AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205070185
Éditeur : Dargaud (26/04/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 116 notes)
Résumé :
Dans Matisse, 3e tome de la trilogie que Julie Birmant et Clément Oubrerie consacrent à Picasso, le peintre retrouve enfin son Espagne natale, et l'inspiration revient...

Dans ce troisième épisode de Pablo, Picasso fait vivre à Fernande un western à dos d'âne dans le village le plus reculé de Catalogne : Gosol. Là, il fricote avec des contrebandiers primitifs. Son art s'épure et il crée de nouveau ; les chefs-d'oeuvre s'accumulent. Une nuit, le couple... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  16 mars 2019
C'est la joie de vivre sur la butte Montmartre. Les peintres sont inspirés par cette ambiance folle et insouciante, avec une certaine légèreté en rupture avec le classicisme de rigueur.

Le bourgeois s'encanaille, côtoie les artistes et les marginaux, dans les cabarets. Le Sacré Coeur a été inauguré en 1891, et l'éléphant factice orne encore le jardin de la place Blanche . On peut voir le pachyderme, dans le film "Moulin Rouge" avec Nicole Kidman.
Un vrai brassage social et culturel...
Fernande et Pablo Picasso sont revenus d'Espagne. le peintre toujours jaloux, enferme sa muse, quand il sort. Il se prend de passion, pour les masques africains( masques africains qu'il peindra dans " Les demoiselles d'Avignon"). Fernande perdra le bébé, que Pablo désirait...
Enfin, grâce à Gertrude Stein, Pablo rencontre Matisse qui a peint "La joie de vivre". Tableau aux tons contrastés, chauds et froids, avec une harmonie de couleurs vives, les personnages célèbrent la danse et la musique, et aux plaisirs de la Vie, comme l'indique le titre...A l'arrière plan, un cercle de danseurs( hymne à la Vie ) que Matisse reprendra pour " La danse"...
Ce tableau cristallise l'envie, à Pablo toujours jaloux, de dépasser le maître. Il réalisera alors, l'ébauche de " Les demoiselles d'Avignon." Mais, les rapports entre Matisse et Picasso étaient des plus courtois, malgré la légende. Entre amitié et rivalité...
Le pôle Nord et le pôle Sud, selon Gertrude Stein. L'Andalou affirme que Matisse peint de beaux et élégants tableaux et le Français répond: Picasso est imprévisible et capricieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Alzie
  16 novembre 2014
Troisième album de la série Pablo.
Une année de plus dans la vie du couple Fernande, Pablo, et quelle année : mai 1906 – mai 1907. Sur la scène artistique, le Salon d'Automne de 1905 a produit son effet, depuis la « cage aux Fauves » on ne parle plus que de Matisse.
Changement de décor, le "Bouddha replet" a posé cinq mois durant pour son portrait, et rien. Pablo s'est décidé pour un retour aux sources en Catalogne. le découpage de l'album s'organise autour de trois temps forts. le premier, ce voyage jusqu'à Barcelone, en mai 1906. Ils se transportent ensuite à dos d'ânes dans un village perché de la sierra, Gosol, où ils séjournent dans une auberge tenue par un ancien contrebandier. Pendant que Fernande découvre Gauguin et lit Noa Noa à la lueur d'une chandelle, Pablo plus excité que jamais du couteau, sculpte, dessine et peint sur tout ce qui lui tombe entre les mains. Rentrés précipitamment à Paris en août, Pablo va achever le portrait commencé et jamais terminé de Gertrude Stein, de mémoire, en trois coups de cuillère à pot.
Le Trait stylisé et incisif, l'humour plus présent que jamais et la touche onirique quand c'est nécessaire. Raffinement dans les débordements de possessivité lubrique.
Deuxième grand moment, le dîner rue de Fleurus chez les Stein (Gertrude et Léo) en présence d'Amélie et Henri Matisse à qui l'on donne du « Cher maître », comme Michael son adorateur, l'aîné de la famille Stein qui habite à deux pas. Gertrude se contente ironiquement des initiales et Matisse devient « CM », en toute complicité avec Pablo. Il a sorti la chemise à pois le Pablo, imaginez-le dans la salle à manger avec en face accroché : « le Bonheur de vivre » signé CM. Grrrmbl. Et sur le mur de la pièce d'à côté : Madame Cézanne et Madame Matisse (« La Femme au chapeau » de la salle VII, 1905 vous savez ?) Grrrmbl. Heureusement le portrait de Gertrude vient d'arriver. Il en profite pour annoncer qu'il travaille à son "Bordel" devant des hôtes médusés. « Mais attention, ce n'est que la première manche. le vieux n'a pas dit son dernier mot ». Glisse l'infernale Gertrude à son Pablo qu'elle adore titiller. Vite le dessert et on rentre au Bateau-Lavoir. Quant à Fernande, Matisse ? Il lui plait bien, il est, disons, « civilisé ».
Il va se venger Pablo et tout sera bon. Elle le sent bien Fernande dont les rêves pyramidaux se font l'écho des obsessions de son compagnon : les Maoris, les Egyptiens, Gauguin et Van Gogh, la Valpinçon, les femmes en chapeau, les femmes nues, les masques Fang, les têtes ibériques, des nus encore des nus, et tout en haut, devinez qui ? Pablo il est au sommet, il crie qu'il est PICASSO. Un fou peut-être ? Si on lui avait dit à Fernande qu'elle vivrait dans « un harem d'aliénées »... Elle lit Fernande, la lecture est d'un grand réconfort, au fond, « La Princesse de Clèves », mais heureusement, Guillaume l'ami Apollinaire qui vit toujours chez sa maman, arrive à point pour la détendre avec ses aventures d'un hospodar roumain ou quelque chose comme ça qui va sans doute lui changer les idées. Un enfant peut-être lui ferait du bien ?
Un troisième et peut-être même un quatrième dernier grand moment, Gertrude avait tout vu, mais je me garde finalement de vous en parler. Dites-vous seulement qu'avec CM la partie continue Grrrmbl. A suivre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
petitsoleil
  26 avril 2013
enfin le troisième tome, l'ambiance est toujours aussi bien restituée
Picasso et sa belle partent d'abord pour l'Espagne
puis de retour à Paris, les péripéties s'enchaînent ... Picasso retrouve Gertrude Stein qui croit toujours en lui, il se retrouve en rivalité avec Matisse que les autres appellent tous "Cher Maître" ... Picasso est aussi totalement envoûté par des fétiches africains, se met à la sculpture, et se sent voyant, médium ...
ce sont aussi les retrouvailles avec l'ami Apollinaire, toujours aussi dandy, parfois amer, parfois drôle, souvent poète
l'histoire est toujours vue par les yeux de Fernande, dans sa vie, dans ses rêves, dans sa vision d'un Picasso tantôt enthousiaste, tantôt jaloux et très possessif, tantôt mystique, parfois obsédé ou lunatique ... un artiste
Commenter  J’apprécie          190
Petitebijou
  09 janvier 2014
Le tome 3 débute avec une évocation du passé de Picasso.
Celui-ci emmène Fernande à Barcelone, lui fait rencontrer sa famille, puis décide de séjourner dans un petit village pittoresque du nom de Gosol, qui va être décisif dans son processus créatif.
Le récit se fait un peu fantastique, car les décors et les gens qui peuplent ou hantent le village semblent sortir d'un cauchemar éveillé. La rudesse des contacts, le dénuement de la chambre d'hôtel, le danger pressenti ramènent le peintre à une condition primale de l'homme dans laquelle il plonge corps et âme, au grand effroi de Fernande. Picasso décide de sculpter le bois, et le jour et la nuit sont le théâtre d'une frénésie de création. L'expression devient sauvage, brute. Fernande sert toujours de modèle, mais la laideur que lui renvoient les portraits de Picasso la terrorise. Picasso est comme possédé.
Un événement nocturne amène le couple à fuir précipitamment, et c'est l'occasion pour les auteurs de raconter l'histoire tragique de Conchita, la petite soeur de Pablo.
De retour au Bateau-Lavoir, Picasso est désormais encore plus provocateur et pressé que l'on reconnaisse son génie. Il se prend de passion pour les masques nègres, et rencontre enfin pour la première fois chez les Stein son rival Matisse dont le credo artistique est « l'harmonie et le bonheur ».
Dans ce microcosme la vie est toujours aussi foisonnante. Les amitiés et les amours se font et se défont. Pablo organise la rencontre entre Apollinaire et Marie Laurencin, et c'est le coup de foudre. Celle-ci expose pour la première fois ainsi que Max Jacob au Salon des Indépendants.
Sous les yeux d'un Pablo furieux, Matisse triomphe avec son « Nu bleu ».
Le troisième tome est à ce jour le dernier de la série et aussi mon préféré. Il est plus contrasté par rapport aux précédents, débutant par ce séjour en Catalogne décisif et se poursuivant à Montmartre où les événements se précipitent. de fait, esthétiquement, l'album est plus riche, attractif. le récit se concentre davantage sur le processus créatif de Picasso, au travers de fulgurances, de jaillissements, de colères explosives. Tous les éléments sont bientôt réunis pour que sa carrière explose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
outofzebra
  07 mai 2013
Après avoir dit tout le bien que je pensais du premier tome des aventures de Pablo Picasso, par Birmant et Oubrerie, je me suis abstenu de faire la critique du second tome, moins léger. On retrouve dans le troisième tome le ton de l'esquisse légère pour brosser le portrait du peintre qu'il est convenu de considérer comme le Michel-Ange des temps modernes, et qui ambitionna, de fait, d'atteindre le sommet de l'art.
Plus intellectuel que Picasso, Delacroix mentionne dans son «Journal» que, contrairement à la musique, qui exige des oeuvres les plus parfaitement composées, l'esquisse vaut souvent mieux en peinture que le produit fini destiné à satisfaire le commanditaire…
Ma comparaison est ici avec des biographies pesantes, pleines de références et qui se veulent exhaustives, mais tombent dans les détails superflus, voire souvent le piège de l'hagiographie en ce qui concerne Picasso, afin d'en faire une gloire nationale.
L'habileté du scénario de Julie Birmant consiste à mettre les personnages « secondaires » en avant, et à décentrer au maximum sa biographie de Pablo, ce qui permet de gommer l'image d'Epinal du « monstre sacré », et de rendre l'artiste plus humain. D'ailleurs l'oeuvre d'un artiste qui vise la gloire comme Picasso, ne s'élabore pas exclusivement en son âme et conscience. Il tient compte de ses contemporains, ou au moins de son entourage proche, surtout lorsqu'il est composé d'artistes comme Max Jacob et Apollinaire, ou d'amateurs d'art comme Gertrude Stein, que l'on voit traiter Picasso comme son poulain. Les caractères sont bien traités, d'une manière caricaturale mais sans excès, suivant une méthode qui permet d'en saisir le caractère. Max Jacob dans le premier tome, étonné et séduit par tant de primitive virilité chez son ami Pablo ; Matisse fait office de contrepoint dans le dernier, tant son tempérament policé diffère de celui du brutal Espagnol. le scénario fait bien d'insister sur la virilité, voire le machisme de Picasso, dont l'art n'a pas toujours l'heur, en effet, de plaire aux femmes, a contrario de Gertrude Stein, dont la BD de Picasso nous dit qu'il a voulu la portraiturer comme une pierre. Je fais référence ici à la biographie d'une autre Américaine, qui s'est appliquée à démolir la statue de Picasso, pour la seule raison de cette virilité débordante (Arianna Stassinopoulos-Huffington). Au demeurant, on peut se demander si le seul lien véritable entre Picasso et le parti communiste ouvrier n'est pas, précisément, cette virilité, vu l'indifférence manifestée par Picasso pour l'idéologie ou la politique ? (la mentalité de Picasso est très éloignée de la dévaluation de l'idée de "génie artistique" par K. Marx).
Pour le défaut de ce «biopic», et bien que le dessin de Clément Oubrerie soit assez enlevé, je mentionnerais la colorisation des planches, estimant le noir et blanc à la fois mieux adapté à la BD en général, et à l'art d'un peintre assez sculptural.
La biographie de Birmant et Oubrerie permet de suppléer autant que possible à l'enseignement de l'histoire de la peinture, presque parfaitement sinistré en France, ou recouvert du leitmotiv de l'art numérique, qui dissimule mal son objectif de promotion des gadgets technologiques. Des esprits moins ronchon que le mien diront que cela permet au moins de préserver l'art du manque de saveur des matières enseignées à l'école… et ils auront sans doute raison.
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
BDSelection   17 mai 2013
Toujours porteur d'une grande vivacité, le dessin de Clément Oubrerie rend également compte d'une certaine noirceur. Il est une nouvelle fois magnifiquement mis en couleur par Sandra Desmazières qui possède une palette bien à elle.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Sceneario   30 avril 2013
Le scénario de Julie Birmant est tellement riche, avec pas mal d'informations, de digressions, d'idées que l'on se laisse facilement emporter dans ce tout en ne gardant que l'impression d'avoir croisé la belle jeune fille, qui continue d'observer ce petit monde légèrement en retrait !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   26 avril 2013
Magnifique description du mécanisme de création à travers le regard d'une femme amoureuse, ce troisième volume explore la psyché du peintre jusque dans ses plus sombres tréfonds.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   25 décembre 2014
Nous autres, pauvres humains, nous nous arrêtions à la surface des choses, lui [Picasso] savait pénétrer sous le voile des apparences.
Commenter  J’apprécie          140
cascasimircascasimir   16 mars 2019
Pablo peignait, sculptait, dessinait tout ce qu'il pouvait. Et en même temps, il n'était qu'avec moi. Je te vois dans tous les bouts de bois, Fernande.
Commenter  J’apprécie          100
FabricienneFabricienne   28 décembre 2013
- Voilà, nous y sommes. Au sommet de l'art civilisé. Maintenant je veux aller là-bas.
- Tout là-haut ? Alors je viens avec toi !
- Impossible, il n' y a pas de piste pour les âmes ! je vais monter à mains nues.
- Mais ... c'est absurde ! Tes mains ... tes précieuses mains ! N'y va pas !
- N'oublie pas que je suis Picasso ! je dois inventer ... L'ART MODERNE !
Commenter  J’apprécie          10
FabricienneFabricienne   28 décembre 2013
Parmi ses têtes ibériques, ses totems de Gosol ... ses fétiches africains ...
- JE VOIS TOUT.
... Picasso se sentait devenir Chaman.
Commenter  J’apprécie          20
BibliotekanaBibliotekana   01 août 2013
-Notre victoire sur "C.M." est écrasante, n'est-ce pas ?
-Oui !
-Mais attention, ce n'est que la première manche. Le vieux n'a pas dit son dernier mot.
-J'espère bien.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Clément Oubrerie (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clément Oubrerie
Après une première vie de documentariste, chroniqueuse radio et dramaturge, Julie Birmant ajoute le 9ème Art à ses nombreux talents de scénariste en 2010. Elle publie avec Catherine Meurisse un premier album remarqué : Drôles de femmes, dix portraits de femmes drôles célèbres (Yolande Moreau, Sylvie Jolie, Claire Bretécher...). Avec Pablo, qui retrace la jeunesse de Picasso, elle collabore avec Clément Oubrerie pour la première fois, et signe une grande et belle série en quatre albums. Le duo revient en 2018 avec une nouvelle série, de fiction cette fois, intitulée : Renée Stone, entre Agatha Christie et Indiana Jones. Découvrez le tome 1 de Renée Stone : http://www.dargaud.com/bd/Renee-Stone/Renee-Stone/Renee-Stone-tome-1-Renee-Stone
+ Lire la suite
autres livres classés : Quartier MontmartreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le surnom des écrivains

Quel écrivain surnommait-on «pique la lune» lorsqu’il était petit ?

Guillaume Apollinaire
Antoine de Saint-Exupéry
Jules Verne

10 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature françaiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..