AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782020983020
204 pages
Seuil (08/01/2009)
3.41/5   79 notes
Résumé :
C'est un cimetière. Où Chloé tente d'écrire un livre de vengeance, un livre qui pourrait tuer. Sa cible, c'est la grand-mère, femme dénuée d'empathie, qui lui a révélé par le biais d'une tierce personne un secret de famille. De ces secrets qui dévastent et ruinent l'identité. Apparaît Théophile, un personnage étrange, grand habitué des lieux. A ses côtés Chloé va visiter les tombes, et entendre les morts un à un se confier. Chacun a son histoire, sa musique, sa chan... >Voir plus
Que lire après Dans ma maison sous terreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,41

sur 79 notes
5
1 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
3 avis
1
0 avis
Dans ma maison sous terre, Chloé Delaume se penche une fois de plus sur le poids de ses souffrances et de son passé familial.

Auprès de son ami Théophile, elle passe son temps au cimetière à souhaiter la mort de sa grand mère, elle laisse entendre les voix des morts afin d'assembler des bouts de peau, des bouts d'âme, des bouts de malheur.

La plume de Chloe reste fidèle à ses traumas et sa sensibilité, d'une noirceur et profondeur sans précédent. L'orgie de ses mots en ébullition est une évidence. Ses pulsions de mort la conduisent à une émergence qui n'en finit pas : l'écriture ou la vie ? La vengeance ou le pardon ?

Les âmes meurtries qui n'en ont pas fini avec leurs cicatrices, je n'ai qu'un conseil, foncez lire Chloe Delaume. Elle parle avec ses tripes sans pincette et la mort guette sans relâche.
Commenter  J’apprécie          827
Acquisition février 2009-Librairie Texture-Paris 19e / Relecture 23 février 2022

Une lecture qui m'avait "secouée " à la première lecture,tant par la forme que par la violence extrême de l'histoire de l'auteure....Cette dernière ayant toute gamine assisté à l'assassinat de sa mère par son père libanais;ce dernier s'étant ensuite suicidé.
A cela s'ajoute une famille maternelle raciste ,dénuée d'empathie pour la petite orpheline, dont le pire membre est "la grand-mère ", narcissique à souhait,cruelle par bêtise, qui ,par dessus tout ce "fait-divers" sordide,en rajoute une couche,en lui assénant un secret de famille supplémentaire...qui finit de démolir notre narratrice,lui donne d'incessantes idées suicidaires...
Un récit qui est essentiellement une vitupération pleine de haine,de rage contre cette grand-mère qui est bien loin de "la mamie- gâteau " des contes ...ou tout simplement d'une vie familiale "normale ",ordinaire

Le récit explose dans plusieurs directions, entre une Lettre adressée à Madame La Mort, des dialogues avec des morts inconnus,des promenades dans un cimetière (se voulant curatives),avec un drôle de Luluberlu,un certain Théophile, nous faisant songer à une sorte de psy...les évocations douloureuses d'une histoire familiale "lourdingue"...

Cette relecture me laisse perplexe...un texte-dynamite que l'on ressent comme des hurlements de rage,de volonté destructrice ,de désir non exprimé de "reconstruction"....un patchworks où se mêlent la tragédie, le désespoir, la folie rageuse mais aussi un humour noir décapant ! Comme la narratrice (l'auteure) l'exprime très simplement:l'écriture est son seul outil de résistance et de survie !!!

"Liste des raisons pour lesquelles je dois tuer ma grand-mère en écrivant un livre (extraits)

(...)-Ma grand-mère ne me considère pas comme une écrivaine, mais comme une paumée publiée. Je dois lui démontrer qu'elle a tort,en faisant un roman qui lui charcute le coeur." (p.117)
Commenter  J’apprécie          350
Chloé Delaume est son nom de plume. Son "entrée en littérature" a été la lecture de L'Ecume des Jours de Boris Vian. Enfance à Beyrouth jusqu'en 1978. En 1983, sous ses yeux, son père tue sa mère et se suicide ensuite. Elle raconte ce drame dans le cri du sablier. Son choix d'écriture est l'autofiction, choix qu'elle explique dans S'écrire, mode d'emploi, lors du colloque de Cerisy en 2008 ("Je manipule le ressenti, les souvenirs, la fiction.... S'écrire, non pas à nu, mais parfaitement à vif, sans le tissu soyeux de la fiction classique...")

Mon avis : Dès le début j'ai été surprise par le style et la violence des mots, des images. Mais on s'y laisse prendre, on veut comprendre avec elle, on veut voir comment elle peut se sortir de ce sordide et de ces souffrances accumulées. Tuer mamie Suzsanne, fût-ce avec des mots, la délivrera-t-elle de ce secret révélé par la cousine, comme "une bonne nouvelle" ? Un livre très fort, que je n'ai pas pu poser une fois passée la page 10. La valse des émotions m'a conduite de page en page entre répulsion et fascination, parfois énervement puis compassion...
Commenter  J’apprécie          120
J'avais vu Chloé Delaume dans l'émission littéraire de France5 il y a quelques semaines déjà et le personnage évoquant son roman m'avait attiré. Car ce roman c'est sa vie et sa vie ce n'est pas rien ! Son père est le frère de Ibrahim Abdallah le célèbre terroriste, il a tué sa mère sous ses yeux, elle a réchappé à de nombreuses tentatives de suicide et cerise sur le gâteau, elle a appris par sa grand-mère que son père n'était pas son père ! Ouf ! N'en jetez plus la coupe est pleine.
Le roman Dans ma maison sous terre part de cette révélation tardive et l'auteur en veut tellement à sa grand-mère qu'elle écrit ce livre dans le but avoué de « tuer » celle-ci quand elle l'apprendra ou le lira. Un livre dont la motivation principale est la haine de sa famille et de l'aïeule en particulier, voilà qui n'est pas banal. Et de fait, il ne sera question que de morts, de cimetière et autres morbidités du même tonneau. Pourtant on y trouve matière à sourire, on y croise Marie Darrieussecq et Sacha Distel, et à rire carrément quand on lit : « Pour l'après-enterrement de tante Gladys, ils avaient commandé chez le traiteur. C'est la seule fois de notre vie qu'on a mangé correctement dans cette maison. »
Chloé Delaume évoque donc sa vie, ses morts plutôt, et des morts anonymes dont elle croise les tombes tout en devisant avec un nommé Théophile rencontré dans un cimetière. Au final le livre n'est pas aussi intéressant que sa présentation me l'avait laissé espérer, par contre de nombreux passages semblent écrits comme des vers en prose et confèrent à la lecture, un rythme particulier qui lui donne une certaine noblesse.
Commenter  J’apprécie          90
Violent, poétique, le style delaumien est cru et digne d'une véritable expérimentation. Une chanson, un poème, des silences et des mots durs, très durs, se confrontent au sein du même espace et mijotent au sein de son laboratoire. En résulte un tout complexe mais trépidant, un récit qu'on ne peut arrêter de lire et qui fait réfléchir à la fois sur la mort et la psychanalyse. Un renouveau littéraire comme il s'en fait trop peu…

Car Dans ma maison sous terre, c'est le début même de la grande entreprise littéraire de l'auteure. C'est en effet dans ce roman qu'elle annonce la mort de son ancien Moi et qu'elle renaît pour de bon sous le pseudonyme de Chloé Delaume, personnage de fiction, enfant enfin vidée du sable paternel.

C'est également ce livre qui marquera l'entrée de l'auteure comme théoricienne de la littérature de l'extrême-contemporain avec ses prises de positions sur le genre autofictionnel, qu'on retrouve notamment dans La Règle du Je.

« J'écris pour que tu meures. Puisque tu es vivante, encore tellement vivante que c'en est indécent. Ce qu'il faut à présent c'est que tu lises ces lignes et qu'enfin tu en crèves. »
Un récit donc entrepris dans le but de tuer la grand-mère. Car l'écriture delaumienne se veut prescriptive : «Que l'écriture provoque des faits, des événements. Que la consignation implique la création de vraies situations. »

Non, pas seulement un récit.... Mais une arme véritable.
La fiction qui devient réalité ? de quoi en avoir la chair de poule.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Lettre de Chloé Delaume
Paris, le 27 décembre 2007
Chère Madame La Mort
(…)Vous m'avez forcée à survivre, et cela depuis le début. J'ai tant porté le deuil que mes iris sont noirs et mes paupières de crêpe, vous m'êtes si familière que je pourrais vous dire tu. J'ignore votre dessein concernant les remugles de ma famille maternelle. Il reste la tante et son époux, leur fille et surtout la grand-mère. A chaque Noël, j'espère que me vienne ce cadeau, ils seraient en voiture et ce serait terminé. Car je me languis, voyez-vous. Je n'en peux plus d'attendre qu'une bonne pelletée de terre referme la crevasse, je me suis reconstruite mais sur des courants d'air. Ce n'est pas ma faute, j'ignorais le mensonge, la faute originelle. Je croyais que maman était juste malheureuse et papa très méchant, jusqu'à trente et un an, j'avais foi, j'avais vu, je ne savais que ça et ramassais les pierres ".
Commenter  J’apprécie          190
J’écris pour que tu meures. Puisque tu es vivante, encore tellement vivante que c’en est indécent. Ce qu’il faut à présent c’est que tu lises ces lignes et qu’enfin tu en crèves, que ton cœur se fissure, que le granit implose ; tes artères un brasier, le sang bout le sais-tu à combien de degrés, tes valves ravagées incendie poitrinaire. C’est à ça que j’aspire. A ton exposition. Carbonisée la chair abroge toute minauderie, la reine sera si nue qu’on scrutera en son sein. Alors sera révélée la nature de l’organe qui t’a maintenue en vie. Tu ne pourras plus feindre, tes entrailles en haillons se feront seul apparat
Commenter  J’apprécie          50
Atropos a refusé de sortir les ciseaux, les lames restèrent suspens, laissant l’effilochage perpétuer l’agonie. Je suis restée toute seule sur le lit d’hôpital. Dans ma tête aucun son, juste la goualante du vide, un vide qui palpitait à m’en flanquer la trouille.
Je pense que quand on meurt on se change en musique, une musique juste à soi qui s’en va discrètement gonfler le chœur des morts. Je connais désormais celle qui viendra de moi. Elle est douce et légère et un peu nostalgique. Dans mon crâne, elle se même au chaos passéiste que je ne peux maîtriser, car toujours le vieux moi est contre-mélodique. J’aime l’idée que les Moires libéreront cette musique lorsque viendra ma mort.
Commenter  J’apprécie          30
Je me suis faite de mots, personnage de fiction, pour pouvoir échapper à votre réalité. Cette fiction familiale, où chacun tient son rôle et ménage ses secrets au rythme d’une syntaxe que je ne maîtrise pas. Un catalogue épais de psychoses camouflées, retorses et pernicieuses, une narration sordide. Comme ça ne peut qu’être le cas, je ne vous jette pas la pierre. Un creuset de souffrances, d’humiliations perverses, une guerre psychologique, des camps et des tranchées. Même quand on a rayé le foyer de la carte, le terrain reste miné, des explosions surprises. Ce n’est que ça, la famille. Telle que je l’ai connue, telle que je l’ai vécue, telle que vous l’écrivez.
Commenter  J’apprécie          30
Liste des raisons pour lesquelles je dois tuer ma grand-mère en écrivant un livre (extraits)

(...)-Ma grand-mère ne me considère pas comme une écrivaine, mais comme une paumée publiée. Je dois lui démontrer qu'elle a tort,en faisant un roman qui lui charcute le coeur. (p.117)
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Chloé Delaume (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Delaume
Qui sont les représentants en librairie ? Ces hommes et ces femmes de l'ombre, qui sillonnent les routes de France dans des voitures chargées de livres pour faire le lien entre les maisons d'édition et les librairies ? Elisabeth Segard, journaliste à Livres Hebdo, est allée à leur rencontre pour brosser le portrait robot de l'une des professions les plus discrètes et les plus influentes de la chaîne du livre. Dans la deuxième partie de l'épisode, Lauren Malka nous emmène au coeur de la Goutte d'or, à Paris, pour y découvrir la Régulière, une librairie-café présentée par sa fondatrice Alice et par l'écrivaine Chloé Delaume, au micro de Lauren, comme “une véritable oasis de culture”.Enfin, la clique critique de Livres Hebdo se réunit pour vous parler non seulement de ses coups de coeur de février, mais aussi de ce que ces livres dessinent dans le paysage éditorial de ce début d'année. Entre essais, BD et romans, les genres sont variés : Histoire de Jérusalem, de Vincent Lemire et Christophe Gaultier, publié aux Arènes ; Littérature et révolution, de Joseph Andras et Kaoutar Harchi, publié aux éditions Divergences ; Insula, de Caroline Caugant, publié au Seuil ; Les yeux de Mona, de Thomas Schlesser, publié chez Albin Michel ; Rousse, de Denis Infante, publié chez Tistram ; Abrégé de littérature-molotov, de Macko Dràgàn, publié chez Terres de feu. Un podcast réalisé en partenariat avec les éditions DUNOD, l'éditeur de la transmission de tous les savoirs.Enregistrement : janvier 2024 Réalisation : Lauren Malka Musique originale : Ferdinand Bayard Voix des intertitres : Antoine KerninonProduction : Livres Hebdo
+ Lire la suite
autres livres classés : autofictionVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (147) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1671 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}