AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070138456
608 pages
Gallimard (20/05/2014)
4.03/5   17 notes
Résumé :
Quand Mani Péleg disparaît quelque part en Amérique latine, son fils Dori, jeune père de famille en crise, saisit sa chance. Qui d’autre que lui pourrait partir à la recherche de son père, ancien héros de guerre et éminent conseiller économique, dont les dernières nouvelles laissent entendre qu’il n’a plus toute sa tête ? Au même moment, la jeune journaliste Inbar quitte Berlin, où elle a vainement tenté de se rapprocher de sa mère avec qui les liens s’étaient diste... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pecosa
  29 novembre 2019
Ce roman de Nevo m'a donné l'impression d'être emportée par un mouvement chaotique dans lequel j'étais bringuebalée, secouée par une multiplicité de mouvements au sein des différents espaces-temps, dans un labyrinthe narratif qui malmène et fascine tout à la fois.
Difficile de résumer Neuland, qui nous emporte en Amérique du Sud, à la recherche d'un Israélien, Mani Péleg. Nous suivons son fils Dori, professeur d'histoire et jeune papa en pleine déconfiture matrimoniale, qui tente de retrouver le patriarche, aidé d'un détective privé, le sympathique et très terre à terre Alfredo. Sur sa route, il croise une femme, Inbar, dont le frère s'est suicidé pendant son service militaire, et qui pense trouver un peu de sérénité à l'autre bout du monde. Le trio vadrouille par monts et par vaux, sur les traces de l'ancien héros de guerre qui désirait fonder une sorte de phalanstère, Neuland , l'Altneuland de Theodor Herzl , mais en terre américaine. L'expérience fut déjà tentée en Argentine en 1889, avec la fondation de Moisés Ville par des Russes, puis de Monigotes. L'ombre du baron Maurice de Hirsch plane au -dessus de Mani Péleg, comme planent les morts au-dessus des personnages, apparaissant ça et là, dans leur vie, dans leurs rêves. Le Neuland du père de Dori est une Utopie où l'on trouve chamans et sanhédrin: « Neuland incarnera une réminiscence. Une réminiscence de l'Athènes que l'Etat des juifs était censé incarner, s'il ne s'était pas transformé en Sparte. »
Le lien avec Israël est établi avec la narration de Lili, la grand-mère, qui avait autre fois pris le bateau pour la Palestine en 1939, et avait quitté son fiancé, changeant ainsi la trajectoire de sa vie. C'est aussi là le propos de Neuland, les choix, les décisions que l'on prend et qui changent notre destin. Il ne faut pas hésiter à se perdre dans cette multiplicité de récits, de points de vue, jamais gratuits et toujours captivants. Difficile en effet de lâcher Neuland, surtout quand un homme parle aussi délicatement de l'amour, du désir et de la paternité.
Je remercie Bookycooky de m'avoir fait lire les romans d'Eshkol Nevo, dont jamais je ne me lasse, et dont la sensibilité, l'érudition et l'humanité me touchent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          738
michfred
  14 décembre 2019
On ne sort pas indemne de cette grande fresque épique et intimiste à la fois,  de cette épopée générationnelle , déployée sur  trois générations d'israeliens (celle des pionniers, celle des guerriers et celle des mutilés), sur trois continents ( la vieille Europe en voie de nazification , le Proche Orient agité  par les multiples guerres consécutives à la création de l'État d'Israël et l'Amérique du Sud , ouverte à tous les possibles , y compris ceux de l'Utopie), et qui brasse,  à grands coups de dés,  le sort de deux familles israéliennes que rien ne destinait à se croiser...si ce n'est le destin !
Destin à deux visages : burlesque et fraternel,  sous les traits prosaïques et cocasses d'Alfredo,   "retrouveur"professionnel de disparus en terre Sud américaine ou destin  nettement plus énigmatique sous les traits de Jamali, joueur de badminton à ses heures  et violoneux devant l'Éternel,  si curieusement moderne et  intemporel qu'on se demande s'il n'a pas une longue, une très longue histoire derrière lui...
Voilà pour le cadre, comme on voit,  très largement ouvert dans l'espace, le temps.. .Le roman lui-même faisant le grand écart entre les genres littéraires: mythe, histoire personnelle et familiale ,  histoire d'Israël et du peuple juif. Tout se mêle.
Rien ne manque en effet :  suspense, histoire d'amour, saga familiale, histoire d'une (jeune) nation et d'un vieux peuple, interrogation philosophique sur la liberté et la responsabilité,  essai , hésitant  entre le pamphlet politique sans concession et la déclaration d'amour inconditonnel à un pays pas comme les autres, mythologie contemporaine  autour du Juif errant, essai sur l'utopie ( réservoir à idées ou régression sectaire et infantile... )
Voilà qui donne au récit des enjeux et une profondeur qui dépassent largement ceux des personnages.
Passionnant sur toute la ligne! Les quelque six cents pages se lisent sans souffler.
Pour l'intrigue , je me contenterai de quelques mots..
Inbar fuit Hannah sa mère, sabra intellectuelle,  remariée avec un allemand et installée à  Berlin. Elle fuit aussi la mort tragique par suicide sans doute de son frère adulé,  Yoavi, qui faisait son service militaire.
Dori recherche Mani Peleg, son père , veuf inconsolable et héros d'Israël, mais traumatisé par la guerre du 1972 Kippour..
Tous deux sont peu heureux en ménage, l'une est exaspérée qu'on lui reproche en permanence de ne pas vouloir d'enfant,  l''autre souffre d'un amour paternel anxieux et invasif.
Tous deux ont un aieul,  elle une grand'mère,  Lili, lui un grand père,  Fima, qui sont tombés amoureux sur le bateau qui les emmenait en Palestine, juste avant l'invasion de la Pologne ,
 Ils ignorent bien sûr ces étranges points communs.
Sans se connaître, tous deux se rencontrent en Amérique du Sud, (Équateur,  Pérou,et enfin cette  Argentine qui faillit être la terre promise de Théodore Herzl.) . Et entreprennent une quête commune. Sous la conduite de l'inénarrable Alfredo.
Dans les chambres d'hôtel où dort Inbar d'étranges dates et noms de villes, faits de la même main, semblent donner les étapes d'une longue errance spatio-temporelle qui recoupe les pas du fameux Juif errant, et les leurs, à elle et à  Dori.
Le Juif errant fera-t-il cesser l'errance de ces deux israéliens en quête d'eux-mêmes et d'une réponse que leur propre pays , secoué par des guerres et des conflits successifs, ne semble plus leur apporter ? 
Est il encore possible que peuples en conflit ou particuliers en détresse décident de faire un pas de côté et prennent "the road not taken"?
Magnifique roman qui secoue nos consciences de lecteur, ouvre grandes les portes du futur, sans dispenser de réponse. 
Tout est peut-être dans le fait de se poser la question.. .
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
Bookycooky
  20 juillet 2014
Neuland-Nevo Eshkol
Le dernier livre de Nevo Eshkol traduit en français, est un livre romanesque de six cents pages, à plusieurs voix,où il pratique le mélange des genres entre trivialité et lyrisme onirique."Neuland"est le nom qu'on a donné à l'Amérique du Sud lors de sa découverte. Un des personnages principaux, Dori y part chercher son père, disparu lors d'un voyage et y rencontrera Inbar, avec qui il poursuivra la recherche du dit père. Plusieurs personnages entrent et sortent de l'histoire, tous ayant une parenté avec Dori et Inbar, sauf Alfredo,détective privé de Dori, personnage sympathique et particulier. Difficile de résumer le livre en quelques lignes, il y a un peu de tout, histoire de famille, partiellement autobiographique, histoire d'amour, histoire d'Israel, celui de Théodore Herzl qui voulait créer l'Etat d'Israel en Argentine, les idées politiques d'Eshkol qui critique la politique de son pays à travers les paroles de ses personnages, aussi des références autobiographiques puisque Eshkol lui-même était officier jusqu'en 1993, et juste après il partit pour l'Amérique du sud afin de panser "ses blessures". Un thème récurrent est "the Road not taken", le choix qu'on a pas fait, non comme une source de regret mais un moyen pour apprendre et reprendre à zéro. Par rapport à ces deux premiers livres, le style a un peu changé, beaucoup de phrases à la "Thomas Bernhard", longues avec répétitions, et peu de ponctuations, et aussi un peu de longueurs. Je trouve par exemple le double imaginaire d'Inbar , Nessia, de trop.
Mais finalement j'ai aimé ce livre, j'aime la façon qu'il sonde l'âme humaine, c'est un grand écrivain!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
traversay
  27 juin 2014
Comment se trouver soi-même en vivant dans un pays comme Israël, dont les problèmes identitaires sont permanents ? Résumer ainsi Neuland, saga à voix (voies) multiples est réducteur mais le livre de Eshkol Nevo est totalement impossible à résumer, épopée familiale et historique de 600 pages incroyablement dense et aux tonalités si diverses, du drame à la comédie en passant par le récit sentimental. Neuland est saturé d'idées qui s'entrechoquent et se heurtent de l'arrivée des pionniers en Palestine en 1939 à l'Israël d'aujourd'hui, toujours entre deux guerres. La quête, de soi, de l'autre, de l'émancipation, est au centre du roman. Un homme qui tente de fonder une colonie juive nouvelle en Argentine, un fils à la recherche de son père, une femme en crise matrimoniale et qui a perdu la communication avec sa mère, une vieille dame dont la mémoire s'égare ... Les personnages du roman sont attachants, fissurés et se rejoignent ou s'éloignent dans le chaos des sentiments et des sensations. Il est évident que sur sa longueur, le livre ne peut être sans cesse passionnant. Mais son écriture dynamique, sa richesse thématique, son humanité blessée et son originalité permanente font que le lecteur ne perd jamais le fil et ressent une énorme empathie pour ces hommes et ces femmes qui se remettent en question et se battent pour faire les bons choix ou plutôt les moins mauvais. En ce sens, Neuland est un livre prenant et difficile à lâcher, malgré quelques tunnels narratifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mimipinson
  19 décembre 2016
Ouvrage entamé l'enthousiasme "gros comme ça", Neuland est sans conteste de la très bonne littérature…Oui, mais, encore faut-il y être sensible, y adhérer, s'en imprégner, et et trouver la clé pour y naviguer avec délice…
Neuland est impossible à résumer, en tout cas, d'en donner les grandes lignes directrices. le lecteur navigue au gré des personnages qui prennent la parole et qui eux même naviguent dans le temps et l'espace. A la longue, il faut avouer que c'est fatigant, perturbant. Sans doute faudrait-il avoir devant soi le temps pour s'y consacrer sans trop de contraintes extérieures pour vous en détourner. Sans doute faut-il avoir pour lui l'esprit disponible…
Bref, pas vraiment le moment pour moi pour ce livre-là, qui n'a pas su me captiver , ni me retenir, et qui a lessivé mon cerveau au lieu de lui redonner un peu de jus.
Dommage, j'aurais tant voulu pouvoir persévérer…..

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   01 décembre 2019
Puis elle se dresse sur la pointe des pieds et l'embrasse sur la bouche. Un bref baiser.
"Il fallait que je le fasse." Et lui, légèrement surpris au début, se ressaisit et, pris de désir, glisse ses mains sous ses bras, agrippe sa taille, l'attire contre lui et l'embrasse, lui donne un baiser plus fougueux, et elle ébouriffe sa chevelure, et lui la sienne, et ils s'ébouriffent l'un l'autre, touchant tout ce qu'ils peuvent attraper pour ne rien perdre, un cou, des hanches, des jambes, ouvrent les yeux et les referment aussitôt pour plonger dans un autre baiser, une langue heurtant une autre langue, une langue s'enroulant autour d'une autre langue, des mains enfoncées dans des fesses, au beau milieu du terminal, après tant d'occasions ratées de faire ça en secret, à la fin, ça arrive en plein terminal, sous les yeux des policiers et de la foule, un frisson les parcourt de la tête aux pieds, à la même seconde, et ils s'interrompent un instant pour reprendre leur souffle, tout est si nouveau, comme un pays neuf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
PecosaPecosa   28 novembre 2019
Elle porte vraisemblablement son survêtement neuf, le violet, qu'elle a acheté après son divorce, avec la détermination forcenée de commencer à courir et qui a servi, bien vite, à traîner à la maison. Elle doit sûrement tenir le téléphone sans fil d'une main, une cigarette dans l'autre, et un de ses enfants dans la troisième, celle que seuls les parents possèdent.
Commenter  J’apprécie          234
PecosaPecosa   27 novembre 2019
L'intelligence, par exemple. L'intelligence est quelque chose de sexy, à mes yeux, il dit. Et aussi, qu'elle soit péremptoire. Et complexe. De nombreuses forces antagonistes qui s'affrontent dans la même femme.
Commenter  J’apprécie          230
PecosaPecosa   28 novembre 2019
Les hommes désireux de flirter sont capables d'ouvrir des routes de déviation de dizaine de mots, juste pour ne pas passer par le nom de leur épouse.
Commenter  J’apprécie          203
michfredmichfred   10 décembre 2019
-"(...) L'objectif originel de la création d'Israël était de rassembler les juifs de la diaspora dans un endroit où ils ne seraient plus pourchassés. Mais ça, c'"était" l'objectif. Dans le passé. Or un État a besoin d'une vision. Un État sans vision, c'est comme une famille où il n'y a pas d'amour. Et sans amour, pourquoi conserver une famille?
- Bon, et alors? Quel rapport avec Neuland?"
Dori commence à perdre patience. Ça l'énerve que son père se remette à lui parler comme un gourou s'adressant à ses adeptes, et encore plus qu'un homme qui ne manifeste pas l'ombre d'un intérêt pour sa propre famille utilise la famille comme métaphore.. .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Eshkol Nevo (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eshkol Nevo
Cette semaine, les conseils de lecture de la librairie Point Virgule sont marqués du sceau du mystère. En effet, voici trois romans récemment parus en format poche qui vous réservent, chacun à leur manière, leur lot d'énigmes et de révélations.
- L'Infortunée, Wesley Stace, J'ai Lu, 8,90€ - L'Homme Coquillage, Asli Erdogan, Babel, 7,70€ - Trois étages, Eshkol Nevo, Folio, 8,60€
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Autour du papier📝🧻📜

Au choix

carton
copie
étiquette
livre
papier
page
carte

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , expressions , papierCréer un quiz sur ce livre