AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Patrick Marcel (Traducteur)Axel Orgeret-Dechaume (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782070439966
656 pages
Gallimard (29/04/2011)
3.69/5   130 notes
Résumé :
Le choc frontal entre Michael Young, thésard en histoire à Cambridge, et le professeur Zuckermann, vieux physicien obsédé par l'une des périodes les plus sombres du XXe siècle, va changer l'histoire, littéralement. Mais pour cela, il faut aussi compter sur une pilule miracle, sur le rival oublié d’un petit teigneux autrichien et sur la fatale élasticité du temps. Le pire n'est jamais certain, mais le mieux ne se trouve pas forcément non plus là où l'on attendai... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 130 notes

Enième variation sur l'impossible réparation du passé, ce roman risque fort de décevoir les amateurs de paradoxe temporel. Supprimez Hitler, le monde n'en sera pas meilleur - il pourra même être pire, nous dit Fry. Mais Stephen King et bien d’autres ont aussi réfléchi à l’inanité des recommencements. Quant aux passionnés de hard science, qu'ils évitent tout autant de s'aventurer ici. Les moyens utilisés par les personnages pour envoyer divers objets dans le passé relèvent du n'importe nawak assumé: étincelles, spirales et glouglou, ça disparaît et ça réapparaît à la manière de "Tournicoti, tournicoton" (référence que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaîîîîître et dont la scientificité est loin d'être prouvée).

En revanche, si "Un poisson nommé Wanda" est votre film de chevet, vous pourrez sans doute retrouver la même douce dinguerie dans "Le Faiseur d'histoire". La première partie, notamment, parfaitement inutile et superfétatoire, est un délice. On y apprend comment recaféïner son breuvage du matin, en quoi l'étude des containers pour verre est sociologiquement pertinente et pourquoi une crotte de chien peut susciter l'intérêt ("...dans la région la plus plate de Grande-Bretagne, [...] une crotte de chien suscite l'intérêt de l'Assoce d'Alpinisme").

En fait, non, cette première partie n'est pas totalement inutile. Outre qu'elle doit bien receler 10 pages (au moins!) en rapport étroit avec l'intrigue, elle multiplie les débats houleux entre sciences dures (portées par Jane) et sciences molles (défendues par Mickaël), et ces débats seront enfin clos dans les dernières lignes du roman. Que je spoile incontinent: le physcien qui permet de remonter le temps ou l'historien qui croit utile de le faire sont tout autant coupables. Le mieux, c'est encore de renoncer aux théories desséchantes et de déserter l'université: faites l'amour, pas la thèse! Préférez la chair à la chaire!

Ce que, somme toute, nous sommes désormais contraints de faire.

Commenter  J’apprécie          371

Que feriez-vous si vous aviez la possibilité d'agir sur L Histoire ? Quel personnage feriez-vous disparaître ?

C'est la question que va être amené à se poser Mickaël Young, doctorant d'histoire, ayant rédigé une thèse sur la jeunesse d'Hitler. En rencontrant Leo Zuckermann et son extraordinaire ordinateur à voir dans le temps, il décideront de rendre impossible la naissance de l'excité à moustache.

En se réveillant dans un monde transformé, avec sa conscience et ses souvenirs d'avant, Mickaël va aller de surprise en surprise. Et si l'homme n'était pas le seul problème ?

Un très bon page-turner, décalé, humour anglais, excentrique à souhait. Il enchaine les quiproquos et le comique de situation. Pour autant, bien que le thème soit classique (paradoxe temporel), Fry tente de le renouveler et ça marche plutôt bien : la suppression d'un élément historique empêcherait-elle la survenue de certains phénomènes (pas d'Hitler, pas de nazisme), ou bien les phénomènes majeurs apparaitront-ils toujours, même sous une autre forme ?

Voila voila, j'ai un peu plombé la fin, mais vraiment, croyez-moi, c'est très drôle !

Commenter  J’apprécie          344

Une intéressante variation sur le thème du voyage temporel altérant le cours de l'histoire, souvent traité par la science-fiction.

Les protagonistes se proposent d'empêcher la naissance d'Adolf Hitler en retournant (enfin ils n'y retournent pas tout à fait, je n'ai pas vraiment compris le principe de leur machine temporelle) à Braunau am Inn en 1888 et en déversant un puissant contraceptif dans l'eau du puits qui dessert la maison des Hitler.

Ils y réussissent et Hitler ne naîtra pas. le narrateur revient dans son présent qu'il trouve modifié. Mais il constate qu'Hitler a été remplacé par un personnage beaucoup plus doué qui a pris la tête du Parti National -Socialiste, est parvenu au pouvoir et a gagné la guerre. Sans détailler l'état du monde en résultant dans le présent du narrateur, on dira simplement que les choses sont globalement pires. le narrateur décide alors de retourner en 1888 pour défaire ce qu'il a fait, et y parvient.

Je ne rends pas justice au livre en le résumant ainsi, il est digne de son auteur, très bien écrit, drôle par moment, avec des personnages crédibles et attachants, et il repose sur une documentation historique impeccable. Cependant il y a quelques problèmes logiques. En effet l'auteur ne traite pas le "paradoxe du grand père". Si je retourne dans le passé et tue mon propre grand père, je ne naîtrai pas. Donc je ne pourrai pas retourner dans le passé pour tuer mon grand père. Donc je pourrai naître. Et...Or, sans aller jusqu'à tuer son grand père, la seule présence du voyageur dans son propre passé peut provoquer de graves altérations de l'histoire, avec effets cumulatifs, mettant en cause l'existence même du voyageur.

(Pour rendre à César ce qui est à César, la formulation du paradoxe est empruntée au Voyageur imprudent de Barjavel) Poul Anderson a réglé le problème dans La Patrouille du temps : du seul fait de sa présence dans son propre passé, le voyageur crée une singularité, et son acte est la cause autonome de son existence.

Maintenant voyons ce qu'en fait l'auteur : là ça ne va pas du tout : il se retrouve à son époque, mais à Cambridge, USA, au lieu de Cambridge, Angleterre, et avec tout le groupe de ses parents, amis, professeurs, chacun ayant globalement conservé sa personnalité d'origine.

Or il est bien évident qu'après l'altération du continuum résultant de la non-naissance d'Hitler, tout ce qui se passe en aval est modifié, avec effets cumulatifs croissants, particulièrement à partir du début de la vie publique du remplaçant d'Hitler. Il en résulte, compte tenu de tous les hasards qui président à la conception d'un être humain donné, la très grande majorité des gens nés dans notre ligne temporelle à partir des années 40!ne seraient jamais nés (sauf le héros si on admet le principe d'exclusion des paradoxes d'Anderson)

Mais en réalité ce n'est pas grave : Fry ne s'est pas intéressé au voyage temporel en tant que tel, ce n'est qu'un prétexte pour écrire une bonne histoire, et qu'il s'est bien amusé. Moi aussi d'ailleurs en pinaillant comme j'aime tant le faire.

Une dernière observation: ce livre est très proche de l'excellent 22/11/63 de Stephen King où le héros s'évertue à empêcher l'assassinat de Kennedy,y réussit, en constate les effets, et défait ce qu'il a fait. Évidemment King manie mieux les concepts science-fictionesques.

Sur le plan philosophique, ces deux livres illustrent l'impossibilité de faire ce que l'on veut, parce qu'on ne sait pas ce qu'on fait, ce qui concilie dans une certaine mesure le déterminisme et la liberté

Commenter  J’apprécie          142

Beau récit où il est question d'uchronie et de mondes parallèles.

En voulant empêcher Hitler de naître, Michaël Young et son mentor n'arrêtent en rien la barbarie des hommes : celle-ci continue avec un autre, plus pervers et plus habile.

Stephen Fry, grand humaniste anglais aux talents multiples, porte un regard acéré sur l'histoire et sur le monde tel qu'il est.

L'amour à le mot de la fin, lié à un beau coming out.

Commenter  J’apprécie          220

Un très gros coup de coeur pour cette Uchronie bien menée !!!

Ce livre se divise en deux parties :

Première partie nous décrit la vie de Michael Duncan Young, né le 20 avril 1972. Il a deux ans de moins que les élèves de sa sessions. Doctorant en histoire à Cambridge, il doit déposer sa thèse sur l'enfance de Hitler. le professeur Zunckermann s'intéresse à son travail et dès sa deuxième visite dans le bureau de Zunckermann, ce dernier va avoir une réel révélation sur le travail de Jonathan. Mais c'est au moment où Zunckermann va présenter un ordinateur portable très spécial que tout va basculer. En effet cet ordinateur a à la place du clavier traditionnel une sorte d'écran et depuis cette machine on peut voir le passé. le professeur veut remanier l'histoire... son but est d'éliminer Hitler par tous les moyens et c'est Jonathan qui va l'aider en volent une pilule très spécial dans le laboratoire de sa petite amie. Cette pilule est une pilule miracle qui va changer la face du monde...

Cette première partie est un peu longue, en effet, je l'ai trouvé lourde d'explication et de conversations entre les deux hommes. Zunckermann va raconter sa vie et se confier au jeune étudient. Pour pouvoir fuir l'Allemagne Nazie son père, médecin SS, à pris la place d'un médecin juif, il a fait prendre le nom à toute la famille et il a envoyé femme et enfant aux Etats-unis et c'est seulement à la mort de sa mère que le professeur va connaître la vérité sur son enfance et sur le passé de sa famille qui voudrait bien retrouver, c'est son but en fait.

Dans cette première partie un chapitre sur deux est consacré à Michael et l'autre à l'enfance puis à la la vie de Hitler.

La seconde partie est un vrai bonheur, une pure uchronie à 300% !!! J'ai accroché, j'ai aimé, je me suis régalée. Après cette première partie assez longue, la seconde est comme une bouffée d'aire dans cette merveille d'histoire. L'auteur à collé tout à fait à la vraie histoire de l'Europe, de l'Allemagne avec des personnages auxquels il a changé les nom, mais les lieux et des actions sont bien réelles...

Ils vont changer le cours de l'histoire, mais pour qu'elle histoire en réalité... ne serait-il pas plus judicieux de ne pas avoir fait cette chose ??? seule la lecture de ce livre vous le dira...

J'ai aimé découvrir les technologies nouvelles, il n'y en a pas assez à mon goût, mais nous n'avons pas ici un livre Steampunk, donc pas de matériel farfelu, quoi que l'auteur aurait pu... la description de cet ordinateur de du réseau m'a plu.


Lien : http://tousleslivres.canalbl..
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (1)
SciFiUniverse
14 juin 2011
Si le roman est globalement divertissant, l'humour aidant à atténuer les sombres évènements de l'Histoire, Stephen Fry n'invente ni n'apporte rien dans le genre qui nous intéresse. Le Faiseur d'histoire n'est qu'une parmi une multitude d'histoires qui décrivent un monde sans Adolf Hitler.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

Je ne sais pas pourquoi je trouve intensément érotique de me tenir nu devant un frigo ouvert, mais c'est le cas. Peut-être y a t-il un rapport avec l'attente d'une faim bientôt satisfaite, peut-être est-ce le flot de lumière sur mon corps qui me donne l'impression d'être un stripteaseur professionnel.

Commenter  J’apprécie          160

L'énigme que j'affronte peut se définir par les déclarations suivantes:

A: Rien de ce qui va suivre n'est jamais arrivé.

B: Tout ce qui va suivre est entièrement vrai.

Essayez de vous accoutumer à ces idées. Cela signifie que ma tâche consiste à vous raconter l'histoire vraie de ce qui ne m'est jamais arrivé.

Commenter  J’apprécie          130

Cambridge counsillors love the word 'park'. It is the one thing you can't actually do in the town, so they use the word everywhere. Cambridge was just about the first place ever to offer Park'n'Ride buses. It boasts a Science Park, Business Parks and of course the late lamented Bike Parks. I shouldn't wonder if by the turn of the century we have Sex Parks and Internet Parks and Shop Parks and perhaps, as a wild throw, Park Parks with swings and slides.

Commenter  J’apprécie          60

[Stephen Fry à propos des hommes politiques] Si vous restez fidèle à votre programme, vous serez considéré comme quelqu'un de têtu, alors que si vous cédez à l'opinion publique, vous serez considéré comme étant faible et à la merci des sondages. Margaret Thatcher a déclaré un jour que si elle marchait sur la Tamise, les gens diraient "Peuh, elle ne sait même pas nager".

Commenter  J’apprécie          40

J'ai du mal à regarder les gens dans les yeux. Comme ma mère avait coutume de le dire en parlant de moi (et devant moi) : "Il rougit quand il y a du monde, vous savez." Ça m'aidait beaucoup, évidemment.

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Stephen Fry (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Fry
Extrait du livre audio "Mythos" de Stephen Fry lu par Frédéric Souterelle. Parution numérique le 27 avril 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/mythos-9791035407902/
autres livres classés : uchronieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4279 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre