AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Thierry Beauchamp (Traducteur)Romain Rabier (Traducteur)Keith Abbott (Préfacier, etc.)
EAN : 9782859205218
253 pages
Le Castor Astral (15/04/2003)
4.05/5   43 notes
Résumé :

Richard Brautigan, alors âgé de 21 ans, s'apprête à quitter Eugene, dans l'Oregon, pour San Francisco. Peu avant son départ, il rend visite à Edna Webster, la mère de son seul lecteur et aussi de sa première petite amie. Il tend une liasse de feuilles et lui dit : " Quand je serai riche et célèbre, Edna, ce sera ta sécurité sociale. " Du haut de ses 21 ans, Brautigan sait déjà ce qu'il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
coco4649
  28 février 2018
 
 
Univers désenchanté
Sobriété
Effacement de soi
Poésie de laboratoire d'essais
Singularisation simultanée du banal et de l'exceptionnel.
En témoigne ce poème contenue dans la 2e PARTIE
et intitulé : faim d'une étoile
où cohabitent l'étoile Mary , l'éternité et les bras
" quelquescentrimétriques " de l'auteur.

" J'aime,
profonde et pure
comme la rivière,
une étoile
nommée Mary.
Elle est collée
à cette fenêtre
d'éternité
appelée ciel.
Mes bras
ne font
que quelques centimètres. "
Commenter  J’apprécie          181
veroherion
  18 mars 2018
J'adore la tournure d'esprit de Richard Brautigan !
J'adore, j'adore, j'adooooore !
Je ne suis pas du tout fan de poésie, loin de là. D'une manière générale, il faut que ce soit d'une simplicité extrême. J'associe sans doute trop la poésie à un côté ampoulé et pédant, mais c'est comme la musique classique, ça a tendance à me taper sur le système et me laisse absolument de marbre, émotionnellement parlant.
Mais là !
J'ai adoré cette poésie qui raconte, cette poésie très terre à terre, cette poésie qui n'élève pas notre âme et dont les chutes nous font brusquement revenir au sol. J'aime cette poésie qui pète et qui rote. J'aime cette poésie qui se moque d'elle-même.
Richard Brautigan fait preuve d'une telle auto-dérision... et d'une infinie mélancolie aussi... Curieux et formidable mélange.
Génial !
Commenter  J’apprécie          91
jeinus
  11 avril 2018
Contre le conformisme et la normalité
Je hais,
parce
qu'ils sont mauvais
comme la faim habituelle
dans un estomac d'enfant,
les gens
qui essaient
de changer l'homme
le chercheur de vérité
en
un taureau castré
paissant
dans la paix
de la mort mentale.
Commenter  J’apprécie          80
karavane
  15 mai 2022
...Ou comment les poètes inconnus auraient mieux fait de le demeurer. Quelle déception! le plus intéressant dans ce livre est, sans erreur l'avertissement, la note et la préface. Sauf que presqu' aucune des pistes ouvertes dans ces textes n'aboutit dans la réalité du quasi-ensemble de cet ouvrage. Tout n'est pas à jeter....mais de là à nous faire croire qu'un éditeur génial a dégoté les pépites égarées d'un poète maudit...ya du chemin, comme de Malo les Bains à Compostelle et encore avec tous les détours possibles. Que de pauvres bluettes pour la drague. Une rebellion de pacotille. Mon texte préféré: "Une visite de Jake", page 217 de l'édition chez Points.Le pire:
"Portrait de famille 3.
Six mouches
posées
sur une merde.
La phrase qui lui ressemble le plus (et je l'aime bien!):" J'ai regardé défiler le monde sans effort" On avait remarqué!

Après , tous les gôuts sont dans la nature souvent bien trop policés des lecteurs. J'ai du claquer 5€ dans ce machin , j'aurai mieux fait, vu la tronche de l'inflation de m'acheter 50 kgs de patates.
A signaler quand même aux "audacieux" que l'édition est bilingue. Donc, en entamant ce bouquin, vous en avez déjà lu la moitié! OUF!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
SpilettSpilett   15 octobre 2017
Allons en ville tous les deux

Je prendrai ta main,
qui me rappelle
un chat que j'ai bien connu,
et nous irons marcher.

Je te parlerai de choses et d'autres,
et je te ferai sourire
et pouffer et rire
comme un petit enfant.

Je te montrerai des choses
à regarder.

Peut-être que je m'arrêterai pour t'embrasser
devant tout le monde.

Je m'en fous d'ailleurs
parce que je t'aime
plus qu'une montagne
que j'ai bien connue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
sabine59sabine59   28 février 2017
J'aime les chats
Pourquoi j'aime les chats?
Je ne sais pas vraiment
Mais je pense que c'est pour la même raison
Que j'aime l'aube
Et le lever du soleil
Et la tombée de la pluie.
Commenter  J’apprécie          532
SpilettSpilett   04 juin 2017
Dépêchez-vous, jeunes amants


Dépêchez-vous, jeunes amants
et aimez tant que vous le pouvez.

Embrassez-vous et caressez-vous
et aimez tant que vous le pouvez.

Goûtez et dévorez
et aimez tant que vous le pouvez.

Parce que, bientôt, la mort
soufflera votre feu.

Et seules les cendres resteront.
Commenter  J’apprécie          210
maddiemaddie   08 août 2015
J'aime les chats.
Pourquoi j'aime les chats ?
Je ne sais pas vraiment,
mais je pense que c'est pour la même raison
que j'aime l'aube
et le lever du soleil
et
la tombée de la pluie.
Commenter  J’apprécie          170
SpilettSpilett   02 juin 2017
Quelqu'un veut un kleenex ?


Mon amour
est
un bel oiseau
haut dans le ciel bleu.

Je n'attraperai jamais mon amour.
Peu importe mes efforts.
Commenter  J’apprécie          181

Videos de Richard Brautigan (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Brautigan
Le choix de Mathias Malzieu : « C'est tout ce que j'ai à déclarer » de Richard Brautigan
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre