AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213709482
336 pages
Éditeur : Fayard (07/03/2018)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Le 2 octobre 2018, le PDG d’une des plus grandes firmes de la Silicon Valley est assassiné dans sa suite de l’hôtel de Crillon à Paris. Porte close, fenêtre fermée de l’intérieur. Le mystère est total. A-t-il été tué par un de ses collaborateurs ? Par un concurrent ? Par les services secrets ? Quels noirs desseins nourrissait le fondateur de Boromir Technologies, le numéro un mondial de la prévision technologique, économique et géopolitique, en tentant un rapprochem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  09 avril 2018
- "Des servantes s'empressent sous leur maître,/Elles sont en or, semblables à de jeunes êtres vivants;/ Dans leurs cerveaux se trouve une pensée réfléchie, ainsi qu'une voix/Et qu'une force; et des dieux immortels elles ont appris des travaux."
- C'est-à-dire, monsieur le président ?
- Vers 418 du chant XVIII de l'Iliade : le dieu Héphaïstos fabriquait des serviteurs de métal doués d'intelligence pour les autres dieux grecs. Vous voyez, ce n'est pas nouveau.
p318
Le rêve des machines intelligentes au service des hommes ne date pas d'hier
Tout homme placé dans une circonstance particulière peut devenir un monstre
Ouvrir la boite de Pandore, c'est les mettre en lumière.
Mondes imaginaires, les Hobbits et leur terre du milieu, ou ZELDA
Les pieds Terre à terre, on a maintenant les GAFA
Google, Apple, Facebook et Amazone
drones tueurs voire autonomes
Ne pas négliger les histoires que les gens veulent nous raconter.
Prenons le temps de les écouter
les romans sont écrits par des nostalgiques
les séries par des impatients, vision du progrès technique....
Attentats, récits poignants, familles de disparus,
histoires tragiques, vies interrompues
Force de constater que la vie reprend le dessus
Commerce, argent effacent les gardes à vue...
Ce qui est rassurant : hum !
Cela n'a pas eu lieu. Cela peut avoir lieu. Dans quelques temps.
NDT en guise de remerciements....
Rendez vous dans dix ans...
j'écoutais Bruel en même temps.
merci Babelio, Ed Fayard, Jacques Attali
Masse critique, d'ouvrir le Printemps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
kielosa
  13 mai 2019

Dans son 69e livre, le célèbre conseiller de la présidence française n'y va pas de main morte : son héroïne, la commissaire de police Fatima Hadj, est expédiée justement par le Président de la République au fin fond de la jungle brésilienne à la poursuite d'un terroriste et éviter ainsi un attentat sur Marseille, "le pire de tous les temps" selon le Président Martial le Guay, ce jeudi 4 octobre 2018 à l'Élysée.
Et cette mission intervient en pleine enquête dont elle est chargée, avec Alfred Zemmour surnommé l'inspecteur Colombo séfarade, de l'assassinat mystérieux et violent d'un gourou fabuleusement riche et puissant de la Silicon Valley, Oleg Brejanski, Américain d'origine juive ukrainienne, spécialiste de logiciels de prédiction hautement sophistiqués, à l'hôtel de Crillon, Place de la Concorde à Paris.
Toute une équipe de Boromir Technologies se trouve, le 1er octobre avec lui à ce splendide palace parisien, lorsque son amant, l'acteur de cinéma Domitian Lebost, découvre le corps de Brejanski, vers minuit, mort par balle explosive, "tirée à trois mètres de distance, d'un angle qui ne pouvait être obtenu que par une arme située à 1,40 mètre de hauteur". Or, les caméras de sécurité haut de gamme du Crillon ne donnent rien, les serrures n'ont pas été trafiquées et la fenêtre était entrouverte de moins de 3 centimètres !
Mes ami-e-s auront sûrement compris les clins d'oeil de Jacques Attali à la littérature, et plus précisément à 2 grands best-sellers mondiaux : "Le mystère de la chambre jaune" de Gaston Leroux de 1907 et plus récemment de J.R.R. Tolkien "Le seigneur des anneaux" de 1954-1955. Boromir est un personnage de cette saga à succès et le frère aîné de Faramir.
Puis, arrive un autre prénom littéraire : Zelda. L'épouse du romancier Francis Scott Fitzgerald, auteur de "Gatsby le magnifique", "Le dernier nabab", "Tendre est la nuit" etc. s'appelait Zelda Sayre (1900-1948). Elle fut une icône des années 1920, quoique souffrant de longues périodes de fragilité mentale (troubles bipolaires) et est morte tragiquement dans l'incendie de l'hôpital psychiatrique où elle fut internée, à l'âge de 47 ans.
L'artiste japonais, Shigero Miyamoto, a, en 1986, lancé une série de jeux vidéo en son honneur : "The Legend of Zelda".
Chez Jacques Attali, Zelda devient le nom d'une compagnie française de fabrication de drones très avancés.
L'arrivée de l'équipe californienne à Paris avait comme objet des pourparlers et éventuellement le rachat de Zelda par Boromir ou une espèce de fusion entre ces 2 leaders du marché, chacun dans son domaine.
Est-ce que la liquidation d'Oleg Brejanski a eu comme origine le souci de rendre impossible le passage d'une société française d'armements stratégiques dans des mains yankees ?
Ou est-ce que l'amant d'Oleg voulait s'accaparer du violon Guarneri del Gesù qu'il possédait et qui sont les violons les plus recherchés du monde. Selon Wikipédia, le dernier exemplaire vendu l'a été en 2013 pour la somme astronomique de 18 millions de dollars. Et le père Lebost est à court de fric pour financer une invention farfelue, sans parler des achats de drogues dures et onéreuses par le fils exemplaire.
La lectrice et le lecteur de ce thriller archi moderne auront l'embarras du choix à désigner un coupable, car pratiquement tous les protagonistes de cette histoire avaient l'un ou l'autre motif personnel de vouloir zigouiller le grand manitou de Boromir Technologies.
Moi, je prends congé de vous et de la courageuse commissaire Fatima ici, au moment où elle prend son envol pour São Paulo et son long périple à San Salvador de Bahia.
Inutile de présenter l'auteur. Jacques Attali, à l'intelligence redoutable, est un phénomène que tout le monde connaît en France et chez nous.
Dans "Meurtres en toute intelligence", l'auteur fait preuve d'une bonne connaissance des technologies de pointe et spécule intelligemment sur les possibles aléas de l'intelligence artificielle à l'avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
LireEnBulles
  25 avril 2018
Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français né à Alger en 1943. En 1956, deux ans après le début de la guerre d'Algérie, son père, un autodidacte qui réussit dans le commerce de parfumerie au pays, décide de partir s'installer avec sa famille à Paris. Avec son frère jumeau Bernard, ils suivent des études dans un lycée du XVIème arrondissement de paris, où ils rencontrent le futur homme politique Jean-Louis Bianco, l'homme d'État Laurent Fabius, ou encore André Fermigier, leur professeur de lettre qui deviendra plus tard critique d'art au journal le Monde. En 1965, il sort major de l'école polytechnique, et devient ingénieur du Corps des mines. Après des études en politique, il devient, à 27 ans, auditeur au Conseil d'État, puis maître de conférences en sciences économiques en 1968. Après 1985, il enseignera cette matière à l'Université Paris-Dauphine, ainsi que dans deux autres écoles. de 1981 à 1991, il est conseiller spécial de François Mitterrand, puis fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Il est le fondateur de trois institutions internationales de plus : Action contre la faim, Eureka, et Positive Planet. Depuis 2003, il dirige l'orchestre universitaire de Grenoble sous la direction de Patrick Souillot dans des pièces telles que des concertos pour violon de Bach, une messe de Mozart, et bien d'autres. Depuis 1973, Attali a publié plus de 1 000 éditoriaux dans le magazine de l'Express, et est auteur de 67 livres (La Vie éternelle, Au-delà de nulle part, Premier arrêt après la mort,…etc) vendus à 7 millions d'exemplaires et traduits en 22 langues. Meurtres, en toute intelligence est son dernier roman en date paru en mars 2018 aux Éditions Fayard.
L'histoire se passe à l'automne 2018, lors du séjour à Paris de Oleg Brejanski, PDG d'une des plus grandes firmes de la Silicon Valley, assassiné dans sa chambre d'hôtel du Crillon. La chargée de l'enquête Fatima Hadj, commissaire, va alors se concentrer sur les collaborateurs qui ont accompagné Brejanski pour finaliser la fusion avec une petite entreprise française. Pourtant rien ne colle. Pas d'empreintes, pas de piste et pas de traces d'effraction. Alors comment s'est-il retrouvé avec une balle dans la tête ? Et si la réponse se trouvait dans la technologie de maintenant et celle qui ne cesse de proliférer autour de nous ?
C'est en partant de ce constat que Jacques Attali écrit ici son deuxième thriller, et on peut dire qu'il est aussi intelligent qu'il ne fait peur. Je m'explique. Si le point de départ est commun à 95% des thrillers que l'on peut lire à foison, Meurtres, en tout intelligence possède une identité singulière car elle nous ouvre les yeux faces à toutes les prouesses technologiques que l'homme a créé. À coup de logiciels, de smartphones de plus en plus performants, de puces électroniques, de drones et autres gadgets, nous n'avons jamais été aussi dépendants de ces choses matérielles.
Le personnage de Fatima Hadj devient très vite l'une de ses femmes qui détonne dans un univers trop souvent masculin. En effet, la plupart du temps quand on pense à un commissaire on s'imagine un homme comme Adamsberg personnage récurrent des polars de Fred Vargas. Ici, pas de gros problèmes d'alcool, pas de divorces en pagailles, ou autres. Non. Fatima est une jeune femme aimant s'occuper de ses deux fils, très ambitieuse, parfois hargneuse, indépendante et surtout percutante dans le mériter. Mais dans cette infime rage qui l'habite, Fatima est aussi la fille de quelqu'un, possédant des faiblesses et surtout capable d'aimer quitte à en souffrir. le lecteur la suite volontiers au fil de ses découvertes qui ne manqueront pas d'interloquer le Président de la République lui-même ! Eh oui, quand une personnalité aussi haut placée dans la sphère nationale et mondiale met son nez dans ce qui semble être un simple meurtre, on sait que beaucoup de surprises nous attendent. Pour l'aider dans cette enquête peu banale, Fatima travaille en duo avec le commandant Alfred Zemmour, un vieux de la veille comme on dit. L'alchimie entre les deux fonctionne bien, et on s'amuse de les voir tantôt complémentaires tantôt incompatibles. Leur méthode de travail a beau être différente, chacun trouve toujours quelque chose de neuf à picorer chez l'autre.
La narration de Jacques Attali est aussi intrigante qu'addictive. En invitant l'intelligence artificielle au coeur de son récit, l'auteur décortique ce qui pourrait nous attendre demain… le fait que le récit se passe en octobre 2018 n'est pas choisi au hasard. D'ailleurs, tout le développement autour de la causticité de pointe de l'entreprise du PDG, Brejanski, m'a rappelé le manga Psycho-Pass [mon avis ici] qui a pour idée de pouvoir prévoir le futur comportement dangereux d'un individu avant que celui-ci ne passe à l'acte. La manipulation n'est donc jamais loin, et on peut se dire que cela pourrait arriver assez vite dans notre réalité… effroyable non ? L'auteur met aussi en avant la face cachée de l'iceberg que représente le développement des drones. À la fois stratégique dans des opérations militaires, dans des attentats, dans l'espionnage de masse et j'en passe, on est loin d'être face aux « gadgets qui volent innocemment dans le ciel » que nous connaissons. On appréciera aussi les nombreuses références culturelles à Tolkien ou Homère.
En conclusion, fort de ses connaissances dans plusieurs domaines divers et variés, Jacques Attali propose avec Meurtres, en toute intelligence une mise en lumière sur les dangers des inventions de l'Homme. Entre thriller et le réalisme de l'intrigue, le récit nous plonge dans un futur aussi évolué que sombre….
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Olivia-A
  12 avril 2018
Oleg Brejanski est retrouvé mort dans sa chambre du Crillon, assis devant son bureau, une balle dans la tête. Aucun suspect, aucune piste, le meurtre est insolvable. C'est pourtant sans compter sur la persévérance de la commissaire Fatima Hadj, et sur ses connexions pour le moins étendue. de coup de génie en coup de pouce, l'assassin se fait progressivement connaître…
Ma curiosité m'a entraînée à choisir cette lecture – Jacques Attali écrit des thrillers, incroyable ! Je ne pouvais pas passer à côté (même si j'ai manifestement raté un premier tome des aventures de la commissaire Hadj). Une simple curiosité qui s'est vite transformée en une véritable fascination pour l'intrigue racontée, ses ramifications et son dénouement. Tout commence comme dans un bon vieux roman policier : un meurtre, un commissaire au lourd passé enfoui, plein de suspects louches. Mais très vite, Jacques Attali place son roman sur un autre plan, en ancrant son intrigue dans la réalité technologique, économique et socio-politique qui est la nôtre. Ouvrez grand vos yeux, vous allez en apprendre sur tous les sujets brûlants : intelligence artificielle, drones, terrorisme, bulle spéculative en création à la Sillicon Valley… Dans le roman, l'auteur a un coup d'avance sur la réalité – du moins on l'espère, mais qui sait? -, prédisant les prochains grands bouleversements engendrés par un progrès technologique exponentiel et complètement hors contrôle.
Riche de culture générale, passant des personnages de Tolkien au désormais incontournable Mashable, c'est définitivement un thriller pas comme les autres que nous offre ici Jacques Attali. Il est rare de voir un auteur de thriller se frotter ainsi à la réalité, mettre les pieds dans le milieu complexe des start-ups de la Silicon Valley et d'ailleurs, s'approprier les médias que nous consultons tous les jours pour faire avancer une enquête. Emportés par le réalisme incroyable de l'intrigue, on dévore ce roman au style simple et efficace en deux temps trois mouvements, pour se retrouver indécis devant les atrocités qu'il prédit – on voudrait ne pas y croire, mais un seul coup d'oeil sur notre smartphone suffit à nous rappeler qu'on n'en est pas si loin…
Merci Babelio et Masse Critique pour cette découverte !
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sylvie71
  29 avril 2018
C'est mon tout 1er roman de Jacques Attali, c'est avec une grande curiosité que j'ai commencé à lire Meurtres en toute intelligence, son dernier roman.
L'histoire commence par le meurtre de Oleg Brejanski, PDG d'une grande société de la Silicon Valley. Il a été assassiné dans sa chambre d'hôtel au Crillon à Paris. Fatima Hadj, commissaire au 36 Quai des Orfèvres, et son adjoint Alfred Zemmour, fan de Colombo, sont chargés de mener l'enquête. Qui est le coupable, aucune effraction, pas d'empreinte ?
L'auteur place l'intrigue dans la réalité sur fonds de terrorisme, de drones, d'intelligence artificielle. On est en plein coeur de la cyber criminalité. Ce roman fait froid dans le dos car la fiction n'est peut-être pas loin de la réalité.
Le style d'écriture est clair, les personnages sont attachants. On a du suspense, des rebondissements.
J'ai bien aimé les références à l'inspecteur Colombo, mais aussi à Tolkien avec le Seigneur des Anneaux.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   03 avril 2018
le 04 août 2018 ,Léo Salz lui avouât avoir lui-même, en justicier autoproclamé, organisé l'assassinat de douze policiers que le président de la République avait chargés d'assassiner, les mois précédents, 183 individus fichés S, pour tenter de prévenir tout attentat terroriste en France.
[...] aucun article de la Constitution n'affirmait clairement qu'un président de la République pouvait être jugé pour avoir ordonnés des assassinats, quels qu'ils soient, à moins de prouver que ces meurtres avaient été commis pour des motifs personnels.
p 10,13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
ninosairosseninosairosse   06 avril 2018
On comprend que, en plus de l'antagonisme entre riches et pauvres, l'attaque a mis en scène une opposition de générations : le bateau de croisière recrutait avant tout des passagers du troisième âge, tandis que le bateau de migrants n'abritait que des adolescents et des enfants. Tel est bien l'opposition entre l'Occident vieillissant et l'Afrique en devenir... Qui a pu concevoir aussi finement un tel attentat ?
p247
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
ninosairosseninosairosse   04 avril 2018
- Excuse-moi. Mes paroles ont dépassé ma pensée.
- Chez moi, on dit que les paroles ne dépassent jamais la pensée; car elles ne peuvent exister sans la pensée qui les conduit vers la bouche.
p66
Commenter  J’apprécie          450
Olivia-AOlivia-A   07 avril 2018
- (...) Lire Flaubert dans un bus au fin fond du Brésil. Comme c'est étrange ! Tu ne l'avais jamais lu?
- Non... Je rattrape mon retard. Et j'aime lire dans les moments de stress. Cela m'isole et me ressource. Quand je lis, je suis un autre. C'est parfois nécessaire, pour moi, d'échapper à ce que je suis...
- Tu aimes lire des romans parce que tu ne t'aimes pas? Je n'avais jamais entendu donner une telle raison !
- Peut-être... Et puis, dans les romans, ce que j'aime surtout, ce sont les détails minuscules, qui nous éclairent bien mieux que de longues descriptions. Comme dans la vie, un détail cristallise tout...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kielosakielosa   24 avril 2019
" Le possible existe déjà quelque part ;
l'impossible existera un jour. "

(page 7).
Commenter  J’apprécie          254

Videos de Jacques Attali (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Attali
Jacques Attali - On n'est pas couché 14 octobre 2017
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le concombre dans la littérature (niveau : difficile)

Marine Vandale a 32 ans et comme bien d’autres, elle attend le grand amour. Mais cette quête n’est pas aussi facile qu’à vingt ans où l’insouciance est reine. Marine se dirige vers l’âge résolument adulte. Difficile pour cette dessinatrice un brin névrosée ! Avec son ex, son coloc et son meilleur ami, Marine refait le monde dans un bar branché de la métropole qui devient vite leur quartier général. Un autre homme dans la vie amoureuse houleuse de la trentenaire : son frère parti en exil à Paris avec qui elle correspond. Il est temps pour Marine d’apprivoiser l’amour en faisant des choix. Des vrais!

Gin tonic et concombre de Rafaële Germain
La ferme des concombres de Patrick Robine
Le concombre fugitif d’Octave Mirbeau
Le Concombre Masqué : Le Bain de Minuit de Nikita Mandryka
Meurtre dans un plant de concombre d’Alan Bradley
Ninon-concombre de Bénédicte Bonnet
Sous l’aile du concombre de Henri Girard

7 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : enquêtes , légumes , roman , romans policiers et polars , bande dessinéeCréer un quiz sur ce livre