AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259278799
Éditeur : Plon (18/09/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 2.7/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Comme bien des femmes de sa génération , Fanny voyait des protecteurs dans ses amants , idée disparue depuis belle lurette .
Châteaux, cours , collines , ciel bleu pâle , fin d'été la Touraine déroulait ses charmes .
"Que la France est belle pensait Fanny ,et que mon amour est beau ."
Ludovic était derrière elle , l'avion sentait la bruyère et le seringa , survolé d'assez près pour qu'on le respire . A un moment , Fanny fut envahie d'un désir s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  06 octobre 2019
J'ai aimé ce roman, sans l'aimer vraiment.
Etrange, pensez-vous, alors, je vais vous expliquer.
Je l'ai aimé parce que c'est Sagan et parce que c'est moi.
Elle qui m'a éblouie alors que je n'avais que 14 ans avec « Bonjour tristesse ».
Elle qui a fait de moi une lectrice assidue et exigeante, amoureuse des belles phrases et de cette petite musique « Saganesque » qui n'appartient qu'à elle et que j'ai tellement aimée dans chacun de ses livres.
Cette musique littéraire, je l'ai retrouvée dans ce roman inédit sur lequel je me suis précipitée dès sa parution.
Dévoré en quelques heures bien que l'histoire ne soit pas des plus passionnantes.
Je ne l'ai pas aimé à cause de la banalité du sujet, à cause des personnages qui manquent de caractère.
Nous sommes bien loin de la belle héroïne de « Bonjour tristesse » où d' »Un peu de soleil dans l'eau froide ».
Si vous ne connaissez pas encore l'élégance de Sagan, je vous conseille vivement ses premiers romans.
Voilà pourquoi, j'ai mis 4 étoiles à un roman qui ne m'a pas vraiment conquise :
Parce que c'est elle et parce que c'est moi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
MissSherlock
  14 octobre 2019
Je ressors frustrée de ma lecture du roman inachevé de Françoise Sagan.
Si l'on retrouve en partie le style particulier de l'auteur, le livre est d'une pauvreté affligeante.
Les personnages sont creux, les situations dénuées d'intérêt, il n'y a pas de passion et, peut-être le pire à mes yeux, Sagan éprouve une véritable antipathie pour ses personnages. Tous sont pétris de défauts et même le pauvre Ludovic s'en prend plein la gueule. C'est moche.
Ce roman n'est au final qu'une ébauche et le fils de Sagan n'a pas le talent de sa mère aussi il n'a pas su combler les vides. Il aurait mieux fait de ne pas éditer ce texte ou de le laisser à l'état brut plutôt que de mutiler son oeuvre .
Cet hommage pour l'anniversaire des quinze ans de la mort de Sagan est raté... sauf pour le fils qui va remplir un peu plus son porte-monnaie.
Commenter  J’apprécie          234
saphoo
  30 janvier 2020
Quelle déception ! le plaisir de retrouver Françoise Sagan, et non, au si peu, des répétitions dès le début "Au demeurant" bah j'ai dû le croiser au moins 5 ou 6 fois après je n'ai plus compté ! L'histoire est d'un ennui total, les personnages sont vraiment pas dans le genre sympa, des histoires sans intérêt.
Bref, je n'ai pas retrouvé le panache des autres romans.
Si elle n'avait pas édité ce texte, parce que non fini et certainement pas retravaillé, et bien il aurait été préférable de le laisser là où il était plutôt que de faire faux bond à ses lecteurs. C'est quoi, un coup de commerce, tirer profit du nom de Françoise Sagan !
Aurai préféré rien lire que ce livre inachevé.
Commenter  J’apprécie          231
dido600
  17 octobre 2019
Un roman inédit et resté inachevé de Françoise Sagan, les Quatre coins du coeur.
On retrouve dans le roman signé Françoise Sagan, le style distancié et sarcastique qui fait le charme de son oeuvre, avec un goût d'inachevé qui laisse le lecteur sur sa faim. C'est Denis Westhoff, le fils de la romancière, qui signe la préface de l'ouvrage, racontant avoir découvert le manuscrit de ce roman presque par «miracle» après la mort de sa mère en 2004, rappelant que tous les biens de la romancière avaient été «saisis, vendus, donnés ou acquis de manière douteuse».
L'ouvrage, en deux volumes «dactylographié, avait été tellement photocopié que le contour des lettres n'était plus tout à fait net», ajoute le fils de la romancière. «Le texte m'avait confondu par son écriture violemment saganesques, son caractère parfois impudent, sa tonalité si baroque et le rocambolesque de certaines péripéties», met en avant Denis Westhoff qui reconnaît aussi avoir retouché l'ouvrage. le manuscrit était «privé de certains mots, parfois même de passages entiers», se justifie-t-il, pour expliquer ses interventions. Denis Westhoff indique avoir apporté «les corrections qui (lui) semblaient nécessaires en prenant soin de ne pas toucher au style ni au ton du roman».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Lune93
  18 décembre 2019
Une histoire où il est question d'amour (au pluriel d'ailleurs) dans un milieu bourgeois comme d'habitude chez cette auteure.
Ludovic Cresson, victime d'un grave accident de voiture, voit son couple battre de l'aile. Son épouse, Marie-Laure, méprise cet homme diminué.
L'arrivée de sa belle-mère, Fanny (mère de sa femme) va chambouler le cours des choses. Ludovic est amoureux de celle-ci et ils vont entretenir une relation charnelle.
Le père de Ludovic, Henri, porte également de l'intérêt à cette Fanny.
Voilà pour l'essentiel.
Mon avis : je n'ai pas reconnu du tout l'écriture de Sagan, je n'ai pas reconnu son style non plus. Pour être honnête, l'histoire est plate, inintéressante et ennuyeuse. C'est bien la première fois que cela m'arrive avec cette auteure que j'adore. Il aurait été mieux que ce livre reste inachevé, qu'il soit vendu dans son jus ou bien qu'il reste au chaud dans un tiroir...
Lu en décembre 2019 / Plon - Prix : 19 euros.
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (1)
Telerama   23 septembre 2019
Ce roman posthume, mais surtout inachevé, à l’intrigue plus vaudevillesque que chabrolienne, souffre d’incohérences et de maladresses. Une étrange façon de rendre hommage à l’auteure, pour le 15e anniversaire de sa mort.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   20 septembre 2019
Ayant atteint le petit perron ridicule sur la rampe duquel elle posa une main lasse, Marie‑Laure fut obligée de faire un bond pour se réfugier en haut des trois marches, car un bolide lancé d’une main peu sûre venait de freiner juste à ses pieds avec une large projection de graviers qui l’eût fait sursauter ou hurler si un autre conducteur que son beau‑père avait été au volant. Depuis quelque temps, Henri Cresson avait décidé que son chauffeur vieillissait et qu’il était temps pour lui de reprendre la conduite – catastrophe pour les voisins, terreur pour les animaux et ses relations quand ils le croisaient sur la route.
– Mon Dieu, père, dit quand même Marie‑Laure d’une voix froide, mais où est votre chauffeur ?
– L’appendicite… repos, dit gaiement Henri Cresson en descendant de sa voiture, l’appendicite…
– Mais ça fait la quatrième appendicite cette année…
– Oui, mais il en est ravi. Toutes ses assurances sociales, etc., plus son salaire, voilà un homme qui ne fiche rien avec entrain et qui reste au lit quand il le faut tellement il a peur des gendarmes, des assurances et de je ne sais plus quoi.
– C’est vous qui devriez avoir peur.
– Peur ? Et de quoi ? Passez, ma bru, passez, je vous en prie.
Elle détestait qu’il l’appelât « ma bru » mais il ne se privait pas de le faire, malgré les reproches de sa femme, l’imposante Sandra qui avait réussi à se planter sur les marches du perron pour accueillir aimablement son époux alors qu’elle gardait d’ordinaire la chambre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          65
rabannerabanne   10 mars 2020
Un garçon qui, avec le courage des simples, aimait ce qu’il désirait, admettait ce qui l’émouvait, bref, s’y livrait sans se débattre. Naïvement, comme plus personne – ou si peu – n’en avait la possibilité, le courage ou la simplicité en ce siècle.

(22ème Printemps des Poètes - du 7 au 23 mars 2020 - Thème : "Le courage".
https://www.printempsdespoetes.com)
Commenter  J’apprécie          230
ElisanneElisanne   22 septembre 2019
A ce moment‑là, c’est le deuil de vous‑même qu’il faut supporter, un mépris sans mémoire, même celle des jours heureux. C’est ce mépris perpétuel et noir de vous‑même, cette machine à souffrir qui redevient, la nuit, bête gémissante sous les draps, et le jour, visage anonyme qui refoule ses larmes. Vous résistez, vous vous battez, et la mélancolie vous aide comme une façade et une banalité. Un vague respect entoure le pantin pleurnichard que l’on est devenu et qui vous rend respectable, parfois même séduisant pour autrui. Mais si cet autre s’intéresse à vous suffisamment, à votre chagrin et à votre refus, si votre refus, justement, ne l’humilie pas trop, si cet autre sait qu’un cœur battu est encore un cœur battant, alors tout peut redevenir une fenêtre ouverte sur une terrasse par un bel après‑midi d’automne. Alors la première feuille sur votre joue n’est plus une gifle du passé mais un bonheur inimaginable, tout à coup irréfutable, incompréhensible, un bonheur quel que soit le nom qu’on lui donne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   17 avril 2020
Et elle ne pensait pas à son âge à lui ni au sien, n'y voyait en aucun cas un obstacle, c'était juste un fait sans importance comme la différence de couleur de leurs cheveux. Lui s'émerveillait de chaque détail de son corps, même de ses légers défauts, comme d'une découverte et d'un cadeau.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   10 août 2020
Enchanté, le rejeton continua donc ses bonnes manières. Ce n’est que plus tard, en rencontrant Marie-Laure, qu’il était devenu malheureux : amoureux et malheureux, plus soucieux de la vie de quelqu’un d’autre que de la sienne ; moins malheureux de ne pas partager la vie de son amour.
Cet amour n’était pas tellement considéré par Marie-Laure, sinon par rapport à elle-même. Et pourtant ses parents à elle, Quentin et Fanny Crawley, s’étaient toujours aimés et avaient montré l’exemple d’une intimité, d’une passion et d’une tendresse sans défaut. Mais Marie-Laure semblait les avoir méprisés pour ça. Eux-mêmes avaient paru la fuir instinctivement, voire en avoir peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Françoise Sagan (91) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Sagan
Solennel ou dépouillé, prolixe ou lapidaire, maniéré ou laconique... Il y a autant de styles que d'écrivains, et ce sont eux qui en parlent le mieux. Céline, Duras, Sagan ou encore Houellebecq nous racontent ce que c'est pour eux que le style littéraire. Et pour vous, ça veut dire quoi ?
Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr
Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : amourVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Françoise Sagan

De combien de livres Sagan est-elle l'auteur ?

Une dizaine
Une trentaine
Une quarantaine
Une cinquantaine

10 questions
110 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise SaganCréer un quiz sur ce livre

.. ..