AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234018655
635 pages
Stock (30/11/1997)
4.41/5   32 notes
Résumé :
Voici le livre le plus significatif de Krishnamurti à ce jour : une somme pour tous ceux qui, de plus en plus nombreux, l'écoutent.
Il s'agit d'une mise en ordre de l'enseignement de Krishnamurti au cours de ces sept dernières années : aucun des ouvrages de l'auteur n'a jusqu'ici abordé et traité tant de sujets différents, le registre de ses interlocuteurs allant de l'auditeur anonyme au physicien célèbre et du grand védantiste au jeune étudiant.
Krish... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  16 novembre 2018
Trop de Krishnamurti, à l'instar du chocolat noir aux noisettes de chez Côte d'Or, peut vous rendre malaucoeureux.
C'est un pavé de 630 pages, une version audio d'un peu plus de neuf heures est disponible sur You Tube. Mais il ne faut pas, comme j'ai essayé de le faire, se l'envoyer d'une traite. Pourtant je le savais mais comment résister au chocolat comme à cet auteur.
Toutes ses paroles sont des bases de réflexions efficaces et je sais bien qu'au fond il a entièrement raison mais que c'est dur à mettre en oeuvre au quotidien. Il ne s'agit de discipline puisqu'il était contre ça, le plus dur je crois c'est se débarrassé de tous nos concepts, de tout ce qui fait l'être particulier que nous sommes et de n'appartenir à aucun groupe, qu'il soit religieux, politique, nationaliste ... n'importe lequel soit-il.
J'y ai appris que la méditation ne se pratique pas une ou deux fois par jour mais en continuité au fil de la journée. C'est un peu comme les fidèles qui suivent leurs offices religieux pleins de bons sentiments et qui s'empressent de déblatérer sur tout le monde dès que celui-ci est terminé.
La base de ces réflexions c'est : apprends par toi-même. Krishnamurti nous montre la porte mais ne la franchit pas avec nous. C'est à chacun de trouver en soi le pays de la vérité mais comme il aime à le rappeler aucun chemin n'y mène.
C'est à la moitié du livre que, saoulé que j'étais, j'ai décidé de faire un break et de passer à des lectures plus légères, histoire de remettre d'équerre mon cerveau de poule.
C'est un livre très étrange fait de textes et d'entretiens qui m'ont parfois enthousiasmé et parfois profondément ennuyé. Pourtant j'écris ces dernières phrases bien longtemps après l'avoir refermé et je sens encore en moi nombres de ces pistes qui jalonnent le parcours dans lequel je me suis engagé et ou tout doucement j'ai basculé, certains qu'au-delà de cet univers (unis vers) qui m'entoure il y a autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          687
Malavella
  20 janvier 2021
Avertissement, lisez en tout cas la dernière discussion de ce livre, celle avec Asit Chandmal. C'est de loin la meilleure, elle fait partie des meilleurs moments de l'oeuvre de K., je pense. Alors si le livre vous ennuie, ce qui serait compréhensible, ne l'abandonnez pas : lisez d'abord le chapitre avec Asit Chandmal.

Je pense que, si on ne connait pas encore la psycho-philosophie, les recherches à faire avec Krishnamurti, il vaut peut-être mieux commencer par un ou quelques autres livres (de préférence après 1970, a-t-il dit, car il a toujours adapté son langage pour éviter les fausses interprétations), des discours, des questions-réponses, et ensuite venir vers ce livre. C'est au moment qu'on a déjà investigé soi-même tout ce domaine, que ce livre (et surtout les dialogues vers la fin, avec le physicien Asit Chandmal) peuvent être aussi surprenants qu'intéressants.
Bien que, ceci n'est qu'une idée. Peut-être qu'on peut tout aussi bien commencer par celui-ci.
Et puis, si vous ne lisez que une seule chose, je vous conseille la discussion avec Asit Chandmal.

Mais tout ce livre, toutes ces discussions, bien que souvent intéressantes, n'étaient pas ce qui m'intéresse le plus. Beaucoup de ces discussions peuvent d'ailleurs paraitre longues, ennuyeuses, et pas vraiment intéressantes : il arrive souvent que quelqu'un pose des questions qui retardent, rendent difficile le bon développement de ce qu'on veut saisir, et cela n'apporte pas beaucoup de vraiment nouveau.

Mais c'est vers la fin du livre que la discussion avec Asit Chandmal m'a ouvert les yeux, m'a débarrassée pour de bon d'essayer ce qui ne marche tout de même pas. C'est la dernière conversation, avec le scientifique Asit Chandmal.

La meilleure conversation que j'ai jamais lue - pour moi, personnellement. K. y dit notamment que tant de gens ont dit qu'ils comprenaient, allaient avec lui, faisaient cette exploration de la conscience, de la vérité, du fait actuel, tous disaient comprendre, mais... ils allaient jusqu'au point qui leur intéressait (dans leur boulot, leur vie privée, leurs émotions, sans doute), puis ça s'arrêtait là. Ils n'allaient pas au bout. Ils faisaient quand même cette exploration par intérêt personnel - celui de l'égo, donc. Par conséquent, il considre qu'on peut oublier tout ce qu'il a dit avant car il a toujours vu ce même scénario. Lui-même le jette à la poubelle. Ca n'a servi à rien. Fini, cette façon de parler du passé. Ca ne marche pas. Super, de renoncer ainsi à ce qu'on a dit tout une vie...

Oubliez tout ce qu'il a dit avant, oubliez l'exploration, ne la faites pas. Arrêtez cela. Par contre, comprendre, voir le problème, profondément, voir l'importance de tout cela maintenant, comprendre et arrêter le fonctionnement de l'égo net, changer maintenant. Point à la ligne.

C'est très intéressant à lire, les réponses d'Asit Chandmal, homme très intelligent, scientifique et honnête, sont intéressantes. En plus, comme il travaille avec des ordinateurs, il y a des développements du monde de ceux qui travaillent avec les ordinateurs, et l'intelligence artificielle, et ce que cela signifie pour la conscience.

Bref, un livre à conseiller absolument, mais surtout pour cette conversation. Si le livre vous semble trop long, allez vers la dernière discussion.
Et dans la dernière discussion, on se dit parfois, par exemple, 'attends, la pensée, que veut-il vraiment dire,' on recherche le sujet dans le livre, on lit ce passage, et on retourne vers le dialogue avec Asit Chandmal.
Oui, voilà, cette discussion m'a vraiment aidée, alors je voulais partager cela pour que vous ne passiez pas à côté, peut-être qu'elle fera la même chose pour vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aleatoire
  25 septembre 2015
Lu avec opiniâtreté, en élève besogneux qui ne désespère pas.
Commenter  J’apprécie          163
Alkekange
  28 novembre 2011

D'après la citation, "L'éveil de l'intelligence est un livre indispensable pour tous ceux qui désirent connaître mieux l'enseignement de Krishnamurti... etc."
Mais non, voyons !!! Il est - peut-être - indispensable pour tous ceux qui voudraient voir le monde tel qu'il est. Et soi-même tel qu'on est : cette attitude claire nous permet de ne pas nous laisser abuser par quelque gourou que ce soit - y compris Krishnamurti en tant que "gourou"... : Il ne l'aurait pas voulu !!!
Lien : http://le-sceau-et-les-signe..
Commenter  J’apprécie          111
KorinneC
  10 février 2021
Bon, on va pas se mentir, c'est pas de la rigolade d'avaler ce pavé de plus de 600 pages. Mais si vous êtes dans une période de remise en question, voir de burn out, lire les réponses de ce "maître à penser" vous aidera. Pour moi, ça a marché en tout cas. Ses réponses à un tas de questions lors de rencontres, encourage toujours à déconstruire un système de penser imposé, et à trouver la vérité en vous.
C'est un livre plein de sagesse, un chemin vers la liberté d'être. Un bon livre de chevet à déguster lentement.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   02 mars 2016
Auditeur : Mais peut-on se rendre compte de ce fait quand on est encore prisonnier de ses peurs et de ses désirs ?

Krishnamurti : Vous ne le pouvez pas. Vous vous efforcez de surmonter un fragment qui est la peur, par un autre fragment. En vous y prenant de cette façon-là, vous ne pouvez pas vous en débarrasser ; il faut donc qu’il y ait une autre façon de vous y prendre avec ce fragment auquel vous donnez le nom de peur.

Et la façon de vous y prendre, la voici : il ne faut absolument rien faire. En êtes-vous capable ?

Je ne peux absolument rien faire au bruit que fait ce train en passant, par conséquent j’écoute. Je ne peux absolument rien faire au grondement de ce train et, par conséquent, je n’y résiste pas. J’écoute. Il y a un bruit, mais ce bruit n’agit pas sur moi. Et, de la même façon, quand je me rends compte que je suis névrosé, que je me cramponne à une croyance particulière, à une façon d’agir particulière, que je suis homosexuel, ou toute autre chose, que j’ai des préjugés insensés, j’écoute d’une façon totale. Je ne résiste pas. Mais j’écoute totalement, avec tout mon cœur.

Nous avons commencé en demandant si je suis capable de contempler tout le mouvement de la vie comme étant un processus unitaire. Les meurtres, les réfugiés, la guerre au Moyen-Orient, les catholiques, les protestants, les savants, les artistes, les hommes d’affaires, la vie privée, la vie publique, votre famille, ma famille - il y a d’innombrables divisions. Ces divisions ont été cause d’un tel désordre dans le monde et en moi !

Suis-je capable de regarder tout cela comme faisant partie d’un unique mouvement étonnant et merveilleux ? Je ne le peux pas, c’est un fait. Je ne le peux pas parce que je suis moi-même fragmenté. En moi-même je suis conditionné.

Donc, désormais, mon souci sera non pas de chercher à vivre une vie unitaire et globale, mais de chercher si la fragmentation ne peut pas prendre fin. Et cette fragmentation peut cesser si je vois clairement que toute ma conscience est elle-même constituée par ces fragments.
C’est ma conscience qui est la fragmentation.

Et quand je dis : « Il faut qu’il y ait intégration, il faut que tout ceci soit harmonisé », cela fait encore partie des illusions que je m’oppose à moi-même, et cela je m’en rends compte. Je m’en rends compte comme étant une vérité, comme je suis sûr que le feu brûle, vous ne pouvez pas me tromper, c’est un fait et je demeure devant ce fait, et il me faut découvrir comment ce fait agira dans ma vie quotidienne - le découvrir et ne pas deviner, m’amuser, faire des théories.

Mais parce que j’ai vu la vérité de la question, cette vérité est agissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
domisylzendomisylzen   16 novembre 2018
Quand vous vous efforcez de changer quelque chose à "ce qui est", alors seulement il y a désordre, parce que votre désir est de changer les choses confomément à votre savoir acquis
Commenter  J’apprécie          410
JacopoJacopo   10 novembre 2017
Quand vous suivez un système, que devient votre esprit? Qu'impliquent ce système et cette méthode - un gourou? Je ne sais pas pourquoi ces gens s'appellent des gourous - je ne peux pas trouver un mot assez énergique pour rejeter complètement cet univers de gourous, leur autorité venant de ce qu'ils se figurent savoir. Tout homme qui dit : « Je sais », cet homme-là ne sait pas. Ou si un homme vient nous dire: « J'ai fait l'expérience de la vérité », méfiez-vous de lui complètement. Ce sont ces gens-là qui nous offrent des systèmes. Un système entraîne des exercices, un état d'obéissance, de répétition, l'effort pour changer « ce qui est » et, par conséquent d'augmenter vos conflits. Les systèmes font de l'esprit une mécanique, ils ne vous procurent aucune liberté ; ils peuvent vous promettre un état de liberté à la fin de vos efforts, mais la vraie liberté est au commencement et pas à la fin. Si vous recherchez la vérité grâce à un système, si vous n'êtes pas libre au début de votre recherche, vous finirez forcément par adopter un système et, par conséquent, par vous retrouver avec un esprit incapable de toute subtilité, de toute délicatesse, de toute sensitivité. On peut donc rejeter complètement tous les systèmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
domisylzendomisylzen   29 septembre 2018
Les gens sur lesquels nous nous sommes appuyés, les religions, les Eglises, l'éducation tout cela nous a plongés dans cet épouvantable pétrin. Nous ne sommes pas libéré de notre douleur, de notre animalité, de notre laideur, de notre vanité.
Commenter  J’apprécie          210
JacopoJacopo   21 janvier 2021
La volonté est l'une des choses les plus destructrices que l'homme a pu cultiver. Ceci, l'acceptez-vous? Accepter ou nier, ce n'est pas en connaître la vérité. Mais il s'agit de découvrir la vérité de cette affirmation, il vous faut donner votre attention totale à ce que dit l'orateur. Après tout, la volonté n'est pas autre chose que le désir porté à son plus haut point - j'ai soif de quelque chose, j'en ai tellement besoin, et je le poursuis. Ce désir peut être un fil très ténu, mais il est renforcé par une constante répétition et il devient volonté - « Je veux » et « Je ne veux pas ». Et à ce niveau d'affirmation (et qui peut être aussi négation), nous fonctionnons, nous agissons et nous abordons la vie. « Je veux réussir, je veux devenir, je veux être noble » - ce sont là des désirs très vigoureux, et nous affirmons maintenant qu'être attentif n'a aucun rapport avec le désir ou la volonté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jiddu Krishnamurti (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jiddu Krishnamurti

Isabelle Clerc présente "L’esprit de création" de Jiddu Krishnamurti
Ce que nous sommes compose la société. Techniquement, nous sommes prodigieusement avancés, mais moralement, spirituellement, nous sommes très en retard. le progrès technique extraordinaire ...
Dans la catégorie : IndeVoir plus
>Philosophie antique, médiévale, orientale>Philosophie de l'Orient (sans distinction d'époque)>Inde (53)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1573 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre