AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221114889
210 pages
Robert Laffont (02/02/2012)
4.11/5   18 notes
Résumé :
Une banlieue américaine, un mois d'août de l'après-guerre. Joe Keller, grâce à son usine d'armement, affiche une réussite sociale emblématique du " rêve américain ". Mais son fils Tom, pilote, est toujours porté disparu. Et Kate, sa mère, attend son retour. Quand leur second fils, Chris, décide d'épouser Anne, la fiancée de Tom, tout bascule, et la triste vérité éclate enfin : la réussite de Joe Keller est fondée sur un crime. En effet, vingt-deux pilotes – dont son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  18 mai 2018
Une famille ordinaire américaine, les Keller, après la Seconde guerre mondiale. Ils avaient deux fils, tous deux partis combattre, et l'un d'eux, Tom, a disparu pendant le conflit. Bien que Chris, le fils survivant, et Joe, le père, soient persuadés de la mort de Tom, la mère, Kate, s'obstine à attendre son retour. Et l'on apprend que Chris va épouser Anne, l'ancienne fiancée de Tom - tous deux sont tombés amoureux. J'ai très vite songé au film Still walking de Kore-eda, qui démarre sur des bases assez identiques, et dont le noeud est la mort du fils aîné et ses conséquences sur la famille. Mais rien de tel ici, parce qu'avant d'être un drame familial, Ils étaient tous mes fils est un drame profondément social.
Petit à petit, il s'avère que quelque chose couve depuis des années au sein de cette famille. L'acte I dévoilera, par petites touches, que Joe Keller, qui dirigeait une usine d'armement avec son associé (le père d'Anne), fut accusé pendant la guerre d'avoir laissé passer des culasses défectueuses qui, tenues pour parfaitement exploitables, furent montées sur des avions et causèrent la mort de vingt-deux pilotes. Joe, acquitté au détriment de son associé, qu'on a envoyé en prison, raconte la chose de façon plutôt légère : il a été injustement accusé, le père d'Anne a cherché à lui faire porter le chapeau, on l'a conspué, mais il n'en veut à personne et tout est rentré dans l'ordre. Sauf qu'à la toute fin de l'acte, le frère d'Anne, avocat, annonce qu'il vient se joindre à la petite réunion familiale... C'est donc à l'acte II, plus court mais plus intense, que va se démêler l'écheveau : Joe est le véritable responsable de l'escroquerie des culasses. Et l'acte III, encore plus court, trouvera sa conclusion dramatique, mais inévitable.
Arthur Miller avait précisé à propos de cette pièce que, si elle portait un message en termes de moralité, il ne s'agissait pas ici de bien ou de mal. Ce qui est pointé du doigt, ce sont les compromis moraux que chacun fait plus ou moins avec ses propres principes - et dans le cas de Joe Keller, c'est plutôt plus que moins -, les mensonges que l'on se raconte pour justifier ces compromis, et la volonté d'en profiter en toute impunité, sous prétexte qu'on veut gagner de l'argent pour sa famille, par exemple ; qu'y a t-il, ma foi, de mal à ça ? Joe Keller n'envisage pas un instant de subir les conséquences de ses actes. Pourtant, les conséquences sont là et bien là, sous ses yeux (et il n'a pas fini d'en découvrir les douloureux méandres) : le père d'Anne est en prison à sa place et des pilotes sont morts. Et puis il y a Anne, qui n'a jamais voulu croire à l'innocence de son père, Chris, qui a toujours cru les yeux fermés à la moralité du sien, et Kate, la mère, qui pressent toute cette malhonnêteté et qui cherche à protéger la famille avant tout, ne supportant pas la désagrégation de toutes ses valeurs, niant tout ce qui la dérange et l'empêcherait de vivre. Mais au-delà, il y a cette société américaine qui s'est enrichie avec la guerre, cette société de consommation qui met le profit par-dessus tout et pousse ses citoyens à faire fi des valeurs d'honnêteté et autres broutilles - chacun portant une part de responsabilité dans cette absence de moralité indécente, mais tellement courante qu'elle est devenue une habitude, voire une règle de vie.
On a beaucoup parlé d'Ibsen à propos du théâtre de Miller, et lui-même s'en est expliqué (en disant que c'était tout à la fois vrai et faux) : dans Ils étaient tous mes fils, la construction de la pièce ressemble effectivement assez à celle d'Une maison de poupée, par exemple. Lorsque débute la pièce, tout est déjà lancé, le drame est déjà joué, et ce qu'il reste à voir, c'est la façon dont les personnages en souffrance vont se tirer d'une situation quasiment inextricable. le langage, les personnages, le cadre ordinaires vont de plus plonger le lecteur directement dans une intrigue qui va rapidement leur sembler familière, et dont les tenants et les aboutissants, s'ils ne leur sont pas donnés d'emblée, vont leur apparaître, effrayants, dans toute leur essence.
Miller, dramaturge engagé ? Oui, sans aucun doute, et c'est tant mieux.

Challenge Théâtre 2017-2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
HenryWar
  27 août 2021
J'avais quitté d'une déception immense cet Arthur Miller qui eut la bassesse de publier Les Misfits que je lus comme un récit et non comme le support scénaristique d'un film que la critique juge encore souvent culte, mais dont je n'ai pas vu une seule minute. Après Mort d'un commis voyageur qui resta longtemps pour moi un chef d'oeuvre de sensibilité (j'y vis trop tard, et à dire vrai tout récemment, le défaut essentiel qui consiste en cette morale convenue faisant injustement de Willy une sorte de traître indigne et saccageur d'une bonne famille américaine, pauvre être esseulé, au fond, à qui on attribue tous les torts par facilité et conformisme chrétien), et après Les Sorcières de Salem dont la dénonciation des superstitions imbéciles me plut assez sans toutefois me ravir, j'étais venu aux Misfits peut-être avec trop d'admiration et d'espoirs : je n'avais pas anticipé que cet ouvrage n'était à peu près qu'un prétexte à recycler une épouse envahissante et sans activité ou, du moins, à lui offrir un rôle cinématographique plus ample que ce qu'elle avait incarné jusqu'alors. Ce compromis conjugal, d'un point de vue strictement littéraire, donna lieu à un échec cuisant qui me paraît exactement le fruit d'une paresse et des facilités narratives les plus honteuses. Ce livre est un vide stylistique et émotionnel, à mon sens. Inutile même d'en reparler : je ne le mentionne que pour démontrer, puisqu'il m'a fallu plus de deux ans pour revenir à Arthur Miller, que je ne pardonne pas les insuffisances délibérées des écrivains, je veux parler de ces fautes qui les incitent, par penchant vers la simplicité et par goût de popularité, à commettre et à publier sans vergogne des excréments tout à fait nouveaux et manifestement hors de leur patte ordinaire, du moins en-deçà évidemment de leurs capacités.
Ils étaient tous mes fils, théâtre, raconte le retour au domicile parental de Chris Keller, qui nourrit le projet d'épouser Anne, l'ex-fiancée de son frère Tom porté disparu dans les combats aériens de la Seconde Guerre mondiale. Kate, la mère de Chris, qui ne parvient pas à se figurer l'aîné mort et à faire son deuil, attend désespérément son retour, et voit d'un mauvais oeil ce projet de Chris qu'elle considère une trahison. le père, Joe Keller, industriel prospère et pragmatique qui désire avant tout le bien de sa famille, tire avec lui une mauvaise réputation, celle d'avoir vendu à l'armée américaine des culasses défaillantes pour chasseurs, affaire pour laquelle il a été relaxé et un autre homme, le père d'Anne travaillant alors avec lui comme associé, reconnu coupable et mis en prison.
Cette pièce est convenable, en dépit d'une intrigue très simple et d'une composition un peu élémentaire voire académique. La plongée s'opère dans un quartier de banlieue, avec ses dialogues ordinaires et drôles, voisinage, amitiés. Une chape dès le début pèse sur les Keller, à cause notamment de la mère qui nourrit des espoirs insensés et s'obstine aveuglément contre l'évidence de la mort de Tom : on devine les luttes à venir de Chris pour faire accepter son bonheur, et l'arrivée prochaine de George, frère d'Anne devenu avocat, après s'être longtemps entretenu avec son père encore détenu, annonce une crise imminente où l'on suppose que Joe sera violemment mis en cause. Cette tension tacite, palpable et riche en délicatesses, est ce qui constitue le propre de la tragédie, dont la résolution épineuse suscite le suspense. le lecteur entre dans cette situation non sans passion, bien que son appétit littéraire, s'il me ressemble, puisse s'en trouver un peu insatisfait ou frustré.
Car c'est un travail un peu scolaire, à mon goût, que nous livre ici Miller, sans génie ni grandeur, sans audace ni inattendu. Il est vrai que cette histoire préfigure beaucoup les thèmes de Mort d'un commis voyageur, et qu'en comparaison elle apparaît pauvre, notamment parce que sa construction n'est pas aussi ingénieuse ni ses enjeux aussi profonds : il ne faudrait pas avoir lu celle-ci après l'autre, mais est-ce qu'on choisit toujours ? C'est un peu vainement, aussi, qu'on doit chercher des répliques pathétiques ou dont l'expression atteindrait à quelque sommet artistique, et l'on se sent quelquefois patauger dans ce quotidien américain parmi une situation figée dont on devine sans trop de mal les conséquences. Les ressorts dramatiques manquent de finesse selon moi, même les personnages, pourtant relativement attachants, sont des types un peu convenus entre le fils plein d'illusions et d'amour, la mère obstinément névrosée et le père empli de clichés de virilité sur la nécessité première de la réussite notamment financière. C'est, je crois, ce qui m'importune, en fin de compte, avec Arthur Miller : ses créatures qui évoluent dans des milieux sclérosés d'usages et de préjugés, mais le dramaturge lui-même ne parvient pas à cacher qu'il adhère en partie à ces valeurs controuvées : il croit, en particulier, à toutes ces vanités de propreté américaine, à tous ces scrupules judéo-chrétiens où un amour uniforme doit représenter le fondement des rapports entre individus et souder les familles ; ce Miller-là n'est pas un homme profond, en dépit même des poursuites qu'il dut subir de Mac Carthy à cause de ses affinités communistes. C'est un être d'épreuve sans aucun doute, mais ce n'est pas un être qui trouva à élire des moyens extraordinaires contre ces épreuves : il a fourbi ses armes, selon moi et pour ainsi dire, au râtelier des sentiments conventionnels. En vérité et quoi que les critiques diront, il faut que ses personnages évoluent sans jamais mettre fondamentalement en perspective leur système de valeur, ce ne sont que des nuances et des pratiques qui provoquent en eux des dilemmes, jamais des renversements et des actes initiateurs. Les dénouements, aussi terribles soient-ils, viennent toujours de ce que des individus ont fini par admettre la nécessité de leur abnégation, et c'est poisseux comme tout, à mon avis. le théâtre de Miller, à ce que j'en ai lu, manque de grandes figures braves, le « bon » n'y est incarné que par des gentils et des mièvres, des objecteurs de conscience, il ne s'agit que de sympathiques pour spectateurs en perpétuelle quête de confirmation et non de révolution ou d'édification : on n'apprend rien avec Miller, on n'est pas transfiguré, comme en ces films où l'on est ému pour la seule raison qu'on se croit représenté à l'écran. C'est un défaut de philosophie, et de pensée, et de détachement, et de grandeur, quand on croit disserter de valeurs, de n'avoir jamais fondamentalement réfléchi à ce dont on parle : on se contente alors sans trop s'en apercevoir de suivre une routine, et l'on ne distingue pas qu'une autre routine au fond, comme l'anticommunisme ou l'antisémisme, est justement la nature même ce que l'on combat.
À quelques intuitions près, comme dans l'extrait suivant, mais qui ne durent guère et où l'on envisage, mais en l'effleurant juste, une autre voie morale et d'épanouissement possible, Arthur Miller est probablement l'heureux dramaturge des bienheureux qui n'aspirent, sans le savoir, qu'à être rassurés avec émotions – ce qui n'est, je ne sais pas, peut-être déjà pas si mal.
Lien : http://henrywar.canalblog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zazette97
  08 mars 2012
Parue aux USA en 1947 et disponible en français depuis le 2 février dernier, "Ils étaient tous mes fils" est une pièce en 3 actes de l'écrivain et dramaturge américain Arthur Miller, auteur notamment de "Mort d'un commis voyageur", "Les Sorcières de Salem" ou encore de "Les Misfits".
Assis à lire les petites annonces dans son jardin, Joe Keller voit débarquer son fils Chris qui lui annonce l'arrivée imminente d'Annie, la jeune femme qu'il a l'intention de demander en mariage.
Devant la surprise de son père, Chris tente de le convaincre de lui témoigner son soutien au moment où il annoncera la nouvelle à sa mère.
Il faut dire que Kate Keller aurait certainement des raisons de s'opposer à ce mariage compte tenu du fait qu'Annie était auparavant fiancée à Larry, son autre fils disparu durant la guerre et dont elle n'a jamais accepté de reconnaître la mort.
Alors que les messes basses vont bon train, la petite famille reçoit la visite impromptue de George, le frère d'Annie qui est bien décidé à confondre Joe dans une affaire de joints de culasse défectueux vendus durant la guerre.
Se pourrait-il que la justice ait mis à tort son père derrière les barreaux en lieu et place de Joe, son ancien associé ?
Bien que je connaissais Arthur Miller de nom et de par son mariage avec Marilyn Monroe, je ne l'avais encore jamais lu.
C'est maintenant chose faite et je ne regrette absolument pas le voyage dans cette Amérique d'après guerre aux valeurs douteuses !
J'ai été soufflée par la capacité de l'auteur à évoquer tant de sujets en si peu de pages et par la seule force du dialogue.
Au centre de la pièce (et du débat) se trouve Joe Keller, un homme pressenti comme pragmatique, préférant les petites annonces aux informations et qui, au motif de faire le bonheur et la fierté de ses enfants, semble substituer l'argent à toute valeur morale.
Sa femme Kate, qui occupe le rôle de "Maman", se fait la complice tourmentée de son mari, l'accompagnant dans ce souci de sauver les apparences, de protéger sa famille en dépit des circonstances tandis que son mari et son fils tâchent de préserver ses nerfs.
Bien que dépourvue de lucidité quand il s'agit d'évoquer son fils disparu, cette maman poule se montre plus clairvoyante qu'elle n'y paraît.
Leur fils Chris aspire à vouloir mener une vie à contre-courant tout en restant l'obligé de son père. Avec Anne et George, il incarne la naïveté et la jeunesse trahie par les secrets du monde adulte.
Tous les personnages de ce huis-clos assument parfaitement leurs penchants naturels, à commencer par Joe Keller qui tirera une énorme leçon de ses actes passés mais pas de la meilleure manière qui soit car ce sera encore une fois son individualisme, la conscience d'avoir perdu ses biens les plus précieux, qui lui fera mesurer toute l'ampleur d'une décision qu'il pensait être la bonne.
Les secrets de famille prennent ici une tournure dramatique. L'admiration des enfants pour leurs aînés vole en éclats et l'on entend d'ici Arthur Miller ironiser sur les profits tirés de la guerre et le beau modèle d'honnêteté transmis à la nouvelle génération.
Même si j'ai senti le vent venir au fil de cette tension croissante, je me suis demandée sur quelle leçon Miller ferait tomber le rideau.
La conclusion s'avère pour le moins amère dans ces dernières lignes qui voient rapidement se succéder le déni de responsabilité, la prise de conscience mal placée et finalement la lâcheté tandis qu'il se murmure que quand la justice des hommes fait mal son boulot, une autre s'en charge.
Autant vous dire que je compte bien découvrir d'autres oeuvres d'Arthur Miller !
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Daniil
  04 janvier 2014
Le théâtre américain d'après-guerre (celui entre autres de Tennessee Williams, d'Edward Albee et d'Arthur Miller) inventa une morale , gorgée de mélancolie, remarquable dans son ensemble. Pourtant All my sons est certainement la pièce que j'apprécie le plus, qui mêle intrigue familiale, mensonge de guerre, faiblesse humaine et manifestation quasi-divine avec plus de finesse que nulle autre à mon sens. L'auteur y peint un homme d'apparence respectable, assuré et rassurant, mais profondément tiraillé entre ses sentiments (son égoïsme, son patriotisme, l'amour qu'il porte à ses enfants, etc.), qui le poussèrent à agir comme il jugea le meilleur et à faire des choix difficiles sinon impossibles. Ayant à vivre avec sa propre conscience, cherchant à se rassurer lui-même et à oublier, il sera finalement jugé et condamné par ceux-là même qu'il aime plus que tout au monde et pour lesquels il fit ce qu'il fit.
Le théâtre de Miller met en scène des individus dépassés par un mouvement auquel ils appartiennent (la guerre, la chasse aux sorcières, la société), qui les poussent à prendre des décisions insensées, mais tellement humaines qu'on les retrouve tout au long de notre histoire et même dans chaque famille… Tout le monde a tort, tout le monde a raison dans un monde tragique : agir dans l'intérêt de ses enfants est noble et respectable, mais qui sont nos enfants? ne sommes nous pas tous frères et soeurs, et les enfants des autres ne sont-ils pas un peu les nôtres aussi?
Je conseille l'édition de Methuen World Classics : Arthur Miller PLAYS : ONE (Avec : Death of a salesman, The crucible, A memory of two mondays, A view from the bridge, ainsi qu'une passionnante introduction par Arthur Miller lui-même).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ScoutCurtis
  24 mai 2016
Ils étaient tous mes fils est une pièce de théâtre en trois actes du dramaturge américain Arthur Miller (La mort d'un commis voyageur, Les Sorcières de Salem) et écrit en 1947.
L'action de la pièce se situe dans l'après-guerre, elle met en scène les Keller, la famille américaine typique d'une banlieue prospère mais profondément marquée par la disparition au combat de leur fils Tommy.
Kate, la mère, reste convaincue que son fils n'est pas mort, dans le déni total, c'est devenu pour elle une obsession et elle ne tolère pas qu'on s'oppose à cette idée. Chris, le fils cadet, est celui sur qui le père Joe a reporté toutes ses ambitions sociales. Mais Chris, amoureux de Annie l'ancienne fiancée de Tommy, compte bien profiter de sa venue chez eux pour annoncer à ses parents leur intention de se marier. Joe lui est un self-made man, fier patron d'une usine où il a grimpé tous les échelons.
Mais voilà, la réussite de Joe est basée sur un crime. Vingt deux pilotes américains se sont écrasés au cours de leurs missions à cause de culasses défectueuses tout droit sorties de l'usine de Joe. Et c'est l'ex-partenaire de Joe, le père d'Annie, qui est emprisonné accusé par lâcheté par Joe.
La pièce se déroule sur une seule chaude journée d'été qui sera bouleversée par les révélations de George, le frère d'Annie, obligeant chacun à faire face à son passé et à ses responsabilités présentes.
À l'instar de la plupart de ses oeuvres, Arthur Miller expose ici «la tragédie de l'homme ordinaire», le revers du rêve américain, la face cachée du capitalisme et de la réussite sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   27 avril 2018
KELLER
Je ne sais pas, je ne lis pas les informations. Je ne m'intéresse qu'aux petites annonces.
FRANCK
Pourquoi, vous voulez acheter quelque chose ?
KELLER
Non, par curiosité. (Silence.) Pour voir ce que les gens recherchent. Par exemple, il y a là un type qui veut acheter deux saint-bernard. Non mais, voulez-vous me dire ce qu'on peut bien faire de deux saint-bernard ?
FRANCK
Oui, c'est bizarre.
KELLER
En voilà une autre, tenez... "Achète très cher vieux dictionnaires". Non, mais pourquoi des vieux dictionnaires ?
FRANCK
Probablement un bouquiniste.
KELLER
Vous voulez dire qu'il gagne sa vie avec ça ?
FRANCK
Bien sûr, c'est courant.
KELLER, secouant la tête.
Il y a vraiment des métiers baroques ! De mon temps, on était ou bien avocat, ou bien ouvrier-monteur. Maintenant...
FRANCK
Moi, je voulais être agronome, à un certain moment.
KELLER
Hum !... Voyez, c’est bien c e que je disais ! (Il parcourt la page d'un coup d’œil et balaie son contenu d'un revers de main.) C'est en regardant une simple page de journal qu'on voit combien on sait peu de choses. (Il secoue la tête avec une expression d'étonnement enfantin.) Pssss...

Acte premier
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   28 avril 2018
CHRIS
[...] Moi, je les voyais tomber, jour après jour. Chaque fois, j'avais l'impression qu'on m'arrachait un morceau de moi-même. Jour après jour, tout craquait, tout croulait autour de moi. Alors, soudain, il m'a semblé que quelque chose de nouveau venait d'apparaître... une sorte de lien... de responsabilité de l'homme envers l'homme... et j’avais l'impression qu'il suffirait d'en parler après, de sortir des tombes cette évidence pour que chacun se sente réconforté, transformé, meilleur. (Pause.) Puis je suis revenu. C'était incroyable ! Tu me vois retrouvant ici les gens exactement pareils avec leurs petites manies, leurs petites préoccupations... comme s'il ne s'était rien passé. Oui, bien sûr il y avait eu la guerre... Mais eux voyaient ça de loin... un peu comme on s'imagine les catastrophes dans les journaux. Si bien que les gars qui pourrissaient là-bas faisaient figure de bien pauvres types.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   17 mai 2018
JIM, se levant
Vous ne connaissez pas votre fils.
Il n'est pas donné à tout le monde de savoir mentir. Cela demande certaines aptitudes. Vous les avez ; moi aussi. Mais pas lui.
MAMAN
Que voulez-vous dire ? Il ne reviendra pas ?
JIM
Oh ! si, il reviendra. On revient toujours, Kate. Ces petites révoltes finissent par mourir. On en arrive toujours à un compromis. Franck a raison dans un sens : tout homme a son étoile. L'étoile de son intégrité morale. Et toute sa vie, il essaie de s'y accrocher. Une fois qu'elle est éteinte, elle ne se rallume plus. Je en crois pas qu'il soit allé bien loin. Il voulait peut-être seulement rester seul, pour voir son étoile s'éteindre.
MAMAN
Pourvu qu'il revienne !
JIM
Je préférerais qu'il ne revienne pas, Kate. Un jour, j'ai tout plaqué, moi aussi. Je suis parti comme ça, tout simplement, à la Nouvelle-Orléans. Pendant deux mois je me suis nourri de lait et de bananes, en étudiant une certaine maladie. Puis elle s'est amenée , elle a pleuré. Et je suis rentré à la maison avec elle. Et maintenant, je mène une vie d'aveugle, je suis dans le noir, comme tout le monde. Je n’arrive pas à me retrouver moi-même ; il m'est parfois difficile de me rappeler que genre d'homme je voulais être. Je suis un bon mari ; Chris est un bon fils, il reviendra.

Acte III
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   04 mai 2018
KELLER
C'était pour vous. Pour mes fils. Pour toi !
CHRIS, emporté par la fureur aveugle.
Pour moi ! Mais d'où sors-tu donc ! Dans quelle planète vis-tu ? Moi qui mourais chaque fois que tu tuais un camarade. C'était pour moi que tu le faisais ? Quand je pense que j'étais fier de toi ! Et tu faisais ça pour moi ! Mais à quoi t'imagines-tu que je pensais, nom de Dieu ! À ton affaire, peut-être ? Ta cervelle n'est donc pas capable de concevoir autre chose que ta maudite affaire ? Qu'est-ce que tu as donc dans le ventre ? Des billets de banque ! C'était pour moi !... Tu n'as donc pas de pays ? Tu ne vis donc pas sur terre ? Mais, bon Dieu, qu'est-ce que tu es au juste ?

Acte II
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
HenryWarHenryWar   27 août 2021
JIM, se levant. Vous ne connaissez pas votre fils. Il n’est pas donné à tout le monde de savoir mentir. Cela demande certaines aptitudes. Vous les avez ; moi aussi. Mais pas lui.
MAMAN. Que voulez-vous dire ? Il ne reviendra pas ?
JIM. Oh ! si, il reviendra. On revient toujours, Kate. Ces petites révoltes finissent par mourir. On en arrive toujours à un compromis. Franck a raison dans un sens : tout homme a son étoile. L’étoile de son intégrité morale. Et toute sa vie, il essaie de s’y accrocher. Une fois qu’elle est éteinte, elle ne se rallume plus. Je ne crois pas qu’il soit allé bien loin. Il voulait peut-être simplement rester seul, pour voir son étoile s’éteindre.
MAMAN. Pourvu qu’il revienne ! Dieu fasse qu’il revienne !
JIM. Je préfèrerais qu’il ne revienne pas, Kate. Un jour, j’ai tout plaqué, moi aussi. Je suis parti comme ça, tout simplement, à La Nouvelle-Orléans. Pendant deux mois je me suis nourri de lait et de bananes, en étudiant une certaine maladie. C’était merveilleux. Puis elle s’est amenée, elle a pleuré. Et je suis rentré à la maison avec elle. Et maintenant je mène une vie d’aveugle, je suis dans le noir, comme tout le monde. Je n’arrive pas à me retrouver moi-même ; il m’est parfois difficile de me rappeler quel genre d’homme je voulais être. Je suis un bon mari ; Chris est un bon fils, il reviendra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Arthur Miller (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Miller
Nouveau thriller disponible sur la chaîne POLAR+ à partir du mardi 21 Janvier 2020.
Un film de Brian A. Miller. Avec Bruce Willis, Frank Grillo, Jonathon Schaech.
A la suite d'un braquage causant la mort d'une personne, un ancien policier s'associe à un directeur de banque pour retrouver un voleur impitoyable. Mais la situation s'aggrave rapidement lorsque le voleur kidnappe la femme et la fille du directeur…
Genre : Thriller/Action
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
852 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

.. ..