AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anna Gibson (Traducteur)
ISBN : 2020864746
Éditeur : Points (06/04/2006)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 732 notes)
Résumé :
Une chaise au milieu de la route, dans le brouillard. Et sur cette chaise, un mannequin de taille humaine. Le vieil avocat Gustaf Torstensson freine brutalement, sort de sa voiture. Ce sera son dernier geste d'homme vivant.

Pendant ce temps, le commissaire Kurt Wallander erre sur les plages infinies de l'île danoise de Jylland. Il est venu là pour prendre un décision : quitter définitivement la police.

C'est alors qu'une vieille connais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Laurence64
  18 mars 2013
Kurt Wallander ne se présente plus.
Un brin étranger à sa propre vie, un tantinet dépressif, le commissaire suédois se fond dans les hivers sans fin de la Scanie contemporaine, pose sa silhouette d'anti-héros dans les obscurités nordiques qui écrasent l'âme, tel un ciel baudelairien.
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle…
Après avoir mené un combat contre la dépression en arpentant sans fin la même plage, après avoir annoncé sa démission, Wallander reprend du service, l'âme plombée par l'acte d'avoir précédemment donné la mort et la culpabilité exacerbée. Refuser son aide à un ami qui meurt assassiné est peu anodin même si l'on est pas homme à faire étalage de ses émotions.
Mankell met ici en scène une confrontation entre l'homme pugnace aux épaules qui ploient et l'homme charismatique qui sourit. Entre le flic banal et le puissant. Entre le fonctionnariat et les multinationales. C'est le petit commissariat contre l'inaccessible château.
Toujours écartelé entre son goût pour la solitude et la nécessité du travail d'équipe, Wallander mène son enquête comme cela lui chante, l'intuition aux aguets. Ce qui lui réussira malgré le constat amer d'une Suède qui change, plus violente, moins morale. Ainsi va le monde, ici comme ailleurs.
J'ai accompagné Wallander pour la première fois. Sans déplaisir. Mais avec la même retenue que le bonhomme.
Comme si je ne parvenais pas à emplir mes poumons de l'air hivernal, comme si je ne parvenais pas à goûter pleinement cette Suède brouillardeuse. Moins glaciale que l'Islande d'un Indridason, moins charnelle que la Louisiane d'un Burke, la Suède de Mankell évoque à peine les tempêtes qui balaient les terres. Je n'ai pas entendu les pas crisser dans la neige, les hurlements du vent qui siffle durement.
Peut-être est-ce parce que Mankell m'avait séduite dès les premières lignes.
"Le brouillard. Comme l'approche d'un prédateur silencieux."
Dès la première page, l'élément naturel devenait personnage. Wallander l'affrontait. Dès les premières pages, le commissaire donnait à voir une faille, son angoisse dans le brouillard blanc.
Quant à l'enquête elle-même, servant à épingler la mondialisation au service du crime, le grand capital blanchissant à tour de bras ses profits immoraux, avait-elle besoin d'un personnage aussi stéréotypé qu'Harderberg à force de l'avoir figé dans le mystère et l'inhumanité? le méchant désincarné devient plus une figure du mal qu'un dirigeant pourri. La dénonciation perd hélas de sa force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
pictura
  08 juin 2012
C'est le premier livre de l'écrivain que je lis. C'est un polar où il n'est pas question d'un super flic qui doit arrêter un super délinquant. Aujourd'hui ça devient la mode et Mankell sait éviter cette tendance. Ce qu'il y a d'original dans le livre, c'est qu'on suit le commissaire Wallander pas à pas sans jamais le quitter d'un iota, dans ses méandres de psychologie (légères) , de doutes, dans son enquête qui avance péniblement, fastidieusement (pas de preuve , pas de témoin – rien du tout pour élucider deux crimes) alors on épluche tout ce que l'on peut trouver sous la main. L'auteur rend cohérent et surement réaliste le travail d'enquêteur policier que ce soit en solo ou en équipe. On accompagne durant tout le livre Wallander soumis aux incertitudes de sa vie et de son travail. Trouver le responsable d'un meurtre effectué de main de maître doit s'avérer délicate et Mankell le transcrit bien. Être un flic, c'est pas juste dégainer son arme et dire ‘ haut les mains ‘ . C'est surtout un travail d'investigation.
(question : ne pourrait-on pas dire ‘ hautes les mains ‘ lorsqu'on arrête un individu masqué ? )
L'auteur sait aussi tenir en haleine son lecteur, rebondissements, actions, …, le tout en pays nordique… On y parle aussi de l'aura médiatique et de sa face sombre, le pouvoir du monde des affaires qui influence les jugements et corrompent les institutions. le rythme du livre pourrait paraitre décevant pour certains, mais l'atmosphère nous plonge dans un brouillard constant et ce n'est pas déplaisant.
Un bémol quand même : l'enquête piétine donc du début jusque la fin (avec lenteur et parcimonie) et arrivé à la fin, tout à coup ça file très vite ! Trop vite. Un peu bâclée quand même (la fin – pas le livre).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
thedoc
  30 août 2017
La dernière enquête de Kurt Wallander a bien failli mettre fin à sa carrière. le commissaire suédois d'Ystad ne se remet pas d'avoir tué un homme lors de sa dernière enquête et depuis un an il tente d'oublier ses cauchemars dans l'alcool, dans les bras des filles de joie, dans des pays exotiques… Mais rien n'y fait, la dépression est toujours là. C'est finalement dans une petite pension au Danemark qu'il parvient progressivement à se ressourcer. Lors de longues promenades sur la plage en solitaire, coupé du monde, il réfléchit à son avenir et prend enfin une décision : il va démissionner de la police. Il est soulagé et pourtant, la visite surprise d'un ami avocat le laisse perplexe. Sten Torstensson vient lui demander son aide concernant la mort accidentelle de son père, lui aussi avocat, le vieux Gustaff Torstensson. Wallander refuse, il n'est plus policier. Mais l'assassinat quelques jours plus tard de Sten va tout remettre en question…
C'est avec un réel plaisir que j'ai retrouvé le célèbre commissaire d'Henning Mankell. Si Kurt Wallander nous apparaît au début du récit fragile, en proie à ses doutes et à ses interrogations, c'est un commissaire plein de fougue et ultra motivé qui refait surface lors de l'enquête. Touché personnellement par le meurtre de son ami avocat, il fait preuve d'un regain d'énergie qui surprend tout d'abord sa propre équipe, toujours aussi sympathique. Une nouvelle recrue fait son apparition et vient pimenter ce groupe qui se connaît par coeur, Ann-Britt Höglund. Fraîchement sortie de l'école de police avec de brillants résultats, elle est de cette nouvelle génération dont Wallander se méfie. Les choses changent en ce début des années 1990 et Wallander, bientôt la cinquantaine, se sent quelque peu menacé. La féminisation et la modernisation de la police sont en marche, le petit commissariat d'Ystad va devoir s'y faire...
Henning Mankell nous offre une fois de plus avec ce roman un polar au réalisme remarquable : pas de coup d'esbroufe et pas de scènes tirées par les cheveux… L'enquête est longue, difficile, laborieuse et minutieuse… Et pourtant, aucun ennui en suivant ce travail de fourmi que livrent les inspecteurs. C'est là tout le talent d'Henning Mankell de nous tenir accrochés à son histoire qui présente les difficultés journalières de la police suèdoise, entrecoupées de quelques intrusions dans la vie personnelle des protagonistes. Mais c'est aussi une réflexion sur la justice de ce pays et sur les puissants de ce monde qui semblent intouchables.
Polar social, « L'homme qui souriait » est encore une démonstration de tout le talent d'écrivain du regretté Henning Mankell. Là encore, je reste fan de la littérature dite "nordique" qui nous offre des antihéros franchement pas glamour mais terriblement attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
dancingbrave
  30 mars 2017
polaire addictif du cercle polar ou polar addictif du cercle polaire
Le gris, les nuages, la boue, le froid de Suède sont omniprésents. le commissaire Wallander erre comme une âme en peine sur les plages désertes et violentées par le vent d'hiver. Après un choc qui le conduisit à la rupture, la nature modèle lentement son esprit dans un nouvel équilibre. Mais soudain tout bascule de nouveau….
Henning Mankell nous entraîne avec brio dans un thriller du Nord authentique et captivant.
Oui il y a bien des points communs à tous ces écrivains scandinaves : cette aptitude à sonder les âmes noires des hommes, à monter des scenarios troublants, terrifiants souvent.
Cette capacité à tenir le lecteur en haleine, toujours à la limite étroite entre la réalité et la fiction, ce talent de faire monter sa rancoeur contre le criminel entretenant son addiction.
Une alchimie secrète qui fonctionne à merveille.
Stieg Larsson, Camilla Läckberg, Arnaldur Indriðason, Henning Mankell , pour ceux que j'ai pratiqué, mais qu'est ce qui relie donc ces quatre là, quel est ce lien de parenté ? A part le cercle Polaire, je ne vois pas.
Si vous aimez ces auteurs, foncez sur cet opus ; vous ne serez pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
zabeth55
  25 février 2019
Après 2 livres abandonnés consécutivement, j'ai sorti de ma PAL un Mankell, sûre au moins que celui-là, je le terminerais.
Et j'ai effectivement retrouvé Kurt Wallander avec grand plaisir
C'est marrant, il va avoir 50 ans et se trouve vieux. Qu'est-ce que je dirais ! !
Heureusement, si on peut dire, l'assassinat de deux avocats, père et fils, lui permettent de remettre le pied à l'étrier. C'est qu'il filait un mauvais coton notre Kurt, carrément prêt à démissionner.
Et comme à son habitude, il mène cette enquête délicate avec tout son flair et son bon sens.
On ne s'en lasse pas.
Commenter  J’apprécie          290
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
totototo   06 juillet 2008
Ils remontèrent une fois de plus en voiture. Bientôt une heure du matin. Wallander pensa avec ennui à l'appartement vide qui l'attendait à Ystad. Quelque chose dans sa vie semblait avoir pris fin il y a très longtemps, bien avant l'instant où il s'était retrouvé à genoux dans le brouillard du champ de manœuvre. Mais il ne s'en était pas aperçu. Il songea au tableau de son père qu'il avait vu dans la villa de Gjutargatan. Jusqu'ici, l'art de son père lui avait presque paru honteux, une surenchère sur le marché du mauvais goût. Il se demande soudain si ce n'était pas tout autre chose qui était en jeu. Son père peignait des toiles qui donnaient aux gens le sentiment d'équilibre qu'ils cherchaient partout, mais qu'ils ne trouvaient finalement que dans ses paysages immobiles. Il se rappele sa propre réflexion, plus tôt dans la soirée : qu'il était un policier du dimanche. ce mépris était peut-être inutile.
- A quoi penses-tu?
- Je ne sais pas, mentit Wallander. Je suis fatigué
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marina53marina53   26 mars 2015
La vie consiste en de nombreuses frontières dont nous ne découvrons l'existence qu'à l'instant de les franchir.
Commenter  J’apprécie          660
Rodin_MarcelRodin_Marcel   09 mars 2015
- C'est comme si deux mondes étaient en train de se rencontrer, dit Wallander. Beaucoup de policiers pensent, et moi aussi, que nous avons appris le métier à une époque où tout était différent. Les crimes étaient plus transparents, la morale était claire, l'autorité de la police indiscutable. Aujourd'hui, pour être aussi bons, il nous faudrait avoir de tout autres connaissances. Mais nous ne les avons pas. Et ceux qui viendront après, toi par exemple, vous n'avez pas encore la possibilité d'influencer le travail, de fixer les priorités. On a souvent l'impression que les criminels creusent leur avance en toute impunité, sans la moindre résistance de notre part. Et la société répond en manipulant les statistiques. Au lieu de permettre à la police de résoudre les crimes commis, on les classe sans suite. Ce qui constituait un crime il y a dix ans passe aujourd'hui au mieux pour un délit. Ce déplacement s'opère tous les jours. Ce qui était hier passible de prison peut aujourd'hui aboutir à un non-lieu. Tout au plus, on rédige un rapport qui disparaît ensuite dans un gigantesque broyeur à papier invisible. Après, il ne reste qu'un truc qui ne s'est au fond jamais produit.
- Ça ne peut pas bien finir. Wallander lui jeta un regard.
- Qui a dit que ça finirait bien ?
(pp. 162-164)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
patatarte2001patatarte2001   17 mai 2017
la question était de savoir s'il n'était pas, tout compte fait, obligé de reprendre son travail dans la police.....En plus c'était là, dans l'exercice de ce métier, qu'il percevait une ombre de justification à sa vie : contribuer à ce que ses concitoyens puissent vivre dans une sécurité relative, en retirant de la circulation les pires criminels. Un abandon de sa part ne reviendrait pas seulement à perdre un boulot dont il savait qu'il le maîtrisait peut être mieux que certains de ses collègues. Ce serait aussi renoncer à un sentiment profondément enfoui en lui : celui de faire partie d'un tout plus vaste que sa propre personne, et qui donnait un sens à ce qu'il était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CarmendbCarmendb   14 septembre 2018
L’avocat Gustav Tortensson décède dans un accident de la route. La police classe l’affaire. Son fils Sten vient trouver Wallander, en congé de maladie, et lui demande de reprendre l’enquête car il est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre. Mais ce dernier ne croit pas en ses arguments et il refuse de l’aider.
Quand Sten est assassiné, Wallander décide de reprendre sa place au sein de son équipe, au grand plaisir de tous. Il s’en veut d’avoir refusé son aide à son vieil ami et il commence par rouvrir le dossier concernant la mort de Gustav. Et un indice vient confirmer la thèse du meurtre.
Kurt entreprend alors une lutte inégale, celle du pot de terre contre le pot de fer. Lui, le petit flic de Ystad n’hésite pas à s’attaquer à un homme d’affaire puissant et charismatique, riche propriétaire foncier, Harderberg, l’homme qui sourit toujours.
Malgré toutes les pressions qu’il subit, il n’abandonne pas car il entend bien faire triompher la vérité, tout en constatant amèrement les changements dans son pays, une Suède de plus en plus violente, gangrénée par la corruption où il fait moins bon vivre, un métier en perpétuelle évolution avec des contraintes de plus en plus lourdes où il devient plus difficile de faire respecter la loi et de défendre les droits des citoyens.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henning Mankell (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henning Mankell
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Mars, c'est le Mois du polar sur Babelio. Au programme de cette vidéo : une rencontre avec Polars_urbains, un Babelionaute passionné de polars urbains et africains, le programme de Quais du polar (du 29 au 31 mars 2019 à Lyon), avec des rencontres Babelio, des quiz, et de nombreux auteurs présents, et retrouvez tous nos contenus éditoriaux sur le genre, dont un Top 10 vidéo des polars nordiques, des interviews d'auteurs et éditeurs, un article sur 5 livres qui ressuscitent le mythique Sherlock Holmes, etc.
0:23 Reportage : rencontre avec le Babelionaute Polars_urbains chez lui
Son compte Babelio : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=482604 Son site sur le polar urbain : http://www.polarsurbains.com/ Son site sur le polar africain : http://www.polars-africains.com/
Auteurs et livres cités : Pierre Rival, 'Ezra Pound en enfer' : https://www.babelio.com/livres/Rival-Ezra-Pound-en-enfer/1108671 Charles Exbrayat : https://www.babelio.com/auteur/Charles-Exbrayat/12086 San Antonio : https://www.babelio.com/auteur/Frederic-Dard/7187 Agatha Christie : https://www.babelio.com/auteur/Agatha-Christie/3638 Jean-Patrick Manchette : https://www.babelio.com/auteur/Jean-Patrick-Manchette/7455 ADG : https://www.babelio.com/auteur/-A-D-G/65945 Thierry Jonquet : https://www.babelio.com/auteur/Thierry-Jonquet/6526 Georges Simenon : https://www.babelio.com/auteur/Georges-Simenon/6804 Léo Malet : https://www.babelio.com/auteur/Leo-Malet/7089 Henning Mankell : https://www.babelio.com/auteur/Henning-Mankell/2995 Ian Rankin : https://www.babelio.com/auteur/Ian-Rankin/4776 Fred Vargas : https://www.babelio.com/auteur/Fred-Vargas/3212 Léo Malet, 'Brouillard au pont de Tolbiac', roman : https://www.babelio.com/livres/Malet-Brouillard-au-pont-de-Tolbiac/158854 et la BD avec Tardi : https://www.babelio.com/livres/Tardi-Nestor-Burma-BDtome-1--Brouillard-au-pont-de-T/662328 Michel Carly, 'Maigret : traversées de Paris' : https://www.babelio.com/livres/Carly-Maigret--Traversee-de-Paris/108638 Nii Ayikwei Parkes, 'Notre quelque part' : https://www.babelio.com/livres/Parkes-Notre-quelque-part/565660 Zep et Bertail, 'Paris 2119' : https://www.babelio.com/livres/Zep-Paris-2119-Version-Luxe/1113986
7:13 Festival Quais du polar 2019 Le programme de Babelio : https://babelio.wordpress.com/2019/03/19/quais-du-polar-2019-un-vent-nordique-souffle-sur-lyon/ Tout le programme : https://www.quaisdupolar.com/ Notre vidéo sur Quais du Polar 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=G_dbQ2uSf8Q Le Top 10 Babelio des polars nordiques : https://www.youtube.com/watch?v=UW8yb_kYh-g
Les livres : Kristina Ohlsson, 'Les Otages du Paradis' : https://www.babelio.com/livres/Ohlsson-Les-otages-du-Paradis/1050832 Hjorth et Rosenfeldt, 'La Fille muette' : https://www.babelio.com/livres/Hjorth-Dark-secrets-tome-4--La-fille-muette/1073457 Joseph Knox, 'Sirènes' : https://www.babelio.com/livres/Knox-Sirenes/1078904 Roslund et Hellström, '3 secondes' : https://www.babelio.com/livres/Ro
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Henning Mankell et Kurt Wallander

Deux hommes sont retrouvés morts sur un canot, exécutés d'une balle dans le cœur. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Meurtriers sans visage (1994)
Les Chiens de Riga (2003)
La Lionne blanche (2004)
L'Homme qui souriait (2005)
Le Guerrier solitaire (1999)
La Cinquième Femme (2000)
Les Morts de la Saint-Jean (2001)
La Muraille invisible (2002)
Avant le gel (2005)
L'Homme inquiet (2010)

10 questions
190 lecteurs ont répondu
Thème : Henning MankellCréer un quiz sur ce livre
.. ..