AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Margaret Mitchell (Autre)Josette Chicheportiche (Traducteur)
EAN : 9782351787106
720 pages
Gallmeister (11/06/2020)
4.49/5   115 notes
Résumé :
1861, Géorgie. A tout juste seize ans, Scarlett O'Hara a devant elle l'avenir radieux d'une riche héritière de Tara, une importante plantation de coton. Mais la guerre civile est sur le point de plonger dans le chaos le pays tout entier, et Scarlett a le coeur brisé : Ashley Wilkes vient d'en épouser une autre. Pour fuir son chagrin, elle va s'installer à Atlanta, impatiente de goûter à l'énergie d'une grande ville.
Là, un certain Rhett Butler, à la réputatio... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,49

sur 115 notes
5
14 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

lettres_et_caracteres
  24 septembre 2020
J'ai mis un temps infini à venir à bout du premier tome des aventures de Scarlett O'Hara. Je ne pensais pas qu'Autant en emporte le vent allait m'accompagner aussi longtemps mais ce roman est si dense qu'il m'a fallu le poser de temps à autre pour lire d'autres choses. Ce roman fleuve a séduit des générations de lecteurs tout autant qu'il a suscité de vives polémiques sur la portée raciste de son contenu. Ce sont ces polémiques qui m'ont donné envie de le découvrir à mon tour. Face aux attaques dont Margaret Mitchell et la réédition de ce roman ont fait l'objet ces derniers temps sur les réseaux sociaux il me fallait le lire pour me faire ma propre idée. Certes celle-ci n'est encore que partielle puisqu'il me reste le tome 2 à lire mais j'y vois déjà plus clair dans toute cette histoire et surtout, j'ai enfin un avis sur la question.
Je ne vais pas vous faire un résumé de l'intrigue, tout le monde la connait ou presque, alors je vais passer directement à mon ressenti. Si je devais évaluer Autant en emporte le vent comme un livre dont je n'ai jamais entendu parler auparavant, je dirais que c'est assurément un grand roman dans le sens du roman fleuve, qui vous fait évoluer dans une atmosphère dont il est difficile de s'extraire. Tout y est minutieusement décrit, rendant cette histoire et les personnages extrêmement visuels. C'est un roman que l'on imagine écrit à une époque où les divertissements étaient rares et où un tel pavé pouvait se lire des soirées entières au coin du feu. En cela, il appartient au passé, sa forme et sa construction ne cadrant pas avec les standards actuels. J'ai beaucoup aimé ce charme désuet même si j'ai souvent regretté des descriptions interminables et des longueurs qui me poussaient à refermer ce livre pour vaquer à d'autres occupations. Mais j'y revenais à chaque fois, fascinée par le personnage de Scarlett, plus complexe qu'il n'y parait pendant les premières centaines de pages de ce livre. Evidemment, la jeune O'Hara est détestable de suffisance, d'égoïsme, de froideur mais c'est aussi une femme avec un tempérament de feu, une guerrière. Par opposition, Melanie, la femme de son Ashley tant convoité fait pâle figure alors même qu'elle possède les mêmes forces mais sous des abords bien plus aimables. La méchanceté apporte du relief au personnage, on n'aime pas vraiment les gentils en littérature… Et c'est tout aussi vrai pour les personnages masculins puisque Rhett Butler paraît éminemment plus charismatique sous ses abords de dragueur impénitent doublé d'un salaud que le brave et fiable Ashley.
Maintenant si j'en viens au fond du problème, à savoir l'idéologie nauséabonde qui se dégage de ce roman pour certains, je suis au regret de ne pas partager leur point de vue sur la question. Entendons-nous bien, je ne suis pas du tout en train de dire que ce roman n'est pas choquant par bien des aspects et que la manière de traiter le sort des esclaves correspond à une réalité, il suffit de confronter ce roman à d'autres comme Beloved de Toni Morrison pour voir immédiatement que l'on est ici dans le fantasme le plus pur. Mais c'est bien cela que nous propose ce roman : le fantasme d'une vie de Sudiste entouré de ses esclaves dans une plantation de coton. Que nous dit Margaret Mitchell dans ce roman ? Rien d'autre que ce que pensaient les Sudistes au moment de la guerre de Sécession, à savoir que les nègres n'étaient que des petits animaux sans défense, incapables de survivre sans leur maître blanc qui leur apporte sécurité et nourriture. Est-ce abjecte comme pensée ? Evidemment ! Mais cela correspond à ce que pensaient les personnes qui ont inspiré les personnages de Margaret Mitchell. Il est normal qu'elle leur prête ce genre de pensée, normal qu'elle évoque des nègres heureux de travailler pour leur maître, non parce qu'ils étaient réellement heureux mais parce que c'est qu'aimaient à penser leurs maîtres. On n'imaginerait pas un roman consacré à une famille nazie en pleine guerre, s'appesantir sur le sort des juifs. Si Autant en emporte le vent est un roman sur fond historique, il n'est pas L Histoire. Il ne vise aucune impartialité, aucune réalité mais croque une société dans sa manière de vivre et de penser. Aurait-il fallu faire précéder cette réédition d'une note explicative, d'un contexte ? Peut-être mais là encore je n'en suis pas certaine. On peut aussi faire confiance au lecteur et à sa capacité de discernement. Qui aujourd'hui sain d'esprit pourrait remettre en cause les abominations de l'esclavage ? (J'ai bien dit sain d'esprit…)
Alors, Margaret Mitchell était-elle raciste ? Peut-être, je ne sais pas, je n'ai jamais étudié sa biographie en détail ni n'ai jamais eu l'occasion de lui poser la question mais je n'en suis pas certaine si je me fie à ce que je viens de lire. Elle s'est très certainement appuyée sur l'histoire de ses ancêtres sudistes pour élaborer ce roman et donner énormément de matière à ses personnages. Mais à plusieurs reprises j'ai eu le sentiment qu'en filigrane elle montrait qu'elle n'y croyait pas ou plus. Peut-être l'ai-je mal lue mais j'en retiens que très régulièrement les Sudistes sont présentés des fous qui ne se rendent pas compte qu'ils sont vaincus d'avance. Rhett n'a de cesse d'ouvrir les yeux de Scarlett sur ce qu'il va advenir. Cette vie dorée est terminée, les Sudistes en ont fini de manger leur pain blanc et de vivre du travail de leurs esclaves. Je n'ai pas perçu comme d'autres de regrets de la part de l'auteure pour cette période révolue, si regrets il y a, ce sont ceux exprimés par Scarlett ou par ses soeurs. Je n'ai pas eu le sentiment de lire que "c'était mieux avant". Mais encore une fois, je suis bien incapable de dire ce que l'auteure avait comme réelles intentions et je n'ai pas envie de la condamner à l'aveugle pour un roman écrit il y a près d'un siècle.
La question reste donc posée : doit-on moraliser la fiction ? Lui donner le sens que l'on souhaite ? Faut-il regarder une oeuvre du passé ou traitant du passé avec notre regard d'aujourd'hui ? Je pense que oui, car cela nous rassure sur le fait que nous évoluons dans le bon sens sur ces questions. Oui, pour continuer à tracer notre chemin avec humanité et discernement mais certainement pas pour modifier ce qui nous gêne dans le passé. Appuyons-nous sur ce qui choque aujourd'hui nos consciences, c'est une démarche qui me semble bien plus salutaire.
Je vais bientôt attaquer le tome 2, mais en audio cette fois car j'ai pu écouter un long extrait et la voix de Caroline Maillard m'a conquise en apportant un souffle romanesque supplémentaire à ce roman.
Lien : https://www.lettres-et-carac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Labibliothequedemarjorie
  11 octobre 2020
Géorgie, 1861.
Au domaine de Tara, nous suivons la famille O'Hara dont Scarlett est l'aînée des filles. La famille dispose d'esclaves travaillant au champs de coton, comme de nombreuses familles riches des états du sud.
Alors que la guerre civile éclate, l'homme qu'elle aime en épouse une autre. Scarlett va alors se marier à son tour, mais se retrouve veuve au bout de quelques semaines. Femme endeuillée et enceinte a seulement 17 ans, elle va alors s'installer en ville, à Atlanta.
La guerre fait rage. de plus en plus d'hommes sont appelés au combat afin d'empêcher l'avancée des yankees.
Durant ce temps, à Atlanta, elle retrouve Mélanie, celle qui a épousé son amour secret.
Là-bas, elle rencontre un homme mystérieux : Rhett Buttler. C'est un homme d'affaires qui sait tirer partie des conséquences la guerre pour s'enrichir. C'est un homme insolent, moqueur et arrogant. Scarlett le déteste, pourtant elle va être de plus en plus attirée par lui.
***
"Autant en emporte le vent" est un ouvrage que l'on ne présente plus. Margaret Mitchell a publié son oeuvre pour la première fois en 1936 et a obtenu le Prix Pulitzer en 1937. le roman a été traduit dans le monde entier et adapté au cinéma. Il fait partie des oeuvres majeures de la littérature américaine, essentiellement par le contexte historique de la guerre de sécession intégrant une romance entre une jeune héritière et un homme d'affaires sans état d'âme.
Au coeur du conflit entre Nord et Sud, il s'agit d'une lecture entraînant le lecteur dans l'histoire des Etats-Unis. On découvre les idées nordistes en opposition à celles des sudistes, on fréquente les esclaves des plantations, puis l'histoire des familles et des domaines. Et au milieu de tout cela, une romance se crée et on s'embarque alors dans la vie tumultueuse d'une jeune femme fougueuse et pleine de vie.
Une lecture longue et passionnante. Il faut prendre son temps, savourer chaque chapitre. L'écriture est riche. Les détails foisonnent. Les personnages sont travaillés. Tout au long de l'ouvrage, l'auteur intègre des éléments historiques sur l'origine et l'installation des colons. J'avais déjà lu ce livre il y a très longtemps mais je ne crois pas l'avoir autant apprécié qu'aujourd'hui. J'ai bien l'intention de poursuivre avec le deuxième volumes cet hiver.
Je ne saurais que vous conseiller cette lecture !
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Norlane
  05 février 2021
Aimant Autant en emporte le vent (le livre et le film), j'étais curieuse de découvrir la nouvelle traduction et je ne regrette pas de m'être replongée dans cette histoire d'un monde sudiste, arrogant et pétri de règles de bienséance, qui s'écroule. Certes, pour l'histoire de l'esclavagisme, il faut lire autre chose, le point de vue est du côté des propriétaires terriens de Géorgie (l'autrice a quelques phrases dont elle aurait pu se passer) et du côté des femmes avec une héroïne "belle du comté", touchante dans son besoin d'être reine du bal, son désir d'être douce fille bien élevée et son tempérament de feu qui la consume autant qu'il lui donne force.
Les 700 pages du premier tome montre une Scarlett adolescente à la vie facile mais différente dans cette société très codifiée, plongée dans une guerre qu'elle ne comprend pas, et magnifie l'attachement à la terre.
Quelle que soit la version, j'aime ce romanesque flamboyant, le 2e tome ne devrait pas changer ça.
Commenter  J’apprécie          171
Missjasmin
  20 juillet 2020
J'ai été littéralement aspirée par l'écriture de Margaret Mitchell, "remastorisée" par la traductrice Josette Chicheportiche, avec le soutien de l'éditeur Gallmeister.
J'avais lu l'édition Gallimard en 1938, pendant mon adolescence, mais j'étais sans doute trop jeune. J'ai redécouvert ce texte, traversée par les images de la proposition cinématographique de Victor Fleming (1950) que tout le monde connaît. le texte apporte un incroyable éclairage sur le film, avec de multiples descriptions, de l'époque et de ses moeurs, sur l'histoire de la famille O'Hara, sur l'amour de la terre et ses racines, sur la personnalité complexe de Scarlett. J'ai beaucoup apprécié le contexte de la guerre de Sécession, retracé à travers les événements clés qui ont participé à la mort de tout un monde sudiste qui se croyait invincible.
C'est un grand moment de plaisir, et j'ai hâte de commencer le deuxième tome.
Commenter  J’apprécie          151
Rendez_vous_litteraire
  26 juin 2020
Vous avez du entendre parler de la nouvelle édition avec une traduction toute neuve de "autant en emporte le vent" de Margaret Mitchell traduit par Josette Chicheportiche.
À sa sortie, le jeudi 11 juin, beaucoup ont montré leur mécontentement. Pourquoi? Vu les circonstances actuelles certains trouvent qu'un livre parlant de l'esclavagisme (comme s'il s'agissait d'une banalité)est très déplacé.
L'adaptation cinématographique a été retiré pendant une période indéterminée de différents sites de Streaming. D'après moi le fait de faire disparaître, qu'importe combien de temps cela dure, une oeuvre est de la CENSURE.
Aujourd'hui, en 2020, au 21eme siècle LA CENSURE EXISTE ENCORE BELLE ET BIEN!
Remettons les choses dans leur contexte : cet écrit date de 1936. 84 ans sépare la première parution de ce livre à aujourd'hui. En 84 années, beaucoup de choses changent et heureusement. Seulement, il ne faut pas voir le mal partout ! La nouvelle traduction n'a rien à voir avec les évènements du #blacklivesmatter . Il s'agit d'un classique, d'un livre.
Le lire ne veut pas dire consentir ce qu'il dit, c'est s'informer et apprendre.
D'autant plus que Margaret Mitchell nous raconte une romance se déroulant dans les années 1860. La culture et les façons d'agir ont évolué.
Acheter et lire ce roman ne veut pas dire accepter le racisme et l'esclavage.
Énormément de livres devraient être censurés si celui-ci l'est! Dans un roman policier : on suit un délinquant comme personnage principal, si l'on suit le principe de certains ce livre ne doit pas être lu. Ah bah non sinon les gens qui le lisent vont devenir des délinquants.
Prenons l'exemple de Lolita de Vladimir Nabokov, ce n'est pas parce qu'on lit et qu'on aime sa lecture que l'on va devenir pédophile juste après. .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
JulneJulne   09 juillet 2020
- Le problème avec nous autres, les Sudistes, continua Rhett Butler, c'est que nous ne voyageons pas assez ou que nous ne mettons pas assez nos voyages à profit. Bien entendu, messieurs, vous avez tous beaucoup voyagé. Mais qu'avez-vous vu ? L'Europe et New York et Philadelphie et, évidemment, les dames sont allées à Saratoga. (Il s'inclina légèrement en direction du groupe sous la tonnelle.) Vous avez vu les hôtels et les musées et les salles de bal et les maisons de jeu. Et vous êtes revenus chez vous, persuadés que rien ne valait le Sud. Quand à moi, je suis né à Charleston, mais j'ai passé ces dernières années dans le Nord. (Un large sourire découvrit ses dents blanches, comme s'il se rendait compte que tous les personnes ici présentes savaient pourquoi il ne vivait plus à Charleston, et qu'il s'en moquait complètement.) J'ai vu beaucoup de choses que vous tous n'avez pas vues. Les milliers d'immigrants qui seraient heureux de se battre pour les Yankees contre de la nourriture et quelques dollars, les usines, les fonderies, les chantiers navals, les mines de fer et de charbon - tout ce que nous n'avons pas. Voyons, tout ce que nous avons, c'est du coton et des esclaves et de l'arrogance. Ils nous écraseraient en un mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
NorlaneNorlane   17 janvier 2021
La guerre omniprésente en toile de fond offrait un agréable caractère informel aux relations sociales, un caractère informel que les anciens voyaient d'un mauvais œil. Les mères trouvaient étrange que des hommes rendissent visite à leurs filles, des hommes qui se présentaient sans lettre d'introduction et dont les antécédents étaient inconnus. Horrifiées, elles découvraient leurs filles main dans la main avec ces hommes. Mme Merriwether, qui n'avait jamais embrassé son mari avant la cérémonie du mariage, put à peine en croire ses yeux quand elle surprit Maybelle embrassant le petit Zouave, René Picard, et sa consternation fut encore plus grande lorsque Maybelle déclara qu'elle ne se sentait point honteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JulneJulne   02 juillet 2020
J’en ai assez de toujours me forcer et de ne jamais faire ce que je veux. J’en ai assez de faire comme si je ne mangeais pas plus qu’un oiseau, et de marcher quand je veux courir et de dire que j’ai la tête qui tourne après une valse alors que je pourrais danser pendant deux jours et n’être jamais fatiguée. J’en ai assez de dire, « Comme vous êtes merveilleux » à des hommes qui n’ont pas le quart du bon sens que j’ai, et j’en ai assez de prétendre que je ne sais rien, afin que des hommes puissent m’entretenir de choses tout en se sentant importants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
JulneJulne   01 juillet 2020
- La terre est la seule chose au monde qui représente quelque chose, hurla-t-il, en faisant de larges gestes d'indignation de ses bras courts et épais, car c'est la seule chose en ce monde qui dure, et je vous conseille de ne pas l'oublier ! C'est la seule chose qui vaille la peine que l'on travaille pour elle, qui vaille la peine que l'on se batte pour elle - et qui vaille la peine que l'on meure pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ileautresorileautresor   27 août 2020
Assise avec Stuart et Brent Tarleton à l'ombre fraîche de la véranda de Tara, la plantation de son père, en ce radieux après-midi d'avril 1861, elle formait un joli tableau. Sa nouvelle robe verte en mousseline fleurie déployait ses onze mètres d'étoffe bouffante par-dessus les cerceaux de sa crinoline, et s'harmonisait exactement avec les mules de maroquin vert à talon plat que son père lui avait ramené d'Atlanta.
La robe rehaussait à la perfection sa taille de quarante-trois centimètres, la plus fine de trois comtés, et le corsage très ajusté montrait une poitrine déjà bien formée pour ses seize ans. Mais malgré la simplicité avec laquelle la jupe s'étalait, l'allure sage que lui donnaient ses cheveux habilement retenus en chignon dans une résille et l'immobilité de ses petites mains blanches croisés sur ses genoux, sa véritable nature était pauvrement dissimulée. Les yeux verts dans le visage d'une douceur appliquée étaient tempétueux, volontaires, débordants de vie, clairement à l'opposé de son attitude convenable. Ses manières lui avaient été imposées par les douces remontrances de sa mère et la discipline plus stricte de sa mammy; ses yeux étaient à elle.
(p.15-p.16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Margaret Mitchell (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Mitchell
Margaret Mitchell.
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus





Quiz Voir plus

Autant en emporte le vent : les personnages

Quel est le nom complet de l'héroïne du roman de Margaret Mitchell ?

Scarlett O'Hara
Pansy Scarlett O'Hara
Katie Scarlett O'Hara
Sue Ellen O'Hara

12 questions
218 lecteurs ont répondu
Thème : Autant en emporte le vent de Margaret MitchellCréer un quiz sur ce livre