AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072879388
176 pages
Éditeur : Gallimard (03/01/2020)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 121 notes)
Résumé :
« L’ampoule du projecteur a explosé en plein Fellini. Minne et moi regardions Amarcord du fond de notre lit.
— Ah ! Non ! Merde !
J’ai flanqué une chaise sur une table et je suis monté à l’assaut pour changer l’ampoule carbonisée. Explosion sourde, la maison s’est éteinte, je me suis cassé la figure avec mon échafaudage et ne me suis pas relevé.
Ma femme m’a vu mort au pied du lit conjugal.
De mon côté je revivais ma vie. Il paraît que c’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  12 mars 2020
Daniel Pennac est un malin, un manipulateur, qui sous prétexte de vous raconter ses rêves vous entraîne et vous perd dans un récit chaotique où une vache n'y reconnaitrait pas son veau!
C'est plutôt pénible, d'habitude, de s'entendre raconter des rêves auxquels vous n'avez pas participé, et pour cause. Mais là, on en redemanderait! D'ailleurs on ne sait jamais où l'on se trouve, dans le rêve ou dans la réalité, même l'auteur semble se perdre à la lisère de ces deux mondes.
Et comme de tout façon, l'art de conter est une de ses dons incontestables, on se lasse porter par le récit, quitte à attendre la fin pour y comprendre quelque chose, ou pas.
C'est aussi l'occasion d'apercevoir l'univers onirique et cinématographique de Fellini, cinéaste, apprécié de notre narrateur et qui faisait de ses rêves un matériau propice à la création de ses films. Quant aux liens évoqués avec l'auteur d'Amarcord…

Très plaisant, très court, mais très dépaysant, ce roman fait partie des textes difficiles à classer. Entre rêves et réalité.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
Bazart
  11 février 2020
Impossible de ne pas parler dans cette chronique du livre de Fellini du nouveau roman de Daniel Pennac, La loi du rêveur que Gallimard publie simultanément au livre somme du maestro italien fait implicitement référence au livre du réalisateur de la Strada et de la Dolce Vita, on peut même dire que le papa de la saga Malaussène dialogue avec le livre de mes rêves.
Son roman, qui nous promène entre fictions et imagination, souvenir et réalité retrace l'enfance et la vie de l'auteur au travers de son admiration pour Frederico Fellini et aux rêves les plus déments qu'il peut faire
Tout découle d'un rêve, d'une ampoule qui explose et de la lumière qui coule comme de l'eau sur le sol et nous voilà à tisser le fil des déambulations les plus délirantes et irrationnelles comme seuls les pouvoirs du rêve peuvent les autoriser.
Ce nouveau livre du si prolixe Daniel Pennac est une nouvelle preuve de l'imaginaire foisonnant et facétieux de son auteur ; insaissisable comme peut l'être un rêve, il est aussi un ode à la littérature et propose d'ailleurs plusieurs renvois et référence à l'oeuvre de son auteur de Monsieur Malaussène bien sur ( où plusieurs de ses rêves y figurent) à "Journal d'un corps" ou "chagrin d'école".
. Nous naviguons entre rêve et réalité, et si on peut parfois perdre un peu le fil de l'esprit anti cartésien de M Pennac, cela reste toujours un plaisir de se plonger dans une telle ôde à l'imagination et à l'insouciance.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Josephine2
  02 février 2020
Déroutant, c'est le mot qui me vient à l'esprit une fois la dernière page tournée.
Le titre et la 4ème de couverture pourtant donne aux lecteurs la teneur de ce livre : le pays des rêves. Tout est dit. PENNAC retranscrit ses rêves lors d'un incident domestique où il tombe dans le coma.
Un peu de folie douce dans ce monde de brute, ça ne peut pas faire de mal ! La preuve en est que grâce à eux, il a réussi à réconcilier des gamins avec l'écriture. Pas mal non ?
Quoi dire de plus ? Ah oui, son amour inconditionnelle pour Fellini. C'est d'ailleurs en voulant regarder un de ses films que l'incident est arrivé. le hasard fait bien les choses.
PENNAC estime que la véracité de ses rêves tourne autour de 10 %. Je défie quiconque de pouvoir détailler précisément un rêve. Il y aura toujours une part d'imagination, un trou à combler. le rêveur brode, imagine les manque. Car un rêve n'est pas un livre.
Lisez-le et faites-vous votre idée.
Commenter  J’apprécie          290
nath45
  13 février 2020
Pourquoi se refuser un moment agréable, se laisser manipuler, être enchanté, voir stupéfait, charmé par la plume de M. Pennac, entre rêve et réalité, le rêve qui donne de la matière à l'écrivain et qui enchante le lecteur. On y découvre sa passion, sa fascination pour Fellini ce qui m'a permis de revoir « Amarcord »
Je rejoins Carrica « Si vous souhaitez lire ce livre et en profiter pleinement, un petit conseil : surtout, n'écoutez, ne regardez rien avant, sous peine de perdre l'effet de surprise. »
C'est une petite bulle enchanteresse dans cette rentrée littéraire.
Commenter  J’apprécie          220
jongorenard
  05 mars 2020
Un rêve ? Qu'en faire au réveil ? Beaucoup d'entre nous n'en font pas grand-chose. Certains l'analysent. D'autres enfin, comme Pennac ou Fellini, l'utilisent pour en tirer un fil narratif. Comme son nom l'indique, "La loi du rêveur" fait la part belle aux rêves et rend hommage à Fellini dont Pennac est un admirateur sans borne. Fellini et Pennac nous invitent à vivre sous la loi du rêve, à en faire le carburant de nos vies. Fellini les dessinait, les écrivait et en utilisait la matière pour imaginer ses films. L'ombre du cinéaste plane sur ce livre et insuffle à Pennac ce procédé créatif. Mais cette fois, pas d'histoires de famille extravagantes, mais un récit labyrinthique dans lequel les rêves s'emboitent les uns dans les autres comme des poupées russes. Tout commence comme dans un livre pour enfant. Un jeune garçon, Pennac enfant, se retrouve pris dans un grand spectacle onirique, une explosion catastrophique de lumière liquide. Mais du songe à la réalité, il n'y a qu'un pas, qui appelle d'autres allers-retours dans le récit. Et à ce stade, le lecteur ne sait déjà plus très bien où il est et où il va. Cela donne au récit un caractère étrange, troublant et fascinant, tout est à moitié vrai, tout est à moitié faux. On ne peut démêler le réel de l'imaginaire. On est pris dans un piège délicieux. Et qu'importe si la chronologie est bancale, si l'intrigue est décousue, si les chapitres sont morcelés ou inégaux, Daniel Pennac nous invite à le suivre, il nous prend par la main, nous guide à travers ses vies, entre souvenirs, rêve et réalité sans jamais bien savoir où se situent les frontières. Nous sommes délicieusement perdus dans son imagination où tout est fluide. Mais honnête et plus grave, il vendra la mèche dans la dernière partie du roman sans que cela ternisse le charme du récit qui ressurgira sur la fin. Un livre délicieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   24 février 2020
Avec La loi du rêveur, son tout nouveau livre, l’écrivain français Daniel Pennac nous offre un aller simple vers son très vaste pays des rêves.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   11 février 2020
On découvre Pennac gamin à l’imagination débordante, ça devrait nous plaire, mais on n’embarque pas. On était peut-être très loin de notre propre capacité à rêver cette journée-là. Les fidèles seront probablement ravis.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Bibliobs   10 janvier 2020
Dans « La Loi du rêveur », roman baroque en trompe-l’oeil, le créateur des Malaussène raconte sa passion pour Fellini et célèbre le pouvoir des songes.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Tricia12Tricia12   04 août 2020
Il fut un temps où l'épreuve de français du baccalauréat proposait un exercice intéressant. Il s'agissait de résumer au quart de sa proportion (plus ou moins 10%) un texte suffisamment chargé de sens pour justifier un traitement aussi barbare. Morceaux choisis de philosophie, d'anthropologie, d'économie, d'ethnologie, de psychologie ou de sociologie, chroniques de l'air du temps, articles polémiques autres éditoriaux étaient ainsi proposés à la sagacité broyeuse du candidat. Aucun auteur n'y échappait: Paul Valéry et Roland Barthes eux-mêmes, si concis de réputation, étaient voués à l'essorage comme les autres. Nous aimions beaucoup cet exercice, mes élèves et moi. Toutes les semaines nous jouions ensemble au presse-citron lucide. La proportion de sens extraite de nos quatre-quarts se matérialisait en résumés très claires parfaitement calibrés: nous étions intelligents. Se posait alors la seule question vraiment intéressante: à quoi servaient les trois quarts du texte que nous avions fichu à la poubelle? Réponse: à faire de ce texte un organisme vivant. À faire ce cette écriture un style. À faire de cet auteur un individu singulier. Nous avions extrait le sens de la vie, ici gisait la vie du sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fbalestasfbalestas   15 avril 2020
Il fallut expliquer à Louis qui était Federico Fellini : un cinéaste italien que maman vénérait. Elle avait travaillé aux costumes sur plusieurs de ses films. Elle était même descendue à Rome, au studio 5 de Cincecitta, où Fellini tournait tout ce qui lui passait par la tête. Un matin il avait déchiré la page du grand livre de comptes sur lequel il dessinait ses rêves et avait tendu à Moune celui qu'il venait de faire. Elle l'avait encadré et suspendu dans ma chambre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
victoryhelenevictoryhelene   06 janvier 2020
Pour autant qu'on puisse dater ce genre de naissance, je suis devenu écrivain la nuit de cette conversation avec Louis. J'avais dix ans et j'affirmais à mon meilleur copain que la lumière c'est de l'eau.
- De l'eau, tu es sûr de ce que tu dis ?
- Parfaitement, la lumière c'est de l'eau.
- La lumière électrique ? Celle de notre lampe de chevet ? C'est de la flotte ?
Commenter  J’apprécie          50
BazartBazart   09 février 2020
" Je me suis tourné en souriant contre le mur pour m'endormir. Mais je ne me suis pas endormi. Du fond du couloir, le hibou continuait de me provoquer : - Regarde moi, regarde mon oeil crevé si tu en as le courage!"
Commenter  J’apprécie          90
victoryhelenevictoryhelene   06 janvier 2020
- Fellini note et dessine ses rêves à la seconde où il se réveille.
- Il a raison, approuva Louis, les rêves ça s'évapore comme la flotte sous le soleil.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Daniel Pennac (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Pennac
https://www.librairiedialogues.fr/livre/16125861-la-loi-du-reveur-daniel-pennac-gallimard Daniel Pennac nous parle de son livre "La Loi du rêveur" (éditions Gallimard) et des livres qui l'ont marqué, dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup. Interview par Laure-Anne Cappellesso.
Retrouvez-nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
autres livres classés : felliniVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..