AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260017665
Éditeur : Julliard (06/11/2008)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Dans un château en Suède encerclé de neige, les Falsen, une famille légèrement psychopathe, reste prisonnière jusqu’au printemps en compagnie d’un hôte qui s’est invité à l’improviste. Entre vrais et faux cadavres, la châtelaine désoeuvrée s'amuse à séduire un cousin transi de froid et d'amour, sous le regard complice de son mari bourru et de son frère incestueux. À partir d’une intrigue classique de vaudeville, "Château en Suède" bascule vers la comédie de moeurs s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Missbouquin
  22 mars 2012
Après un de ses romans, Un Sang d'aquarelle, qui avait été un coup de coeur, et une véritable révélation puisque c'est ainsi que j'ai découvert cette auteur; je l'aborde sous l'angle du théâtre et de sa première pièce. L'auteur reprendra d'ailleurs les personnages de Sébastien et d'Eléonore dans Des bleus à l'âme, roman-essai paru en 1972 (et je vais donc m'empresser de le lire ! :)
J'y ai immédiatement retrouvé un humour décapant, une maîtrise de la langue et de l'ironie qui m'a ravi à chaque réplique. le personnage de Sébastien, cynique, désoeuvré et désespéré, est particulièrement savoureux.
Au fil des répliques, on découvre les tensions d'une famille spéciale, dont les membres semblent forcés de se côtoyer, sans vraiment s'apprécier. Un jeu complexe de manipulations autour du jeune homme qui s'invite au milieu de ces hôtes étranges, qui cherchent tous les moyens possibles de se désennuyer, à ses dépens …
J'ai vu que cette pièce avait été adaptée en téléfilm en 2008 par Florian Zeller et Josée Dayan. Cette dernière explique son choix ainsi :
“J'aime Château en Suède car c'est pour moi un véritable thriller sentimental. Françoise Sagan dresse avec une redoutable adresse un portrait cruel et élégant de l'aristocratie décadente. La formidable adaptation de Florian Zeller est pour moi l'occasion de rendre compte d'un complexe jeu de sentiments, d'une petite musique de la douleur entre comédie de moeurs et bal des vampires.”
Je me trouve parfaitement d'accord avec cette citation et cette définition de l'oeuvre : un véritable thriller sentimental, avec à la fois de la cruauté et de l'élégance.
Difficile de vous en dire plus sans dévoiler les ressorts de cette courte pièce, qui sort des canons théâtraux classiques avec brio ! A découvrir : à voir ou à lire !
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
lecassin
  21 octobre 2012
« Château en Suède » est la première pièce de théâtre de Françoise Sagan : une pièce en quatre actes Qui fut représentée pour la première au théâtre de l'atelier le 9 Mars 1960.
Huit personnages, plus deux : un château, l'hiver …
Huit personnages : Hugo et sa soeur Agathe descendants d'une noble famille, la première femme d' Hugo, Ophélie que tout le monde croit morte, Eléonore la deuxième femme d'Hugo et son frère Sébastien, Frédéric un cousin éloigné, la grand-mère et Gunther le serviteur… Ajoutons à cela tous les ingrédients d'un vaudeville : de l'adultère, des relations incestueuses, des faux meurtres, de la folie....

Bon ! Autant le dire tout de suite, je ne suis pas particulièrement amateur de vaudeville… « des portes qui claquent, des cocus qui défilent inlassablement sur la scène » disait François Chalais… mais pourquoi pas…
Au final, une pièce sans grand intérêt… Sauf pour Sagan elle même, pécuniairement parlant… A moins qu'elle ne se soit réellement amusée à écrire certains passages « à choquer le bourgeois »…Et ça, ça n'a pas de prix…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
aranzueque-arrieta
  01 mai 2012
Château en Suède
Françoise Sagan
Julliard


Château en Suède est la première des trois pièces de théâtre écrites par Françoise Sagan. Elle fut publiée et représentée pour la première fois en 1960 au théâtre de l'Atelier.
Le jeune et séduisant Frédéric rend visite aux Falsen, ses cousins qui habitent un château perdu dans la campagne suédoise. Il assiste, coincé par la neige pendant les longs mois d'hiver, aux délires de cette singulière famille qui se compose d'Agathe et Hugo - les propriétaires du château, descendants d'une illustre et noble famille - d'Éléonore - sa deuxième femme dont l'invité tombe amoureux - et de son frère Sébastien, et d'Ophélie - de son vrai nom Mathilde, la première femme d'Hugo que ce dernier a fait passer pour morte afin d'épouser Éléonore -.
Françoise Sagan joue avec les codes du vaudeville - de l'adultère à l'armoire où se cache l'amant - de la comédie de moeurs et du marivaudage - en développant des intrigues amoureuses cocasses -.
Le château perdu dans la campagne fonctionne avec ses propres codes moraux, loin du temps présent - tous portent des costumes du XXVIIIème siècle, car Agathe refuse toute forme de modernité -, loin du monde - dans ce territoire enneigé inaccessible -, loin de la civilisation - les Falsen sont des sortes de seigneurs féodaux psychopathes qui abusent de leur pouvoir -.
Cet espace insolite devient un terrain de jeux pervers, un échiquier où les pions-personnages se déplacent au hasard de leurs caprices et de leurs alliances.
Françoise Sagan utilise le jeu en tant que recours théâtral, dont on observe une intéressante mise en abime permanente, pour se jouer de ses personnages - qui s'ennuient à longueur de journée - et de leurs intrigues mesquines.
L'écriture et la forme classique - désuète même - utilisées dans la construction dramaturgique de Château en Suède surprend à une époque - fin des années cinquante et début des années soixante - où le théâtre expérimentait des mises en scène et des textes révolutionnaires d'un point de vue de la structure.
La romancière novice dans l'art théâtral nous livre une oeuvre pleine de perversion et d'humour servie par une intrigue cohérente et plutôt bien ficelée, néanmoins Château en Suède n'apporte strictement rien de nouveau d'un point de vue dramaturgique. La pièce parait même très datée.
On a parfois l'impression que Françoise Sagan joue sur sa réputation d'auteure sulfureuse pour choquer et provoquer un certain public parisien de l'époque, à moins qu'il ne s'agisse d'amuser le bourgeois. Ses romans sont bien plus intéressants et aboutis que cette incursion en territoire inconnu qui demeure une parenthèse fantasque que l'on oubliera bien vite.

http://faranzuequearrieta.free.fr
Lien : http://faranzuequearrieta.sk..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Alexielle63
  24 mai 2011
Je n'avais jamais lu une oeuvre de Françoise SAGAN auparavant et comme beaucoup, je pensais commencer par la plus renommée : Bonjour tristesse. J'ai donc emprunté cet ouvrage regroupant plusieurs de ses écrits à la médiathèque et comme je le fais toujours, je l'ai feuilleté. Première constatation : que des romans à part cette pièce de théâtre. Curieuse, j'ai voulu me faire un premier avis. J'ai donc lu une page puis 2, puis 3... jusqu'à arriver à la fin en moins de temps qu'il ne faut pour le dire tellement cette pièce m'a plu.
L'humour est omniprésent, j'ai ri du début à la fin. Les répliques sont cinglantes, pleines de sarcasme et de bons mots. J'adhère totalement à cet humour très second degré !
Les personnages sont tous plus farfelus les uns que les autres, notamment Agathe qui possède les trois quarts du domaine et oblige tout le monde à vivre comme au XVè siècle, en tenue d'époque. Les convenances doivent être sauves. Et elle n'est pas aidée par les autres habitants du château : Hugo, son frère, bigame, Éléonore et Sébastien, l'épouse d'Hugo et son frère. Ce sont deux « enfants » terribles (de 28 et 30 ans tout de même!), inséparables, aimant rien tant que de faire tourner en bourrique les visiteurs du château. Personnellement, j'ai un faible pour Sébastien. C'est un véritable parasite. Épousez la soeur, c'est adopter le frère ! de toute façon, il ne vous demande pas votre avis, il s'incruste. Il ne se prend jamais au sérieux, toujours en train de plaisanter même quand la situation devient critique. 
Les situations rocambolesques ne manquent pas non plus.
Cette pièce a des airs de vaudeville, de farce et même souvent, de Molière, une référence en la matière !
Un très bon moment qui m'a rappelé à quel point j'aime le théâtre, il faudrait que j'en lise plus ! D'ailleurs, l'auteur a écrit d'autres pièces, qui ne sont pas dans ce recueil mais que je note, à l'occasion...
Lien : http://lecturesdalexielle.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nina
  02 octobre 2011
Le sujet : Un château isolé par la neige qui abrite une étrange famille "les Falsen" va être le décor d'une macabre mise en scène. Frédéric, l'étudiant qui fait une étude sur un membre de la famille Falsen est obligé de rester dans le château plusieurs mois. Il n'est pas parti à temps et la neige va bloquer les routes tout l'hiver. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'il va être la victime d'un étrange scénario qui se renouvèle chaque année.
Les acteurs sont tous excellents mais les personnalités de Guillaume Dépardieu dans le rôle du frère incestueux, parasite et débauché et de Jeanne Moreau en vieille folle gardienne d'un patrimoine familial obscur sont sublimes. Pourtant le scénario s'enlise par manque de construction logique, je n'ai pas compris le but de cette macabre machination ?
Déçue, j'ai lu la pièce de théâtre car je pensais que le film n'avait pas su rendre la pièce dans son intégrité.
La pièce de théâtre est en quatre actes, les éditions Julliard l'ont rééditée avec beaucoup de soin, elle se lit avec facilité. Les explications des différentes scènes et décors sont claires et précises. Pourtant j'ai ressenti les mêmes faiblesses dans le scénario. Avec ce huis clos dans ce château bloqué par la neige, Françoise Sagan a merveilleusement réussi la mise en scène de sa pièce de théâtre mais malheureusement il y a un manque certain dans la logique des évènements, l'histoire s'enlise par manque de cohérence.
Lien : http://de-page-en-page.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
YukoYuko   09 septembre 2011
OPHELIE. - Si jeune, quelle tristesse... ! quel sombre destin, comme dirait Agathe. Je peux vous embrasser, Frédéric ?
Il a l'air désemparé. Elle vient vers lui.
OPHELIE. - Alors ? Je voulais dire "sur la bouche".
FREDERIC. - Non.
OPHELIE. - Mais ce n'est pas amusant, autrement.
FREDERIC. - Non ! Pas sur la bouche.
OPHELIE. - Mais ce n'est pas amusant autrement.
FREDERIC. - Je n'ai pas envie de rire.
OPHELIE. - Ça, je vous comprends. Mais ne vous découragez pas. On peut y échapper parfois.
FREDERIC. - Que voulez-vous dire ?
OPHELIE. - Mon Dieu, si vous saviez...
FREDERIC. - Sii je savais quoi ?
OPHELIE. - Ce qu'ils vont vous faire... Mon Dieu...
FREDERIC. - Que voulez-vous qu'on me fasse ? Et qui ?
OPHELIE. - Les autres. Ils vont vous faire peur, d'avord, et puis vous tuer, peut-être. Mon Dieu...
FREDERIC, impatient. - Me tuer, mais on est au XXe siècle, ma petite, malgré ces dentelles. Et si Sébastien me cherche noise...
OPHELIE. - Il y a Hugo aussi. Il m'a bien tuée, moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alexielle63Alexielle63   24 mai 2011
SEBASTIEN, gracieux - Vous trouvez que je minaude aussi ?
HUGO - Vous non. Vous grincez. Pourquoi avez-vous l'air si content ? Ça vous amuse, vous, ces petits cousins qui débarquent chaque hiver et nous encombrent ? Tout cela au nom de la fameuse hospitalité des Falsen !
SEBASTIEN – Je les trouve assez distrayants.
HUGO – Je sais. Ca vous amuse même rudement. Si vous n'aviez pas engrossé toutes les femmes de chambre, je me demanderais.. mais non, ça vous amuse simplement. Eléonore et vous passez l'hiver à ricaner dans leur dos, à jouer un jeu que je ne comprends pas. Quel plaisir prenez-vous à vous moquer d'un autre homme ?
SEBASTIEN – Le plaisir le plus bas, Hugo, donc un des plus profonds.
HUGO – Vous aimez bien les plhrases, hein ?
SEBASTIEN – C'est tout ce qui me reste, mon cher. L'intelligence est devenue une chose terrible, à notre époque. Elle vous tourmente vous-même, elle irrite les autres, elle ne convainc ni eux ni vous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alexielle63Alexielle63   24 mai 2011
AGATHE, elle chuchote – Gunther...
GUNTHER – Elle m'appelle ?
(…)
AGATHE – Gunther, quand je vous ai dit mille fois que vous devriez m'appliquer la troisième personne du singulier, cela voulait dire « mademoiselle ». Pas « elle ».
GUNTHER – Bon.
AGATHE – Gunther, je vais vous tutoyer. Pour la première fois sans doute depuis trente ans.
GUNTHER, étonné – Elle est bien libre. C'est pas moi qui lui ferai des histoires.
AGATHE -, solennelle – Gunther, tu m'es attaché, n'est-ce pas ? Et à notre demeure ? Et à mon frère Hugo ?
GUNTHER- Je les aime tous les deux comme s'ils étaient de ma famille. Elle le sait bien.
AGATHE – Oui, elle le sait. Elle a une mission à te confier, Gunther, il faut que tu l'écoutes.
GUNTHER – Qu'elle parle.
AGATHE – Qu'elle parle.
(…)
AGATHE, agacée – Elle, c'est moi ! Tu comprends, Gunther. Que c'est agaçant, cette manie chez toi ! On est toujours trois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   21 octobre 2012
Nous vivions une époque pourrie, mon cher. Ayez de l’orgueil, un peu d’argent, quelque sensualité, et vous êtes fait. Fichu.
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean   16 novembre 2015
Il n'y a qu'un vrai silence : celui de la mort.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Françoise Sagan (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Sagan
"Bonjour tristesse", de Françoise Sagan (Alchimie d'un roman n°53)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Françoise Sagan

De combien de livres Sagan est-elle l'auteur ?

Une dizaine
Une trentaine
Une quarantaine
Une cinquantaine

10 questions
86 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise SaganCréer un quiz sur ce livre