AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782810008100
Éditeur : Editions du Toucan (10/01/2018)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 111 notes)
Résumé :
Hiver 2015. Durant l’absence prolongée des propriétaires, une villa de la banlieue
parisienne est le théâtre d’un crime atroce.

Lorsqu’il arrive sur les lieux, le capitaine Magne découvre avec effroi que le corps n’est plus
reconnaissable. Pas de vêtements, pas de papiers : l’identification s’annonce compliquée.

Décembre 1944. Londres. Un officier américain scrute avec inquiétude le brouillard qui plombe le ciel de
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  23 janvier 2018
Assassinats sordides, alternance entre passé et présent, personnages de flic meurtris. Tout semble sonner tellement vu et revu… Et bien, croyez-moi, Jacques Saussey arrive pourtant à largement tirer son épingle du jeu dans cet univers du polar, avec ce nouveau roman !
7/13 est un livre aussi attachant que prenant, parce que justement l'auteur ne cherche jamais à bafouer les codes, tout en nous contant une histoire suffisamment singulière. de la belle ouvrage en somme.
Il faut dire que, si le récit débute de manière assez habituelle, il pique rapidement la curiosité. Par l'habile manière de décrire un passé, si loin si proche. Par la chaleur des mots de l'auteur qui, loin de contredire la froideur de l'intrigue, lui donne un vraie texture.
Une consistance émotionnelle due en bonne partie à l'attachement qu'on ressent envers les protagonistes. Des personnages récurrents que les lecteurs habituels de l'écrivain auront grand plaisir à retrouver, et que les nouveaux adopteront d'emblée sans trop sentir de manque.
Jacques Saussey n'est pas du genre à essayer d'en mettre artificiellement plein la vue. On sent sa démarche sincère, et son amour du polar transpire de ses pages. Il y a une âme dans ces lignes-là.
Voilà une intrigue intelligente, qui a sûrement demandé nombre de recherches et qui se fond parfaitement dans cette enquête, tout en y ajoutant une certaine singularité. Vous ne saurez que tardivement le pourquoi de ce titre énigmatique (et ne comptez pas sur moi pour vous en dire un seul mot).
7/13 est un polar dense, qui entrecroise (entrechoque ?) des éléments historiques et d'actualité, des événements qui ont marqué l'Histoire (ou qui marqueront celle à venir). C'est sombre et touchant à la fois, dur et poignant. Il faut dire que les ressentis des personnages laissent difficilement de marbre, sauf à être totalement insensible.
Et puis, il y a ces phases de respiration proposées par l'auteur, avec deux personnages secondaires assez surprenants (pas totalement inconnus des saussiens), et qui apportent un coté décalé à certaines scènes. Ajouter de l'humour à un récit noir est toujours risqué, mais c'est plutôt réussi ici.
Avec 7/13, tous les ingrédients sont présents pour passionner le lecteur de roman noir à la recherche d'humanité. Et l'intrigue historique risque fort de vous étonner.
Sans tambour ni trompette, Jacques Saussey continue à se faire une belle place dans le monde du polar. du bon boulot !
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Jeanfrancoislemoine
  30 mars 2018
J'avais décidé de ne pas trop me presser de terminer ce roman,tranquillement installé dans une histoire qui me tenait en haleine et dans laquelle je me sentais vraiment bien....Et puis,coup du sort ou complicité divine,la page 351 sonnait le glas du"besoin de savoir" qui,au fur et à mesure de mon avancée vers le dénouement,, s'était emparé de moi....Mauvaise pagination,défaut majeur et me voilà fauché en plein vol.....Quelques heures plus tard,j'allais pouvoir reprendre le cheminement de cette magnifique enquête,un peu contrarié toutefois d'avoir dû acheter un second volume....Cher,le prix à payer mais hors de question de renoncer,pensez donc,la page 351!!!!!
Voilà, maintenant,j'ai 2 volumes et je sais tout...Je connais Jacques Saussey pour le lire régulièrement et ce n'est pas avec ce roman que je vais lui retirer ma confiance.Mêler une enquête policière et des événements historiques,aborder des thèmes sociétaux, présenter des personnages attachants,sensibles,sympathiques,faire preuve d'un humour maîtrisé mais judicieusement amené, faire cohabiter le drame,la violence,l'amour,la sensibilité ,,voilà l'immense chantier qui fut celui de monsieur Saussey.Ajoutons aussi la présentation d'un des grands mystères de la seconde guerre mondiale,et c'est pour moi le grand plaisir de faire constater à ceux qui en doutent que la littérature noire diffuse aussi de la culture et que nos auteurs français sont vraiment très forts .
Laissez vous aller,le plaisir est au rendez vous et ne vous inquiétez pas trop,tous les exemplaires ne se terminent pas à la page 351!,,
En même temps,heureusement....Et comme il y aura une suite,je serai vigilant....mais forcément fidèle au rendez-vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
chevalierortega33
  18 février 2018
Dans la série Magne- Heslin, je prends le 7ème et j'essaye de ne pas spolier ! Je peux d'abord dire que j'ai aimé tout en trouvant l'intrigue plus complexe à suivre que dans le précédent opus.
Deux temporalités se déroulent parallèlement, ça l'auteur l'a déjà fait notamment dans « la pieuvre » mais cette fois il nous fait d'avantage penser à Nicolas Lebel et à la construction de son roman « de cauchemar et de feu ». En effet une enquête au premier plan nous permets de renouer avec le couple Magne-Heslin que nous avions quittés dans « ne prononcez jamais leurs noms » bien mal en point, va percuter une énigme non résolue de la dernière guerre mondiale. Une série de meurtres pousse nos enquêteurs dans l'arrière pays Boulonnais pollué, au contact avec des immigrés. Certes il semble qu'après l' »entre deux mondes » d'Olivier Norek et le « Fantazmë » de Niko Tackian, le sujet de l'incapacité à répondre dignement aux problèmes de l'immigration clandestine occupe nos auteurs. C'est que le thriller-polar est un incroyable vecteur de réflexion pour les sujets de société et les lecteurs ne s'y trompent pas en plébiscitant leurs auteurs.
Jacques Saussey nous tient en haleine avec cette enquête complexe, je l'ai déjà dit, à tiroirs, menée par les rescapés de l'équipe de la criminelle dirigée par Daniel Magne à laquelle les renforts, sous forme du duo improbable rencontré dans « le loup peint » (non pas Dupont et Dupond mais M et M), apportent une loufoquerie bienvenue et rafraichissante. Il faudra attendre d'être au-delà des ¾ du roman pour comprendre la signification du titre … Non ça n'est pas la tension artérielle de Lisa ni le numéro du modèle du coucou volant de la couverture … lisez et vous trouverez !
Passionnant, instructif, bien écrit … tout pour plaire ce 7/13, qui n'est pas non plus la note attribuée à ce thriller qui mérite bien plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
druspike
  19 janvier 2018
Et voilà le petit dernier de la série Daniel et Lisa est sorti, autant dire que celui là n'a pas trainer dans la PAL !
J'ai découvert la plume de Jacques Saussey au mois de juillet en me faisant un challenge lire toute la série Lisa et Daniel d'une traite ! Ça avait été un vrai bonheur, après avoir dévoré les 6 tomes j'avais enchainé direct avec le loup peint.
Lisa et Daniel étaient devenu mon duo de flic de roman préféré et la fin de « ne prononcez jamais leurs noms » m'avait juste traumatisée !
De quoi ça parle ? « Hiver 2015. Durant l'absence prolongée des propriétaires, une villa de la banlieue parisienne est le théâtre d'un crime atroce. Lorsqu'il arrive sur les lieux, le capitaine Magne découvre avec effroi que le corps n'est plus reconnaissable. Pas de vêtements, pas de papiers : l'identification s'annonce compliquée. Décembre 1944. Londres. Un officier américain scrute avec inquiétude le brouillard qui plombe le ciel de l'Angleterre. Il projette de traverser la Manche au plus vite pour rejoindre la France où il doit préparer l'arrivée prochaine de ses hommes. le mauvais temps s'éternise mais bientôt, une proposition inattendue va faire basculer son destin. Soixante-dix ans plus tard, elle confrontera les enquêteurs du quai des Orfèvres à l'un des mystères les plus stupéfiants qu'ils aient jamais rencontrés. »

Donc on se retrouve ici dans la suite directe de « ne prononcez jamais leurs noms », quasiment là où nous avons laissé Daniel et Lisa.
L'auteur nous met direct dans l'ambiance avec une scène de crime bien détaillée et un cadavre bien décomposé.
Pour le reste je ne veux rien dévoiler de l'histoire donc je n'en dis pas plus, c'est tellement prenant, surprenant qu'il faut le découvrir en le lisant.

Pour ma part j'ai adoré ce livre, on est dans une alternance passé / présent ce que j'aime beaucoup en général, les chapitres sont super courts ce qui donne un bon rythme de lecture mais peut être responsable de courtes nuits, pour le coup un dernier chapitre avant d'éteindre à tendance à se répéter assez longuement ! Et en plus il y a pas mal de chapitres qui se terminent un peu en WTF ???? du coup on veut savoir la suite, mais la suite se trouve quelques chapitres plus loin … Bref ce livre est un excellent partenaire de nuits courtes 😉
La fin n'est pas prévisible, l'auteur ne laisse pas de ficelles dépasser, il nous entraîne dans son histoire et ne nous livre la révélation que dans les dernières pages !
Et le petit plus c'est que ce livre est un crossover avec un autre, on y retrouve avec grand plaisir des personnages dont on avait envie d'avoir des nouvelles c'est une belle surprise.

J'adore le plume de Jacques Saussey, j'adore ses personnages, ses histoires bien construites je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans sa super série ! Même si la façon qu'a eu Jacques de traiter ses histoires et ses personnages font qu'on n'est pas obligé de lire dans l'ordre mais pour vraiment apprécier ce livre il faut au moins avoir lu la pieuvre et ne prononcez jamais leurs noms. Mais si vous n'avez jamais lu de Jacques Saussey, commencez par le premier tome et lisez les dans l'ordre vous n'en apprécierez que plus le talent de cet auteur incroyable !

Ordre de la série :
Colère noire
de sinistre mémoire
Quatre racines blanches
L'enfant aux yeux d'émeraudes
La pieuvre
Ne prononcez jamais leurs noms
7/13
J'ai tellement hâte de lire le suivant, pour le coup je pense qu'il va falloir être un peu patiente.

Merci encore une fois Jacques Saussey pour ce merveilleux moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fannyvincent
  27 mars 2018
Attiré par la couverture, le titre un peu énigmatique et le résumé, j'ai emprunté ce bouquin à la médiathèque, ce qui m'a permis de découvrir Jacques Saussey, auteur dont j'entendais parler depuis quelques temps. La préface signée Olivier Norek m'a conforté dans mon choix (il y a d'ailleurs quelques points communs entre « 7/13 » et « entre deux mondes », que je viens d'achever) : avec une telle « caution », je ne prenais pas beaucoup de risque ! Signalons également que le fait de ne pas connaître les précédentes enquêtes du duo formé par Daniel et Lisa ne m'a pas gêné durant ma lecture...
L'histoire se déroule à deux époques distinctes : l'époque actuelle, avec l'enquête autour du meurtre particulièrement barbare d'une femme commis dans la demeure d'un puissant industriel ; la fin de l'année 1944, avec la disparition d'un avion transportant un mystérieux passager. Des faits qui ont bien entendu un lien...
Le récit est assez captivant, grâce à des chapitres courts et nerveux. J'ai toutefois trouvé que la fin était un peu en deçà du reste de l'intrigue (un peu précipitée, un soupçon de manque de crédibilité). Mais rien de rédhibitoire, le roman, bien construit, demeure très efficace, avec une dimension historique particulièrement intéressante (et dont j'ignorais tout).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   16 avril 2018
Auteur de romans policiers très remarqués, le Français Jacques Saussey a revisité dans 7/13, son nouvel opus, l’énigme du chef d’orchestre américain Glenn Miller, disparu en 1944 au large de Dunkerque alors qu’il était à bord d’un avion de la Royal Air Force.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   31 octobre 2019
Quand Picaud m’a dit que c’était moche, il était encore loin de la vérité. Je pense qu’il a simplement répété ce que les hommes de l’IJ lui en avaient laissé filtrer. Nous pénétrons dans le salon et je me colle brusquement la moitié du reste de pommade sous les narines. Le commandant attrape la boîte et m’imite avec précipitation. Torrentin lui-même plisse le nez comme s’il décelait un vague fumet nauséabond. Ce que doit endurer ce type à longueur d’année est inimaginable.
Nous nous arrêtons à la limite de la flaque d’un rouge quasi noir où quelques empreintes ont marqué le passage des scientifiques au cours de leur travail d’investigation. Lorsque mes yeux saisissent enfin le spectacle qui s’offre à moi, le sang se met à bourdonner bizarrement dans mes oreilles. Dans mon estomac, une vague se soulève et menace de prendre l’inverse du chemin habituel.
La voix tranquille de Torrentin s’élève au-dessus du carnage. Pendant qu’il parle, je pose les yeux sur l’abdomen écartelé de couleur verdâtre et j’essaie de ne plus penser à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NATBNATB   16 janvier 2019
Philippe Roy est un bon gars, mais il ne peut s'empêcher de se laisser aller à l'anglicisation à l'excès à la mode en ce moment.C'est vachement in , comme truc. On se fixe des boards, on se malaxe les neurones lors des brainstormings, on se donne le go pour que le team ait l'impression de participer à un process qui va changer le monde. C'est le fun, quoi. Et God save la Queen.
Je le laisse partir sans relever, ça m'agace plus que ça ne devrait.Je ne vais pas en faire un plat. C'est peut-être le signe que je suis has been, que je dois faire un break. Avant de sombrer dans un méchant burn-out...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolarcollectifpolar   31 octobre 2019
Alton posa une main amicale sur l’épaule de Paine.

– Passez me prendre à n’importe quelle heure. Je serai prêt. Merci, Howard.

Puis il tourna les talons, sortit dans la froidure et alluma une cigarette en scrutant le brouillard épais par-dessus le verre de ses lunettes qui scintillaient d’humidité dans la nuit opaque difficilement combattue par les lampadaires.
Tout au fond de ses os, un frisson courait depuis plusieurs jours. Une onde noire dont il ne parvenait pas à se débarrasser, même assis juste à côté de l’imposante cheminée du hall. Cette foutue maladie, certainement, qui lui faisait perdre de plus en plus de poids au fur et à mesure que son exil loin de l’Amérique s’éternisait.
Son médecin militaire lui avait demandé de rentrer à New York, de se reposer enfin et de se faire soigner pour de bon. Mais jamais, jamais il n’abandonnerait l’effort de guerre et ses camarades sur le terrain.
Jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   28 mars 2018
Nous sommes restés dans la salle d'attente,aussi inutiles que trois râteaux à feuilles dans une tempête de neige(p 78)
C'est ça qui est un peu compliqué avec certains jeunots tout juste frais è moulus de l'école,. Ils sont aussi solides qu'une biscotte.(p 80)
Commenter  J’apprécie          80
collectifpolarcollectifpolar   31 octobre 2019
La maison est cossue. De type bourgeois, en forme de L, pierres de taille et allée pompeuse bordée d’arbustes coiffés au cordeau. Un terrain immense entretenu à grands frais, des fruitiers au fond, près de la rivière, des massifs de rosiers encore figés dans la fin de l’hiver, des crocus qui montrent le bout de la langue sous l’herbe pliée par la rosée.
Près du bâtiment, une piscine couverte s’avance sur le gazon. Elle a été verrouillée pour la mauvaise saison. À travers la vitre salie par des fientes d’oiseaux et des feuilles mortes collées par l’humidité, j’aperçois l’eau qui a pris une vilaine couleur verdâtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jacques Saussey (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Saussey
Une fête d'anniversaire. Une forêt enfouie sous la neige. Quinze jeunes coupés du monde.
Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois. Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d'oublier la douleur du deuil, Marc ne l'a pas soutenu comme il l'aurait dû. Lorsque son fils lui demande l'autorisation d'inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s'il craint les débordements des jeunes.
Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d'adolescents chez les Torres au coeur de la forêt silencieuse.
Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.
À tout prix.
Né en 1961, couronné de prix de lecteurs dont le Prix Coup de Coeur de Saint-Maur en Poche, Jacques Saussey livre un thriller inoubliable, à la terreur panique insidieuse et vous emmène sur le chemin d'une nouvelle insomnie... Prenez garde à ne pas vous y égarer.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Colère noire" de Jacques Saussey.

Quel est le prénom du nom de Heslin qui aide Magne dans son enquête ?

Lise
Lisa
Lisy

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Colère noire de Jacques SausseyCréer un quiz sur ce livre

.. ..