AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782709669450
324 pages
J.-C. Lattès (04/01/2023)
  Existe en édition audio
4.25/5   879 notes
Résumé :
Paris, 1967. À l'aube de la cinquantaine, Menie, mère de famille bourgeoise, est recrutée par la radio RTL qui a décidé de renouveler ses programmes. Son rôle ? Faire parler les auditrices. En quelques semaines, c'est la déferlante. Les femmes de la France entière se confient à « la dame de coeur ». Bientôt, à l'heure de la sieste, elles seront des millions à suivre l'émission avec passion. Parmi elles, Mireille et sa soeur Suzanne, qui découvrent qu'elles aussi pou... >Voir plus
Que lire après L'Heure des femmesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (240) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 879 notes
5
139 avis
4
76 avis
3
13 avis
2
1 avis
1
0 avis
Fin des années 60, une époque pas si reculée, la preuve j'étais déjà de ce monde, même si je n'étais pas une de ces femmes à qui s'adresse l'émission conduite par Ménie Grégoire, sur RTL, l'heure des femmes. Une émission où Ménie va surtout les écouter, et puis les conseiller, leur délivrer quelques clés, aborder des sujets tabous à la radio d'alors, la sexualité, la contraception, le plaisir féminin, la violence contre les femmes, ...
Et elle sera vilipendée, attaquée pour cela.

Adèle Bréau est sa petite-fille. Elle nous raconte sous forme romancée la vie de sa grand-mère, une femme du monde, de la bourgeoisie, dont le mari était un grand fonctionnaire, proche du gouvernement, qui aurait pu se contente de sa vie de riche oisive, qui va s'engager à corps et coeur perdus dans cette émission, soutenue par l'abondant courrier et les nombreux coups de téléphones de ces femmes à qui elle ouvre des horizons nouveaux.

J'ai été surprise de découvrir à nouveau le contexte de ces années, et de mesurer l'ignorance dans laquelle étaient maintenues la plupart des femmes d'alors, le peu de droits qu'elles avaient, leur vie passée à travailler, les enfants qui s'enchainaient sans être désirés même s'ils étaient aimés. J'ai déjà lu des romans sur cette époque, décrivant la condition féminine, mais j'ai tendance à oublier et je me réjouis à chaque fois de voir comme la société, même si elle n'est pas parfaite a progressé sur ce sujet.

J'ai beaucoup aimé dans ce roman les personnages de l'époque, surtout ceux qui gravitent autour de Ménie, celles devrais-je dire qui écoutent religieusement presque son émission. Des extraits de lettres, tous authentiques, parsèment le livre et en renforcent l'attrait. J'ai été moins convaincue par le personnage actuel, que l'autrice a mis en scène pour découvrir et raconter Ménie. Elle a voulu lui faire vivre une situation difficile, encore malheureusement très actuelle hélas, mais que j'ai trouvée ici trop survolée, un peu trop " à la mode".

Et mon intérêt a légèrement décru sur la fin du roman. Il aurait pu, à mon avis être un peu plus court. J'ai ressenti parfois sur le dernier quart un sentiment de "redites" .

Cela reste néanmoins une plongée intéressante dans la société de l'époque et la vie de cette femme, dont j'ignorais tout, même si je connaissais son nom et le titre de son émission.
J'aurais adoré partager cette lecture avec Maman.

J'ai complété cette lecture en écoutant la version audio. J'ai beaucoup apprécié l'émotion et l'empathie dégagées par les deux voix, qui se répondent, l'une pour les extraits actuels, l'une pour l'époque de Ménie. L'écoute m'a permis de ressentir plus intensément certains des sentiments éprouvés à la lecture. C'est la première fois que j'abordais un livre de ces deux manières différentes, et cela ne m'a pas semblé redondant.

Merci à NetGalley et aux éditions J.C. Lattès et Audible pour ce double partage #Lheuredesfemmes #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          8723
Loin de Cholet, loin d'une existence morne, Menie s'épanouit pleinement à Paris. Trois grandes filles, dont la plus jeune atteint l'âge de ne plus avoir besoin d'elle si souvent, un mari, Roger, haut fonctionnaire, qui l'aime toujours autant plus de 20 ans après leur rencontre, des amis, des réceptions, des avant-premières et un métier de journaliste dans un quotidien pour femmes. Puis, après avoir publié une série sur les femmes dans Esprit, on la nomme conférencière pour l'Alliance française tant cette série a fait grand bruit et tant les lettres de femmes ont afflué. C'est alors que Philippe, l'une de ses connaissances, presque un ami, qui vient de prendre les rênes de la plus grande radio de France, lui propose de l'intégrer à leur émission de fin de matinée...
Loin de là, à Saumur, Mireille, à peine 30 ans, est déjà mère de 6 enfants et peine à s'occuper de ses deux derniers, seulement séparés de 10 mois. Sa jeune soeur, Suzanne, elle, travaille comme bonne à Paris, dans une famille bourgeoise...
Cinquante ans plus tard, Esther a trouvé refuge à Bréhat depuis bientôt 3 mois, voulant fuir son quotidien et Pietro dont elle s'est séparée. Katell, avec qui elle a fait ses études et qui travaille pour un gros groupe d'édition, l'informe d'une mission de collecte d'info pour leur collection « Femmes d'influence » qui pourrait l'intéresser. Son sujet : Menie Grégoire...

15h, c'est l'heure des femmes. La maison est propre, les enfants sont à l'école ou font la sieste, aussi des millions d'entre elles vont prêter une attention toute particulière à ce qui se dit dans le poste de radio. Si elle en aura choqué, dérangé, bousculé certains, Menie Grégoire en aura, sans nul doute, porté, encouragé, écouté, conseillé certaines, toujours à l'écoute et sans tabou, des drames parfois se jouant en silence, des ignorances. Qui serait l'une des plus à même pour nous raconter un pan de la vie de Menie Grégoire, celle que l'on appelait La dame de coeur, que sa petite-fille, Adèle Bréau ? À travers ce roman, cette dernière relate sa vie de mère et d'épouse mais surtout son métier de journaliste et d'animatrice radio, de 1967 à 1982, répondant aux questions concernant le couple, la famille, la santé et la sexualité (sujet qui deviendra l'essence même de son émission). Elle s'attarde également sur l'histoire de deux soeurs, Mireille et Suzanne, toutes deux à une époque charnière de leur vie, et d'Esther, une jeune femme contemporaine qui va se replonger dans la vie de Menie. Elle dépeint ainsi le portrait d'une société en pleine mutation, où les femmes osent s'affirmer, questionne sur la condition féminine, la sororité, la place des femmes et les bouleversements sociétaux.
Un roman captivant, instructif et touchant...

Commenter  J’apprécie          716
Elle s'appelait Marie , mais depuis l'enfance se faisait appeler Menie sans doute pour se démarquer de sa mère qui lui avait donné son prénom.
Elle approchait des cinquante ans, évoluait dans le milieu de la très haute bourgeoisie parisienne (son mari murmurait à l'oreille de Pompidou...). Ses trois filles étaient grandes. Elle organisait des diners fabuleux et décontractés où se mélangeait le tout Paris. Elle écrivait des "petits papiers" pour la presse féminine, elle avait un certain succés , elle savait écouter les femmes.
En 1967 , le nouveau directeur de RTL lui proposa une émission où elle ferait ce qu'elle savait faire de mieux : faire parler les femmes de leurs soucis, de leurs problèmes. Et la France découvrit la misère des femmes... Femmes épuisées par les grossesses, sexualité, avortement, femmes battues, violées par leurs conjoints, etc, etc...
Et la France écouta, et la France avança, et si certains s'offusquèrent devant tant d'impudeur, devant tant de vulgarité, Menie n'en avait cure. elle était investie d'une mission : faire avancer la cause des femmes , et rien , ni sa famille, ni les rétrogrades ne la décourageraient.
Certains hommes apprirent, d'autres voulaient que cela reste comme cela. Mais les femmes avaient découvert que d'autres souffraient, que d'autres vivaient les mêmes choses. Elle s'appelait Menie Grégoire, et son émission connut un immense succés.

Aujourd'hui dans ce roman , oh combien bien nommé... Adéle Bréau , sa petite fille, lui rend hommage, la faisant revivre et donnant la parole également à trois autres femmes :
- Mireille, une femme qui n'en peut plus de faire attention, attention aux dépenses, un mari à l'usine, un seul salaire et une tripotée d'enfants. Mireille qui a tellement mal au sein à force d'allaiter ses deux derniers. Mireille qui n'en peut plus de "passer à la casserole" et qui aimerait bien dire à son mari, qu'elle en a marre de tomber enceinte. Un jour Mireille tombe sur l'émission de Menie. -
- Suzanne, la soeur de Mireille, ( montée à Paris pour être bonne à tout faire ), qui elle aussi, rencontrera Menie, mais d'une autre façon...
- Et puis, Esther qui en 2021, n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeller " une femme libérée, délivrée"... Un projet professionnel lui fera connaitre cette Menie qui murmurait à l'oreille des femmes...
Trois femmes à qui Menie va énormément apporter, au point de changer leurs vies.

Et puis, une autrice , Adéle Bréau , qui entremêle ces destins pour mieux nous raconter l'histoire des femmes et cette période des années 60 - 70 où elles purent enfin décider de leurs vies. On mesure aujourd'hui le chemin parcouru. Rien n'a été facile, tout a dû être arraché : contraception, avortement, sexualité, travail, divorce, permis de conduire. Sans jamais donner de leçon, sans aucune lourdeur, Adéle Bréau nous raconte la vie de sa grand-mère , qui fut une femme formidable à qui notre génération et les suivantes doivent beaucoup.
Elle était courageuse, elle débordait d'énergie, elle était généreuse, elle était novatrice. Parce qu'elle était heureuse dans sa vie, son milieu, son mariage, elle a voulu que toutes les françaises approchent ce bonheur . Elle pensait ( à une époque où les femmes étaient là pour s'occuper des autres avant elle-mêmes , où les femmes devaient combler leurs petits maris ), que le bonheur leur était dû.
Elle leur parlait, vers 15h, quand les enfants faisaient la sieste, quand les maris étaient encore au travail, à une heure où les femmes pouvaient un peu souffler... C'était l'heure des femmes. Elle leur expliquait qu'elles n'avaient pas, (qu'elles n'avaient plus) à subir, qu'elles pouvaient être les égales des hommes, demander, réclamer, exiger.

Je ne connaissais pas vraiment cette femme, je l'ai découverte avec ce livre et ce fut un coup de coeur. Menie fait partie des femmes qui ont "inventé" ( en France) , le féminisme. Mais le sien était décontracté, joyeux, pas revanchard, juste volontaire, il ne renoncait à rien , ni à la maternité, ni aux hommes, ni à la coquetterie. Elle aidait vraiment, donnait de sa personne, "mettait les mains dans le cambouis".

Un roman aussi instructif qu'agréable à lire.
A mettre entre toutes les mains, parce que rien n'est acquis...





Commenter  J’apprécie          667
Je ne remercierai jamais assez une amie de Babelio: grâce à elle j'ai acheté ce livre romanesque, à partir de plusieurs trames narratives , reflet des angoisses, des tragédies des femmes, dans un monde exclusivement masculin .

Une plongée captivante dans la société de l'époque, les années 60: l'émission conduite par Menie, sur RTL, une femme libre, attentive, fantasque.
À l'aube de la cinquantaine, Menie , mère de famille bourgeoise, en réalité elle s'appelait Marie , mais depuis l'enfance , elle se faisait appeler ainsi peut-être afin de se démarquer de sa mère , compassée et distante.

Mariée à un très haut fonctionnaire, Roger ,( murmurant à l'oreille de Georges-Pompidou ) , ses filles déjà grandes , elle est sollicitée par la radio populaire RTL pour renouveler l'antenne .

Jusque là , elle organisait des dîners mondains, décontractés , grandioses, se contentait d'écrire quelques articles pour la presse féminine.

Elle a captivé des millions d'auditrices, sur les ondes, de 1967 à 1981, en début d'après - midi à l'heure où les hommes sont au travail et les enfants à l'école .

Celles - ci suivaient l'émission avec passion sur leur petit transistor : concept révolutionnaire pour l'époque ,Menie était une pionnière .

Toutes ces femmes la surnommeront «  La dame de coeur » .

À l'antenne, tous les sujets seront abordés , même les plus délicats , les problèmes de couples , l'avortement, les femmes battues, les maris conventionnels, distants, les attitudes sexistes, la lutte constante pour s'émanciper , l'obscurantisme, le planning familial , les grossesses non désirées, la frigidité , l'amour, le désir d'enfant…

L'émission à succès montre une femme novatrice, audacieuse, persévérante, pas toujours comprise par ses trois filles , parfois on l'insulte dans la rue ou on la gifle .
Sa vie est complètement bouleversée , on lui livre des tourments, sa qualité d'écoute, sa vision nouvelle vont accompagner doucement les changements de mentalité de ces années - là.

Chacun pouvait se raconter, écouter, apprendre, évoluer, sortir des carcans anciens ,,.
Sa petite fille Adele Breau unit , dans ce roman les destinées de trois femmes , des portraits fictifs se dessinant par ses soins : Mireille , et Suzanne , deux soeurs qui vont se battre pour échapper à leur condition et Esther, une journaliste, qui, cinquante ans après, tentera de conter cette histoire.




Merci pour ce portrait passionnant , vivant, haut en couleurs, prenant, qui nous fait revivre les efforts d'une équipe autour de Menie , elle a contribué à améliorer la condition de tant de femmes à propos de sujets jusque - là tabous .

Elle fera évoluer les mentalités par sa bienveillance, sa capacité d'écoute , son empathie ..
C'est un roman pétri d'émotions qui m'a beaucoup émue … délivrant la parole des femmes.
L'histoire d'une combattante, grande figure du féminisme , humaine , attachante , les lettres ( le livre est entrecoupé de lettres originales bouleversantes ) nous renseignent bien mieux que des discours ..

Un livre subversif, instructif, touchant, témoignage- mémoire d'une époque que chacune devrait lire!
Mais ce n'est que mon avis, bien sûr !

Commenter  J’apprécie          613
On l'appelait "la Dame de Coeur". Elle a captivé des millions d'auditrices de 1967 à 1981 sur les ondes de RTL, en début d'après-midi, à l'heure où les hommes et les enfants sont en principe absents du foyer familial (d'où le titre du livre.. Qui? Menie Grégoire, dont vous avez sûrement entendu au moins parler.; Menie, le nom vendéen de "Marie"...

Adèle Bréau, dans ce roman axé autour de la vie de son illustre grand-mère, nous raconte les étapes importantes de la vie de cette animatrice de radio qui était historienne de formation et qui avait travaillé comme journaliste pendant longtemps.
Le principe de son émission était simple: elle lisait à l'antenne l'une des nombreuses lettres de son courrier reçu, lettre écrite par une auditrice (ou plus rarement un auditeur), elle commentait et des auditrices (ou auditeurs) pouvaient l'appeler en direct pour faire part de leurs réactions.

C'était un concept vraiment révolutionnaire à l'époque, dans cette période austère du début des années 60, avant mai 1968, et avant tous les changements de société qui ont suivi..
Ce livre m'a passionnée à plus d'un titre; d'abord l'évocation du parcours d'une pionnière à l'époque, qui avait bien étudié son sujet (notamment au travers de voyages d'études et de conférences, pour tout ce qui était planning familial, sujet tabou à l'époque) est vraiment quelque chose de palpitant. Ce qui est bien rendu ensuite, c'est, au travers des lettres et divers témoignages, cet état de la condition féminine de l'époque, encore marquée par de l'obscurantisme et des préjugés sociaux et sexistes immenses.

Menie Grégoire, par sa qualité d'écoute et sa vision nouvelle va accompagner ce changement de mentalité qui va commencer, à l'aube des années 70. A l'antenne, tous les sujets, même les plus délicats, étaient évoqués, beaucoup concernaient les problèmes de couple, les grossesses non désirées (on est juste avant la loi Neuwirth et les premières années de commercialisation de la pilule ont été marquées par de nombreuses réticences des différents partenaires..),, étaient évoqués aussi les problèmes domestiques, les maris trop distants, ou trop empressés, les problèmes de contraception, l'avortement, l'éducation des enfants, la place de la femme dans le couple, le foyer...

L'émission, qui a connu dès le départ un grand succès, a eu des conséquences pas toujours faciles à gérer, notamment pour les trois filles de la célèbre animatrice, et il y eut aussi des incidences sur la carrière de son mari, conseiller d'Etat et proche de Georges Pompidou..

Ce portrait haut en couleurs nous montre une femme sûre d'elle, novatrice, audacieuse et persévérante. L'épisode où elle est giflée dans la rue par une passante m'a particulièrement marquée, c'est là qu'on mesure le chamboulement qui était en train de s'opérer.

Des chapitres entrecoupent ce portrait et concernent la vie sentimentale et professionnelle de la narratrice-biographe, Esther,.. dans sa vie de 2022. On y voit que des attitudes sexistes persistent et notamment dans sa vie de couple, ce qui nous montre que tous ces acquis obtenus depuis un peu plus d'une génération sont quelque chose de fragile....
Bref, un beau livre, vivant, et témoignage de toute une époque...
Commenter  J’apprécie          452


critiques presse (2)
Culturebox
15 mai 2023
Le prix Maison de la presse, attribué tous les ans à un roman grand public de qualité, a été décerné à Adèle Bréau pour "L'heure des femmes", inspiré de la vie de sa grand-mère, l'animatrice de radio Menie Grégoire
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro
15 mai 2023
Consacré à sa grand-mère et ancienne animatrice de RTL Menie Grégoire, le nouveau roman de la journaliste a séduit le jury par sa construction habile «à partir de plusieurs trames narratives».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
- Le standard.
- Quoi, le standard ?
- Il a explosé. Depuis votre intervention, ça n’arrête pas. Autant vous dire que les filles de l’accueil sont débordées. Mais c’est quelque chose.
- Les gens se plaignent ?
- Certains. Mais pas tous. C’est même une très faible partie des appels. Non, plein d’auditeurs, et surtout d’auditrices, tiennent à vous remercier d’avoir répondu à cette dame – celle dont vous avez lu la lettre. Sans parler des autres, qui souhaitent raconter leur propre histoire, vous demander conseil, savoir ce qu’elles doivent faire. Vous êtes visiblement la seule à pouvoir leur répondre. Sans compter le courrier. Regardez !
Philippe lui indique un sac de courrier bien remplie. Menie a l’habitude. Au journal, c’était pareil. Les gens s’ouvrent à elle, lui racontent leurs grands drames et leurs petits soucis. Tout le monde a besoin de ça. D’une oreille, sans jugement. De quelqu’un qui puisse tout entendre, qui puisse leur répondre qu’aucun vice, aucune douleur, aucune tragédie n’est solitaire. Quelqu’un qui explique aux femmes leurs corps, aux jeunes filles les réalités du couple, aux hommes les besoins de leurs épouses. On ne parle pas de ces choses-là, non. Ni chez les riches ni chez les pauvres. On se tait depuis si longtemps parce que c’est ainsi qu’on faisait autrefois, parce qu’on n’avait pas le choix et qu’il fallait bien vivre plutôt que de s’appesantir sur le chagrin de la disparition d’un frère, d’un père ou d’un fils. Parce qu’il fallait rester fort, forte, et ne pas se regarder le nombril. Mais il n’y aura plus de guerre. Aujourd’hui, on a le droit de s’écouter et d’écouter les autres.
Philippe frétille d’enthousiasme. Il a allumé un de ses gros cigares. L’air satisfait, il froisse quelques enveloppes. Il semble avoir pour Menie de grandes ambitions.
- Je pense sérieusement à une émission pour vous toute seule, Menie. L’équivalent de voter courrier des lecteurs mais à la radio, en direct. Vous imaginez ? Les auditeurs pourraient appeler, pour donner leur avis sur les lettres que vous auriez sélectionnées. Ça ressemblerait à une conversation. Ce serait très ludique, non ? Et surtout totalement inédit. Il faut trouver un titre, quelque chose de percutant. On a le temps d’y penser. Non, le plus important, c’est l’horaire. Que diriez-vous du matin ? Ou du soir, lorsqu’on peut s’adonner aux confidences ? C’est bien, ça. Le soir. On n’a pas grand-chose sur ce créneau-là.
- Non, pas le soir.
Elle pense déjà qu’une émission pour elle toute seule, qui n’y connaît rien, et que personne ne connaît, c’est une folie. Mais cette histoire d’horaire, non. Ça ne va pas.
- Et pourquoi donc ? s’étonne-t-il, guère convaincu.
- Parce que le soir, les maris et les enfants sont là. L’après-midi, c’est mieux. Les femmes sont seules chez elles. Elles en ont fini avec les tâches matinales, le déjeuner de leur époux. Les petits dorment. C’est leur seule pause. Et puis, elles seront sûres de ne pas être écoutées ou reconnues par leurs bonshommes qui seront au travail.
Philippe sourit, admiratif.
- On peut dire que vous connaissez votre sujet, Menie. Va pour l’après-midi, l’heure des femmes ! J’imagine que c’est un oui ?
- Pas du t…
- Parfait ! On va faire les affiches, une promotion de tous les diables. Personne ne vous connaît. Il faut vous construire un personnage. Pas trop dame patronnesse, ni trop bourgeoise. Une dame de confiance.
- Mais, je veux rester moi-même !
Commenter  J’apprécie          30
Je crois que ça aurait plu à Ménie, cette histoire de ricochets. Elle qui aimait tant les rivières. Oui, je crois qu'elle a lancé un premier caillou qui a continué de rebondir ensuite, inlassablement, de femme en femme, de mère en fille, de sœur en sœur. Je pense souvent à elle lorsque j'écoute une patiente se confier à moi. Je me dis qu'on ne faisait pas cela, avant. Quand ma mère était jeune fille, on gardait ses problèmes pour soi, on attendait que ça passe, comme la douleur et les tracas. Il arrivait souvent qu'on en meure.
Commenter  J’apprécie          230
- Vous ne trouvez pas bizarre que la voix des femmes se soit peu à peu tue ?
- Qu'est-ce que vous voulez dire ?
- Je ne sais pas. Avec MeToo, toutes ces accusations, tous ces actes qui attestent de la violence des hommes, d'inceste, on a l'impression que chacun redécouvre ce qui était déjà là il y a cinquante ans, Comment est-ce possible ?
Paul m'observe avec curiosité. Il se tait. Peut-être parce que, comme moi, il n'a pas de réponse à ça. Au fait qu'après cette période de sursaut, on ait voulu refermer la porte des foyers. Les femmes avaient obtenu la contraception, le droit d'avorter, celui de travailler. Elles avaient eu ce qu'elles voulaient, elles n'allaient pas continuer d'emmerder le monde. Maintenant, elles pouvaient la fermer.
Commenter  J’apprécie          103
D'accord, mais je ne comprend pas bien pourquoi vous voulez toutes avoir votre permis de conduire. On ne m'enlévera pas de la tête que la voiture, c'est un truc d'hommes. Il n'y a qu'à voir toutes ces ailes cabossées. Ça , on ne peut pas dire que vous ayez le compas dans l'oeil. Mais bon, il faut vivre avec son époque, n'est-ce pas ? Et qu'est-ce qu'il en pense, votre mari ?
Commenter  J’apprécie          170
- Voila ! Je suis tombée sur une vidéo, l'autre soir. Un truc sur cette femme, que je ne connaissais pas, Elle a fait une émission dans les années 1970. À la radio. Menie Grégoire. Ça te dit quelque chose?
- Ah oui...
Je mens. Cormme chaque fois qu'on me parle de quelqu'un ou quelque chose que je ne connais pas, mais dont il semble que je devrais me souvenir.
- Une sacrée bonne femme. Qui a donné la parole à beaucoup d'autres en lançant son émission de libre antenne. Ça a été un gros truc, à l'époque. Je ne comprends pas que personne n'en parle.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Adèle Bréau (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adèle Bréau
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Les amies de Nolwenn le Blevennec aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/les-amies.html • Les Mauvaises Epouses de Zoé Brisby aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-mauvaises-epouses.html • Les dernières volontés de Heather McFerguson de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html • Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://lagriffenoire.com/les-narcisses-blancs.html • L'heure des femmes de Adèle Bréau aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/l-heure-des-femmes.html • Roland est mort de Nicolas Robin ax éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/roland-est-mort.html • Sexe bombe de Nicolas Robin aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/sexe-bombe.html • Roland est mort de Nicolas Robin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/roland-est-mort.html • La Claque de Nicolas Robin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/la-claque-1.html • Doris, le secret de Churchill de Stéphanie Des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/doris-le-secret-de-churchill-1.html • Pamela de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/pamela.html • Cynthia de Stéphanie des Horts aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/cynthia.html • Jackie et Lee de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/jackie-et-lee-1.html • La panthère de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/la-panthere.html • Les Florio - tome 1 - Les Lions de Sicile de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/les-lions-de-sicile-les-florio-tome-1.html • Les Florio - tome 2 - le Triomphe des lions de Stefania Auci et
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (2095) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1674 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..