AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072739194
Éditeur : Gallimard (24/08/2017)

Note moyenne : 2.58/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Mai 1940. Les armées de Hitler écrasent la France. Peter Siderman, un jeune Allemand de dix-sept ans engagé dans l’armée française, prend l’identité d’un mort pour échapper aux représailles. Prisonnier, il croit avoir évité le danger quand on lui annonce qu’on va le libérer et le reconduire dans sa famille. Comment sera-t-il accueilli chez ces gens qui ne le connaissent pas? On sent passer ici le grand souffle à la fois tragique et merveilleux déjà présent dans le p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  17 août 2017
Le thème m'a de suite fait penser à une pièce de Jean Anouilh, "Le Voyageur sans bagage", dans laquelle le personnage phare, Gaston, devenu amnésique à la fin de la première guerre mondiale, est réclamé par la famille Renaud. Ici, Peter n'est bien évidemment pas touché par des pertes de mémoire. Cependant, il se retrouve dans une famille qu'il ne connaît pas mais qui ne dit rien. Pourtant, bien qu'aveugle, la mère de celui-ci découvre qu'il ne s'agit pas de son fils dès la première rencontre. Les cousines garderont également le secret. Pourquoi ? Cet homme est un imposteur qui a pris l'identité de leur Alexandre et personne ne le dénonce aux autorités ? Je n'en dis pas plus…
J'ai apprécié ce roman qui non seulement est bien écrit mais qui nous tient en éveil de bout en bout. Oui, en éveil. Car on se prend presque de compassion pour Peter et, comme lui, on craint la délation. Frédéric Verger a su rendre l'atmosphère angoissante qui devait régner en ce temps-là et a fait en sorte que son histoire soit crédible. Vie de fugitifs, émotions exacerbées, tout y est !
Je vous recommande ce livre et je vais suivre cet auteur car son style m'a vraiment plu. J'ai vu qu'il avait écrit un autre roman, intitulé Arden, que je vais me procurer.
Je remercie Babelio ainsi que les éditions Gallimard qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur.
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          705
Eve-Yeshe
  16 octobre 2017
Peter sait qu'en tant que juif, il risque la mort dans le Reich, alors, lors du dernier combat, il vole la plaque d'un soldat français mort sur le champ de bataille. Il devient ainsi Alexandre d'Anderlange. de retour à la vie « normale », il s'habitue tant bien que mal, jusqu'au moment où on l'informe que la mère mourante de celui-ci le réclame à son chevet.
Contrairement à toute attente, la mère, exilée russe, presque aveugle, fait semblant de le reconnaître et il va devoir entrer progressivement dans le rôle.
La construction de son personnage, un mélange de Peter et d'Alexandre, est très intéressante car Peter s'inspire des écrits d'Alexandre, se les approprie, les exprime lors des conversations. (cf P 131 et suivantes). Il puise aussi dans la garde-robe familiale pour créer son propre style.
« Il aperçut son reflet dans le miroir. le personnage, les mains dans les poches, le fixant d'un air amical, insolent, semblait le mettre au défi de faire quelque chose de lui. » P 132
Le destin de Peter-Alexandre est loin d'être simple, et on assiste à une série d'actions-réactions en chaine, un effet papillon, qui le l'emmène d'aventures délicates en aventures difficiles et beaucoup de souffrance.
Les autres personnages sont tous bien caractéristiques, et font l'objet de descriptions assez savoureuses : Sofia la deuxième épouse du père d' Alexandre, dont l'accent russe pimente les dialogues, les cousines Joséphine la rousse et Hélène la brunette, qui cherchent à trouver un mari pour retrouver leur splendeur passée, car la famille est ruinée, avec des histoires d'héritage hautes en couleur, sans oublier le majordome Emmanuel très stylé, vestige de l'ancien temps et bien-sûr Blanche, complice du vrai Alexandre, qui a été internée.
Sans oublier le commandant qui parcourt la campagne à la rechercher d'un vin qu'il a beaucoup aimé lorsqu'il était plus jeune et rêve de retrouver, recherchant un paradis perdu.
Frédéric Verger nous propose la petite histoire dans la grande Histoire, avec des détails sur les conditions de vie des prisonniers, les exécutions sommaires, les charniers…
Dans ce roman, on trouve toute une déclinaison autour du rêve: la rêverie, l'affabulation, onirisme, le délire, la folie, mais aussi l'ivresse de la musique, de la danse… Tout s'intrique, s'imbrique à merveille.
On sait très bien que le récit est construit sur des faits et une région, Blay, qui n'existent pas mais on se prend à y croire, et si le récit démarre très lentement, le rythme s'accélère, s'enrichit, un peu comme « le boléro » de Ravel et, de rebondissement en rebondissement, on ne lâche plus le roman.
Tout m'a plu dans ce roman, même les longueurs, car le style de l'auteur rappelle les feuilletonistes du XIXe que j'aime tant. La langue est très belle, de même que les descriptions de paysages inventés par l'auteur et qu'on visualise sans problèmes comme s'ils existaient vraiment.
Cette lecture m'a convaincue de lire le premier roman de Frédéric Verger: « Arden » pour lequel il a reçu le prix Goncourt du premier roman en 2014.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          605
Piatka
  18 août 2017
Je tiens tout d'abord à remercier Gallimard et Babelio pour la découverte en avant-première du roman et de l'auteur Frédéric Verger.
Je ne vais néammoins pas tourner autour du pot, pondre une critique mi-figue mi-raisin, ni disserter sur le contenu du roman. J'ai eu beaucoup de mal à lire entièrement ce roman, tant je me suis globalement ennuyée. C'est d'autant plus étonnant que je reconnais que ce deuxième roman de Frédéric Verger est bien construit, documenté et fort bien écrit. De la belle ouvrage, incontestablement.
Malheureusement, je n'ai que très rarement été emportée par l'histoire, n'ai jamais été enthousiasmée. Les qualités de ce texte sont en quelque sorte devenues ses défauts.
La multiplication de longues descriptions, certes maitrisées mais pas toujours indispensables selon moi, conjuguée à un style impeccable mais sans « la patte véritablement personnelle » qui permet de s'attacher à un écrivain, ont fini par me lasser et m'ont donné l'impression d'entraver la progression de l'intrigue.
Dommage, l'usurpation d'identité d'un jeune soldat et l'évocation des rêveuses du couvent d'Ourthières avaient tout pour me plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          517
gavarneur
  18 août 2017
Quelque part entre le hussard sous le toit, fête païenne chez Franz de Galay et récits de la Kolyma en Lorraine ?
J'ai reçu avant la rentrée littéraire le deuxième roman de Frédéric Verger. J'en remercie Babelio et Gallimard. Et je compte me procurer rapidement Arden, son premier ouvrage, car j'ai lu ce deuxième volume avec plaisir.
Plus de 400 grandes pages d'une prose dense, mais d'une lecture jubilatoire. le sujet n'est pas léger : pendant la deuxième guerre mondiale, un soldat prend pour survivre l'identité d'un mort, comment va-t-il vivre dans la famille dont il prétend être membre ? Ami lecteur, sois averti : la guerre n'est pas ignorée, certaines scènes sont abominables , quoique vraisemblables.
J'ai aimé la capacité de Frédéric Verger à créer : des personnages, une région, des atmosphères surtout. Les situations sont instables, incertaines : jeux de l'amour et du hasard, de la faim, de la peur, de la folie, de la joie et de la mort.
Dès la première partie, le doute et la mort se mêlent. Peter n'est qu'un soldat prisonnier de dix-sept ans, on ne sait guère ce qu'il pense mais sa détermination à vivre est énorme. Les quatre autres parties principales sont presque des récits autonomes, avec unité de lieu, où Peter, les deux cousines si charmantes, la vieille mère si russe, son serviteur et le commandant allemand évoluent et tissent la trame du fond, toujours dans une ambiance où chacun lutte pour survivre. Leurs portraits sont beaux, complexes, et je les ai trouvés pleins de vérité, dans leur poids ou dans leur fantaisie.
Deux autres personnages sont plus fantomatiques, ils sont du domaine du rêve (qui comme chez Nerval est proche de la folie). Un amour d'une beauté surréaliste semble inspirer des actions bien folles, la bande de Breton est d'ailleurs évoquée clairement. Et globalement une atmosphère de rêve imbibe tout le livre.
Pour moi, Frédéric Verger s'intéresse plus au style qu'à la psychologie. Il y aurait eu matière à des pages de monologue intérieur, mais le narrateur froid ne nous livre presque rien des pensées des personnages. En revanche, les métaphores, parfois humoristiques, et surtout les descriptions font vraiment le plaisir de la lecture. Curieusement, en ce 21ème siècle, la minutie des détails observés et commentés donne à ces descriptions leur caractère onirique.
Globalement j'ai aimé la richesse de l'écriture, inventive, sensuelle parfois. Elle peut être terrifiante aussi, mais la distance que Peter semble garder avec les événements même les plus douloureux les rend supportables. A contrario, son amour impossible donne des scènes magnifiques, mais dans lesquelles une certaine distance subsiste.
PS : Quelques détails ont un peu troublé ma lecture : lisant des épreuves non corrigées, j'ai trouvé quelques fautes d'orthographe, une anomalie topologique, mais tout cela est sûrement déjà corrigé. L'introduction est faite pour frapper : mots rares, mention de « Diderot, attiré à Bray par le désir de faire l'amour à une dévote », géographie bizarre (le Pays de Bray existe, pourquoi reprendre ce nom pour créer une région à l'autre bout de la France?). Et j'ai souvent eu l'impression qu'il me manquait des clés pour décoder des allusions. Une mention d'Offenbach m'a permis de trouver l'origine d'une chanson, Google m'a révélé que la Marsovie venait du premier roman de Frédéric Verger, mais combien d'allusions ai-je manquées ? Je me suis aussi interrogé sur la raison de plusieurs passages subits au présent de narration. Tout cela dévoile un texte complexe, qu'on peut lire relativement naïvement, mais qui propose aussi une lecture profonde. (Plus que le hussard sur le toit, la troisième partie vous évoquera peut-être votre labyrinthe préféré, ou un jeu vidéo).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
oran
  16 août 2017

Une usurpation d'identité avec l'intention de commettre une action crapuleuse est un délit. Quand cette appropriation frauduleuse se fait au détriment d'un mort, pour sauver sa peau, est-ce effectivement un crime ? Ne serait-ce pas, tout simplement un devoir de survie ?
Ici, c'est une des substances originelles qui fécondent un roman précellent.
Peter Siderman, juif allemand, natif de la Sarre, est un tout jeune homme qui s'est engagé dans une unité ordinaire de l'armée française. Après la débâcle, pressentant qu'il allait être fait prisonnier et fusillé, sans autre forme de procès compte tenu de sa judaïcité et de son enrôlement dans les rangs ennemis, il s'approprie la plaque militaire et quelques lettres prélevées sur un soldat français, victime d'une crise cardiaque : Alexandre d'Anderlange.
Quelque temps après, il est libéré et reconduit en Lorraine, annexée, par le III e Reich, en pays de Bray, berceau natal présumé. Là, réside sa belle- mère, mourante, Madame veuve d'Anderlange née Sofia Eveseivna, venue de Russie.
Dès le premier contact, cette vieille femme aveugle qui simule sa fin prochaine, décèle la supercherie mais Peter n'est pas dénoncé et, bientôt, il fait partie de cette famille composite qui essaie de se recomposer pour affronter, ensemble, une misère noire et tenter de survivre : il y a le fidèle et dévoué majordome Emmanuel , les deux cousines Weissman , la brune Hélène, Joséphine la rousse , toutes deux, en quête d'un riche parti , il y a aussi Victor van Versterhagen le vieux commandant allemand, bancroche, à la recherche de son eldorado, une propriété viticole où il fut hébergé quand il faisait ses classes , il y a plus de cinquante ans.
La vie s'égrène, petitement, une vie de survie, de sursis, de famine, de joies anodines aussi, qu'il faut savoir capter et savourer parce qu'il n'y a pas grand-chose d'autre à se mettre sous la dent.
Et puis il y a ces mystérieux courriers émanant de la cousine Blanche d'Etrigny-Weissman, qui appelle Alexandre à son secours, enfermée dans ce couvent où furent, jadis, cloitrées d'excentriques moniales qui rêvaient et racontaient à haute voix leurs songes : prophéties, inepties, affabulations, tromperies ? Légende enrôleuse, sans doute, et explication plus concrète à la page 188 concernant le titre de ce livre.
Peter-Alexandre va tenter de retrouver Blanche, et là les rebondissements se multiplient, les situations rocambolesques s'enchaînent, les déboires s'aggravent, les épreuves terribles redoublent, s'amplifient, s'accélèrent, et cela me fait penser à Cunégonde dans « Candide », qui cabossée, souillée, mutilée, étripée reste en vie malgré les terrifiantes épreuves auxquelles elle a été confrontée.

J'ai apprécié la maîtrise du style , l'écriture faconde et ondoyante de Verger, son vocabulaire généreux, ses comparaisons et métaphores foisonnantes, savoureuses, originales et , bien sûr ce récit singulier et tragique, quelque peu mystique , qui s'enrichit, au fil des pages, de multiples anecdotes, bâti avec deux matériaux : le concret : l'Histoire et ses atrocités en toile de fond et le fictif forgé par son imaginaire luxuriant : le décor omniprésent qu'il peint , celui du froid plateau mosellan , qu'on croit reconnaitre mais qui se travestit et s'estompe dans le givre hivernal au profit d'un cadre réimaginé, et ce mythe de nonnes rêveuses , qui subsiste et persiste grâce notamment à cette vaisselle « parlante »(1) en faïence rose, quelque peu ébréchée, qui raconte leur étrange histoire et ces vieux microsillons étiquetés « Les Rêveuses » - oratorio de Sémiroff,(2) (l'initiale du prénom étant quelque peu effacée, est- ce un A factice comme « Alexandre » ou un P authentique, celui de « Paul » qu'il faut tenter de déchiffrer ?) Antiquités, qu'on pourrait, qui sait, peut- être, dénicher sur l'étal de quelques brocanteurs perspicaces ou malhonnêtes, trouvailles fortuites qui accréditeraient cette histoire !
Un grand MERCI aux Editions Gallimard Blanche et à Babelio de m'avoir permis de savourer ce livre en avant- première de la Rentrée littéraire de 2017.
Après cette lecture j'ai découvert « Arden » avec le même plaisir.
1 - Assiettes parlantes : dites encore illustrés, historiées, animées…, type de vaisselle en faïence appréciées au XIXe siècle dont le bassin ou le marli est orné de motifs très variés : scènes animées avec des personnages ou des animaux, offrant des thèmes multiples : historique, militaire, politique, religieux, commémoratif, ou proposant des rébus, des devinettes, charades ...
2- Paul Semiroff : Elève de Ravel, secrétaire de Stravinski, compositeur de musique de chambre, d'une symphonie, d'un concerto pour harpe et hautbois. Mais il est surtout connu pour son oratorio Cinq rêves d'Ourthières (Soprano et choeur de femmes (d'après Villa Europa n° 7/ 2016 Frédéric Verger – Sur un plateau de Moselle)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344


critiques presse (2)
LeFigaro   20 octobre 2017
Un jeune soldat usurpe l'identité d'un mort et se voit adopté par une étrange famille.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaPresse   07 septembre 2017
Une histoire qui se déroule durant la Seconde Guerre mondiale, où il est question d'usurpation d'identité et de liens familiaux. Frédéric Verger avait remporté le Goncourt du premier roman pour Arden.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   18 août 2017
Lorsqu'elle est arrivée ici, j'ai cru que son comportement étrange, ses absences, ses crises, étaient une comédie, qu'elle avait quelque chose derrière la tête. Alors je l'ai prise avec moi pour m'aider à taper à la machine tous les vieux grimoires des rêveuses d'Ourthières (..)
Enfin, je me suis rendu compte qu'elle avait un don étrange, étonnant...Quand elle lisait un rêve, sa voix lui donnait un charme particulier...Et moi qui aimais le côté sauvage de ces récits bizarres, sans queue ni tête, je me suis prise à aimer le côté un peu...comment dire...charmant, qu'elle leur donnait...Et puis elle avait une façon d'organiser la suite de ces petits rêves qui donnait envie d'en lire davantage...Cette fille sent les choses qui se correspondent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LydiaBLydiaB   05 août 2017
Les papillons frissonnèrent, la vieille se redressa. Assise sur le lit, sa chevelure grise balançant, elle ouvrit les yeux. Ils fixaient dans le vide quelqu'un qu'elle était la seule à voir. Sa voix grinça, roulant les "r".
"Jeune homme, puisque je montre que je ne suis pas morte, dites-nous qui vous êtes." (P55)
Commenter  J’apprécie          430
Eve-YesheEve-Yeshe   18 octobre 2017
Une fois ces frissons calmés, comme un homme chevauchant un cheval qui se cabre et, tout à coup apaisé, file sans qu’on sente ses sabots frapper le sol il jouissait de la puissance de cette vague énorme et calme de la fièvre qui semble nous entraîner à toute allure au bord du néant pour qu’on sente la jouissance de vivre. Cette torpeur était traversée de rêves tournoyants, visions égarées dans l’esprit pour quelques secondes et qu’on ne peut goûter qu’en s’y précipitant. P 209
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Eve-YesheEve-Yeshe   16 octobre 2017
Lorsque le ciel couvert de nuages noirs assombrissait la forêt, tout paraissait pris dans la gelée onctueuse et cendrée du temps. Un baume gris semblait faire sourdre du cendrier, de la chaise en rotin, d’un bol mal lavé, le halo d’une vie passée ; assis dans un voltaire, on avait l’impression de voyager dans le temps, embaumé dans le cocon de nuages noirs, de pluie ou de neige, qui grésillait aux fenêtres. P 97
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
gavarneurgavarneur   27 juillet 2017
Roulaient sur la table des saucissons énormes dont la peau à la lumière des bougies miroitait de reflets café au lait ou grenat ; de larges pièces de lard semblables à des tranches d'écorce noire saupoudrées de neige ; des jambonneaux recouvertes de chapelure pareils à des petits messieurs si dodus si gourmands qu'ils s'étaient métamorphosés en nourriture ; coupés en deux, ils exhibaient leur intérieur charnu et rose, leurs veines de gelée couleur de miel, semblant attendre une dernière volupté de la dévoration ; de longues saucisses noirâtres, tourmentées et bosselées comme des racines de pin.
Page 146
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152

autres livres classés : usurpation d'identitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Frédéric Verger (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La Bourgogne littéraire

Milly, Mâcon, Péronne, la grotte de Jocelyn... sont des endroits où le fantôme de cet écrivain et homme politique rôde encore. Qui est-ce?

Chateaubriand
Le Chevalier d'Eon
Lamartine
Lazare Carnot

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , Bourgogne (France)Créer un quiz sur ce livre

.. ..