AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757894729
128 pages
Points (01/04/2022)
  Existe en édition audio
3.89/5   491 notes
Résumé :
Pendant une grande partie de sa vie ma mère a vécu dans la pauvreté et la nécessité, à l'écart de tout, écrasée et parfois même humiliée par la violence masculine. Son existence semblait délimitée pour toujours par cette double domination, la domination de classe et celle liée à sa condition de femme. Pourtant, un jour, à quarante-cinq ans, elle s'est révoltée contre cette vie, elle a fui et petit à petit elle a constitué sa liberté. Ce livre est l'histoire de cette... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (96) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 491 notes

Christophe_bj
  05 avril 2021
Après avoir parlé de lui dans En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence, de son père avec Qui a tué mon père, Edouard Louis, dans ce nouveau livre, fait le portrait de sa mère. Et c'est très réussi. C'est l'histoire d'une femme asservie d'abord par son premier mari, puis par le second, vivant une vie de misère, qui parvient malgré tout à se libérer. ● Edouard Louis renoue ici avec les bonheurs d'écriture de son premier récit, dont il s'était éloigné pour produire des textes tout aussi autobiographiques mais plus politiques. Il retrouve une prose à la fois limpide et sensible et qui, m'a-t-il semblé, a gagné en maturité. ● Toute l'oeuvre d'Edouard Louis, dans le domaine de la littérature comme dans celui de la sociologie, tourne autour de ce qu'il appelle le « transfuge de classe » (il a fait sa thèse là-dessus). Je trouve dommage qu'il éprouve une telle charge de culpabilité d'avoir réussi à s'élever dans la société, même si c'est cette culpabilité qui fonde son travail d'écrivain. Il ne viendra jamais à bout de la contradiction fondamentale de son être : être né dans un milieu misérable et être devenu un bourgeois qui emmène sa mère boire du thé dans un palace parisien ou dîner dans des restaurants de luxe ou qui lui fait rencontrer Catherine Deneuve tout en se réfugiant derrière Roland Barthes pour nous dire qu'il s'agit d'une « bourgeoisie d'exotisme » (sic !). Comment éprouver tant de haine à l'encontre du Bourgeois et avoir fait tous les efforts possibles pour en devenir un avec au départ de si faibles chances de réussite, et surtout, y être parvenu si bien ? ● Non, Edouard Louis, vous n'écrivez pas « contre la littérature » même si vous le pensez (« Parce que je le sais maintenant, ils ont construit ce qu'ils appellent littérature contre les vies et les corps comme le sien. Parce que je sais désormais qu'écrire sur elle, et écrire sur sa vie, c'est écrire contre la littérature. »). Vous faites maintenant partie des « ils » que vous dénoncez même si vous vous échinez à vous/nous démontrer le contraire au fil de vos prises de position. A votre question « Est-ce que je suis devenu le corps que je détestais ? », il n'y a pas d'autre réponse que oui. Sinon, il fallait rester Eddy Bellegueule et ne pas se choisir un prénom de premier ministre et un nom de roi de France… ● Ce serait plus simple pour vous de l'admettre. Mais d'un autre côté, qu'écririez-vous ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7635
pilyen
  01 avril 2021
Après avoir brossé et réhabilité ( de façon lourdingue) son père, Edouard Louis met sous les feux de son projecteur, sa mère dans un court texte sobrement intitulé : « Combats et métamorphoses d'une femme ». Évidemment, le rouleau compresseur médiatique s'emballe, saluant avec des cris d'extase cette nouvelle parution dont le mélange féminisme/confession permet de déployer sans fin tout une glose bien de notre époque : faire reluire le tout venant.
Posons-nous quelques minutes et imaginons une seconde que ce récit soit signé ... Jean-Paul Duglandier. Quel(le) critique daignerait écrire une ligne sur ce portrait banal ? Sans doute une jeune blogueuse, ravie d'avoir reçu de la part des éditions du Seuil le volume, se fendrait d'une critique enflammée ( dans le secret espoir de recevoir d'autres livres gratos), enthousiasmée par le parcours de cette mère partie du fin fond d'un logement social du nord de la France et qui finit par fumer une clope avec Catherine Deneuve.
Mais cette mignonne bluette est signée Edouard Louis, nouvelle égérie prouvant la non consanguinité du milieu littéraire et intellectuel français. Et ça change tout. L'homme, au parcours évidemment notable, est une personnalité intéressante, passionnante et formidablement électrisante lorsque l'on lit ou écoute ses interviews. Cependant, ses écrits laissent plus que songeurs et ce nouvel opus n'emballera pas plus le vrai amateur de littérature que celui d'essai sociologique.
Le texte est donc le récit du parcours de la mère de l'auteur, issue d'un milieu plus que modeste, privée d'études car mariée jeune à un homme violent et alcoolique avec qui elle aura deux enfants avant ses 20 ans mais qui au final arrivera à se sortir de cette misère pour atteindre une nouvelle vie plus conforme à ses rêves de jeune fille. L'auteur revisite donc sa famille déjà présentée sous un jour peu flatteur dans son premier texte ( « En finir avec Eddy Bellegueule »). Il a vieilli et sa maturité lui permet de donner un autre éclairage à ses géniteurs. C'est humain, normal, banal. Hésitant entre roman et essai, s'adressant tour à tour à sa mère, au lecteur ou à lui-même, Edouard Louis essaie de rendre la chose vaguement passionnante voire sociologique en abordant cette double peine qu'est être femme et pauvre. Hélas pour lui, il est loin d'être le premier à écrire sur ce sujet, la figure maternelle d'un milieu social défavorisé et sur la honte ressentie par un élément de la fratrie qui réussit. Face à lui se dresse Annie Ernaux ( et beaucoup d'autres) et les comparer n'est pas du tout à son avantage. L'écriture est plate, les décors à peine brossés n'arrivent pas à faire exister réellement les personnages qui ne sont caractérisés que par quelques petites anecdotes jamais vraiment exploitées. le texte essaie de se glisser dans un mouvement féministe, sans doute bienvenu à notre époque, mais qui lui aussi reste assez superficiel. Certes, cette mère est attachante au final, car, c'est seule qu'elle arrive à se sortir de son quotidien sordide. On peut être touché par ce revirement filial, qui passe de la honte à l'admiration mais pas plus que moultes récits publiés depuis des décennies.
Si on devait chercher et donc trouver quelque chose d'original dans ce court texte, ce serait qu'Edouard Louis théorise gentiment la notion de « mère de » car, c'est bien grâce au parcours flamboyant de son fils que cette femme a pu se métamorphoser en s'aidant de l'appel d'air ainsi généré malgré l'ingratitude et la honte. C'est mieux que rien mais de là à déclencher ce torrent médiatique de louanges, on peut rester perplexe ou simplement passer pour un vieux rabat-joie en pensant que notre époque à les écrivains qu'elle mérite.
Lien : https://sansconnivence.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
croquemiette
  10 avril 2022
En véritable transfuge, Édouard Louis continue son analyse de la condition sociale de ses parents et nous donne à voir le milieu dans lequel il a grandi, alors qu'il était un garçon «différent» du fait de son homosexualité, dans un climat viriliste.
Cette fois-ci, il nous parle de sa mère qui a su s'extirper de la misère en quittant son père alcoolique. Après la lutte et les combats, viennent la vie nouvelle à Paris et la découverte de cette mère qu'«Eddy» connaît à peine.
Mais l'aisance financière et la vie citadine en font-elles une femme «riche» ? Échappe-t-on à sa «caste» et à la violence de classe ? Dans quelle mesure sommes-nous déterminé.e.s par notre milieu d'origine ?
Un magnifique récit, brillant et intelligent, plein d'amour pour cette mère admirable. Entre honte et admiration, Édouard Louis nous parle de sa mère qui conjugue désormais sa vie au futur. Il essaie de la comprendre, peut-être même de lui pardonner et de se faire pardonner et c'est touchant.
J'ai beaucoup aimé l'écoute de ce trop court récit. J'aurais aimé en savoir plus, entrer davantage dans les détails de cette métamorphose. En ce sens, j'ai préféré «en finir avec Eddy Bellegueule» qui était plus abouti et qui ne m'a pas laissée sur ma faim.
Un autre petit bémol. Je n'ai pas compris le choix de la lectrice, Irène Jacob, pour ce texte. Sa voix, bien qu'agréable, ne colle pas du tout au texte et j'aurais aimé une voix masculine.
Je recommande ce texte intense et sensible. Quand la destinée individuelle rencontre la sociologie...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Pat0212
  07 novembre 2021
Je ne connaissais pas du tout cet auteur, qui semble pourtant très célèbre, mais j'ai eu grand plaisir à le découvrir une fois de plus grâce à Audiolib, que je remercie pour sa confiance. Il s'agit d'un texte court (cent vingt pages, un peu plus d'une heure et demie) mais percutant et très touchant. Il est très bien lu par Irène Jacob, toutefois j'ai été surprise qu'il s'agisse d'une lectrice et pas d'un lecteur, vu que le texte comprend de nombreux passage en Je, écrit par un homme, même si l'auteur ne se définit pas comme tel. C'est plus surprenant que gênant et il s'écoute d'une traite avec plaisir .
Je ne connaissais pas du tout l'histoire de l'auteur, qui parle de sa famille. Il dresse ici un beau portrait de sa mère Monique. Ils se sont vraiment rencontrés sur le tard. Sa mère commence un apprentissage de cuisinière, mais tombe rapidement enceinte et doit arrêter sa formation pour se marier. A vingt ans, elle est mère au foyer avec 2 enfants, mais rapidement son mari devient alcoolique et elle le quitte pour s'installer chez sa soeur. Elle rencontre ensuite le père d'Eddy, se remarie et fonde une nouvelle famille. Là aussi, le prince charmant se mue rapidement en un mari alcoolique, violent et humiliant, Monique est coincée dans ses tâches ménagères, ses relations avec ses enfants sont difficiles, certains tournent mal, reproduisant le schéma de leurs pères et Eddy est différent, il est gay, ce qui ne passe pas dans son milieu. Il est le seul de sa famille à faire des études, ce qui accroit encore le fossé avec les autres, il a surtout honte de son milieu très pauvre, et honte d'avoir honte. Monique a l'impression de ne pas vivre sa vraie vie, que son destin est accidentel et que sa vie, nettement plus rose l'attend tout à côté. Elle subit des violences de son mari et aussi de ses enfants d'une certaine manière, mais quelques lueurs trouent sa nuit : un séjour à la montagne payé par les aides sociales, puis une amitié de quelques mois avec Angélique, l'assistante sociale. Après plus de vingt ans d'humiliation, alors qu'Eddy est parti étudier à Paris, elle met son mari à la porte, balance ses affaires dans un sac poubelle sur le trottoir et c'est le début d'une libération. Elle rencontre enfin un homme bien, un gardien d'immeuble parisien et trouve son coin de ciel bleu. Eddy peut enfin rencontrer vraiment sa mère.
L'auteur insiste lourdement sur l'oppression subie par sa mère, à la fois en tant que femme dans un milieu où les hommes semblent systématiquement violents envers leurs compagnes, les frappant ou les insultant en pleine rue, et surtout en tant que membre de la classe sociale la plus pauvre. Il se demande s'il est devenu un bourgeois, ce qui semble assez évident pour un intellectuel parisien, il insiste beaucoup sur la notion de transfuge de classe. J'avoue me demander si cette dichotomie entre bourgeois et ouvriers est encore vraiment pertinente de nos jours, on croirait lire un sociologue du début du vingtième siècle. Même s'il est évident que les milieux sociaux ne se mélangent pas, mais je pense que la société est plus nuancée que ce partage en deux classes, forcément opposées et en lutte. Il note aussi que la violence envers les femmes existe aussi dans le milieu bourgeois, même si c'est moins systématique et plus subtil.
La misère décrite par l'auteur m'a frappée, non pas tant le dénuement matériel, qui a été largement révélé par la pandémie, mais la pauvreté sociale, ces personnes n'ont aucune perspective autre que l'aide sociale. Et si la télévision ne tournait pas en continu dans leur foyer, on croirait être chez Zola, comme si rien n'avait changé depuis le dix-neuvième siècle dans le Nord de la France. En fouillant sur le net pour en savoir plus sur l'auteur, j'ai vu qu'il est né en 1992, sa mère est donc de ma génération et j'ai été choquée que des femmes puissent encore vivre une telle vie à notre époque. La pauvreté matérielle n'explique pas tout, il y a une soumission, un déterminisme effrayant dans cette histoire. On ne peut qu'admirer cette femme d'avoir quand même réussi à sortir de ce cercle vicieux, même si elle se sent toujours méprisée par les bourgeoises de son immeuble parisien.
J'ai beaucoup aimé ce livre très surprenant vu de la Suisse. Je ne pensais pas que des zones aussi ravagée par la misère sociale existait encore si près de chez nous. Je ne dis pas que la Suisse est parfaite, loin de là, la pandémie a révélé beaucoup de précarité, mais il me semble qu'on a quand même fait des progrès depuis L'assommoir de Zola ! Un grand merci à Netgalley et Audiolib pour cette découverte.
#Combatsetmétamorphosesdunefemme #NetGalleyFrance !
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
blandine5674
  08 juillet 2021
Édouard Louis, ses personnages il les a autour de lui. Après son autobiographie, puis celle de son père, voici celle de sa mère.
Une femme qui a eu cinq enfants et deux maris alcooliques et violents. le titre est bien choisi et ici on se rend bien compte qu'une personne se fait selon son entourage. C'est dur et tendre à la fois pour se terminer par la jolie anecdote avec Catherine Deneuve. Un roman court qui va à l'essentiel de la relation fils-mère dans une vie pas toujours choisie.
Commenter  J’apprécie          360


critiques presse (9)
LaPresse   31 mai 2021
Dans son plus récent ouvrage, Combats et métamorphoses d’une femme, Édouard Louis se livre à ce qu’il nomme l’archéologie de la destruction de sa mère. Un livre bref, à la fois dur et profondément émouvant, qui redonne à sa mère une dignité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   17 mai 2021
L’auteur militant examine le passé de sa mère, une «succession de tragédies et de privations».
Lire la critique sur le site : LeDevoir
OuestFrance   19 avril 2021
Après avoir raconté son enfance difficile de petit garçon gay dans « En finir avec Eddy Bellegueule », Édouard Louis signe un livre engagé sur sa mère. Elle et lui ont souffert de la suprématie masculine et du patriarcat.
Lire la critique sur le site : OuestFrance
LaLibreBelgique   08 avril 2021
Depuis "En finir avec Eddy Bellegueule", Edouard Louis démontre et démonte la violence de la domination. Après "Qui a tué mon père", il consacre "Combats et métamorphoses d'une femme" à sa mère. Démonstration implacable.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Bibliobs   07 avril 2021
Dans son nouveau livre, Edouard Louis dresse le portrait de sa mère, égratignée dans « En finir avec Eddy Bellegueule » et désormais libre et goûtant au bonheur tardif après avoir quitté Hallencourt.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Elle   06 avril 2021
Après « Qui a tué mon père », Édouard Louis consacre un mince volume à sa mère. Bouleversant.
Lire la critique sur le site : Elle
LeFigaro   01 avril 2021
À la façon d’un procureur voulant punir les coupables, Édouard Louis revient sur son enfance malheureuse.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   01 avril 2021
Le livre, publié sept ans après son premier roman qui avait fâché sa famille, raconte cette fois l'histoire du point de vue de la mère.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LesInrocks   31 mars 2021
Une nouvelle pièce apportée à l’œuvre de l’écrivain, une fresque autobiographique qui dessine une “cartographie du monde social”.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
cathulucathulu   08 mai 2022
Tout ton corps changeait. La tristesse disparaissait de toi.
Commenter  J’apprécie          30
1001livres1001livres   14 avril 2021
On m'a dit que la littérature ne devait jamais tenter d'expliquer, seulement illustrer la réalité, et j'écris pour expliquer et comprendre sa vie. On m'a dit que la littérature ne devait jamais se répéter et je ne veux écrire que la même histoire, encore et encore, y revenir jusqu'à ce qu'elle laisse apercevoir des fragments de sa vérité, y creuser un trou après l'autre jusqu'au moment où ce qui se cache derrière commencera à suinter.
On m'a dit que la littérature ne devait jamais ressembler à un étalage de sentiments et je n'écris que pour faire jaillir des sentiments que le corps ne sait pas exprimer. On m'a dit que la littérature ne devait jamais ressembler à un manifeste politique et déjà j'aiguise chacune de mes phrases comme on aiguiserait la lame d'un couteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
HumanityHumanity   01 juillet 2021
Tout a commencé par une photo. Je ne savais pas que cette image existait et que je la possédais – qui me l'a donnée, et quand ?
La photo était prise par elle l'année de ses vingt ans. J'imagine qu'elle avait dû tenir l'appareil à l'envers pour saisir son propre visage dans l'objectif. C'était une époque où les téléphones portables n'existaient pas et où se photographier soi-même n'était pas une chose évidente.
Elle penchait la tête sur le côté et elle souriait légèrement, ses cheveux peignés et plaqués sur son front, impeccables, ses cheveux blonds autour de ses yeux verts.
C'était comme si elle cherchait à séduire.
Je ne trouve pas les mots pour l'expliquer mais tout dans sa pose, dans son regard, dans le mouvement de ses cheveux, évoque la liberté sur ce cliché, l'infinité des possibles devant soi, et peut-être, aussi, le bonheur.
J'avais oublié, je crois, qu'elle avait été libre avant ma naissance – heureuse ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emmalagemmalag   05 août 2021
On m'a dit que la littérature ne devait jamais tenter d'expliquer, seulement illustrer la réalité, et j'écris pour expliquer et comprendre sa vie. On m'a dit que la littérature ne devait jamais se répéter et je ne veux écrire que la même histoire, encore et encore, y revenir jusqu'à ce qu'elle laisse apercevoir des fragments de sa vérité, y creuser un trou après l'autre jusqu'au moment où ce qui se cache derrière commencera à suinter. On m'a dit que la littérature ne devait jamais ressembler à un étalage de sentiments et je n'écris que pour faire jaillir des sentiments que le corps ne sait pas exprimer. On m'a dit que la littérature ne devait jamais ressembler à un manifeste politique ét déjà j'aiguise chacune de mes phrases comme on aiguiserait la lame d'un couteau. Parce que je le sais maintenant, ils ont construit ce qu'ils appellent littérature contre les vies et les corps comme le sien. Parce que je sais désormais qu'écrire sur elle, et écrire sur sa vie, c'est écrire contre la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HumanityHumanity   01 juillet 2021
Tout a commencé par une photo. Je ne savais pas que cette image existait et que je la possédais -- qui me l'a donnée, et quand ?
La photo était prise par elle l'année de ses vingt ans. J'imagine qu'elle avait dû tenir l'appareil à l'envers pour saisir son propre visage dans l'objectif. C'était une époque où les téléphones portables n'existaient pas et où se photographier soi-même n'était pas une chose évidente.
Elle penchait la tête sur le côté et elle souriait légèrement, ses cheveux peignés et plaqués sur son front, impeccables, ses cheveux blonds autour de ses yeux verts.
C'était comme si elle cherchait à séduire.
Je ne trouve pas les mots pour l'expliquer mais tout dans sa pose, dans son regard, dans le mouvement de ses cheveux, évoque la liberté sur ce cliché, l'infinité des possible devant soi, et peut-être, aussi, le bonheur.
J'avais oublié, je crois, qu'elle avait été libre avant ma naissance -- heureuse ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Édouard Louis (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Édouard Louis
Édouard Louis : "Je voudrais que les gens braquent la société comme on braque une banque"
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Avez vous bien lu "En finir avec Eddy Bellegeule" ?

Par combien de garçons Eddy se fait-il brutaliser dans les couloirs du collège ?

2
3
4
5
6

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : En finir avec Eddy Bellegueule de Édouard LouisCréer un quiz sur ce livre