AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020983028
Éditeur : Seuil (08/01/2009)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 60 notes)
Résumé :
C'est un cimetière. Où Chloé tente d'écrire un livre de vengeance, un livre qui pourrait tuer. Sa cible, c'est la grand-mère, femme dénuée d'empathie, qui lui a révélé par le biais d'une tierce personne un secret de famille. De ces secrets qui dévastent et ruinent l'identité. Apparaît Théophile, un personnage étrange, grand habitué des lieux. A ses côtés Chloé va visiter les tombes, et entendre les morts un à un se confier. Chacun a son histoire, sa musique, sa chan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
PLUMAGILE
  06 septembre 2009
Chloé Delaume est son nom de plume. Son "entrée en littérature" a été la lecture de L'Ecume des Jours de Boris Vian. Enfance à Beyrouth jusqu'en 1978. En 1983, sous ses yeux, son père tue sa mère et se suicide ensuite. Elle raconte ce drame dans le cri du sablier. Son choix d'écriture est l'autofiction, choix qu'elle explique dans S'écrire, mode d'emploi, lors du colloque de Cerisy en 2008 ("Je manipule le ressenti, les souvenirs, la fiction.... S'écrire, non pas à nu, mais parfaitement à vif, sans le tissu soyeux de la fiction classique...")
Mon avis : Dès le début j'ai été surprise par le style et la violence des mots, des images. Mais on s'y laisse prendre, on veut comprendre avec elle, on veut voir comment elle peut se sortir de ce sordide et de ces souffrances accumulées. Tuer mamie Suzsanne, fût-ce avec des mots, la délivrera-t-elle de ce secret révélé par la cousine, comme "une bonne nouvelle" ? Un livre très fort, que je n'ai pas pu poser une fois passée la page 10. La valse des émotions m'a conduite de page en page entre répulsion et fascination, parfois énervement puis compassion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Corboland78
  28 mars 2012
J'avais vu Chloé Delaume dans l'émission littéraire de France5 il y a quelques semaines déjà et le personnage évoquant son roman m'avait attiré. Car ce roman c'est sa vie et sa vie ce n'est pas rien ! Son père est le frère de Ibrahim Abdallah le célèbre terroriste, il a tué sa mère sous ses yeux, elle a réchappé à de nombreuses tentatives de suicide et cerise sur le gâteau, elle a appris par sa grand-mère que son père n'était pas son père ! Ouf ! N'en jetez plus la coupe est pleine.
Le roman Dans ma maison sous terre part de cette révélation tardive et l'auteur en veut tellement à sa grand-mère qu'elle écrit ce livre dans le but avoué de « tuer » celle-ci quand elle l'apprendra ou le lira. Un livre dont la motivation principale est la haine de sa famille et de l'aïeule en particulier, voilà qui n'est pas banal. Et de fait, il ne sera question que de morts, de cimetière et autres morbidités du même tonneau. Pourtant on y trouve matière à sourire, on y croise Marie Darrieussecq et Sacha Distel, et à rire carrément quand on lit : « Pour l'après-enterrement de tante Gladys, ils avaient commandé chez le traiteur. C'est la seule fois de notre vie qu'on a mangé correctement dans cette maison. »
Chloé Delaume évoque donc sa vie, ses morts plutôt, et des morts anonymes dont elle croise les tombes tout en devisant avec un nommé Théophile rencontré dans un cimetière. Au final le livre n'est pas aussi intéressant que sa présentation me l'avait laissé espérer, par contre de nombreux passages semblent écrits comme des vers en prose et confèrent à la lecture, un rythme particulier qui lui donne une certaine noblesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sophieelle
  19 novembre 2013
Violent, poétique, le style delaumien est cru et digne d'une véritable expérimentation. Une chanson, un poème, des silences et des mots durs, très durs, se confrontent au sein du même espace et mijotent au sein de son laboratoire. En résulte un tout complexe mais trépidant, un récit qu'on ne peut arrêter de lire et qui fait réfléchir à la fois sur la mort et la psychanalyse. Un renouveau littéraire comme il s'en fait trop peu…
Car Dans ma maison sous terre, c'est le début même de la grande entreprise littéraire de l'auteure. C'est en effet dans ce roman qu'elle annonce la mort de son ancien Moi et qu'elle renaît pour de bon sous le pseudonyme de Chloé Delaume, personnage de fiction, enfant enfin vidée du sable paternel.

C'est également ce livre qui marquera l'entrée de l'auteure comme théoricienne de la littérature de l'extrême-contemporain avec ses prises de positions sur le genre autofictionnel, qu'on retrouve notamment dans La Règle du Je.
« J'écris pour que tu meures. Puisque tu es vivante, encore tellement vivante que c'en est indécent. Ce qu'il faut à présent c'est que tu lises ces lignes et qu'enfin tu en crèves. »
Un récit donc entrepris dans le but de tuer la grand-mère. Car l'écriture delaumienne se veut prescriptive : «Que l'écriture provoque des faits, des événements. Que la consignation implique la création de vraies situations. »
Non, pas seulement un récit.... Mais une arme véritable.
La fiction qui devient réalité ? de quoi en avoir la chair de poule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Seraphita
  14 octobre 2012
Un Moi qui s'éboule à l'annonce d'une bonne nouvelle apportée par la grand-mère. L'écriture s'impose alors pour tenter de colmater les brèches et terrasser l'ensemble. Des mots naît un livre bâti pour détruire l'Autre, tuer Mamie Suzanne. C'est au milieu des tombes, dans un cimetière hanté par un être fantastique, un certain Théophile, que l'oeuvre va s'écrire. Tombe après tombe, Chloé Delaume déambule jusqu'aux condoléances qui voient mourir une jeune femme tandis qu'une autre éclot, par un jeu de substitution.
« Dans ma maison sous terre » est une oeuvre érudite, parfois poétique, au cynisme cinglant, chaque mot pesé sur le fil tranchant d'une arme redoutable – un obus ?, calibré au millimètre pour atteindre sa cible en plein coeur. Percutant, terrassant. le terrassement d'un moi que rendrait possible l'écriture.
Commenter  J’apprécie          60
antibouille
  12 février 2012
Jamais lu un livre comme ça....totalement hors norme par sa structure, les chapitres sont déstructurés; par son écriture, des phrases désarticulées, des mots détournés mais une vraie poésie; par son thème, autobiographique en grande partie le livre a pour objectif de tuer littéralement sa grand-mère...ou vous fermerez ce roman dès la 4éme page ou,comme moi, vous serez totalement emballé...à vous de voir!
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   13 juillet 2010
Lettre de Chloé Delaume
Paris, le 27 décembre 2007
Chère Madame La Mort
(…)Vous m'avez forcée à survivre, et cela depuis le début. J'ai tant porté le deuil que mes iris sont noirs et mes paupières de crêpe, vous m'êtes si familière que je pourrais vous dire tu. J'ignore votre dessein concernant les remugles de ma famille maternelle. Il reste la tante et son époux, leur fille et surtout la grand-mère. A chaque Noël, j'espère que me vienne ce cadeau, ils seraient en voiture et ce serait terminé. Car je me languis, voyez-vous. Je n'en peux plus d'attendre qu'une bonne pelletée de terre referme la crevasse, je me suis reconstruite mais sur des courants d'air. Ce n'est pas ma faute, j'ignorais le mensonge, la faute originelle. Je croyais que maman était juste malheureuse et papa très méchant, jusqu'à trente et un an, j'avais foi, j'avais vu, je ne savais que ça et ramassais les pierres ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Corboland78Corboland78   28 mars 2012
J’écris pour que tu meures. Puisque tu es vivante, encore tellement vivante que c’en est indécent. Ce qu’il faut à présent c’est que tu lises ces lignes et qu’enfin tu en crèves, que ton cœur se fissure, que le granit implose ; tes artères un brasier, le sang bout le sais-tu à combien de degrés, tes valves ravagées incendie poitrinaire. C’est à ça que j’aspire. A ton exposition. Carbonisée la chair abroge toute minauderie, la reine sera si nue qu’on scrutera en son sein. Alors sera révélée la nature de l’organe qui t’a maintenue en vie. Tu ne pourras plus feindre, tes entrailles en haillons se feront seul apparat
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SeraphitaSeraphita   14 octobre 2012
Atropos a refusé de sortir les ciseaux, les lames restèrent suspens, laissant l’effilochage perpétuer l’agonie. Je suis restée toute seule sur le lit d’hôpital. Dans ma tête aucun son, juste la goualante du vide, un vide qui palpitait à m’en flanquer la trouille.
Je pense que quand on meurt on se change en musique, une musique juste à soi qui s’en va discrètement gonfler le chœur des morts. Je connais désormais celle qui viendra de moi. Elle est douce et légère et un peu nostalgique. Dans mon crâne, elle se même au chaos passéiste que je ne peux maîtriser, car toujours le vieux moi est contre-mélodique. J’aime l’idée que les Moires libéreront cette musique lorsque viendra ma mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sophieellesophieelle   19 novembre 2013
Je me suis faite de mots, personnage de fiction, pour pouvoir échapper à votre réalité. Cette fiction familiale, où chacun tient son rôle et ménage ses secrets au rythme d’une syntaxe que je ne maîtrise pas. Un catalogue épais de psychoses camouflées, retorses et pernicieuses, une narration sordide. Comme ça ne peut qu’être le cas, je ne vous jette pas la pierre. Un creuset de souffrances, d’humiliations perverses, une guerre psychologique, des camps et des tranchées. Même quand on a rayé le foyer de la carte, le terrain reste miné, des explosions surprises. Ce n’est que ça, la famille. Telle que je l’ai connue, telle que je l’ai vécue, telle que vous l’écrivez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PLUMAGILEPLUMAGILE   06 septembre 2009
"Plus je réfléchis au-dedans plus je me sens graine de fatum, pourriture creux de ventre, le témoin licencieux d'une ironie tragique qui ferait de moi l'innocent coupable. Fruit de la guigne et du travail d'un homme. Je suis la plaie de ma famille. Je refuse de cicatriser."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Chloé Delaume (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Delaume
Dans son nouveau livre, « Mes bien chères s?urs » (Éd. Seuil), Chloé Delaume prône la solidarité entre les femmes : la sororité et s?interroge sur le renouvellement du féminisme et la fin imminente du patriarcat.
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre