AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Maïder Lafourcade (Traducteur)
ISBN : 2264045957
Éditeur : 10-18 (07/05/2009)

Note moyenne : 3.04/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Et si l'on en finissait avec la tyrannie des sentiments ? Décidée à ne plus souffrir par amour, Lucía Extebarría vole dans les plumes de Cupidon et tord le cou, avec un enthousiasme communicatif, à la dépendance émotionnelle et au grand mythe occidental de l'Amour Éternel ! D'Anna Karénine à Carrie Bradshaw, d'Œdipe aux héros de sitcoms, aucun stéréotype, aucune idée reçue ne résiste à l'humour dévastateur de cette impertinente magicienne du cœur. Bien plus qu'un es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  13 décembre 2015
L'intention de Lucia Etxebarria est louable, analyser les causes des relations toxiques puis édicter des solutions pour aider ceux qui en sont victimes à en sortir. Personne n'ayant a priori envie de souffrir, il est difficile d'émettre quelques objections sur Je ne souffrirai plus par amour, c'est pourtant ce que je vais faire.

A mon sens étiqueté abusivement “essai”, j'ai perçu cet ouvrage comme un catalogue fourre-tout bourré de poncifs, “Notre société considère mal les femmes qui se marient pour l'argent, mais se montre magnanime avec les hommes qui épousent une femme pour sa beauté” (p. 273). Lucia se livre à des amalgames flous et généralise des comportements pathologiques, qui je l'espère ne reflètent pas la majorité des relations amoureuses. Loin d'effectuer un travail de chercheur (chercheuse, pour ne pas la froisser), elle plaque autour de son idée préconçue basée sur sa propre expérience, une multitude de citations provenant d'une infinité de spécialistes de toutes nationalités, dans des domaines aussi variés que les telenovelas, le rock, la corrida, la religion, la psychologie, la psychiatrie, j'en passe. Elle enrobe ses citations de témoignages recueillis auprès de ses amis et connaissances, qui tous confortent sa pseudo-thèse, et surtout elle recommande de faire ce qu'elle n'a pas réussi : Elle ne fait pas mystère de son passé toxico, mais exhorte le lecteur à fuir la drogue. Ca, j'aurais pu l'écrire à sa place. Elle est une romancière célèbre mais intitule un chapitre “Ne tombe pas dans le piège de la réussite”, elle ne cache pas non plus ses nombreuses aventures mais un autre chapitre est nommé “Coucher n'est pas une obligation”. Ca aussi, j'aurais pu l'écrire à sa place. Ohé, les filles, écoutez-moi ! Vous n'êtes pas obligées de coucher le soir même, en effet, pourquoi attendre le soir alors qu'il n'est que midi.

Je ne pense pas (je suis même sûre) qu'une relation toxique cède devant une liste de 10 commandements sentencieux (pourquoi appeler la religion à la rescousse ?), ou sous l'effet d'un test de personnalité, offrant 3 réponses possibles sous forme d'une case à cocher. Les mécanismes qui entraînent ces drames de la relation sont bien trop complexes et pervers pour sauter comme un bouchon de champagne dans une ambiance pleine d'humour. Si cela était aussi simple, on pourrait éviter le suicide de nombreuses femmes au bout du rouleau, pour lesquelles leurs familles ou proches n'ont rien pu faire, alors même qu'ils avaient parfaitement compris ce qui se passait, sous leurs yeux impuissants.

On est bien loin du travail de réflexion et de recherche effectué par Marie-France Hirigoyen qui a débusqué dans ses plus minimes ressorts le harcèlement et en a donné une définition précise, au point d'offrir un magnifique texte de loi à toutes ses victimes.

Pour singer ces truismes en vogue actuellement : “Trop de quelque chose tue ce quelque chose” (exemple : trop de chocolat tue le chocolat), je terminerai en disant que trop de féminisme tue le féminisme. *** étoiles quand même, pour ne pas décourager les lecteurs qui peuvent trouver dans ce livre, des débuts de pistes à explorer pour sortir d'une situation sentimentale désastreuse. Je n'y crois pas trop, les personnes victimes étant hermétiques à tout avis extérieur, enfermées et seules qu'elles sont dans leur calvaire, c'est leur première caractéristique et c'est ce qui fait la force des détraqué(e)s de tous poils.

Désolée Lucia. A bientôt peut-être. Ou pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
Marple
  14 mars 2013
On est bien loin ici des habituels romans déjantés de Lucia Etxebarria ! Alors certes on retrouve quelques anecdotes sur le monde de la nuit, de l'alcool et de la drogue quand l'auteure évoque certaines de ses (mauvaises) aventures amoureuses passées, et le féminisme/la lutte contre les discriminations ne sont jamais très loin. Mais le propos principal est de donner des conseils pleins de bon sens aux femmes pour qu'elles vivent mieux leur vie sentimentale. Et c'est très intéressant aussi !
S'appuyant sur de nombreux exemples tirés de la vie quotidienne ou des séries télé, elle montre qu'on confond souvent amour et dépendance, passion et relation toxique, sentiments et névroses. Elle dresse des checklists toutes simples de ce qu'une relation doit être et ne doit pas être. Pas parce qu'elle prétend détenir la vérité universelle sur l'amour. Mais simplement parce qu'une personne embarquée dans une histoire bancale manque généralement de lucidité. Alors qu'on voit bien de l'extérieur que les choses ne vont pas s'arranger comme l'amoureux le souhaite.
Tout n'est donc pas révolutionnaire dans ce qu'elle écrit, loin de là, il y a même des choses somme toute assez banales. Mais le livre peut être utile en période de doute amoureux. Et il démonte/décortique intelligemment le mécanisme pernicieux qui peut de mettre en place dans une relation amoureuse. Cette partie théorique m'a bien intéressée. Sans oublier le petit côté 'folklore espagnol' qu'il y a toujours à lire Lucia Etxebarria (les références culturelles mystérieuses, séries télé ou autres, ne m'ont pas dérangée, bien au contraire).
Bref, un livre à lire, sauf éventuellement pour ceux qui sont parfaitement heureux en amour 365 jours dans l'année et qui ne sont pas curieux de comprendre pourquoi les autres s'en sortent moins bien qu'eux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Under_the_Moon
  13 août 2015
Si je devais résumer cette lecture de façon très concise, je dirais que ce livre a été une bonne surprise !
Je m'attendais à lire un roman type chick-lit pour un petit moment de détente estival. Finalement il n'en est rien, car c'est un essai ! le titre ne le laissait pas présager, et pourtant si !
La première partie décrit tous les schémas de la dépendance affective et ses "sources" psychologiques, quant à la seconde partie elle extrapole sur les modèles inconscients imposés par les médias et la société moderne qui peuvent faciliter cette dépendance. Et la dernière partie prend en exemples les séries télé (enfin, les telenovelas sud-américaines et espagnoles) qui exploitent à la fond les clichés, ce qui ne permet pas à toutes les femmes intérioriser des modèles autres que ceux de femmes dépendantes affectives.
Ce livre est à la fois drôle, bien documenté (sans avoir recours à un jargon de 'spécialiste') et réconfortant. D'une part à cause du propos, et aussi par la proximité que Lucia Etxebarria instaure avec son lecteur.
Certes, certaines de ses opinions auraient pu être un peu plus nuancées et il me semble que certaines références purement espagnoles (comme les telenovelas) peuvent gêner quelques lecteurs - d'où les 4 étoiles et non 5. Mais après tout, c'est le propre d'un essai !
Il n'en reste pas moins que j'ai vraiment beaucoup apprécier ce livre. A aucun moment l'auteur ne cherche à apporter de solution miracle, mais invite à prendre du recul (sur soi, notre mode de vie, la société et les personnes qui nous entourent et avec ce qu'on nous a appris). Tout ça pour dire une chose que beaucoup de femmes, si elles l'avaient compris seraient moins désolées des tournures que peuvent prendre leur vie sentimentale : il faut apprendre à s'aimer avant d'être aimée.
J'ai vraiment été touchée par cet essai, comme par celui de Chimamanda Ngozi Adichie ( Nous sommes tous féministes) il y a quelques mois.
Une lecture qui est devenue très intime ... et qui m'a donner envie de remonter les romans de Lucia Extebarria de ma PAL un peu plus haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
prune42
  28 mai 2015
Ce manuel de développement personnel écrit par Lucia Etxebarria a pour objectif de nous apprendre à ne plus souffrir en amour ou même dans nos relations amicales. L'auteur nous parle de nos dépendances émotionnelles, des besoins excessifs souvent dûs à des carences affectives dans l'enfance, encouragées par la vie moderne et liées à une faible estime de soi, une crainte et un refus de la solitude. L'auteur nous rappelle que pour vivre à 2 il faut d'abord être capable de vivre seul. Puis L. Etxebarria nous décrit 3 types de personnalité : le sûr de lui, l'évitant et l'anxieux. Elle nous indique 10 signes pour identifier le partenaire qui ne nous convient pas et 10 commandements pour fonder une relation heureuse. Mais le plus important est d'apprendre à s'aimer soi même, se faire plaisir, accepter les compliments, exprimer ses propres opinions, bref bien se connaitre soi même. Il faut faire attention aussi avec les médicaments donnés parfois trop facilement dans les cas de dépressions nerveuses alors que les problèmes de fond restent eux irrésolus. Enfin le manuel se termine par 2 chapitres autour de la télévision et plus spécialement de feuilletons espagnols pour nous faire comprendre à quel point la télévision nous conduit à nous identifier aux personnages que nous voyons.
Ce manuel figurait dans ma PAL depuis un certain temps. Lu par une amie, elle m'a donné envie de le lire rapidement pour mieux comprendre ce qui se joue souvent dans les relations humaines. Si certains chapitres m'ont semblé très intéressants et instructifs, notamment ce qui concerne la dépendance amoureuse et les types de personnalité où je me suis retrouvée parfois, certaines parties du livre sont au contraire peu intéressantes, aussi parce que l'auteur espagnole fait référence à des feuilletons espagnols que nous ne connaissons pas en France et dont je n'ai pas vu tellement l'intérêt. C'est pour moi un manuel donc assez inégal dans son intérêt. Comme tout livre de développement personnel, ce n'est pas une lecture très facile, elle a été parfois un peu laborieuse notamment quand les références espagnoles étaient trop importantes. C'est pour ça que j'ai hésité dans ma notation entre le 3 et le 4 et j'ai opté pour le 3 finalement à cause aussi des 2 derniers chapitres inintéressants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Florel
  17 avril 2014
Ma mère m'a offert ce livre à noël 2010, et quand je l'ai mis dans ma liste d'envie, je l'ai mis sans lire le résumé ni regarder quel genre c'était, m'étant seulement arrêtée au titre et pensant que c'était un roman drôle où une fille décide de dire « fuck » à la société en devenant plus raisonnable. Et ben surprise ! Ce n'est pas ça ! Mais pas du tout ! Puisque ce livre est un genre d'essai ou de livre de développement personnel dont le thème est l'amour.
Du coup c'est vrai qu'en voyant cela je ne me suis pas pressée pour le lire, et ce qui fait que je l'ai sorti c'est qu'un des thèmes du français au DAEU est l'amour, du coup je me suis dit que je pourrais éventuellement piocher quelques idées dedans si besoin est. Et certes, je vais peut-être pouvoir piocher des idées, mais il n'empêche que je n'ai pas aimé ce livre, et en plus, en regardant bien, il ne me saura d'aucune utilité dans la vie, donc voilà je peux quand même affirmer que j'ai perdu la moitié de mon temps.
Et si je dis qu'il y a aucune chance que ce livre me serve un jour, c'est parce que déjà je suis célibataire depuis que je suis née (et j'espère le rester une paire de centaine d'année encore), parce qu'ensuite j'adore la solitude, le silence, la liberté, et que je suis très indépendante (ma famille dit d'ailleurs que je suis un cas spécial^^), et parce qu'aussi je dois avouer que j'en ai absolument, royalement, rien à foutre… de l'amour. Faut savoir que je suis bien trop raisonnable pour ne pas en faire ma priorité ni le centre de ma vie, donc du coup forcément j'en arrive à la conclusion que ce livre ne me servira pas à grand-chose, mais bon…
De plus, autre chose qui n'a pas joué en faveur de ce bouquin et qui explique que je me suis fait en partie chier et que je ne l'ai pas fini, c'est que je ne comprends pas la pensée occidentale sur ce sentiment-là. Etant fortement...
Suite blog
http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2014/04/17/29673428.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   12 août 2015
Quiconque a assisté à des colloques dans le domaine des sciences humaines a pu constater que les échanges y confinent souvent à l'absurde et se noient dans des débats stériles. Les communications, généralement opaques et difficiles à interpréter, ne servent qu'à masquer la vacuité du propos des intervenants. L’œuvre de nombre d'intellectuels ou critiques réputés se caractérise par un langage abscons, une esbroufe éhontée, de pseudo-concepts vides de sens, qui ne les ont nullement empêchés (bien au contraire) de faire carrière. Ces pontifes pontifiants, secondés par des disciples hystériques, créent des chapelles qui s'apparentent à des sectes. C'est ainsi que le pouvoir, avec la complicité de ces maîtres à penser, façonne l'imaginaire collectif à son image, encombre les esprits de consignes explicites ou implicites, de promesses qu'il ne tiendra pas, de prétendues menaces extérieures inventées pour la circonstance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 juin 2015
Les grandes héroïnes de la littérature occidentale, de Médée à Anna Karénine en passant par Juliette, Emma Bovary ou la Mélibée de "La Célestine" de Rojas, vivaient l'amour comme étant le projet essentiel de leur vie. La romancière et essayiste Lourdes Ortiz a analysé comment, dans la plupart de ces histoires, ce qui, pour l'héroïne, représente toute sa vie, n'est pour le personnage masculin qu'une partie de la sienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Under_the_MoonUnder_the_Moon   04 juin 2015
Aucune forme de maltraitance n'a jamais eu de vertus éducatives, aucun message ou mode de communication reposant sur la critique ou l'insulte, ne peut exercer de stimulation positive. A plus forte raison sur un enfant, qui n'a aucune possibilité de se défendre, de se protéger, de comprendre que si son père, ou sa mère, a endossé ce rôle de martyr, de flic ou de tyran, c'est par ignorance que d'autres modes de relation étaient possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Under_the_MoonUnder_the_Moon   11 août 2015
Acheter n'est pas seulement une activité économique. C'est aussi une activité sociale, car on achète en fonction de l'image que l'on souhaite donner de soi. Il ne s'agit pas simplement de refléter ce que l'on est, mais ce que l'on voudrait être. Le nouveau consommateur est celui qui veut, par sa consommation, devenir différent de ce qu'il est. C'est pourquoi l'industrie de la mode recourt, non à des femmes réelles, mais à des chimères. Les défilés de mode, les magazines nous montrent ce que nous désirons être. Or, nous désirons tous être jeunes et minces, d'autant que les médias, c'est un cercle vicieux diabolique, nous en ont convaincus sans même que nous ayons eu le temps d'y réfléchir ou d'élaborer nos propres désirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 juin 2015
Comme l'explique l'anthropologue mexicain Eduardo Liendro, qui dirige, dans son pays, le Comité pour les relations égalitaires : "On parle des privilèges qu'ont, dans une société machiste, les hommes du seul fait de leur sexe, mais il faut aussi déplorer l'immense gâchis que constitue ce processus d'endurcissement du mâle. Contraint d'anesthésier ses sentiments, il se tourne vers l'alcoolisme ; il étouffe ses émotions parce qu'on ne lui a pas appris à les identifier et à admettre qu'elles puissent s'exprimer. Cela n'est pas sans conséquences sur la santé masculine, qu'il s'agisse de la cirrhose, du sida ou des morts accidentelles ou violentes.On nous éduque dans une culture de l'insensibilité. Et le refoulement des émotions est également un facteur important de violence intrafamiliale."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Lucia Etxebarria (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucia Etxebarria
Lucía Etxebarria - Ton c?ur perd la tête .Lucía Etxebarria vous présente son ouvrage "Ton c?ur perd la tête" aux éditions Héloïse d'Ormesson. Traduit de l'espagnol par Nicolas Véron. Préface de Marie-France Hirigoyen. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/etxebarria-luc%C3%ADa-ton-coeur-perd-tete-9782350873145.html Notes de Musique : ?Hartford? (by Mary Halvorson and Jessica Pavone). Free Musique Archive. Visitez le site de la librairie : http://www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pratiques sexuellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques sexuelles (242)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3442 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..