AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702448854
Éditeur : Le Masque (17/10/2018)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Un vieux fou milliardaire, parti à la recherche d'un sous-marin nazi au coeur du Congo, a disparu. Pour le retrouver, sa fille fait appel à Tracy, une ancienne infirmière militaire, à Russel, un tireur hors-pair et à Diolo, fin connaisseur de la jungle. Ils partent pour une opération suicide dans un univers complètement déjanté.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
KRYSALINE555
  21 décembre 2019
Comment vous dire ?? J'ai A-do-ré !! Oui, d'accord c'est complètement baroque ; oui ça part dans tous les sens ; oui, parfois ce n'est pas trop plausible ; mais qu'est-ce-que c'est top !! C'est foisonnant, c'est jubilatoire. J'ai véritablement été enthousiasmée par cette profusion d'aventures dans les aventures. Quel conteur, certes un peu extravagant mais tellement réjouissant.
Alors, allez savoir pourquoi, j'étais persuadée que l'auteur écrivait des polars « pépère » adaptés au « petit écran »… j'avais tout faux !!! Rien à voir du tout… pour mon plus grand plaisir d'ailleurs !
Pour changer, j'ai cherché la signification du titre avant de lire le roman. C'est d'ailleurs expliqué en préambule au récit. Il doit sa signification à la mythologie grecque. Il s'agit de deux portes par où le monde des rêves rendait visite aux mortels. La porte de corne, d'une part, pour les rêves véridiques ou prémonitoires et la porte d'Ivoire d'autre part, pour les rêves mensongers et sans signification particulière. En revanche je n'ai pas compris pourquoi celle d'Ivoire pour le titre, alors que Tracy rêvera d'un éléphant ; rêve qui se révèlera prémonitoire puisque apparaitra effectivement un éléphant fou au début de l'histoire. On passe alors de l'onirique au réel un brin déjanté.
Pour les aventures en cascade, on a d'abord celle qui se déroule au Kenya où Tracy, l'ancienne infirmière militaire, Russel, le chasseur de brousse et Diolo, le guide-sorcier officient en tant que guides pour un fabriquant de voyages sur-mesure qui envoi de riches clients en « safaris » qui n'ont rien de touristiques. En effet, il s'agit de tuer des animaux, dont les espèces sont normalement protégés, dans une zone où les autorités ne sont pas trop regardantes.
La deuxième nous transporte au Congo, où notre trio doit retrouver la trace d'un vieux fou, magnat de l'aéronautique, parti s'abimer avec son avion « prototype » dans la jungle à la recherche d'un mythe rocambolesque.
Nos héros/héroïne rencontrent alors les pires difficultés pour tenter de mener leur mission à bien, essuyant les attaques en règle à base de flèches empoisonnées, embarqués sur une barge au milieu d'un bras du fleuve Congo… ils finiront quand même par surmonter cette étape (non sans dommage car Russel, atteint par une flèche est plutôt mal en point).
Ils vont trouver de l'aide dans une « mission » catholique perdue au milieu de nulle part. Ils y restent quelques jours avant de reprendre leurs pérégrinations. Mais tout à fait « bizarre » la mission, avec des gens pour le moins étranges… surtout le prêtre…
Après il y a l'épisode du sous-marin nazis dans lequel aurait voyagé le Führer à la fin de la seconde guerre mondiale au lieu d'avoir trouvé la mort par suicide dans son bunker en compagnie d'Eva Brown et de son fidèle compagnon à quatre pattes, Blondi.
Ils croiront être au bout de leur peine avec l'aboutissement de leur quête initiale en retrouvant enfin Hofcraft . Mais, mais, ils n'ont fait que l'aller. Il faut en revenir de cet enfer vert !!... Je laisse le suspense pour le reste mais c'est tout aussi délirant. L'excès engendre une réjouissance communicative.
Coté personnages, je ne me suis pas vraiment attachée ni à Tracy, ni à Russel. En revanche énormément à Diolo, qui n'occupe toujours pourtant que le second plan, mais qui veille, toujours là dans toutes les situations. Plein de sagesse et de ressources, il les aidera à triompher de bien des épreuves et éviter les nombreux pièges qui jalonne leur route.
Malgré mon manque d'empathie pour les deux personnages principaux, j'ai suivi toute leurs tribulations avec beaucoup d'intérêt et j'ai vraiment été captivée. J'ai tourné les pages à vitesse grand V, pressée de connaitre la suite, les suites et comment, ils allaient se tirer des mauvais pas dans lesquels ils se retrouvaient.
L'écriture coule facilement et se lit sans difficultés. Cela permet de se focaliser sur l'histoire et tous ses rebondissements. Car ça n'arrête pas !! On tremble pour eux, on s'y croit, on veut connaitre la fin. Bref on est tenu en haleine. Pas de temps mort, un vrai régal.
J'ai lu quelque part que ce n'était pas le « meilleur » Brussolo ?? je m'en vais bien vite me procurer quelques-uns de ses autres romans pour vérifier ça !!
Un grand merci vraiment aux Editions JC Lattès / le Masque et NetGalley France pour cette lecture qui est un vrai coup de coeur pour moi ! Une pépite !
D'autres chroniques sur mon site
Lien : https://www.bouquinista.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sandrinedurochat
  05 février 2019
De nos jours, Afrique : Tracy, une ancienne infirmière militaire et Russel, un baroudeur fine gâchette organisent des safaris de luxe sur les territoires de chasse africains. Accompagnés de Diolo, mi-sorcier, mi-guide, ils accueillent des golden boy ou des has been du cinéma qui veulent prouver leur virilité en dégommant de l'éléphant ou du lion. Tout déraille quand un acteur hollywoodien psychopathe se fait bouffer par une lionne. Russel est mis en cause dans ses procédures de sécurité et la petite entreprise de safari boit le bouillon. Aussi, quand Adrianna Hofcraft, la fille d'un milliardaire propose un pont d'or au trio pour retrouver son vieux père dont l'avion s'est abîmé dans la jungle du Congo, l'équipe n'hésite pas longtemps.
Le trio, affublé d'un sbire de la famille Hofcraft, va devoir s'enfoncer dans la jungle du Congo. Entre les pygmées coupeurs de tête, les bêtes féroces et quasi fantastique, les missionnaires radicaux et les nostalgiques du IIIème Reich, la partie s'annonce délicate...
Qui en sortira indemne ?
Mon avis :
Du grand Serge!!
Serge Brussolo représente pour moi l'équivalent français d'un Stephen King et son dernier roman La porte d'ivoire m'a impressionné sur bien des points.
L'intrigue :
Très bien construite, l'intrigue se développe autour de la recherche d'Edmund Hofcraft, parti sur la piste d'un Adolf Hitler exfiltré après Berlin. le roman d'aventures tient ses promesses. Malgré le caractère rocambolesque et parfois dingue du récit, l'auteur maîtrise sa plume du début jusqu'à la fin sans sombrer dans la facilité et j'ai été accroché par la succession de séquences. Les descriptions sont fouillées sans être roboratives, les différentes scènes sont prenantes et s'enchaînent sans temps mort. Tout avance vite et bien !!!
La seule réserve que j'apporte concerne son final et je dois avouer que je l'appréhendais un peu car j'ai déjà été déçue dans d'autres romans. Cela s'est confirmé avec la porte d'ivoire... Serge Brussolo a du mal à offrir un final aussi impressionnant que son récit, comme s'il avait du mal à couper le cordon avec son bébé et se séparer de lui.
Cela n'enlève en rien à la très belle qualité du roman, mais c'est quand même dommage...
Les personnages :
Serge Brussolo parvient une fois de plus à rendre tous ses personnages crédibles et surprenants. L'auteur met en scène des personnages dont on ne parvient jamais à deviner le sort final. Ils sont travaillés, malmenés et transformés à jamais au fil de leur immersion dans cette jungle cannibale. Tracy, l'infirmière militaire est impeccable dans ce récit, tout comme le flamboyant Russel ou le vieil Edmund Hofcraft.
Le style et l'univers :
EXCELLENTS!!!!
Je le dis tout de go !!!
Serge Brussolo est, selon moi, un des meilleurs auteurs français, toutes catégories confondues. Sa plume riche et particulièrement visuelle lui permet de manier les mots avec une habilité incroyable et cet auteur trop peu médiatique, mérite vraiment d'être découvert et lu. Son style ne m'a jamais lassé en vingt ans de lecture.
Serge Brussolo développe un imaginaire incroyable dans tous ses livres et notamment dans la porte d'ivoire qui reprend un de ses thèmes favoris : l'enfermement dans une société mortifère (sous tous toutes ses formes) et le délitement physique et psychologique de ses personnages.
Dans ses précédents livres dont l'excellentissime thriller Enfer Vertical (qui fait partie de mon top 10 des livres) : il enfermait des prisonniers qui devaient se soumettre à une machine pour manger et survivre. Dans La mélancolie des sirènes par trente mètres de fond: Brussolo avait acculé et livré à eux-mêmes des survivants d'une station de métro après une explosion. Dans l'excellent Cheval rouge, des figurants de cinéma étaient piégés dans un ranch façon Waco au fin fond du désert. Bref, c'est le maître des huis clos.
Ce thème de l'enfermement et de la déchéance sont déclinés cette fois-ci dans la terrible jungle du Congo qui va avaler, malaxer, digérer les aventuriers et les recracher brutalement.
Lire du Brussolo, c'est accepter d'être enfermé mentalement dans son univers littéraire et d'être confronté à l'angoisse intime de notre déchéance mentale et physique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thomassandorf
  11 novembre 2018
Tracy, ancienne infirmière militaire, travaille en Afrique avec Russel comme guide lors de safari de luxe pour des touristes fortunés et exigeants. A la suite d'un incident mortel, le couple doit partir et se trouve embauché par une compagnie américaine. Leur mission: retrouver Edmund Hofcraft, dont l'avion s'est écrasé au coeur de la forêt du Congo. Petite complication dans la mission : Edmund était parti à la recherche du sous-marin par lequel Hitler se serait enfui pour échapper aux Alliés en 1945.
Hitler ne serait pas mort dans son bunker à Berlin, mais aurait rejoint une base militaire planquée en pleine forêt africaine pour refonder son empire. Voilà l'idée de base développée par Serge Brussolo, auteur prolifique, touche à tout. Pourquoi pas ? C'est ingénieux, mais totalement invraisemblable. Qu'importe ; c'est ce qui fait le charme de ce genre de récit.
Entre Bob Morane et Jules Vernes, avec un côté Joseph Conrad, l'histoire ballade le lecteur à travers des situations épiques et surréalistes, où le mystère et l'action se mélangent.
Personnellement, La porte d'ivoire n'est pas un coup de coeur. J'attendais de retrouver avec plaisir la qualité de Derelict écrit par Brussolo en 1999 : une narration simple et efficace structurée autour de rebondissements et de mystères. Cependant ici l'histoire m'a paru trop tirée par les cheveux, difficilement supportée par des personnages dotés d'une personnalité plaquée et superficielle.
Beaucoup de péripéties ringardisent le livre et lui donne un air de déjà vu : la base de Nazis qui travaillent au retour du Reich, la mission religieuse assaillie par une tribu de guerriers-sorciers sanguinaires, le camp de scientifiques danois protégé par un baroudeur fou harcelé par des singes revanchards.
Le style efficace, parfois trop efficace, manque de sincérité et c'est dommage. Par ailleurs pourquoi avoir inséré dans le texte tant d'explications techniques comme si chaque personnage était une encyclopédie à lui tout seul ?
A force, au détour d'une phrase, le propos tombe malheureusement dans le loufoque et nous rapproche d'un OSS 117 (tel qu'interprété par Jean Dujardin) : "Là, sous cette bâche, je conserve des bidons de pisse de léopard."
Il reste quand même au lecteur ce plaisir de plonger dans ce texte comme un bon vieux roman de gare des années 50 qu'on trouve encore dans les bibliothèques de nos grands parents.
T. Sandorf.
Merci à Netgalley et Jean-Claude Lattès pour leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Jeneen
  05 décembre 2018
Et bien voilà un livre aux qualités indéniables, à côté duquel je suis passée, ou plutôt dans lequel je me suis complètement perdue !
On partait d'une situation sympa, façon roman d'aventure à l'ancienne, dans le bon sens du terme, avec des personnages vontairement stéréotypés, dans une Afrique sombre et magnifique, et avec une enquête qui s'annonçait riche de promesses et de dynamisme.
Mais c'est une déferlante de rebondissements loufoques et/ou invraisemblables qui m'est finalement tombée dessus. Sans compter qu'on ne sait parfois pas bien si on est dans le réel ou pas (animaux fantastiques personnages morts ressuscités....).et que cela m'a gênée pour apprècier le dénouement de l'intrigue.
Je reconnais à l'auteur un talent certain pour écrire de véritables romans amusants, un brin déjantés, et débordant d'imagination. Et à coup sûr, ce roman trouvera un public enthousiaste.
Malheureusement je n'ai pas adhéré à tout ce débordement.
Je suis malgré tout contente d'avoir découvert cet auteur vu en interview sur le net et que j'avais trouvé intéressant et enthousiaste, et je remercie les Editions le Masque et NetGalley pour cette lecture hors des sentiers battus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ludo78600
  18 novembre 2018

Résumé :
Ancienne infirmière de guerre, la trentaine, Tracy Morgan, est troublée par la visite onirique d'un éléphant.
Un rêve qui va se révéler prémonitoire, lorsqu' après la mort d'un pachyderme fou et un accident mortel dans la savane, le tour opérator qui les emploie elle et son compagnon, Russel Swanson, pour organiser des safaris au Kenya, les congédie.
Condamnés à la ruine, ils sont alors contactés par l'avocat représentant d'une compagnie d'aviation et d'Adriana Hofcraft.
Ce dernier propose de les engager pour retrouver son père disparu dans la jungle congolaise alors qu'il essayait un de ces prototypes furtifs.
Au moment du crash, Edmund Hofcraft avait entamé des recherches, une quête pour le moins incroyable qui trouve son origine dans les recoins sombres de la Seconde Guerre mondiale…
Notre avis :
Pour son dernier roman, publié directement au format poche aux éditions du Masque, Serge Brussolo s'inspire de la mythologie grecque et des portes par lesquels les rêves du monde souterrain, autrement dit l'Erèbe, la région la plus proche de la surface des Enfers, où les frères Hypnos (le sommeil) et Thanatos (la mort) séjournaient, montaient vers les hommes.
Les connaisseurs de cet incroyable et prolifique auteur français, dont on ne parle pas assez du génie, s'en doutent, la référence n'est pas anodine : la porte d'ivoire est celle des fantasmes, des rêves mensongers.
Conscient de la capacité de « l'homme » à bâtir d'incroyables intrigues remplies d'angoisse viscérale et de rebondissements frénétiques, de l'excellence de ses écrits les plus récents ( Les Geôliers ou bien Tambours de guerre ), et surtout du plaisir mémorable éprouvé à en découvrir de plus anciens (Le carnaval de fer, Les lutteurs immobiles, Les bêtes), chez nombre d'éditeurs différents (Gallimard, Plon, Bragelonne) et dans tous les genres (Thriller, Science-fiction, Jeunesse, BD) débuter un Brussolo c'est comme partir à l'Aventure !
Ce nouveau livre a justement obtenu le Prix du roman d'aventures (la seconde fois pour l'écrivain après le chien de minuit en 1994) c'est pour dire !
Une histoire totalement inédite (Serge Brussolo revoit et corrige ses romans, allant jusqu'à les faire rentrer dans un autre genre avec un savoir-faire incontestable : Les foetus d'acier devenu La mélancolie des sirènes par trente mètres de fond par exemple) qui nous amène à la découverte aux plus profonds de la jungle, là où tout est possible, où peut se dissimuler les plus grands dangers.
Tracy Morgan va se révéler une héroïne « brussolienne ».
A la fois forte et fragile, elle va faire face à ses pires cauchemars, jusqu'à éprouver les prémices de la folie.
Le lecteur ne sera pas en reste lui aussi évolue au coeur de l'intrigue aux prises avec de sempiternelles interrogations : réalité ? Paranoïa collective ? Que va-t-on découvrir à la fin du chemin ? L'incarnation du mal ?
L'Afrique décrite par l'auteur est pleine de sauvagerie, et se révèle infiniment sanglante et cruelle. Des tribus indigènes, aux sentinelles laissées par des fanatiques de la Seconde Guerre Mondiale (on repense à Bunker et Derelict), les traditions et le modernisme s'entrechoquent et se combattent tout du long ces 352 pages, qui pour une fois, disons-le, se dévorent littéralement.
Le style de Serge Brussolo comme le bon vin, s'est bonifié, si on a pu lui reprocher de s'être laissé emporter dans des délires fiévreux par le passé, dans ses oeuvres les plus anciennes (issues d'un temps où il publiait un roman tous les un mois et demi), tel n'est plus le cas, il a trouvé le juste milieu, et c'est un vrai régal.
L'ancien directeur de collection quitte le Masque, mais reviendra bientôt.
Les éditions Bragelonne ont déjà annoncé une collection qui lui sera entièrement dédiée, La nuit des lions, le premier roman sortira en janvier 2019, et reprendra les personnages du Roi Squelette.
La fin d'une époque, La porte d'ivoire est une pièce d'orfèvrerie de l'oeuvre de Serge Brussolo.
Lien : http://www.khimairaworld.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
bgnbgn   04 juillet 2019
« C’est le dioxyde de soufre, expliqua-t-il. Un formidable poison. Nous commençons à en être imprégnés, et cela rend notre chair non comestible. Les animaux le devinent rien qu’à l’odeur.
— Vous voulez dire que nous sommes en train de nous empoisonner ? hoqueta la jeune femme.
— Probablement, oui. En fait, je mens quand je dis que nous pourrions rester planqués ici une éternité. Je pense en réalité que les émanations toxiques vont nous tuer peu à peu. D’ici quelque temps, nous allons commencer à tousser, nos poumons s’engorgeront, puis nos muqueuses présenteront des ulcérations de plus en plus douloureuses. Il n’est pas exclu, également, que nous devenions aveugles… Bref, nous allons crever à petit feu, tués par les fumerolles qui s’échappent des crevasses.
— Il doit bien y avoir des masques à gaz quelque part, non ?
— Sans doute, mais ne vous faites pas d’illusion. Après cinquante années de stockage dans une telle atmosphère, non seulement leur caoutchouc sera dissous, mais leurs capsules filtrantes auront perdu tout pouvoir protecteur. Cela dit, je ne vous interdis pas de chercher, un miracle est possible. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bgnbgn   29 juin 2019
Allez, mec ! s’esclaffa le comédien. Un léopard c’est jamais qu’un gros chat. Des chats, j’en ai flingué des dizaines quand j’étais gosse, et avec un simple lance-pierre ! Me fais pas ton cinéma, je ne suis pas du genre impressionnable. Je suis beaucoup plus inquiet en ce qui concerne le reportage. La moisissure risque pas de bouffer les caméras ? Il fait tellement humide dans ce pays de chiotte ! »
Russel décida d’en rester là. Il avait déjà eu affaire à des clients difficiles, mais celui-là battait les records.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Enlivre_moiEnlivre_moi   04 avril 2019
Toi aussi tu écoutes l'appel de la forêt. Toi aussi tu veux aller à la rencontre des mystères, même si tu es condamnée à t'y perdre. Même si la jungle doit te manger comme elle mange les Blancs depuis l'aube des temps.
Commenter  J’apprécie          30
bgnbgn   29 juin 2019
Dès ses premières missions, Tracy avait rapidement compris qu’il lui faudrait une certaine dose de stoïcisme pour supporter les clients de Russel car cela revenait à chaperonner des types aux mains baladeuses, qui parlaient fort, un éternel cigare vissé au coin de la bouche, une flasque de whisky trente ans d’âge dans la poche. Ils traînaient dans leur sillage des bimbos à lunettes noires, qui ne cessaient de se tamponner le nez à l’aide d’un mouchoir imprégné de parfum pour se protéger de « l’odeur des Nègres ». Des nanas dont ils auraient pu être le père (voire le grand-père) et qui se pavanaient sous des ombrelles à la Jane Austen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Serge Brussolo (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
ATG#94 : le Retour de Brussolo
Serge Brussolo fut l’un des premiers invités de l’ATG ! Pratiquement 7 ans plus tard, Serge écrit toujours d’excellents romans mais c’est pour une plongée dans un passé plus lointain qu’il est de retour : la Rome antique !
Misteur D, encadré par L.U.D.M.I. et Lord Ton Père, ont écouté religieusement le professeur Serge Brussolo qui nous a emporter vers les rives du Tibre.
J’espère que vous serez aussi passionnés que nous le fûmes et merci encore à Serge pour ce moment de pur bonheur !
autres livres classés : nazisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre

.. ..