AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266286412
Éditeur : Pocket (08/11/2018)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 120 notes)
Résumé :
13 à table !
5 ans, ça se fête !

Philippe BESSON • Françoise BOURDIN • Maxime CHATTAM • François d'EPENOUX • Éric GIACOMETTI • Karine GIEBEL • Philippe JAENADA • Alexandra LAPIERRE • Agnès MARTIN-LUGAND • Véronique OVALDÉ • Romain PUÉRTOLAS • Jacques RAVENNE • Tatiana de ROSNAY • Leïla SLIMANI • Alice ZENITER

Un livre acheté = 4 repas distribués

INÉDIT
Illustration de Plantu
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  26 novembre 2018
Cette année, c'est la fête !
C'est la fête qui est à l'honneur dans ces 12 nouvelles, rédigées par 13 auteurs (Giacometti & Ravenne sont de nouveau en binôme).
On célèbre les 5 ans de cette collection dont les bénéfices vont aux Restos du Coeur.
Comme les années précédentes, il y en a pour tous les goûts : du bling-bling, de l'épate, de la bonne franquette, de la fête à Neuneu, de la fête neuneu, de la fête qu'on boudera (par contrainte ou par choix), des bulles dans les flûtes, des petits-fours, des victoires à célébrer, des déguisements de Carnaval, de la foule qui - au contraire de celle de Piaf - vous rapproche...
J'ai failli décliner les invitations de Puértolas, TdR, AML et FdE.
C'est finalement Bourdin et Chattam qui m'ont le moins embarquée.
J'ai admiré (de nouveau) le talent de Leïla Slimani, celui trop rare de Karine Giébel dans le registre 'émotions', et l'hommage réussi de Jaenada au grand conteur qui nous a quittés cette année : Pierre Bellemare.
Le credo des Restos du Coeur étant qu'aujourd'hui on n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid ♪♫, je m'étonne et regrette de ne pas avoir trouvé de références aux gens qui fuient la guerre et la misère de leur pays, et qui ont faim et froid en arrivant ici... Sujet trop politique ? Evité pour ne pas agacer certains lecteurs ?
A moins que la nouvelle d'Alice Zeniter, en point final du recueil, signale cette absence ? Elle interroge au milieu de tous ces bons sentiments, et laisse mal à l'aise, en tout cas.
____
>> https://www.youtube.com/watch?v=YLrIgGsl0RE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
sabine59
  11 novembre 2018
Toujours cette belle initiative, et des auteurs contemporains de talent!
Autour du thème de la fête, chacun brode son histoire, et cela donne des textes évidemment fort variés...
Je ne ferai pas un inventaire, ce serait lassant et peu intéressant. Plutôt un ressenti à vif, et une sélection, très subjective bien sûr.
Alors sur le podium, j'ai choisi de hisser trois auteurs:
Philippe Jaeneda, pour le plaisir que j'ai eu à lire " Une vie, des fêtes ", fausse biographie inventive, totalement débridée et pleine d'humour!
Karine Giebel, dans un registre émouvant et désespéré, présentant un sans domicile fixe un 24 décembre,si seul affectivement,brisé par un drame de son passé ,bien loin des fêtes de fin d'année et du luxe...
Eric Giacometti et Jacques Ravenne, qui créent une atmosphère diabolique, onirique, tout en épinglant la société contemporaine des businessmen . Réjouissant!
On retrouve avec Véronique Ovaldé son style singulier et son originalité, Leïla Slimani traite comme elle sait si bien le faire, de la violence ordinaire. Romain Puertolas est malicieux et loufoque! Les autres textes m'ont moins plu.
Mais peu importe, l'essentiel, c'est d'être solidaire: achetons ce livre! Aidons les restos du coeur!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
kuroineko
  21 novembre 2018
Un livre acheté = 5.00€ = quatre repas fournis par les Restos du coeur. Petit prix pour un peu de solidarité. Une belle initiative qui fête sa cinquième année d'existence. Pour ce millésime 2019, c'est Plantu qui a dessiné la couverture avec un Coluche facétieux au milieu de notes et cotillons, chef d'orchestre d'un jazz-band de souris. le thème décrété pour 2019 est la fête, et ça se sent d'emblée.
Quinze auteurs ont également joué le jeu de la solidarité, rédigeant une nouvelle inédite pour le recueil. Parmi eux, on retrouve des habitués de 13 à table!, comme Françoise Bourdin, Karine Giébel ou Agnès Martin-Lugand. Et d'autres que je ne crois pas avoir vu dans les précédents volumes (mais je peux me tromper...), tels Véronique Ovaldé ou Alice Zeniter.

Un crû intéressant et diversifié cette année encore. Comme souvent dans un recueil de nouvelles, qui plus est collectif, il en est qu'on préfère à d'autres. Chacun des auteurs apporte son éclairage au sens de la fête (c'est le cas de le dire). Romantique ou grinçante, pathétique ou bouleversante, il y en a pour tous les goûts.
J'ai beaucoup aimé "Dans les bras des étoiles" de Karine Giébel. Son récit est très différent de ce qu'elle nous concocte dans ses romans. Pour reprendre un des titres de Jean d'Ormesson, elle nous présente une fête en larmes des plus poignantes.
Bouleversante et douloureuse aussi "La Fête des voisins'' de Leïla Slimani. Récit court mais criant de vérité.
Autre fête, autres moeurs avec "Trouble-fête" de Tatiana de Rosnay. J'ai adoré le portait quelle fait de sa narratrice, femme parfaite chez qui tout est sous contrôle. Mais quelle chute! Chapeau! Cette narratrice n'est pas sans rappelé la personnalité de Louise Cooper, l'héroïne de "L'Apparition" de Philippe Besson, avant son emménagement à La Nouvelle-Orléans.
La lecture des autres nouvelles fut généralement bien agréable et parfois surprenante. Mais ces trois-là sont mes préférées. En toute subjectivité bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Domichel
  18 décembre 2018
Pour la cinquième année « Les Restos du Coeur » nous proposent de les aider avec l'achat d'un petit recueil de nouvelles d'auteurs d'horizons différents. Sous le titre « Treize à Table » c'est quatorze (!) textes qui nous sont offerts pour la modique somme de 5 euros soit 4 repas.
Sans rentrer dans une exégèse de chaque histoire, je vous livre mon avis après avoir terminé ma lecture ; le thème retenu cette année étant celui de “la fête”, chacun nous livre son interprétation quelquefois plus qu'originale… D'ailleurs, comme chaque année le meilleur côtoie souvent le moins bon (pour ne pas dire le pire). Et on passe de l'émotion au fantastique, de la science-fiction à l'historique, du sordide au désopilant.
« L'apparition » de Philippe Besson.
Au coeur du carnaval en Nouvelle-Orléans, une jeune fleuriste qui s'est affranchie de la vie trépidante des mégalopoles américaines pour une vie plus naturelle en “province”, croit reconnaître une ancienne connaissance dans la foule.
Amitié, tendresse et passion… Une petite histoire apaisante.
« Laissée-pour-compte » de Françoise Bourdin.
Marre des fêtes dans lesquelles elle est toujours seule, Lilybeth décide d'organiser la sienne et bat le rappel de tous ses amies et de leurs amis et encore d'autres… Soudain au détour d'une flûte de champagne elle aperçoit un bel homme apparemment seul aussi…
Surprise, déception, espoir, un joli texte souriant.
« le Point d'émergence » de Maxime Chattam.
Au centre d'un arrosage festif où scientifiques de tout bord se congratulent, un homme se remémore avec un brin de nostalgie sa rencontre avec Luce et les si bons moments qu'ils ont passés ensemble.
Délaissant le polar pour la science-fiction Maxime Chattam est déroutant, avec délice !
« Big Real Park » de François d'Épenoux.
Un journaliste interviewe le patron d'une grande société de divertissements et explore avec lui ses projets à venir. de questions en réponses le dialogue prend une tournure désagréable et le lecteur assiste impuissant à la joute verbale.
La fête sous un angle de télé-réalité féroce.
« Nuit d'ivresse » d'Éric Giacometti et Jacques Ravenne.
Non, ce n'est pas une réécriture de la pièce de Josiane Balasko et Michel Blanc ! Au cours d'une fête branchée où des jeunes loups du commerce célèbrent leur chiffre d'affaires avec la bénédiction du patron, Alex sent venir un malaise après avoir bu un cocktail qui ne lui convient pas. Parti se reposer dans une ancienne cellule monacale à l'écart de la soirée, il sombre dans une semi-léthargie où se mêlent procession, moines, torches et rousse flamboyante…
Quand la boisson vous tourne la tête, un excellent récit fantastique.
« Dans les bras des étoiles » de Karine Giebel.
Un soir de réveillon, un homme seul compte les quelques pièces qu'il a glanées dans sa journée, fait de maigres emplettes à la supérette du coin en privilégiant son chien Sam, et part se réfugier sous le pont où il a élu domicile. Souvenirs d'enfance et rêveries dans les étoiles seront ses seules distractions.
Un récit tout en finesse, plein de poésie et d'empathie sur un sujet tristement d'actualité qui est en soi, à l'origine des “Restos du Coeur”. Sans doute mon texte préféré.
« Une vie, des fêtes » de Philippe Jaenada.
La biographie de Marguerite Steinhel, née Japy, vous savez, la connaissance dans les bras de laquelle Félix Faure avait perdu la sienne, de connaissance, et la vie tout court d'ailleurs…
Beaucoup d'histoire, un peu d'humour, un texte qui s'étire vraiment en longueur, autant qu'en langueur de la part de la dame…
« Bulles amères » d'Alexandra Lapierre.
Chez Burt & Morton Books, c'est grande réception ce soir ! La maison d'édition s'apprête à célébrer l'attribution du Nobel de littérature, à l'une ou l'autre de ses auteurs, donc forcément, les ventes à venir seront excellentes. L'ambiance est électrique et on prend ses précautions, les deux lauréates sont reçues à deux étages différents du même immeuble pour ne pas risquer l'incident.
Une peinture féroce et bien brossée du monde de l'édition et de ses attachées de presse ! Redoutable et jouissif !
« La crémaillère » d'Agnès Martin-Lugand.
Où nous retrouvons Eric et sa fille Louise, et Sophia et son fils Dimitri ; après le gâteau d'anniversaire, et les retrouvailles chez un couple d'amis, une troisième aventure. Sophia décide d'organiser la crémaillère de la maison dans laquelle ils ont emménagé il y a quelque temps. Éric se doute bien de quelque chose mais n'imagine pas l'état dans lequel Sophia la gaffeuse se met pour réussir son affaire.
Humour, gaffes, cuisine et barnum, tout y passe, avec le plaisir du lecteur en prime.
« Je suis longtemps restée une clématite » de Véronique Ovaldé.
Difficile d'être une ado écartée des autres, à cause d'un prénom (qu'on dirait sorti d'un livre de J.-K. Rowling) “Perpetua”, accolé à un nom somme toute breton, le Flaher. Les autres élèves ont vite fait de le détourner en sobriquet ridicule. Quand en plus on vit seule avec son père dans une maison aux allures d'une décharge, ça fait tout drôle d'être invitée à une fête de fin d'année. Y aller ou pas ?
Les affres de l'adolescence conjuguées à l'exclusion, pas vraiment la fête.
« Les cochons de Karl Lagerfeld » de Romain Puertolàs.
Un homme plein d'idées farfelues pour faire fortune, une soirée sur catalogue avec champagne, petits-fours et invités-type, le “tout-en-un” destiné à réussir un lancement de produit.
L'auteur du fakir (…) a encore pété un plomb !
« Trouble-fête » de Tatiana de Rosnay.
Elle est belle, a tout réussi ou presque grâce à sa maîtrise absolue sur tout, gère sa famille comme une entreprise et décide donc d'offrir un anniversaire mémorable à son mari. Mémorable certes, mais pour ce tyran domestique les souvenirs vont refluer avec une vitesse sans mesure.
Ça commence plutôt bien, mais on ne peut jamais tout maîtriser.
« La Fête des voisins » de Leila Slimani
Enfermée dans son appartement par un mari jaloux, une femme observe à la dérobée la vie de ses voisins. Un jour, elle parvient à savoir que la fête des voisins s'organise dans la rue. Elle est bien décidée à y participer.
Ça commence comme du Victor Hugo, ça ne va pas continuer ainsi. Un régal !
« le goût des fraises sauvages » d'Alice Zenitzer
Un père, deux filles, une famille unie. Encore plus unie depuis que la mère est décédée. Alors on joue à être heureux. On organise des fêtes pour tout et pour rien, un barbecue avec les voisins et les amis, voire les amis des voisins ou l'inverse. Et pendant que la viande cuit sur les braises les conversations roulent sur tout et sur rien, ou presque rien.
Un récit un peu bizarre au début, plus lisible ensuite mais la fin a du mal à passer…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Plume_de_laine
  29 décembre 2018
L'apparition – Philippe Besson.
《 Une petite histoire qui passe vite. Nous avons pas le temps de nous attacher aux personnages. Personnellement je n'ai pas tout saisi au « pourquoi » cette disparition, cette réapparition. Je suis un peu perdue dans cette petite nouvelle. Au début, on se demande où on va, pourquoi nous allons faire la fête et puis on suit le cours de l'histoire. Et stop. Une fin qui me laisse sur ma faim… Dommage.
Laissée-pour-Compte – Françoise Bourdin.
《 Une petite nouvelle que j'ai bien aimée. On s'attache assez rapidement à Elizabeth, on comprend son envie d'avancer et de rencontrer du monde. C'est une nouvelle conviviale, amusante, pleine de bonnes ondes et de rock endiablés. J'ai beaucoup aimée cette nouvelle. On y ressent de l'envie et de l'espoir en de bonnes rencontre… Suffit parfois du bon moment au bon endroit.
Le point d'émergence – Maxime Chattam.
《 Une histoire un peu spéciale. Je n'ai saisi qu'à la dernière page lors de l'explication ce qu'il se passait car sinon aucune idée. Une maladie peut être. Je suis pas forcément fan de ce genre de nouvelles ou de ce genre d'histoire, trop spéciale et bizarre pour moi. Mon cerveau ne suit pas, impossible de se mettre en tête ce genre de choses…
Big Real park, que la fête commence – François d'Epenoux.
《 Une petite nouvelle qui sur le coup nous fait sortir de nos gonds, hurler d'horreur mais où va le monde ? Plus on a d'argent et de notoriété et plus nous sommes bêtes ou c'est l'espèce humaine en elle-même ? Puis, au fur et à mesure que les pages se tournent, on sait. On sait ce qui va être dit, on comprend, on ouvre les yeux et nous sommes alors touché par la triste réalité de cette nouvelle. Oui, j'ai été touchée… Une nouvelle qui pourrait peut être faire réfléchir certaines personnes… certains humains. J'ai adorée cette nouvelle. Une belle découverte.
Nuit d'Ivresse – Eric Giacometti et Jacques Ravenne.
《 Une lecture quelque peu lugubre. Un retour vers le Moyen-Âge assurément. On se sent un peu oppressée par cette lecture, par cette nouvelle. Peut être car nous avons cette impression d'être dans la peau du personnage et de ressentir les mêmes émotions que lui. Ce qui est vraiment bien de ressentir cela en lisant une nouvelle. C'est un peu spécial et lugubre. Pas le genre de lecture à lire en période de fête. Mais une petite nouvelle qui nous attire.
Dans les bras des étoiles – Karine Giebel.
《 Cette nouvelle est l'une de mes préférées. Elle restera au top 1. Cette histoire m'a prise au tripe, m'a ému à souhait, je suis passée par diverses émotions et cela fait aussi ouvrir un peu plus les yeux sur nos prochains, les personnes qui n'ont malheureusement pas la même chance que nous. J'ai eu les larmes aux yeux sachant que ce n'est qu'une petite nouvelle de quelques pages. Elle prend aux tripes vraiment. Je suis émue, je reste encore émue. le personnage est attachants, son chien aussi. Un animal vous ait toujours fidèle… On apprend à connaître son histoire. Ses doutes et ses peurs. J'aime beaucoup la plume de cette auteure que je vais découvrir à travers d'autres écrits très prochainement.
Une vie, des fêtes – Philippe Jaenada.
《 Nous sommes entrainés dans cette histoire ni plus ni moins. Nous suivons avec plaisir Marguerite et ses aventures, ses envies, ses désillusions… Une histoire qui fait sourire, qui nous montre que sans argent ni célébrité certaines personnes se sentent délaissées et mal dans leur peau. Cela me fait sourire ce genre de personnes. Mais on se rend surtout compte que c'est une histoire vraie. Je ne connaissais pas et cela m'apprend des choses. Rien de mieux que des lectures qui nous apprennent des choses….
Bulles amères – Alexandra Lapierre.
《 Une nouvelle à laquelle j'ai eu du mal à accrocher. Quel dommage mais ce sont des choses qui arrivent pour le coup. J'ai eu du mal avec l'histoire ainsi qu'avec les personnages. Je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi, l'histoire ne m'a pas plû plus que cela. Tant pis.
La crémaillère – Agnès Martin-Lugand.
《 J'ai adorée cette nouvelle. Déjà j'adore cette auteure. Sa plume est douce, et entrainante. Et le petit plus de cette nouvelle c'est le fait que nous connaissons déjà les personnages et nous les retrouvons avec grand plaisir. On se rend compte que l'amour nous fait parfois faire des choses un peu insensé et que nous abusons aussi. Cependant c'est un plaisir de retrouver ces personnages et la plume de cette auteure. Je suis fan. Une de mes préférées aussi.
Je suis longtemps restée une clématite – Véronique Ovaldé.
《 Je n'ai pas non plus accrochée à cette nouvelle, dommage. Je ne me suis pas attachée aux personnages. Je ne me suis pas sentie dans l'histoire. J'ai pas forcément saisi la morale et le fondement… j'ai été à côté de l'histoire et à côté de la plaque tout au long de cette nouvelle.
Les cochons de Karl LagerfeldRomain Puértolas.
《 Une histoire sympathique, entraînante qui donne au final une bonne leçon à la fin. Une nouvelle à la Romain Puértolas : étonnante et drôle. Qui joue se fait avoir. Les idées sont farfelues. On se demande où l'auteur va trouver tout ça. Une nouvelle qui se lit rapidement. Farfelue à souhait. J'ai bien aimée.
Trouble-Fête – Tatiana de Rosnay.
《 Une histoire que j'ai vraiment bien aimée. On se rend compte du mal que l'on peut faire aux autres mais aussi à soi-même. Une nouvelle qui fait réfléchir, avec une belle morale. L'histoire est bien choisie. La plume de l'auteure est douce et nous sommes dès les premières lignes précipités dans l'histoire. J'ai adorée.
La fête des voisins – Leïla Slimani.
《 Une nouvelle dans laquelle nous sommes plongés dès le début. Nous nous attachons très rapidement à cette femme, seule, qui vit un autre mode de vie que moi. Je suis restée scotchée à cette histoire. Nous sommes vraiment plongés dedans. On se rend compte aussi de la chance que nous pouvons avoir sous certains aspects. Et nous la comprenons. On comprend son geste. Nous ressentons une tendresse envers elle. J'ai beaucoup aimée cette histoire.
Le goût des fraises sauvages – Alice Zeniter.
《 Une nouvelle dans laquelle j'ai eu du mal à rentrer. Je ne me suis pas forcément attacher aux personnages comme j'aurai du. C'est dommage. Je ne suis pas conquise. Je suis restée spectatrice de cette histoire et encore pas une spectatrice qui suit correctement. Je n'ai pas réussi à me focaliser sur l'histoire. Tant pis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   25 novembre 2018
- De Londres à Tokyo, de Moscou à Dubaï, les gens ont commencé à se ruer dans les Real Parks. C'est devenu n'importe quoi, et aujourd'hui, c'est toujours le cas : n'importe quoi ! A l'heure où je vous parle, quand ils vont sur l'un de nos sites, les gens font plus que se distraire dans l'outrance ou chercher des sensations fortes... Ils font plus qu'acheter tous les produits du merchandising Real Park... Ils font même plus que manger ou boire Real Park : ils VIVENT Real Park, ils respirent Real Park ! Ils s'aiment sur Real Park ! C'est leur présent, leur passé, leur avenir, l'air qu'ils absorbent ! Et le plus beau, c'est que ce sont eux qui font notre pub : à longueur de journée, ils filment Real Park et, mieux encore, ils se filment en train de filmer des films à Real Park... Et toute cette promo gratuite est relayée sur les réseaux sociaux, en live, partout, pour tout ! On a beau augmenter les prix, ils paient quand même... Ils en redemandent, ils aiment ça ! Parce qu'ils se sentent mieux que riches : privilégiés. C'est le nouvel hédonisme.

• 'Big Real Park, que la fête commence' - François d'Epenoux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   23 novembre 2018
[Mes filles] sont nées à trois ans d'intervalle. [...] Elles me donnèrent une voix à écouter, et une histoire à bâtir. Celles de notre famille.
C'est en devenant père que j'ai réalisé combien l'homme était une formidable entité à la puissance considérable. Nous pouvions créer de l'amour.
Mais l'amour ne vient pas seul. Il est accompagné de son corollaire d'angoisses. Celui qui crée l'amour donne un point d'ancrage à la mort.

• 'Le point d'émergence' - Maxime Chattam
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ZilizZiliz   20 novembre 2018
J'attrape un petit livre dans mon sac à dos et contemple la couverture. C'est une dame qui me l'a offert. Elle habite au-dessus de la supérette et je la vois presque chaque jour quand elle vient faire ses courses. Elle ne me file jamais d'argent, peut-être qu'elle n'en a pas beaucoup. Mais ce matin, elle m'a donné ce bouquin en me disant que la nourriture de l'esprit était importante, aussi.

[ je devrais citer l'auteur de cette nouvelle, mais j'ai aimé avoir la surprise, alors je vous la laisse, aussi... ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   20 novembre 2018
Dans le vacarme des basses qui rebondissait sur la façade, Alex lança un cri que personne n'entendit. Un de ces cris qu'il n'avait pas poussés depuis l'enfance. Vraiment, ça faisait du bien de hurler comme un sauvage, d'avoir tombé veste et chemise pour danser tel un damné au bord d'une piscine qui sentait plus le champagne que l'eau chlorée. Et, quarante ans ou pas, question danse et alcool, Alex pouvait en remontrer à tous ces jeunots, frais sortis de leur Ecole de Commerce, qui se trémoussaient autour de lui.

• Nuit d'ivresse - Eric Giacometti & Jacques Ravenne
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   21 novembre 2018
Un officier fatigué, derrière un guichet au bois élimé, lui avait objecté qu'un majeur est responsable de ses actes et qu'aucune recherche ne pouvait être lancée. Comme elle s'était emportée, le bonhomme lui avait rétorqué que la police n'était pas faite pour traquer les maris qui n'en pouvaient plus de leur vie conjugale.

• L'Apparition - Philippe Besson
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Éric Giacometti (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Giacometti
Extrait de "La Nuit du mal - La Saga du Soleil noir, vol. 2" d'Eric Giacometti et Jacques Ravenne lu par François Hatt. Editions Audiolib. Parution le 21 août 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-nuit-du-mal-la-saga-du-soleil-noir-vol-2-9782367627755
autres livres classés : restos du coeurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..