AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070372690
471 pages
Éditeur : Gallimard (03/04/1981)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 453 notes)
Résumé :
Avez-vous lu Solal ? C'est la question que, ces jours derniers, je pose à tous ceux que je rencontre. Solal est un très grand livre, une œuvre forte et riche. (Marcel Pagnol, Les NouvelIes littéraires)

Œuvre désordonnée et magnifique, Solal mérite d'être lu et relu. Il possède les caractéristiques de la grandeur. Il dévoile au lecteur de nouveaux tréfonds de l'âme humaine. C'est le seul véritable critère de la grandeur. (New York Times)
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  15 juillet 2013
Solal des Solal est le fils du grand rabbin de Céphalonie. À 13 ans, il tombe amoureux d'Adrienne de Valdonne, la femme du consul de France. À 16 ans, aimé de retour, il consomme cette folle passion et s'enfuit à Florence avec son amante. Mais Adrienne regrette ce coup de tête et l'abandonne. Rejeté par son père, Solal se rend en France pour terminer ses études. On le retrouve à 21 ans à Genève. Il n'a pas oublié Adrienne et cherche comment la reconquérir et la faire plier à son amour. « Adrienne n'avait qu'à attendre et à mijoter dans sa souffrance. Il irait quand il lui plairait et il ne l'en trouverait que mieux cuite. » (p. 80) L'ancienne consulesse se laisse reprendre, mais Solal s'en lasse et s'éprend d'Aude de Maussane, la future belle-soeur d'Adrienne et la fille du premier ministre français. À force de séduction et de caresses, Solal se fait aimer de la fille et du père : il obtient la main de la première et un ministère de la part du second. Est-ce enfin l'accomplissement, le bonheur serein ? Rien n'est moins sûr tant Solal est un être insatisfait.
Solal est un être orgueilleux, ambitieux et habile à saisir toutes les opportunités qui se présentent à lui, mais il est incapable de canaliser son énergie et de faire aboutir ses désirs, comme s'il estimait qu'après avoir donné l'impulsion première, les choses devait se poursuivre et s'accomplir sans lui, mais pour lui. En amour comme en affaire, il est un intrigant flamboyant, un séducteur exigeant, mais rapidement lassé. Son charme et son charisme lui offrent des victoires faciles, mais il ne sait pas s'en contenter et se laisse toujours glisser dans la mélancolie, l'ennui et le dégoût. Avec les femmes, il a des attitudes de pacha et d'amant oriental, à la fois sensuel et cruel. « Il devait se laisser adorer, mener une vie de paresse. Elle avait le devoir en somme de réparer le mal qu'elle avait fait. C'est à cause d'elle en somme qu'il allait mener bientôt une vie de corruption. Il se trompait lorsqu'il disait qu'il l'aimait. Mais peu importait. Son devoir à elle était de veiller sur lui. » (p. 133) La scène de la confrontation avec le tigre est une mise en miroir de deux personnalités puissantes, gourmandes et indomptables. Finalement, le seul être capable de dompter Solal, c'est Solal lui-même, mais sa tentative finale échoue et c'est en phénix puissamment solaire que Solal revient au monde, débarrassé de ses peines et de ses échecs.
Solal est un Juif qui hésite entre sa religion et la conversion, mais la vraie foi de Solal est la séduction, même s'il feint de haïr les femmes. Entre lyrisme amoureux et contemplation de soi, la parole de Solal est une rhétorique ambivalente. Dans le premier opus de sa tétralogie des Valeureux, Albert Cohen déploie déjà un humour acerbe à l'encontre de la bourgeoisie occidentale et de la religion. Il dénonce l'antisémitisme courant et de bon aloi qui règne en Europe après la première guerre mondiale. « Bilan du mariage mixte. Je suis haï des miens et des tiens. Tu es haïe des tiens et des miens. Et nous nous haïssons d'être haïs. » (p. 409) Avec les Valeureux de France, ces cinq oncles plus ou moins proches de Solal, Albert Cohen dessine un portrait très complet du juif tel que la société européenne se le représente, à savoir paresseux, filou, menteur, voleur et un rien imbécile. Mais Saltiel, Mangeclous, Salomon, Michaël et Mattathias sont en réalité un superbe contrepoids au personnage de Solal : ils mettent sans cesse en valeur ce beau neveu qui porte tous les espoirs de la famille et qui est si généreux avec les siens. Finalement, le peuple juif obtient un vibrant hommage, même dans le reproche. « Un peuple poète. Un peuple excessif. Chez nous, les grotesques le sont à l'extrême. Les avares, à l'extrême. Les prodigues, et il y en a beaucoup plus, à l'extrême. Les magnifiques, à l'extrême. le peuple extrême. » (p. 379)
Belle du Seigneur, troisième volume de la tétralogie, montre les amours de Solal et d'Ariane (encore une femme dont l'initiale est [a]). Solal initie la destinée du beau héros juif, avant l'ultime combustion amoureuse. Il me tarde de lire Mangeclous et Les Valeureux pour achever ma découverte de l'oeuvre magnifique d'Albert Cohen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
ibon
  21 avril 2020
Bien avant le célèbre"Belle du seigneur" il y eut "Solal", le premier de la tétralogie "Solal des Solal".
Avec un rythme plus enlevé, trépidant, le roman, comme son héros, est fougueux. Un roman de jeunesse mais déjà une merveille.
Dès ce premier roman, Albert Cohen a déjà bien défini les personnages principaux: Solal et les ValeureuxMangeclous, Saltiel, Mathatias, Salomon et Michael. Les Valeureux sont caricaturaux, parfois grotesques mais attachants, alors que Solal, au-dessus de la mêlée, chéri et adoré par les siens, est solaire mais terriblement odieux et cynique avec les femmes. C'est aussi un homme déchiré par des choix entre la femme qu'il aime et ses origines familiales juives.
Le sérieux de sa recherche du bonheur est toujours contrebalancé par les aventures burlesques des autres.
Solal est donc tiraillé. La vie à deux est inconcevable sans un autre élément: sa famille et plus largement ses racines juives qui dans le roman sont décrites comme un véritable folklore souvent envahissant.
Ce combat intérieur est le coeur du roman. Albert Cohen ose un premier roman fortement identifié à ses origines qu'il expose alors que l'ambiance de l'époque des années 30 était déjà détestable. L'auteur se conserve une distance avec le climat de l'époque (sans oublier les pogroms du passé) qu'il signale tout en enchaînant sans cesse avec de l'humour. Un pari osé.
"Solal" est un régal, un incontournable et un fidèle compagnon de ce temps assez étiré du moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Allantvers
  20 novembre 2018
Solaire Solal, quel bonheur de te retrouver trois ans après Belle du Seigneur, toi le personnage le plus marquant de ma vie de lectrice!
Et quel plaisir également de se replonger instantanément, dès la première ligne, dans l'univers littéraire unique, gorgé de musc, de désespoir et de damnation éternelle d'Albert Cohen.
La jeunesse, la psyché et le chemin de vie de Solal que l'on découvre ici sont telles qu'on les imagine dans le personnage mûri de Belle du Seigneur : enfant intrépide, fils de Dieu, Juif en devenir, séducteur princier, clochard céleste, excessif en tout, arrimé à rien si ce n'est aux lumières du ciel et des ténèbres.
Au cynisme et à la quête d'absolu de Solal répondent la désinvolture vibrionnante. des oncles Saltiel, Mangeclous, Mathatias, Mickael et Salomon qui veillent sur lui comme des fées potelées et déguenillées et lui vouent un culte comme à l'enfant - dieu. Avec leur joyeuse et libre sagesse de peuple errant , ils forment avec Solal, sous des dehors de caricature, une figure mythique et magnifique du peuple juif, extrêmement profond et extrêmement léger, spirituel et terrien; figure d'autant plus touchante qu'elle est mise en regard, avec un humour corrosif et désabusé, du racisme ambiant dans cette Europe entre deux guerres dans laquelle se passe le roman.
Et les femmes dans tout ça? Il y en a bien sûr, il faut à Solal des conquêtes et un sol sur lequel déverser son énergie vitale; Mais sous la plume éminemment misogyne de l'auteur, les souffrances d'Adrienne et Aude, aimées et desaimées, sont, comme celles de l'Ariane de Belle du Seigneur, bien secondaires.
Un roman magnifique dont les mots viennent imprégner jusqu'aux cellules du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
filippo
  04 janvier 2016
Une oeuvre unique en son genre qui torpille les conventions sociales, bouscule les règles de la narration, et surtout se présente comme un hymne d'amour joyeux et désespéré à la fois.
Un livre qui semble dénué de logique narrative et dramatique, l'essentiel des pages étant consacré à l'absurde qui fait la vie et à la distorsion de la réalité.
Un style fantastique et luxuriant qui fait que dans une même phrase o,n peut passer des choses légères aux choses les plus graves, de l'humour, à la critique sociale,à la métaphysique, à l'histoire, avec des contradictions, en supplément. il regorge d'expressions savoureuses, de pirouettes de langage et de merveilles linguistiques.
On ne peut qu'être séduit !
A lire, toutes affaires cessantes, même si l'intrigue n'est que sympathique, sans plus.
Commenter  J’apprécie          190
Baluzo
  23 avril 2020
Je pensais avoir tout lu de Cohen mais non, juste oublié son premier livre! voila chose faite...un grand plaisir de retrouver cette belle écriture et cette collection de personnages forts de caractères , cette communauté juive unique.....Solal est donc ce personnage emblématique de la famille, dont la destinée ne peut être que belle et qui brille tant ....Grandeur, panache, passion mais aussi ambiguïté, peur et désarroi, le personnage est écartelé entre 2 mondes et ne sait s'extirper de cela....
Curieusement , il faut attendre la moitié du livre pour vraiment entendre le personnage de Solal "parler"....avant , tout tourne autour de lui comme une caméra autour d'une statue....
belle lecture biensur
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   10 août 2012
Oublieuse des maladies, de la décrépitude, de la mort et de la terre déjà existante qui couvrirait son insensibilité, Aude songeait au bonheur qui l'attendait. Elle ne savait pas que ses dents, illuminées par la lune et reflétées dans la psyché, étaient la première annonce de son squelette et que, par un après-midi de printemps refleurissant les champs et le cimetière, des vers s'insinueraient dans ces narines aspirant la vie et son parfum de toutes fleurs. Les bras parfaits s'étirèrent et la jeune fille imagina pour la première fois la lourdeur d'un corps d'homme (...) sur son corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   05 août 2012
- Nous allons à Paris, capitale de l'urbanité. Si tu me le permets, je te prierai de ne plus commettre avec la bouche certaines incongruités qui pourraient déplaire à mon neveu et qui ne conviennent pas au second d'entre les Valeureux.
- Roter m'est salutaire, dit brièvement Mangeclous froissé. Aussi continuerai-je. Je n'aime point toutes ces minuties, ces étiquettes d'Hérode, ces fausses élégances et ces embrouillaminis. Suis-je un courtisan ou peut-être une courtisane pour m'entortiller dans la grâce ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   05 septembre 2012
Il était Solal, il arrivait et il les aimait eux tous. Réponse : Sale Juif ! Ses mains étaient chargées de roses et il les leur tendait. Réponse : Sale Juif ! Les salles d'attente et les gendarmes dans la nuit et le passeport scruté avec méfiance. Cette race moi ça me donne le frisson, disait l'épicière.
Commenter  J’apprécie          220
Michel33Michel33   24 août 2015
Et puis pense que tu es mortel et que tu seras poussière. C'est un bon moyen pour augmenter la gaieté de résignation. Si tu sais bien que tu mourras, tout ce qui est petitesse disparaîtra et il ne restera plus que les importances. Tu comprends, on ne souffre que par orgueil et l'homme orgueilleux seul croit qu'il vivra toujours. Moi je me dis que je dois passer cette vie en homme assez bon et pur afin que je puisse goûter le bon sourire d'heure de de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
GeraldineBGeraldineB   13 octobre 2020
En sa présence, elle faisait de continuelles allusions à sa vie d'homme hors des rangs et des cadres. Elle ne pouvait pas deviner la douleur et le désarroi de cet homme qui avait le coeur trop ardent pour pouvoir choisir entre sa femme qu'il aimait et sa race qu'il aimait, qui se sentait coupable vis-à-vis de l'une et de l'autre, qui n'avait plus le courage de rentrer dans la vie, cruelle aux passionnés d'absolu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Albert Cohen (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Cohen
Dans cet épisode de Réelles fictions, le professeur de littérature Pierre-Louis Fort parle d'Avant que j'oublie, un roman d'Anne Pauly. Il aborde l'écriture du deuil, le style particulier de l'autrice et le roman familial.
Réelles fictions est une série de podcasts qui présentent les cinq romans sélectionnés pour le prix Effractions. Ce prix récompense un roman qui entretient un lien fort avec le réel ; il est remis par la Bibliothèque publique d'information et la Société des Gens de Lettres pendant le festival littéraire « Effractions » en mars 2020.
Références citées dans le podcast : Simone de Beauvoir, Une mort très douce, Gallimard, 1964. Jacques-Bénigne Bossuet, Sermon sur la mort : et autres sermons, Flammarion, 1996. Jacques-Bénigne Bossuet, Oraisons funèbres, Garnier, 1988. Albert Cohen, le Livre de ma mère, Gallimard, 1954. Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1984. Annie Ernaux, Une femme, Gallimard, 1988. Annie Ernaux, Je ne suis pas sortie de ma nuit, Gallimard, 1997. Philippe Forest, L'Enfant éternel, Gallimard, 1997. Stéphane Mallarmé, Pour un tombeau d'Anatole, Gallimard, 1961. Yaël Pachet, le Peuple de mon père, Fayard, 2019. Extrait lu : Anne Pauly, Avant que j'oublie, page 16 © Verdier, 2019.
Cet épisode a été préparé par François Patriarche. Lecture : Denis Cordazzo. Réalisation : Camille Delon et Renaud Ghys. Musique : Thomas Boulard. Merci aux éditions Verdier, à Inès Carme et à Blandine Fauré. Ce podcast a été enregistré dans les studios du Centre Pompidou.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mangeclous

Quel événement bouleverse la vie des héros et les décide à quitter leur île ?

La mort de l'un de leurs amis
La réception d'un chèque
Une grave épidémie
L'envahissement par une armée

13 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Mangeclous de Albert CohenCréer un quiz sur ce livre

.. ..