AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330012616
Éditeur : Actes Sud (22/08/2012)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 18 notes)
Résumé :
À l’équateur, où se rencontrent les vents des deux hémisphères, la convergence des alizés provoque des turbulences atmosphériques variées en poussant l’air à s’élever. Étudiante en géographie à l’université de Belém, Helena Bohlmann est fascinée par ce phénomène auquel elle a consacré des pages et des pages. Mais c’est par quelques mots seulement, je t’aime, je t’aime, je t’aime, qu’elle a signé sa disparition soudaine, laissant Zé, son amant, dans l’attente, l’anxi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
MarianneL
  30 mai 2014
Après la disparition d'Helena Bohlmann, étudiante en climatologie fascinée par les turbulences nées au dessus de l'Equateur de la convergence des alizés, disparue soudainement en ne lui laissant pour trace qu'un unique mot d'amour, Zé débarque en janvier 2004 de Belém à Rio de Janeiro, se laissant guider par ses rêves et par son intuition pour retrouver la femme qu'il aime.
Quatrième roman de Sébastien Lapaque, publié en 2012 chez Actes Sud, «La convergence des alizés» est son troisième livre consacré au Brésil et en particulier à la ville de Rio, à son généreux désordre qui semble être un miroir de l'âme brésilienne, une âme torsadée marquée par le «triple héritage de l'incompatibilité des Indiens, de l'irraison des Africains et de l'intranquillité des Portugais».
Autour de cette enquête amoureuse aussi désordonnée que le plan de Rio, qui va mener Zé jusqu'en Argentine, Uruguay et même le conduire à traverser à nouveau l'Atlantique, les personnages du roman sont autant de découvertes des multiples facettes de la société brésilienne, Ricardo Accacio, présentateur vedette de la télé brésilienne et idole des jeunes filles, Octavio et Luiz Cardero soi-disant hommes d'affaires, héritiers devenus des truands véreux, Maria Mercedes prostituée en bout de course et rêvant d'ailleurs, Euclides Pigossi, volubile patron du bar Garrincha et passionné de football, Pepe Bernardo ancien homme politique et vieillard attachant témoignant du passé de Rio capitale du Brésil, et tant d'autres.
«Les deux hommes vidèrent leur verre d'un trait. Dehors, la lumière sur la ville était très jaune. Euclides et Zé ne s'en rendirent pas compte, mais à l' instant où ils reposèrent leurs verres devant eux, ils étaient amis. Alors ils burent d'autres verres de «cachaça» et refirent l'histoire de Botafogo et celle de Garrincha encore une fois. «Le football, c'est fait pour ça. Se souvenir et apprendre à se souvenir», songea Zé. Surtout à Rio, où l'on adorait ruminer les gloires passées.»
Comme Sébastien Lapaque, Zé a gardé de ses années d'enfance en Europe – au Portugal – l'amour de cet entre-deux entre Europe et Brésil, il est familier du chant des oiseaux, des stades de football, de la poésie, attiré par le charme des lieux au lustre passé comme l'île de Paquetá, il se laisse guider sur la trace des derniers feux du Rio d'autrefois, dans un Brésil en voie de disneylandisation, envahi par le tourisme aux normes internationales, les publicités et la marchandise globale.
«Il avait expliqué à son fils que, lorsqu'il était revenu à Belém au début des années 1960 et qu'il avait eu le loisir de s'intéresser au corps et à l'âme de ce pays auquel il n'avait cessé de rêver après son retour au Portugal, il avait été frappé à la fois par l'immensité et la quiétude du Brésil exprimées par les paroles de l'hymne. C'était quelque chose de contradictoire et de parfaitement cohérent.
« Il faut sans doute avoir grandi en Europe pour ressentir cela ».»
Lire «La convergence des alizés» allie les plaisirs d'une enquête policière aux multiples avenues et d'une flânerie carioca, qui donne envie de s'envoler vers le Brésil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Tempuslegendae
  22 mars 2014
Sébastien LAPAQUE ne signerait-il pas ici une ode magnifique à un pays grand comme un continent?
«La Convergence des alizés», titre d'un roman sorti en 2012, sonne en nous de façon énigmatique. Nous apprendrons que l'expression désigne les turbulences atmosphériques en équateur, zone où convergent des vents contraires et, plus secrètement, les trajectoires entremêlées des personnages. le lecteur s'assimile à un voyageur fiévreux, avec pour seul billet la découverte de sensations inédites. Il faut se laisser emporter par cette écriture tout en faims, tout en désir, pour connaître le dépaysement escompté par l'auteur.
Courageuse et fervente écologiste à Belém, Helena Bohlmann a consacré plusieurs études à ce phénomène climatique. Mais, elle disparaît soudainement, ne laissant qu'un mot griffonné à Zé, son amant. Ce dernier, happé par son intuition, quitte l'Amazonie pour Rio de Janeiro, où il espère retrouver celle qu'il aime passionnément depuis un an. Une quête qui en appellera d'autres.
Sébastien LAPAQUE est journaliste, romancier et essayiste. Son coup de plume est une réussite. Il signe une oeuvre foisonnante et incandescente qui condense à la fois les visages du Brésil et les mystères qu'il renferme. Les intrigues se mêlent d'une réflexion contrastée d'un immense pays, de la politique à l'économie, en passant par le football et le folklore. Il n'existe aucun reflet aseptisé: on entre directement dans l'épaisseur charnelle des personnes et des choses pour aussitôt se buter à l'inintelligible. J'ai beaucoup aimé ce livre car il pointe à merveille une vérité: bien que nous sommes perpétuellement mis à l'épreuve, je crois que l'on apprend et que l'on progresse sans cesse.
Et pour finir, cette citation de Blaise Cendras, écrivain adulé au Brésil: «C'est à Rio que j'ai appris à me méfier de la logique, vivre est un acte magnifique.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Charybde2
  17 mars 2013
Une superbe ode au "vrai" Brésil contemporain et historique, loin des clichés usuels.
Le nouveau roman de Sébastien Lapaque est attendu en cette fin août 2012, pour la "rentrée littéraire" (l'odieuse expression...).
Auteur éclectique que j'apprécie, depuis son tout premier roman de 1998 ("Les barricades mystérieuses"), en passant par son pamphlet de 2008, "Il faut qu'il parte" (surprenant pour un auteur réputé "de droite") ou son joli guide "Petit Lapaque des vins de copains" de 2006, savoureux et imagé, il nous livre ici un magnifique livre, foisonnant et amoureux, qui devrait vous donner, comme à moi, une furieuse envie de découvrir le Brésil si vous ne le connaissez pas, guidé par cet initié qu'est l'auteur (déjà auteur de trois livres liés au Brésil, et contribuant régulièrement à un grand quotidien de Sao Paulo).
À travers l'étonnante quête du jeune Zé, brésilo-portugais originaire de Belem, à la recherche de son amoureuse brutalement disparue en lui laissant un laconique billet portant uniquement les mots "Je t'aime" répétés trois fois, qui l'emmènera à Rio, mais aussi en Argentine et en Uruguay, et à travers la toile de lieux et de rencontres, apparemment embrouillée mais en réalité lumineuse, qu'a tissée avec soin et passion Sébastien Lapaque, nous avons ainsi droit à une belle intrigue romanesque, qui ne verse jamais dans la mièvrerie, et à un panorama affûté du Brésil contemporain, de ses contradictions, de ses ambitions, de ses différences et de ses passions, par un ensemble de touches (incluant par exemple aussi bien Machado de Assis que le football et les mérites comparés de Botafogo et de Fluminense) qui, pour quelqu'un connaissant le pays de première main (ce qui n'est pas mon cas), verseront peut-être, un peu, dans le didactisme...
Un livre précieux et enthousiasmant, qui rend justice à la fougue, à l'honnêteté et à l'intelligence de son auteur.
"Tomas avait coupé brusquement. Zé était à nouveau seul. Autour de lui, il regarda des voyageurs pousser des chariots bardés de publicités vantant les mérites d'un opérateur de téléphonie mobile. La plupart d'entre eux venaient d'Europe, du Japon et des États-Unis, ils avaient des valises énormes, des casquettes ridicules.
Que faisait-il parmi eux ? Ce matin de janvier, il était intimidé, ce qui ne lui ressemblait pas. C'était peut-être l'attraction de Rio de Janeiro, tout ce qu'on lui avait raconté depuis si longtemps, la douceur sauvage de la ville, les plages, les palmiers accrochés aux montagnes, le football à Gavea, la musique à Lapa, les gays à Ipanema. Il y avait également les récits de son père, auxquels s'étaient ajoutés les histoires d'Helena, les anecdotes qu'on trouvait dans tous les livres, les souvenirs des uns devenus ceux des autres, comme si, à Rio, tout le monde avait joué de la guitare avec Vinicius de Moraes et tapé dans un ballon sur la plage avec Chico Buarque avant d'aller rendre visite à Oscar Niemeyer dans son atelier de Copacabana. Rio de Janeiro était une légende agglomérée dans laquelle chacun était invité à se découper une belle tranche. Pour l'instant, Zé n'en voyait pas grand-chose. À travers les baies vitrées, il aperçut le Pain de Sucre, le Christ Rédempteur au sommet du Corcovado, les églises blanches sur les mornes verts. le ciel au-dessus des maisons multicolores était bleu métal, vibrant et doux, traversé de zébrures mauves. C'était mieux qu'un pressentiment, c'était une certitude, quelque chose de magique. Helena se cachait quelque part dans cette ville."
Et ce bel exergue du livre, puisé au Cendrars de "Trop c'est trop" : "C'est à Rio que j'ai appris à me méfier de la logique. Vivre est un acte magique."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
zazy
  31 août 2012
Je remercie Entrée et Livre et de m'avoir inclus dans son panel de lecteurs VIP pour cette opération de la rentrée littéraire "Coup de coeur des lecteurs" ainsi que les éditions Actes Sud.
Parti à la recherche de sa belle envolée, Zé quitte Belém pour Rio. Il laisse les évènements le guider et fait de belles rencontres grâce à un cafetier, musicien, philosophe, dont un vieil érudit Alfonso Ribeiro qui lui parlera de Borges et un autre de l'histoire du Brésil.
Ce gros livre n'est fait que de rencontres qui nous permettent de connaître un peu de l'histoire du Brésil et de la situation actuelle. La recherche d'Helena ne devient que vague et lointaine. le Brésil, ce pays aux multiples facettes, est thème principal du livre.
Beaucoup, trop, de personnages traversent ce livre et les turbulences ne sont pas provoquées par la convergence des alizés, mais par les trafics en tous genres sur un fond de samba, football, pots de vins, histoire, poésie… enfin tout ce qui constitue la vie d'un pays comme le Brésil. Certains veulent moderniser (américaniser) ce pays, d'autres redoutent une « disneylandisation » du Brésil. Chaque étape de la recherche de Zé est l'occasion de nous parler de la vie des cariocas. Il en va ainsi de la musique et des instruments traditionnels. L'histoire comme la politique tient une grande place dans ce livre.
Je me suis sentie un peu perdue dans ce livre trop dense. Aussi dense et foisonnant que la forêt amazonienne. J'ai eu comme l'impression que les personnages ne sont là que pour amener à parler du Brésil avec un manque de naturel dans les lancements, comme dans certaines émissions de télé ! A d'autres moments, c'était un enchantement.
L'auteur connait très bien ce pays et en est amoureux, mais moi, pauvre lectrice, je me suis un peu ennuyée. Les descriptions des paysages sont très belles, mais l'ensemble me parait manquer un peu de rythme.
Je suis un peu dubitative sur ce livre. Je pense que je le relirai dans un moment un peu plus calme car il mérite une relecture. J'ai aimé Zé cherchant à savoir si Borges a réellement prononcé une conférence sur l'immortalité à l'université de Buenos Aires, au moment du premier match de l'équipe d'Argentine lors de la Coupe du monde de football 1978 !

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kathel
  08 octobre 2012
Dans ce roman ambitieux ayant pour sujet central le Brésil, sous tous ses aspects, les personnages sont nombreux, des hommes et des femmes, des honnêtes gens et des fripouilles, des habitants des grandes villes ou des petites, des amateurs de foot ou de polo, des riches et des pauvres... Parmi eux, Zé qui, de Bélem à Rio de Janeiro, puis encore plus loin, recherche la jeune fille dont il est tombé amoureux et qui a disparu brutalement. On rencontre encore Gabriela qui cherche à fuir le milieu qu'elle fréquentait à Rio, un présentateur d'émission grand public, deux jeunes gens qui cherchent de petites combines pour obtenir un peu d'argent facile, un bibliophile érudit, une jeune étudiante qui étudie les phénomènes météorologiques dont la convergence des alizés...
Le dépaysement est rapide et total, la fresque brossée rend compte des nombreuses facettes d'un pays qui fait rêver autant qu'il peut révulser. La connaissance que l'auteur a du Brésil apparaît dans bien des paragraphes, sans que cela soit lourd ou didactique, mais plutôt astucieusement amené. Mon seul bémol concernera le rythme du roman, qui m'a gêné bien souvent. J'ai trouvé un certain manque d'allant et l'alternance entre les différents personnages, la succession de descriptions et de dialogues, la présence de chapitres de transition, font que le roman s'enlise parfois pour redevenir passionnant un peu plus loin. Mais rien que pour l'amour du Brésil qui illumine toutes ses pages, ce roman mérite d'être lu !
Lien : http://lettres-expres.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   26 novembre 2012
Cette allégorie brésilienne est une indéniable réussite.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kathelkathel   25 août 2012
Dans l'instant, Zé n'était pas malheureux de découvrir Copacabana en marchant le long de l'avenue Atlantica, au milieu des surfers, des filles en rollers, des vieux messieurs au torse parcheminé et des vieilles dames portant des t-shirts proclamant Jésus Est Fidèle. Il avait la sensation d'être en repérage pour un film. il se laissait aller sans but. C'était une dérive dans la grande ville aux millions d'habitants. Il était vêtu d'un pantalon de toile légère et d'une chemisette en coton. Pieds nus dans ses mocassins, il portait un petit sac à dos dans lequel il avait rangé ses lunettes de soleil, une carte de la ville, un carnet et un crayon. Il avait laissé sa vie quotidienne derrière lui, c'est-à-dire pas grand-chose. Il pouvait prendre son temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Sébastien Lapaque (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Lapaque

L'Objet de... Sébastien Lapaque
La série L'Objet de... réalisée par David Unger est produite par Actes Sud et a été diffusée sur Paris Première.
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3502 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..