AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743606789
Éditeur : Payot et Rivages (19/08/2000)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 55 notes)
Résumé :

Une certaine forme de sagesse se reconnaît à la volonté de ne pas brusquer la durée, de ne pas se laisser bousculer par elle, pour augmenter notre capacité à accueillir l'événement. Nous avons nommé lenteur cette disponibilité de l'individu. Elle exige que nous donnions au temps toutes ses chances et laissions respirer notre âme à travers la flânerie, l'écriture, l'écoute et le rep... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
kathy
  17 mars 2012
Pierre Sansot appartient à cette nouvelle famille d'écrivains, les « chroniqueurs du peu ». « L'art du peu » se manifestant dans une manière de vivre de la sagesse.
Dans son ouvrage, du bon usage de la lenteur, l'auteur s'oppose aux diktats des «infatigables» , ceux qui courent après le temps pour produire plus, consommer plus, voyager plus, aller plus vite, être plus performant,… bref, ceux qui s'étourdissent de projets afin de se fuir eux-mêmes.
Du coup, sa hantise étant « de se louper durant toute une existence » et d'être un raté du bonheur, il nous propose son programme qui consiste à ATTENDRE au lieu d'atteindre et à tenter de voir ce qu'on ne regarde plus - je vois, donc je suis !
Un livre instructif pour apprendre à ne pas brusquer le temps, augmenter sa capacité d'accueillir le monde et se montrer attentif aux autres.
La lenteur : un choix de vie ?
Alors ! RALENTISSEZ !!
Commenter  J’apprécie          160
brigittelascombe
  22 mars 2012
"Moderato cantabile" prône Pierre Sansot dans son essai autobiographique: du bon usage de la lenteur.
L'auteur (essayiste contemporain) aime flâner (pour "s'accomoder du temps" sans se bousculer),rêver(entre inconscient et vigilance pour trouver sa propre créativité),écouter(l'autre ou lui-même),attendre (l'instant propice), profiter du moment qui passe (pour en capter l'essence),se reposer (comme à l'époque pas si lointaine où les anciens pour dépasser les vaches maigres d'une longue semaine de travail bénissaient la grasse matinée du dimanche ou se satisfaisaient d'une sieste bienfaitrice) loin de "la fébrilité culturelle" d'aujourd'hui,.
Une philosophie de la vie pleine de sagesse et des conseils utiles pour faire un bon usage de la lenteur!
Commenter  J’apprécie          110
Mammny
  18 septembre 2013
Réflexions sur la politique de la ville, de la culture...
Qu'en est-il de la lenteur dans notre société où tout va vite?
A lire pour se reprendre et retrouver une forme de sérénité.
Commenter  J’apprécie          20
AnneCath
  27 juillet 2011
Il en est de certains livres comme de certains lieux. Dès les premiers instants, ils nous parlent de choses dont nous avons une connaissance intime depuis toujours, mais que nous n'avions jamais pris la peine d'exprimer. Pour qui, pour quoi ? Et soudain, voilà, tout est écrit là devant nos yeux. Cette vérité que nous avions fait nôtre et qui du coup prend encore plus d'importance à nos yeux... parce que oui, c'est écrit là...
Lien : http://rozven.hautetfort.com
Commenter  J’apprécie          40
Cacha
  16 juin 2015
Philosophie au charme suranné.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   15 décembre 2017
 
 
   La lenteur n'est pas la marque d'un esprit dépourvu d'agilité
ou d'un tempérament flegmatique. Elle peut signifier que chacu-
ne de nos actions importe, que nous ne devons pas l'entrepren-
dre à la hâte avec le souci de nous en débarrasser.
Commenter  J’apprécie          30
kathykathy   28 février 2012
Ecouter ne constitue pas le pôle passif de l'échange, comme si chacun d'entre nous prenait à tour de rôle l'initiative. Il me faut beaucoup de vigilance et d'intériorité créatrice pour susciter cet ESPACE D'ACCUEIL dans lequel les propos de l'autre pourront prendre place.
Recevoir, se montrer capable de recevoir, nécessite autant d'initiative et de générosité que donner, à tel point que les égoïstes, les infirmes de l'échange, ne sauront jamais écouter. Il ne suffit pas qu'ils ouvrent toutes grandes leurs oreilles ou qu'ils cherchent à comprendre ce qui leur est dit. Il leur faudrait d'un geste superbe instaurer un vide stellaire dans lequel les mots de l'autre voltigent, papillonnent avant de se loger à leur aise. De même nous nous effaçons devant les choses pour qu'elles emplissent notre regard; A la suite de quoi se produit une sorte d'expérience merveilleuse. Une pensée autre que la mienne prend sens en moi. Je ne la traque pas, je ne cours pas après elle, je ne l'interprète pas. (...) Ainsi, en me démettant je m'enrichis, en oubliant de prendre l'intitiative et d'aller au plus pressé, en acceptant les intempéries, les temps morts et les silences, je m'augmente d'une autre expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mandarine43mandarine43   08 août 2011
[ Incipit ]

Avant-propos.

Les êtres lents n'avaient pas bonne réputation. On les disait empotés, on les prétendait maladroits, même s'ils exécutaient des gestes difficiles. On les croyait lourdauds, même quand ils avançaient avec une certaine grâce. On les soupçonnait de ne pas mettre beaucoup de coeur à l'ouvrage. On leur préférait les dégourdis - ceux qui, d'une main leste, savent desservir une table, entendre à mi-voix les ordres et s'empresser à les réaliser et qui, enfin, triomphent dans le calcul mental. Leur vivacité éclatait dans leurs mouvements, leurs répliques, et même dans l'acuité de leur regard, la netteté de leurs traits : de vif-argent. « Ne vous faites pas de souci pour eux, ils se tireront toujours d'affaire.» J'ai choisi mon camp, celui de la lenteur. J'éprouvais trop d'affection pour les méandres du Lot, un petit paresseux, et pour cette lumière qui en septembre s'attarde sur les derniers fruits de l'été et décline insensiblement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kathykathy   28 février 2012
Autour de moi, on parle d'interaction, d'interactivité, d'Internet. (...) Je voudrais faire remarquer que nous nous éloignons de l'écoute. Avec ces nouvelles technologies nous avons affaire à des individus qui échangent des informations, plus rarement des émotions. Ce n'est pas par hasard que la notion d'agir revient souvent dans ces expressions - on en oublie la richesse du pâtir, du laisser-être, du laisser-advenir. Nos amis se félicitent de pouvoir se brancher sur un Japonais, un étudiant de l'Ohio, et d'être à leur tour sollicités de tous les points, de tous les réseaux du globe. Quelle peut être la qualité d'un échange qui débute sous ces fâcheux auspices et aussi brutalement?
J'aime qu'un visiteur, même s'il m'est proche, demeure sur le seuil, qu'il frappe à ma porte, que j'aie à deviner le sens de sa visite, parfois en vertu de la seule amitié. (....)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mandarine43mandarine43   08 août 2011
Pour parer aux empressements du temps.

Ce qui me scandalise chez ceux que je nomme les infatigables, c'est que leur énergie ne s'épuise jamais. Nous devrions disposer, les uns les autres, d'une quantité plus ou moins importante, mais de toute manière limitée, d'énergie. A la suite d'une débauche d'efforts, elle diminuerait, quitte à se reconstituer après une période de latence. Je n'ai pas remarqué un tel processus chez mes infatigables et les explications de ce phénomène demeurent incertaines. Le mental peut-il avoir chez un individu une telle importance ? L'ivresse de se dépasser, joies et douleurs mêlées, ouvrirait des vannes d'énergies supplémentaires, et ce serait alors une crue, et non point la sécheresse attendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Pierre Sansot (4) Voir plusAjouter une vidéo

[Pierre Sansot]
Entretien avec Pierre SANSOT à propos de son livre "Cahiers d'enfrance" (aux éditions Champ vallon), carnet intime de l'enfance et de la France. Il se donne le statut de narrateur-observateur.Il explique d'où vient sa curiosité et sa passion à récupérer des informations partout, dans les corbeilles à papier par exemple. Il parle aussi de son enfance et adolescence au niveau scolaire.
>Métaphysique>Cosmologie>Philosophie de la vie. Origine et nature de la vie (7)
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre