AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


"Ecoute-moi vieillir"...Nos grands-seniors ?

Liste créée par fanfanouche24 - 45 livres. Thèmes et genres :

Combat, attachement à l'existence et à ses proches ou appétit de Vivre devenant défaillant, jusqu'à parfois les syndromes divers du glissement ??---------Deux excellentes listes sur la vieillesse ont déjà été constituées,[cf: "La Vieillesse" de Michelekastner et "Les Vieux" de Kaya]. Cette nouvelle sélection touchera bien sûr les "Vieux", mais au-delà ,"les Grands Seniors". Parallèlement à mes études, puis mon métier de libraire, j'ai dû faire face à plusieurs accompagnements de "grands aînés".... où mes proches (en liens du sang) fuyaient, détestant et la maladie et le grand âge. J'ai donc , à 20 ans à peine, en poursuivant mes études de lettres, accompagner, mis en place des astuces pour maintenir ma grand-mère devenue aveugle, dans son espace familier... encore aujourd'hui, je suis fière de lui avoir permis "deux années" supplémentaires , entourée, sécurisée.... une adorable "mémé", qui appréciait chaque attention, était heureuse dès qu'elle avait de la compagnie, ne se plaignait jamais.... Juste, quand je devais repartir à Paris (je faisais des allers-retours vers la Bretagne, pour passer du temps avec elle et m'organiser avec deux auxiliaires de vie, avec qui je suis toujours en lien amical, depuis tout ce temps), elle trouvait des prétextes pour retarder mon départ, me demandait x. choses, pour repousser l'échéance où elle se retrouverait seule... encore à ce jour, 25 ans après, j'en suis encore "malade d'émotion"...tout se serre en moi, lorsque je croise dans ma ville les silhouettes isolées, au ralenti,qui s'obstinent, dans les flots humains en activité, toujours pressés. Deux mondes qui se croisent si peu, à mon sens ! Il me fallait partir travailler pour payer mes études, et reprendre mes cours. Quand je la laissais, la voyant "en larmes", je mettais des jours à m'en remettre. Je dois à l'accompagnement de ma grand-mère adorée, une colère viscérale de savoir mes aînés ou autres proches, dans un isolement cruel... Après cet accompagnement premier.. j'en ai assumé d'autres, Cette liste est un einième coup de gueule... contre notre système qui se gargagrise des progrès de la médecine, de notre nouvelle longévité... qui augmente... pour qui, pourquoi et dans quelles conditions ?---------------------------------------------------------------------------------------------------- En plus de mes fonctions de documentaliste,actuelles, j'ai débuté quelques dépannages, en soirée, pour aider et être présente auprès d'une centenaire corse, très vive , à la forte personnalité...avec cependant des fragilités physiques, des douleurs, mais surtout à mon humble avis, un véritable état dépressif, n'ayant plus de goût pour quoi que ce soit, me confiant le soir lorsque je la laisse, elle s'adresse "au ciel"... en demandant de "s'endormir définitivement"... Ce soir, trois longues heures nous attendaient, entre dîner, prise de médicaments, les préparatifs du coucher... et aussi de façon essentielle une vraie "présence active"... pour ralentir les "paniques nocturnes"...Beaucoup d'agressivité à la hauteur de sa lassitude... et j'ai réfléchi à toutes sortes de choses, qui accrochent son attention, lui fassent relâcher la pression; C'est de la "haute voltige".... négociations permanentes pour tout... J'ai finalement décidé (car le temps de concentration s'est obligatoirement amenuisé à l'extrême) d'apporter mon ordinateur pour lui faire écouter des chansons corses anicennes, avec des projections des paysages de son île...le rappel et la familiarité des sons et des couleurs de sa terre natale.... la soirée , en fut plus légère, propice à des évocations agréables de l'enfance... heureuse de la laisser plus "sereine"...Ces désarrois, impuissances du "Grand âge" ne peuvent que nous prendre aux "tripes"...------------------------------------------------------------------------------------------------------ Confuse de choisir un sujet aussi "dérangeant"...mais entre le jeunisme exacerbé, les personnes qui à 40 ans sont considérés comme des "vieux croûtons" dans le monde du travail... alors les "Grands seniors" relèvent des "dinosaures" que l'on exhibe, lorsque cela sert un élu, qui veut redorer son image. Parmi les images véhiculées par les médias qui me mettent hors de moi, sont ces "anniversaires -bidons", où on célèbre en grande pompe la, le doyen (ne) d'un établissement, où l'on montre, glorifie son, sa centenaire... comme au "zoo" !!! Ce soir , "ma centenaire" m'expliquait sa lassitude, et ses ressentis très justement analysés...Ma réponse n'a été que mon "écoute la plus attentive qui soit" et de l'écoute musicale liée à ses racines corses... après on est juste impuissant !?--- Cette sélection proposée réunit des lectures qui m'ont émue, interpellée, et d'autres , nouvelles; à lire dont un texte important sur "le syndrome de glissement" lorsque le "senior ou grand Senior" a décidé qu'il ne voulait plus vivre, et se laisse "glisser"....hors de l'existence ! [Pour la photo en vignette, voir le lien vers le blog suivant : http://cassymary.canalblog.com/archives/2012/12/08/25750400.html] ****19 octobre 2014- Ajout le 24 octobre 2016
+ Lire la suite


1 Ecoute-moi vieillir
Bernard de Peufeilhoux
1 citation

"Ne faut-il pas cesser de n’'envisager le soin et l’'accompagnement qu'’à partir d’'un savoir, d’'un savoir-faire ? Si l’'on veut permettre à la personne âgée de rester une personne humaine jusqu'’au bout, il importe de donner toute sa place au savoir-être. Apprendre alors à se tenir dans une attitude d'’écoute vis-à-vis de la personne, afin de saisir ses besoins, ses demandes, mais aussi vis-à-vis de soi-même, pour percevoir les messages que l’'on envoie et les réponses que l’'on apporte. Aller au-delà des mots, apprendre ce langage qui va du corps vers le cœoeur comme du cœoeur vers le corps et dans lequel on livre quelque chose de sa propre vie." Ajouter à mes livres
2 Moi, quand je serai vieille...
Marie Fersac
2 critiques 2 citations

"On les appelle Pépère ou Mémère. On a oublié depuis longtemps leur vrai nom. La famille les presse de vendre la maison et de se faire admettre en maison de retraite, contre leur volonté, mais... pour leur bien. C'est sans compter sans Mémère qui va se révolter contre le destin tout tracé qu'on lui réserve. Et lorsque leur petite-fille - en pleine dérive - débarque dans leur cour,avec un enfant sans père et une caisse pleine de chats, Marie et Louis vont braver le monde entier et faire entendre la voix du grand âge opprimé." Ajouter à mes livres
3 En souvenir d'André
Martin Winckler
59 critiques 42 citations

Un médecin atypique à l'écoute de ses malades qui veulent finir leur vie dans la dignité et dans la lucidité...sans être infantilisés, ou dépendants de leurs proches ! Ajouter à mes livres
4 La dernière leçon
Noëlle Châtelet
43 critiques 28 citations

L'auteure accompagnant la fin de vie sa maman. Le très fort souvenir non pas triste, mais lumineux d'une relation, d'une confiance, complicité rares entre ces deux êtres ! Ajouter à mes livres
5 Le vase où meurt cette verveine
Frédérique Martin
50 critiques 48 citations

Une lecture récente totalement bouleversante et dérangeante d'un couple vieillissant, ayant été fusionnel durant plus de 50 ans de mariage, se retrouve séparé, à leur grand désarroi réciproque. Pour le conjurer, ils s'écrivent de longues lettres remplies d'amour et de complicités partagées... Ajouter à mes livres
6 Mon vieux et moi
Pierre Gagnon
48 critiques 31 citations

"Après une carrière dans la fonction publique - rayon "aides sociales" -, le narrateur, qui vient de partir à la retraite, adopte Léo (99 ans), qu’il croisait régulièrement dans la maison de retraite où il rendait visite à sa tante. Léo est d’accord pour venir s’installer chez lui. Une aventure commence. Mon vieux et moi est le récit de leur vie à deux, de leur face à face, à travers les détails significatifs de la vie quotidienne ; en particulier les efforts, l’attention du narrateur envers Léo. Mais c’est bien Léo qui, immensément patient, accommodant, lui en apprendra sur l’existence : « sans grands discours, par des gestes et de simples intentions, cet homme m’enseigne comment vivre harmonieusement ». Un matin, victime d’une chute en ramassant le journal, Léo est hospitalisé. A son retour, il n’est plus que l’ombre de lui-même ; il perd la tête…" Ajouter à mes livres
7 Les encombrants
Marie-Sabine Roger
36 critiques 34 citations

Des nouvelles sensibles, poignantes sur nos "séniors", ces "encombrants" !!? Ajouter à mes livres
8 Et puis, Paulette...
Barbara Constantine
360 critiques 117 citations

Un livre joyeux où la solidarité atténue et console des affres de l'âge ! Ajouter à mes livres
9 Les arbres voyagent la nuit
Aude Le Corff
42 critiques 63 citations

Une très jolie histoire.... où un vieux monsieur, ancien professeur, n'a plus envie de rien; il va rencontrer une petite fille en plein désarroi et chagrin...il lui lira "Le Petit Prince"...et l'"Ancien" retrouvera un sens ,un goût de vivre en aidant cette fillette... Les bienfaits épatants et si nourrissants des liens intergénérationnels, sans l'obsession d'enfermer les êtres dans les cases de "l'âge" !! Ajouter à mes livres
10 Le vieux roi en son exil
Arno Geiger
10 critiques 44 citations

Un texte tonique , lumineux, incroyable sur un récit, au demeurant accablant... L'auteur narre sa présence et ses remises en questions quant aux moyens de communication, nouveaux, à inventer pour être aussi présent que possible auprès d'un père atteint par Alzheimer ! Un récit authentique, plein d'espoir, de joie de vivre dans l'instant présent , encore un peu auprès d'un père très aimé ! Ajouter à mes livres
11 Devant ma mère
Pierre Pachet
7 citations

Un récit que j'achève (19 oct.2014) avec moult intérêt, interrogations et émotions exacerbées !!----Enfant, m'a-t-on dit, je voulais être avec ma mère, ne pas la quitter, qu'elle ne me quitte pas. On me l'a rappelé plus tard, dès la fin de la guerre, avec attendrissement, ou pour se moquer un peu de mes désirs d'indépendance. A présent, je ne peux plus être avec elle, ni même près ou auprès d'elle. Dans l'état où elle est, ce que je peux espérer en allant la voir et en y passant du temps, c'est qu'elle regardera dans ma direction, sans me reconnaître vraiment, et qu'elle me permettra ainsi d'être devant elle, de lui parler pour réveiller brièvement sa capacité à mimer une conversation, de lui donner à manger. Je la reconnais, je la regarde, je l'écoute. Malgré notre connivence humoristique de toujours, à présent presque totalement détruite, je me sens comme devant une figure très ancienne, une statue faiblement animée mais puissante, monumentale. P. P. Ajouter à mes livres
12 La marche lente des glaciers
Marie Rouanet
2 critiques

"Lorsque nous sommes enfants, ils nous paraissent forts, indestructibles, ces pères et ces mères qui, chaque jour, inlassablement font tout pour nous rendre heureux. Puis, insensiblement, comme le glacier en apparence immobile, le temps pénètre au fond de leur chair et un matin les voilà devenus petits et fragiles. Avec émotion et pudeur, Marie Rouanet regarde ses parents s'engager sur le "petit chemin" qui mène au bout de la "grand-route" jusqu'à ce qu'ils ne soient plus là. C'est alors dans les souvenirs heureux qu'elle retrouvera leur présence et non dans la mort ou dans leur maison désormais vide où tout blesse..." Ajouter à mes livres
13 Profanes
Jeanne Benameur
146 critiques 267 citations

J'ai découvert cette auteure avec passion, avec ce texte magnifique et joyeux sur un homme, veuf, seul, en fin de vie, qui décide d'organiser la manière dont il souhaite être entouré pour les derniers mois de son existence. Là aussi, pas de jérémiades, ni de larmes, ni d'apitoiement. L'Amour de la vie, du présent et des liens que l'on construit avec les autres ! Ajouter à mes livres
14 La petite vieille du rez-de-chaussée
Charlotte Bellière
4 critiques 3 citations

Album jeunesse- voir excellente critique de -mila707- et de Biname " une petite vieille c'est loin d'être quelque chose de facile. Souvent on nous oublie, on devient une personne sans prénom qu'on rattache à un lieu qu'on prend soin d?éviter. Mais bon, on a beau vieillir, il faut continuer à se nourrir et cette tâche est loin d'être agréable pour notre petite vieille car pour arrivant chez son épicier elle doit traverser une route très large. Le plus souvent, ni une, ni deux, elle empoigne le bras ou la main qui se trouve à côté d'elle afin que cette personne l'aide à traverser. Mais ce jour là rien ne se passe comme prévu et notre adorable petite vieille se transforme en une statue. Elle n'arrive plus à bouger, ni parler. Heureusement des voisins passent par là mais au vu de la situation se sera de l'aide de tout l'immeuble dont la petite vieille aura besoin pour reprendre vie. Adorablement illustré, j'ai adoré cette histoire qui nous montre comme la solitude et le rejet peuvent être douloureux à vivre au quotidien pour plusieurs personnes. On soulignera à la fin de cet album que les rencontres, l'entraide sont d'une grand richesse. Ce sont des sources d'amour et de vie dont il faut profiter au maximum. " Ajouter à mes livres
15 Le sas de l'absence
Claude Pujade-Renaud
2 citations

"Ils sont trois : le Père, la Mère et la Fille, trois personnages qu'un même voyage attend, celui de la vieillesse, celui de la mort, qui est encore une autre façon de vivre. C'est cette vie-là qu'ose nous raconter la Fille, par petites touches, avec la délicatesse, la tendresse d'un enfant pour ses parents, qui, à l'heure de la fin, est à son tour mère de sa mère, mère de son père. Plongée dans l'enfance, plongée dans l'amour, Le sas de l'absence évoque avec simplicité le mystère que recèle chaque individu : celui d'être en vie. " Ajouter à mes livres
16 Une année avec mon père
Geneviève Brisac
13 critiques 6 citations

Une lecture émouvante, pleine de vie, offrant une relation animée, bousculante entre un père vieillissant (mais qui n'a pas l'intention de lâcher prise) et sa fille, l'auteure !-------------"Après un terrible accident de voiture, un homme rentre chez lui. Ayant échappé de peu à la mort (sa femme, elle, a disparu dans l’accident), il lui faut maintenant tout réapprendre. Sa fille, jour après jour, l’accompagne, et tente de tenir la main de cet homme intraitable. Inquiète ou joueuse, sa voix décrit les quatre saisons de ce retour à la vie. Elle raconte son histoire, celle d’un Français, juif laïque et républicain, né à la fin des années 20, amoureux des paysages de son enfance qu’il ne concevait pas de défendre autrement que les armes à la main. La guerre, la politique, le travail, les femmes, il a tout vécu sans jamais s’expliquer. Et il n’a pas l’intention de commencer. Lumineux, cocasse, bouleversant, ce livre est tout entier du côté de la vie. L’écriture engage avec la mort une course de vitesse, et rien ne dit qu’elle n’en sortira pas gagnante. Chacune – et chacun – y reconnaîtra l’essence même de ces liens si précieux qui se tissent entre les pères et les filles." Ajouter à mes livres
17 La Reine nue
Anne Bragance
6 critiques 8 citations

Un très fort souvenir de lecture..."Voilà un portrait de femme haut en couleur. Celui de Giuletta, forte tête et fantasque, au-dessus d'une formidable entreprise familiale, mère de sept enfants, comptant comme autant de péchés, et romancière à succès.La Reine nues'ouvre sur ses moments d'égarements, des premiers troubles, des dérèglements bénins. On se doute comment cela se terminera... En attendant, l'état s'aggravant (elle décide notamment de vendre ses souvenirs, disparates et d'inégales valeurs, débités en tranches et vendus à qui veut bien l'entendre), cette famille nombreuse et éclatée va devoir se retrouver autour d'elle pour un tour de garde hebdomadaire. Et d'assister ainsi aux élucubrations, aux délires qui la plongent parfois dans un strip-tease, laissant voir un corps décharné, flasque et pitoyable ou qui mènent à la résurrection des personnagesde ses propres romans.En même temps qu'Anne Bragance brosse la fin d'un règne maternel, elle décrit la déchéance physique longue et lente d'une vieille dame vue à travers le regard de chacun de ses protagonistes, livrant donc un roman à plusieurs voix, alternant sans cesse, les enfants et Giuletta. Autant de voix, tantôt chargées de compassion, de tristesse ou d'amour, tantôt de dégoût, de dépit et de pitié. S'appuyant sur le sens et le rôle de la fratrie,La Reine nuedonne ainsi le tableau vivant d'une maternité, où le rapport mère enfants, et réciproquement, déploie toutes ses subtilités. --Céline Darner" Ajouter à mes livres
18 Parkinson blues
Eve Ricard
1 citation

"En présentant Parkinson Blues, Matthieu Ricard nous livre cette pensée que lui inspire le combat quotidien de sa sœur Eve contre la maladie de Parkinson : Celui ou celle qui a maîtrisé son esprit et acquis une profonde paix intérieure peut devenir pratiquement invulnérable aux circonstances extérieures. Même si de telles personnes ne se rencontrent pas couramment, le simple fait qu'elles existent montre qu'une véritable plénitude est possible. Face à ce mal qui fait peur, et qu'elle tient en respect depuis plus de dix ans, Eve sait où est sa place. Si elle n'est plus parmi les bien-portants, les " gens normaux ", elle n'en demeure pas moins au cœur de la vie en refusant d'appartenir à la maladie. Sa force et la lutte qu'elle mène au quotidien la rendent presque " invulnérable aux circonstances extérieures ". Personne, jusqu'ici, n'avait osé marier le beau mot de blues au nom terrible de cette maladie, mais on verra à la lecture de ce livre qu'il ne s'agit pas ici d'artifice. Ève Ricard s'explique et justifie son titre : " Écrire ces pages a été comme une danse, comme un chant, jusqu'à m'abandonner au seul plaisir des mots, à cœur joie. " Ajouter à mes livres
19 Le Bruit solitaire du coeur
Henri Troyat
3 critiques

"Ce nouveau roman d?Henri Troyat se situe à Paris, en 1968, et raconte le drame poignant d?une solitude : celle d?un vieil émigré russe qui continue à vivre par la force acquise dans un monde qui n?est plus le sien. Autour de lui, ses fils s?agitent , des projets s?élaborent, des liaisons se nouent, des événements politiques éclatent, tandis que son champs d?activité se rétrécit de jour en jour. Assisté par une gouvernante avec qui il forme un couple navrant et cocasse, il ne peut ni la supporter ni se passer d?elle." Ajouter à mes livres
20 Le syndrome de glissement
Elisabeth Laureau-Daull
7 critiques 13 citations

"Syndrome de glissement : détérioration rapide de l’'état général d’'une personne âgée. En choisissant Les Mouettes, une maison de retraite de la banlieue parisienne, Madame Julienne, 85 ans, espérait finir sa vie sereinement. Or, ce n’'est pas le cas. Elle découvre aux Mouettes le tragique ordinaire des maisons de retraite et, malgré sa révolte et sa vitalité, elle se sent peu à peu niée, gommée, piégée. Impuissante face à sa vieillesse et celle des autres pensionnaires, elle décide néanmoins d’'entreprendre un journal, où elle consigne par le menu les détails de leur vie quotidienne qui, peu à peu, les enferment dans l’'infantilisme et les privent insidieusement de toute liberté d’action ou de pensée. Cet acte d’'écriture l’aide à garder l’'espoir. Mais les découvertes qu’'elle y fait sur elle-même et l'’histoire de sa vie la perturbent profondément. À l’'heure des bilans, c’est l’obsession d’une autre vieillesse, celle d’'Adélaïde, sa grand-mère tant aimée qui se fait jour. S’'engage alors un bras de fer entre elle et l'’administration. Julienne prendra la tête d’'une fronde qui secouera un moment les pensionnaires. Mais le combat est inégal. Julienne s'’épuise, se laissant aller à ce syndrome de glissement qui semblera avoir raison d’'elle." Ajouter à mes livres
21 Histoire de la vieillesse en Occident
Georges Minois
"Chaque société a les vieillards qu'elle mérite: l'histoire antique et médiévale le démontre amplement. Chaque société sécrète un modèle d'homme idéal, et c'est de ce modèle que dépend l'image de la vieillesse, sa dévaluation ou sa mise en valeur. La Grèce classique, tournée vers la beauté et la force, relègue les vieux à une place subalterne. Au Moyen Age, le vieillard joue son rôle tant qu'il peut tenir le goupillon, l'épée, la bêche ou le livre de comptes. La seule limite est l'incapacité physique. En fait, il n'y a pas de troisième âge: il y a la vie et la mort. A partir du XIVe siècle, le poids des vieux s'accroît dans la société et entraîne un regain de critique contre les vieillards. La satire des mariages entre des hommes âgés et des jeunes femmes revient à la mode, comme elle l'était à l'âge de Plaute. Quant à la Renaissance, elle renoue avec les idéaux des Gréco-Romains. Ronsard recommande de cueillir " les roses de la vie ", mais dans le même temps, les vieillards actifs n'ont jamais été aussi nombreux: l'amiral Doria, septuagénaire, lutte contre l'octogénaire Barberousse, Michel Ange atteint 89 ans et Le Titien, 99... L'ambiguïté fondamentale de l'attitude envers la vieillesse se retrouve cependant tout au long des siècles, car si le vieillard se plaint de son grand âge, il en tire gloire et cherche à prolonger ses jours. La fontaine de jouvence n'a-t-elle pas toujours été le plus fol espoir de l'homme occidental? " Ajouter à mes livres
22 Résilience et personnes âgées
Boris Cyrulnik
1 citation

"Un livre constructif, positif.... pour une autre appréhension des possibilités et ressources incroyables des personnes âgées ! .... Un texte que je vais lire attentivement au plus vite ------"L'anthropologue Germaine Tillion, résistante et déportée, travaillait encore à la veille de sa mort. Revenue de l'horreur, elle avait décidé de rire jusqu'à la dernière minute, suscitant autour d'elle un groupe d'amitié, d'entraide et de gaieté qui a duré jusqu'à ce qu'elle ait 101 ans. Pour beaucoup, la vieillesse fait tout perdre la mémoire, la fraîcheur, le cerveau... Ce livre montre au contraire que la résilience est possible chez les personnes âgées. Réunissant des psychologues, des neurologues, un vétérinaire, des psychiatres et des gériatres, il fait comprendre comment interviennent dans ce processus vital les liens d'attachement, les interactions, la mémoire, mais aussi les émotions, la motivation ou encore l'humour et la musique." Ajouter à mes livres
23 Mamé
Loïc Dauvillier
3 critiques

"Madame Cahen est bien seule dans sa maison de retraite. Les visiteurs défilent, mais pas pour elle. Ni une, ni deux, maniant son fauteuil roulant en experte, la voilà qui file en douce. Une balade par ce beau temps, voilà une bonne idée. Mais Madame Cahen sait très bien où elle va. A deux pas, il y a une école primaire où se trouve Loulou, son petit-fils. Profitant de l'heure de la récré et d'un grillage abîmé par endroits, les voilà tous les deux lâchés dans la ville..." Ajouter à mes livres
24 Le Nommé et l'innommable. Le Dernier mot de la vie
Maud Mannoni
1 critique

"la mort déniée dans notre société, mais le vieillissement même tend à être exclu de la vie. Ce qui se profile ainsi pour beaucoup, c'est une fin de vie où l'on est laissé à l'abandon, séparé de son entourage, condamné par avance, réduit à l'anonymat. C'est pourquoi il faut mettre en question la politique qui entretient cette situation mais aussi interroger les expériences qui vont en sens contraire. Que nous ont dit nos proches avant de nous quitter ? De quoi les écrivains ont-ils témoigné, s'agissant de la mort ? Comment Freud a-t-il traversé l'épreuve de la maladie et interrogé en son œuvre ce qui nous mène aux confins de l'innommable ? Et quelle position prendre aujourd'hui dans les débats concernant la lutte contre la douleur, l'euthanasie, les conditions du soin ? Il y a maintenant un choix de civilisation à faire pour que les possibilités de vie ne soient pas niées chez les personnes âgées. Et pour que chacun ait sa chance d'exister comme sujet, jusqu'au moment où la vie laisse encore venir ce qui sera son dernier mot..." Ajouter à mes livres
25 Le premier oublié
Cyril Massarotto
22 critiques 18 citations

Suggestion de Grandcaffe, plébiscitée par latornadeblonde...."Le cinquième roman de Cyril Massarotto, tout en pudeur, nous emporte avec humour et délicatesse aux frontières de la mémoire, des souvenirs et de l’'amour filial. Depuis quelques mois déjà, Madeleine oublie. Oh, des petites choses, rien de bien inquiétant. Jusqu'’au jour où elle s’'aperçoit qu'’elle a oublié le nom de son mari. C’est Thomas, son fils, qui lui apprend que son époux est mort, il y a près d’'un an. Le diagnostic tombe : sa mère est atteinte d’'Alzheimer. Entre tendresse et amertume, Le Premier Oublié est un roman à deux voix, celles d’'une mère et de son fils, confrontés à l’'implacable avancée de la terrible maladie." Ajouter à mes livres
26 Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda
495 critiques 437 citations

Proposition de petitsoleil.... ""Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences..." Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin. Ces quatre là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour -appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever." Ajouter à mes livres
27 Mémé
Philippe Torreton
107 critiques 113 citations

Suggestion de petitsoleil et voir ses choix de citations, des plus significatives ! Ajouter à mes livres
28 Une Femme
Annie Ernaux
43 critiques 45 citations

Suggestion de madameduberry... Ajouter à mes livres
29 La Vie devant soi
Romain Gary
249 critiques 421 citations

Proposition de madameduberry... Ajouter à mes livres
30 Une mort très douce
Simone de Beauvoir
16 critiques 25 citations

Une lointaine lecture qui m'avait fortement émue... et que madameduberry, me rappelle fort à propos .... Ajouter à mes livres
31 La Vieillesse
Simone de Beauvoir
1 critique

Suggestion de madameduberry- Ouvrage de référence essentiel sur le sujet... Ajouter à mes livres
32 La Touche étoile
Benoîte Groult
26 critiques 47 citations

Livre important, proposé par MicheleP.... Ajouter à mes livres
33 Les vieux, ça ne devrait jamais devenir vieux
Pierre Sansot
1 critique 5 citations

"Il m'a semblé que la mort et la vieillesse, pas plus que le soleil, ne se laissaient regarder en face, et j'ai eu recours à toutes sortes de ruses pour les approcher. J'ai donc fourré dans ce livre des fictions horribles, des contes proches du merveilleux, des réflexions morales, philosophiques, des fragments de ma vie, des cris de colère face à l'intolérable, et des appels à la tendresse pour rendre plus tolérable l'intolérable." (Pierre SANSOT)" Ajouter à mes livres
34 La Petite Dame en son jardin de Bruges
Charles Bertin
30 critiques 29 citations

Suggestion de latina....."Je te propose aussi "La petite dame en son jardin de Bruges", de Charles Bertin, un hommage respectueux et plein de tendresse de l'auteur à sa grand-mère. " Ajouter à mes livres
35 Lettres de mon moulin
Alphonse Daudet
91 critiques 90 citations

Voir nouvelle intitulée "Les Vieux".... sugesstion de madameduberry....."Il faut que tu me rendes un service, mon ami. Tu vas fermer ton moulin pour un jour et t’en aller tout de suite à Eyguières… Eyguières est un gros bourg à trois ou quatre lieues de chez toi, — une promenade. En arrivant, tu demanderas le couvent desOrphelines. La première maison après le couvent est une maison basse à volets gris avec un jardinet derrière. Tu entreras sans frapper, — la porte est toujours ouverte, — et, en entrant, tu crieras bien fort : « Bonjour, braves gens ! Je suis l’ami de Maurice… » Alors, tu verras deux petits vieux, oh ! mais vieux, vieux, archivieux, te tendre les bras du fond de leurs grands fauteuils, et tu les embrasseras de ma part, avec tout ton cœur, comme s’ils étaient à toi. Puis vous causerez ; ils te parleront de moi, rien que de moi ; ils te raconteront mille folies que tu écouteras sans rire… Tu ne riras pas, hein ?… Ce sont mes grands-parents, deux êtres dont je suis toute la vie et qui ne m’ont pas vu depuis dix ans… Dix ans, c’est long ! Mais que veux-tu ? moi, Paris me tient ; eux, c’est le grand âge… Ils sont si vieux, s’ils venaient me voir, ils se casseraient en route… Heureusement, tu es là-bas, mon cher meunier, et, en t’embrassant, les pauvres gens croiront m’embrasser un peu moi-même" Ajouter à mes livres
36 Accompagner le grand âge : Psycho-gérontologie pratique
Christian Heslon
"Comment mieux accompagner au quotidien les sujets âgés et leurs familles ? Comment communiquer avec une personne atteinte de démence de type Alzheimer ? Comment penser un projet de vie au grand âge ? Comment vivre la vieillesse dépendante d’un conjoint ou d’un parent ? Comment préparer le relogement d’un proche en établissement gériatrique ? Comment adoucir la fin de vie des vieillards à domicile et en institution ? Comment aider les aidants naturels et l’entourage ? Soignants et aidants trouveront dans cet ouvrage les réponses à ces questions. Rédigé dans un langage clair et accessible, il s’articule en deux parties :br> comprendre la vieillesse psychique ; accompagner concrètement le grand âge. Un glossaire de la gérontologie et une bibliographie spécialisée complètent l’ouvrage. À la fois théorique et pratique, ce livre s’adresse aux soignants et aux professionnels de la gériatrie comme aux aidants naturels et familiaux". Ajouter à mes livres
37 Mosé ou le Lézard qui pleurait
Inès Cagnati
2 critiques 4 citations

Souvenir lointain de lecture... mais fort pathétique et poignant d'un homme vieillissant qui se raconte et fait une sorte de bilan, à une voisine de banc...muette ! Ajouter à mes livres
38 La douceur assassine
Françoise Dorner
9 critiques 21 citations

Suggestion de pvd... Ajouter à mes livres
39 La grand-mère de Jade
Frédérique Deghelt
181 critiques 298 citations

Rappel de..... d'une fort agréable lecture, offrant la complicité d'une petite fille hébergeant sa grand-mère, qu'elle adore...avec en prime l'amour des livres, en partage... Une très belle complicité intergénérationnelle... Ajouter à mes livres
40 Eloge de la vieillesse
Hermann Hesse
6 critiques 33 citations

Suggestion de claudie29:- "je me permettrais de rajouter"éloge de la vieillesse"d'Hermann HESSE:un vrai bijou à relire sans modération,offrant un voyage tant initiatique,philosophique,poétique,méditatif...à travers le continent de la vieillesse tellement riche en soi,pouvant amener à la sagesse...n'est ce pas là le but ultime de la vie? " Ajouter à mes livres
41 Nous vieillirons ensemble
Camille de Peretti
4 critiques 12 citations

Voir belle chronique de marina53..-----."Dimanche 1er octobre. Une journée comme les autres aux Bégonias, maison de retraite de la banlieue parisienne. Il est 9h15. Nini, la vieille excentrique attend la visite de sa petite Camille, sous l'oeil attendri et bienveillant de Josy, l'auxiliaire de vie cartomancienne. Louise Alma ressasse quatre-vingt-douze années de souvenirs. Jocelyne Barbier, la bureautière, et Marthe Buissonnette, la femme du pasteur, reprennent leur querelle quotidienne. Robert Leboeuf couvre Thérèse Leduc d'un regard plein d'espoirs. Le capitaine Dreyfus prépare sa grande évasion. Christiane, l'infirmière de jour, tente de se débarrasser d'un amant devenu encombrant. Philippe Drouin, le directeur, philatéliste à ses heures, rêve d'acquérir une pièce unique. Alphonse Desytroismaisons, le vieil amoureux, lutte désespérément contre l'Alzheimer de sa femme... Et les familles des résidents accomplissent, bon gré mal gré, leur devoir dominical. La vie s'écoule doucement entre joie et souffrance, amitié et solitude, amour et ennui, maladie et envie. Immersion insolite et bouleversante dans l'univers singulier des maisons de retraite." Ajouter à mes livres
42 L'invité du soir
Fiona Macfarlane
18 critiques 11 citations

Merci à Balabolka pour cette contribution.... Ajouter à mes livres
43 La modeliste - le long sejour
Régine Detambel
"Très tôt j’ai éprouvé le besoin de parler du corps vieilli, vieillissant. Ajout le 29 janvier 2015---"Le long Séjour raconte une journée de l'’existence de trois personnes âgées dans une maison de retraite. Une journée de la vie quotidienne, douche et petit-déjeuner compris, à L’Age d’or, maison de retraite banale pour personnes âgées. " Ajouter à mes livres
44 Les grandes évasions de Paul Metral
Serge Revel (II)
7 critiques 17 citations

Ajout le 24 octobre 2016 Ajouter à mes livres
45 La petite fille de Monsieur Linh
Philippe Claudel
357 critiques 158 citations

ce 30 octobre 2016, contribution de capucine2345. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          4240