AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
EAN : 9782742705634
195 pages
Actes Sud (06/05/1999)
3.58/5   49 notes
Résumé :
Qu'elle mette aux prises ses personnages avec des trolls ou .des génies, des esprits ou des forces mystérieuses de la nature — ou qu'elle nous confronte à notre propre intuition de l'irrationnel —, tout au long de ces récits (choisis parmi les derniers textes qu'elle ait écrits) Selma Lagerlôf impose son magnifique talent de conteuse, et un humanisme qui la classe parmi les écrivains les plus universels.
Que lire après Des trolls et des hommesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 49 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis
« Des trolls et des hommes » est un autre recueil de nouvelles de Selma Lagerlöf. Je regrette d'avoir tardé avant de me mettre à l'écriture de la critique de parce que quelques unes des histoires qui y sont racontées commencent à se confondre dans ma tête. Si mes souvenirs sont plus ou moins sûrs, les impressions que j'en ai gardées, elles sont intactes. Et c'est en grande partie grâce à l'excellent travail de l'auteure suédoise, qui n'a pas son pareil pour livrer des récits touchants, parfois drôles, d'autres fois un peu moins, mais toujours agréables à lire. Son univers chaleureux, à la limite du magique, reconnaissable entre tous, est assez unique. Il s'en dégage un air campagnard – ou plutôt des montagnes – rafraichissant. On n'y retrouve pas de grands faits d'armes ni d'actions héroïques. Non ! On s'attarde aux petites gens, aux individus ordinaires qui forme la majorité silencieuse et qui se voit mis de l'avant, pour une fois. Par ici la femme du fermier qui s'occupe d'un bébé troll, la vachère qui se défend avec ruse contre des brigands, le cordonnier et son apprenti qui sont confrontés à un tomte, la tante qui raconte les déboires du curé de la paroisse. Et c'est intéressant, il ne faut pas confondre simplicité avec simpliste. Ajoutons à cela un brin de folklore local, un peu de supersitions et de magie, des créatures fantastiques, et le tour est joué. Toutefois, le plus important, comme dans toute l'oeuvre de Lagerlöf, c'est la morale qui s'en dégage. Sans parler vraiment de religion, on y trouve des leçons de vie, l'importance de l'amour, d'entretenir de bonnes relations avec autrui. Un moment de détente et de dépaysement garanti.
Commenter  J’apprécie          353
En me lançant dans la lecture de ce recueil, je m'attendais à plonger dans un univers à la fois dépaysant et merveilleux. J'en suis pour ma peine et, il faut bien l'avouer, ces récits de Selma Lagerlöf ont non seulement déçu mes espérances, mais, en sus, ne m'ont guère laissé de traces. Aussitôt lus, presque aussitôt oubliés...


Est-ce le côté finalement très moral de ces histoires qui a rendu ma lecture un peu ennuyeuse ? Probablement. Mais il n'y a pas que ça. Ce qui m'a sans doute le plus déroutée, c'est de baigner dans une ambiance somme toute assez terne, dans un cadre très classique, très familier. Les trolls n'y sont pas des créatures tellement extraordinaires, ce qui relève du surnaturel et du légendaire se pare d'un climat somme toute familier. Je me suis étonnée, notamment en lisant les contes les plus sombres, de l'absence d'une atmosphère singulière en rapport avec les histoires ; je pense par exemple à L'esprit serviteur ou à L'eau de la baie de Kyrviken, qui se déroulent, au moins en partie, la nuit, dans des lieux censés provoquer un certain malaise (cimetière, lac habité par des créatures de légendes). Au contraire, tout baigne dans un environnement coutumier. J'ai regretté aussi le ton un peu terne du tout, qui manque, à mon sens, d'effet de dramatisation. Et donc, paradoxalement, le récit qui m'a le moins ennuyé est Maître Frykstedt, qui prend justement et pleinement le parti du quotidien sans faire appel à un contexte légendaire, et où Selma Lagerlöf se remémore une histoire véritable racontée par sa tante - peut-être est-ce parce que ça fait écho à mon enfance, lorsque ma grand-mère me racontait des anecdotes de sa propre enfance.


Pour autant, je ne voudrais pas faire accroire qu'il s'agit là de mauvaise littérature. C'est juste que, pour ma part, je n'y ai trouvé que très peu d'intérêt. Disons que nous avons là des récits - essentiellement des contes - qui relèvent du quotidien et de la morale davantage que du conte merveilleux, auxquels d'autres lecteurs sont sensibles, et moi pas pas (en tout cas pas sous la plume de Selma Lagerlöf). Disons que Selma Lagerlöf, ça n'est pas ma tasse de thé. J'ajouterai, pour faire bonne mesure, que l'édition française du recueil, chez Actes Sud, ne reprend qu'une toute petite partie du recueil original, qui contient à la fois des contes, des récits de souvenirs et d'essais. Peut-être que le public français gagnerait à connaître tout l'ouvrage, et non juste une petite partie choisie pour des raisons éditoriales ?
Commenter  J’apprécie          280
Et si on s'offrait une petite incursion dans la Suède des contes et superstitions ? C'est ce à quoi nous convie l'auteur, autour de 7 petits contes. Il y est questions de trolls, de Dieu, mais surtout d'humanité. Car si la religion occupe une grande place dans la vie des Suédois de l'époque, les vieilles légendes et leurs personnages sont toujours bien vivants. Et il n'est jamais bon de les contrarier. Et la religion, lorsqu'elle est presente, se vit simplement. Et plutôt que de morale, parlons plutôt de leçons d'humanité et d'amour pour les autres.
Un recueil délicat, magique, simple.
Commenter  J’apprécie          173
"Les lettres de møn møulin"... à la suédoise.
Dans ces jolis petits contes il y a des paysans, des fermières, des brigands... et des trolls, certains légendaires, d'autres bien réels, avec leur famille, leur régime alimentaire et autres petites habitudes. Il y a aussi une marmite qui parle, un "spirrtus" porte-bonheur, mais aussi une sorte de curé de Cucugnan, préoccupé de la morale de ses ouailles, mais en plus tragique que celui de Daudet. C'est écrit d'une plume alerte, légère, qui ne s'appesantit pas sur l'histoire des personnages mais en dresse des portraits saisissants en peu de mots. Pour terminer, Selma Lagerlöf s'attarde sur deux personnes réelles. Et tout du long transparait son amour pour sa terre natale, ses montagnes, ses lacs et son mode de vie traditionnel.
Joliment traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, dans une édition très jolie elle aussi aux illustrations choisies avec soin.
LC thématique d'octobre 2021 : ''Cap au Nord !''
Challenge Nobel
Commenter  J’apprécie          100
Des Trolls et des hommes regroupe six récits de l'auteure Suédoise Selma Lagerlöf, prix Nobel de Littérature 1909.

L'Edition Actes Sud présente de jolies illustrations à l'ancienne, mais dans l'ensemble, le livre m'a déçue. A part le premier récit, il n'y a pas de Trolls, mais beaucoup de surnaturel et des personnages de "l'autre monde", tous habités de mauvaises intentions vis-à-vis des humains, les comblant de richesses un jour pour les faire périr le lendemain. Même le pasteur n'arrive pas à protéger ses ouailles de l'emprise du surnaturel.

Le livre est trompeur, il se présente comme un recueil de contes pour enfants, comme les contes de Grimm par exemple, mais il n'est pas du tout adapté aux enfants. Il fait plutôt penser au Horla de Maupassant ou les histoires extraordinaires de Edgar Allan Poe.

En résumé, j'ai bien aimé la première histoire (celle avec la mère Troll), qui se termine bien et dont le message est positif. Ainsi que le dernier récit qui est en fait un court témoignage de la vie (réelle) de Mathilda Wrede, une belle personne, visiteuse de prison Finlandaise. Les quatre autres récits ne m'ont pas plu.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Ma tante ne racontait pas plus plaisantes histoires que celles qui se déroulaient à l'époque où son mari était employé comme jeune maître à l'école de garçons d'Åmål et que le couple disposait d'extrêmement peu d'argent pour vivre. Jamais je n’oublierai l'histoire d'une malle qui devint son premier canapé. Elle avait su parler si bien et avec tant d'humour de cette malle que, depuis, jamais je n’avais pu voir le moindre coffre en bois sans me sentir à la fois émue et prête à rire.

Maître Frykstedt
Commenter  J’apprécie          192
Et la maîtresse comprit ainsi que les trolls avaient pour intention de la cuire et de la dévorer. Et si quelqu’un ne resta plus seule à l’alpage ce fut bien elle. Le soir même, elle avait quitté l’alpe avec les bêtes.
Quand la maîtresse, de retour à la ferme, avait parlé des trolls qui voulaient la cuire, les employés avaient eu du mal à conserver leur sérieux. Mais maintenant, alors qu’elle se trouvait là, toute seule à penser à l’aventure, la vachère ne put réprimer un frisson.
« Que Dieu nous garde ! dit-elle à la marmite. Je crois que vous êtes en train de me faire peur.
Au même moment, elle sursauta comme un poisson dans l’onde car elle avait entendu des pas dehors, dans l’enclos.
Commenter  J’apprécie          50
UNE VIEILLE LEGENDE DES ALPAGES
- Oh la chance, dit le jeune homme de plus en plus morose. Souvent, elle ne ressemble qu'à un morceau de viande qu'on offre aux loups pour les attirer suffisamment près pour les abattre. C'est quand tout vous a réussi, justement, qu'il faut être vigilant et veiller à ce que le malheur ne soit pas à l'affût, prêt à vous abattre...
...
Ne me dis pas quand même qu'il en va de même pour nous les hommes et les femmes ? dit son épouse en le regardant presque avec effroi. Se trouverait-il donc quelqu'un qui nous offrirait le bonheur dans le seul but de nous voir oublier toute prudence et afin de nous précipiter dans une embuscade ?
Commenter  J’apprécie          40
C’était en automne, et le soleil était couché depuis bien longtemps, mais ils ne marchaient pas pour autant dans le noir car l’air était limpide et la lune à son plein. Tout était beauté. Le lac, en bas du presbytère, était lisse comme un miroir et traversé par un chemin d’argent, et sur les champs chaque brin était orné d’une goutte de rosée, véritable perle blanche au clair de lune. L’obscurité ne se refermait sur eux que quand leur route traversait des bosquets. L’automne n’étant pas très avancé, les feuilles demeuraient sur les arbres et les frondaisons s’incurvaient au-dessus de leurs têtes telles des voûtes noires et profondes.

Commenter  J’apprécie          30
Jamais ils n’avaient vu un homme aussi anéanti. La plupart d’entre eux étaient des gars jeunes et insouciants, mais ils entourèrent cet homme brisé en pleurant tandis qu’il leur racontait.

Quand il leur eut dit ce qu’il avait vécu ce soir, il retourna seul sur la terre ferme. Les autres le suivirent, en silence, assez près seulement pour vérifier qu’il avait la force de rentrer chez lui plutôt que de s’affaler sur la route.

— C’en est fini de lui, chuchotaient-ils entre eux. Jamais plus il ne montera dans une chaire.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Selma Lagerlöf (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Selma Lagerlöf
https://www.laprocure.com/product/1525906/chevaillier-louis-les-jeux-olympiques-de-litterature-paris-1924
Les Jeux olympiques de littérature Louis Chevaillier Éditions Grasset
« Certains d'entre vous apprendrez que dans les années 1912 à 1948, il y avait aux Jeux olympiques des épreuves d'art et de littérature. C'était Pierre de Coubertin qui tenait beaucoup à ces épreuves et on y avait comme jury, à l'époque, des gens comme Paul Claudel, Jean Giraudoux, Paul Valéry et Edith Wharton. Il y avait aussi des prix Nobel, Selma Lagerlof, Maeterlinck (...). C'était ça à l'époque. C'était ça les années 20. Et c'est raconté dans ce livre qui est vraiment érudit, brillant et un vrai plaisir de lecture que je vous recommande. » Marie-Joseph, libraire à La Procure de Paris
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (109) Voir plus



Quiz Voir plus

LNHI-35491: littérature - Nils Holgersson

Quelle créature miniaturise le jeune Nils?

Un tomte
Un farfadet
Un elfe
Un kobold

14 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma LagerlöfCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..