
nad243nad243   01 juin 2014
Les moments très beaux sont toujours mélancoliques. On sent qu'ils sont fugitifs, on voudrait les fixer, on ne peut pas.


Commenter  J’apprécie          60
Video de André Maurois (18) Voir plusAjouter une vidéo

Deux mondes
DEUX MONDES --- Gratte-ciel - monuments russes - panoramique sur Moscou - interview de CRISTOBAL de ACEVEDO Interviews d'ANDRE MAUROIS et LOUIS ARAGON à propos des livres parallèles qu'ils vont écrire sur les USA et l'URSS - Jaspar et Pelosse, et Cnie - ANDRE MAUROIS parle des USA, de l'évolution des USA - LOUIS ARAGON qui écrit la partie sur la Russie - il espère être le plus fidèle...
autres livres classés : jalousieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1553 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .