AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Goldenstein (Éditeur scientifique)
EAN : 9782266090216
477 pages
Éditeur : Pocket (10/03/1999)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.11/5 (sur 236 notes)
Résumé :
Les Chants de Maldoror (Les Chants de Maldoror) est un roman poétique (ou un long poème en prose) composé de six chants. Il a été écrit et publié entre 1868 et 1869 par le Comte de Lautréamont, pseudonyme de l'écrivain français d'origine uruguayenne Isidore-Lucien Ducasse. Beaucoup de surréalistes (Salvador Dalí, André Breton, Antonin Artaud, Marcel Duchamp, Man Ray, Max Ernst, etc.) au début du 20ème siècle ont cité le roman comme une inspiration majeure pour leurs... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Nowowak
  30 juillet 2020

Peu importe ce que l'auteur a dit ou a voulu dire, seul ce qu'il suggère nous parle, nous crie des louanges, nous supplie des mondes, nous crée la passion épaisse, nous souffle nous délivre. Soyons féroces, fée rosse et enchanteurs malingres, éternels promeneurs de ces sentiers abrupts et sauvages. Plût au ciel que les poètes écrivent encore et encore, que leur poison nous rende infiniment meilleurs et nous imbibe comme l'eau le sucre. Que c'est beau quand la chimie pourfend l'horizon et sème ses pétales d'illusions ! le lecteur enhardi les ramasse, s'en fait un collier, dans ce marécage salvateur marque ses empreintes puis passe au voisin.
Hardi les gars, le voilà ressuscité lui qui était mort et enterré ! Adieu bourreaux et mauvais livres, adieu Arlequin, adieu Polichinelle, adieu tous les faux explorateurs, voilà de la bonne, de la vraie, de la came des tropiques ! Oh j'aime et j'adoraime quand les pages déferlent comme des vagues symphoniques, des fenêtres qui claquent et laissent tout jaillir : le bruit comme la fureur, la lumière comme l'ombre, l'amour comme la souffrance, le parfum de femme comme l'épice.
Nous ferons le tri à l'aube de ce grand jour, de ce fruit amer et sans danger où l'ultime chapitre agonisera sous nos yeux éperdus de marin au long cours. Peu importe la tristesse feinte ou défunte, j'aime quand sous la voile ils se culbutent, quand ils s'emberlificotent, quand ils se croisent et se décroisent, j'aime quand les mots font l'amour, crient et rugissent, tuent et assassinent, s'emmêlent, s'entremêlent, orient et occident, typhons dévastateurs, ouragans déchaînés ! J'aime quand ils se prennent et se désapprennent, quand ils se croient tout permis, quand la musique prodigue ses caresses, quand ils ont soif, quand ils ont faim, quand la passion est leur déesse, quand tout alentour est symphonie, ivresse et désir !
Poètes et vrais écrivains, ne lâchez pas du lest, ne passez aucun test, vivez de votre plume, envolez-vous sur l'amertume ! Offrez-nous la lune ! Martelez-nous vos révolutions, changez notre adresse, soyez notre déesse, explosez notre planète, effacez ces maudits clichés, ces pannes d'horizons, offrez-nous une musique d'éternité : c'est ainsi que nous aimons lire, avec la soif à jamais collée au corps, en murmurant avec vous les notes et les soupirs, jusqu'à la fin, jusqu'au dernier mot.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Sachenka
  12 juillet 2018
« Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. » (p. 7) Ces paroles de l'auteur, le comte de Lautréamont, avertissent le lecteur dès le début du premier chapitre des Chants de Maldoror. Je n'en ai pas tenu compte et bien mal m'en prit. Oh, je me suis rendu jusqu'à la fin et je n'en ai pas été traumatisé, mais je n'en ai pas tiré profit non plus. À l'occasion, un extrait, une phrase ont attiré mon attention, parfois ma curiosité, mais c'est tout. Ainsi, je peux reconnaître le génie mais il n'est pas dans mes goûts, malgré toute l'originalité et l'ingéniosité avec laquelle le comte de Lautréamont manie la langue. Dire que j'ai attendu si longtemps pour lire cette oeuvre !
Peut-être aurais-je dû lire les Chants de Maldoror, un peu comme je le ferai pour n'importe quel oeuvre d'Emil Cioran. Mais la violence et la monstruosité du propos sont poussés à des niveaux extrêmes que j'en ai été détourné. Pourtant, je ne suis ni prude ni choqué facilement, j'aime bien un polar sanglant à l'occasion. Dans les Chants de Maldoror, la dépravation morale et la suite d'actes immoraux commis par le protagoniste sont tellement gratuit que même le le marquis de Sade en rougirait ! À cela s'ajoute que je ne suis pas fan de ces romans trop obscurément surréalistes, malgré tout le génie dont leurs auteurs font preuve. Par exemple, je n'ai jamais accroché aux Gargantua et Pantagruel. Un rendez-vous littéraire manqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Nelcie
  21 mars 2016
Bon. Vous parler de ce livre ne va pas être aisé, car son contenu est fichtrement obscur, aussi bien par son contenu que par sa forme. Obscur et complexe, certes, mais une oeuvre que j'ai trouvée génialissime.
Maldoror, c'est l'histoire du mal, de la cruauté, de la perversité. Au début, tu ne sais pas trop ce qu'il est ou qui il est, car il semble prendre différentes figures, se métamorphose d'une fois sur l'autre. Est-il un homme ? Est-ce une sorte d'âme du mal ? A la fin, tu n'en sais pas plus qu'au début, en fait… Et en plus, une fois il s'adresse directement au lecteur, en utilisant le Je, n'hésitant pas à partager avec son lectorat ses pensées les plus sombres. Et la fois suivante, le récit est raconté à la troisième personne, faisant de Maldoror un personnage plus distant, et donnant ainsi une impression de juger ou d'analyser les actes de Maldoror.
Un conseil, ne cherchez pas une intrigue dans ces chants, car il n'y en a pas. chaque chapitre raconte des bribes d'histoires, tour à tour cruel, tyrannique, sauvage…(ajoutez ici tous les synonyme du mot Mal). Ces hauts méfaits, qui parfois semblent n'avoir ni queue ni tête, sont entrecoupés des réflexions, bien souvent négatives, de Maldoror. Ou de l'auteur lui-même… on peut se poser la question, tant la frontière entre les deux apparaît par moment bien fine.
Alors voilà, Les chants de Madoror c'est sombre au possible, c'est une lecture qui ne se laisse pas apprivoiser facilement, mais c'est quand même vachement bien, parce que c'est diablement bien écrit.
D'abord ça s'appelle des chants, et le titre est juste, car il s'agit bien ici d'une épopée racontée en proses. C'est une sorte de chanson de gestes, un peu comme la chanson de Roland, mais avec un héros qui, au lieu de sauver des vies, fait le mal autour de lui.
Le texte part dans tous les sens, c'est vrai. Plusieurs fois, enfin, presque tout le temps, je me suis demandée où voulait en venir l'auteur, avec toutes ces digressions, avec ces actes d'une barbarie sans nom. J'ai été non pas choquée, mais abasourdie par les détails foisonnants de scènes macabres, dont les descriptions font tout simplement froid dans le dos. C'est une non-histoire obscure, mais bon sang qu'elle est bien écrite, cette non-histoire !! Même les passages les plus sordides sont emplis de poésie. Les mots sonnent beau et cru en même temps. Je me suis surprise à apprécier cette apologie du Mal, comme une vile tentation que l'on répugne à bannir. Je savais que les monstres étaient omniprésents, prêts à surgir à tout moment de cette lecture, mais je ne pouvais lâcher ce livre, parce que la prose de Lautréamont est belle, qu'il use de mille et unes façons pour tenir le lecteur en alerte. Quand ce n'est pas une description machiavéliquement belle d'un crime, mettant en avant toute son horreur, ce sont les pensées de Maldoror, et ses digressions intellectuelles qui prennent forme, et là encore, on se laisse porter par la prose. Enfin, il y a ces moments de pure poésie, où l'on se dit qu'enfin, Lautréamont laisse tomber son obscurantisme pour nous offrir quelques moments de répits. Avant de réaliser qu'en réalité, ce n'est que pour mieux prendre le lecteur à revers, et lui balancer de manière plus subtile la part sombre de Maldoror.
Essayer de comprendre Les chants de Maldoror, c'est limite impossible. Mais c'est quand même génial. En réalité, c'est génial par ce que c'est complètement tordu… et faut être tordu de vouloir absolument tout comprendre à cette oeuvre.
Lien : http://voyageauboutdelapage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LaFeePetee
  06 septembre 2019
Mes parents m'ont bercée avec Thiéfaine, chantant quelques airs pour m'endormir le soir comme Je t'en remets au vent ou Stalag-Tilt.
Petite, les textes du chanteur résonnaient comme des comptines :
La Cancoillotte, Anaïs, Maison Borniol ou encore l'agence des amants de madame Muller me faisaient tout autant rire que La famille Tortue et Pirouette Cacahuètes.
A l'adolescence, la poésie de ses paroles me bouleversait, sorte de mode d'emploi idéal à la mélancolie et les contradictions qu'englobe l'âge ingrat. J'ai usé jusqu'à la corde le vinyle de l'album Soleil recherche Futur .
Adulte, j'embrassais toute la culture, les références, la maîtrise de la langue et la complexité de l'univers de l'artiste. Je serais incapable de faire un classement de mes chansons préférées de Hubert-Felix mais s'il y en a une qui m'a profondément touchée, c'est Les dingues et les Paumés.
Elle m'initiait à tant de sentiments, posait des mots sur des émotions et m'ouvrait tant de livres, dont un qui me troublait : Les Chants de Maldoror du Comte de Lautréamont.
L'ouvrage paraît en 1869, dans un relatif anonymat. Il est rapidement oublié, de même que son auteur, mort quelques années plus tard. Philippe Soupault, Aragon ou encore Andrée Breton en font un manifeste du mouvement surréaliste et lui donnent ses lettres de noblesse. Magritte, Dali, Modigliani seront bouleversés par les chants du Compte.
Les chants de Maldoror est une oeuvre poétique, en prose, composée de six chants où l'on fait connaissance avec un héro négatif, cruel et pervers. La structure des chants donne le sentiment qu'ils ne sont pas liés entre eux alors qu'ils servent tous un même but ; celui de conter le Mal, l'ironie et le blasphème. On s'abîme dans les réflexions de Maldoror ou dans celles de l'auteur, perte de repères volontaire qui permet à l'imagination de s'exprimer sans aucune limite.
Ce recueil est difficile à aborder mais la noirceur du verbe côtoie la luminosité de la plume et vous enveloppe dans une couverture passionnelle. Je n'ai jamais lu de description aussi sordide qui contenaient autant de poésie. Parce que là est la force du Compte : il est poète au sens le plus noble. Il vous enchaîne à ses mots, vous livre des réflexions d'une intensité rare tout en mettant en avant l'horreur, dans une apologie du Mal qu'on se surprend à apprécier.
Apprécier ? Que dis-je à adorer. le compte s'est affranchi des codes, tant sur la forme que sur le contenu et a cessé de poser des limites à son imagination. Il ouvre grand la porte de son âme pour nous la livrer sans concession. Une lecture qui vous transporte, vous anéanti et vous délivre dans une mélopée dévastatrice.
« Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. » Voici comment l'auteur vous accueille en tout début de recueil. J'y ajouterais que si seuls certains seront rassasiés par le récit, tout lecteur sera touché par la grâce des mots. Les chants de Maldoror sont une folie littéraire, une fulgurance, un diamant noir.
Écouter l'ami Thiefaine est une exercice de poésie à lui seul. Tant ses mélodies vous électrisent, tant ses rimes et références vous interrogent. Il manie si bien la langue française qu'on doute souvent de ce qu'on entend et donc de ce qu'on comprend. Hubert-Felix joue avec la culture et nourrit la vôtre au-delà de la satiété. Dans cette unique chanson, le chanteur vous renvoie à Baudelaire, Hölderlin ou encore Cervantes. Chacune de ses créations vous ouvre des portes, personnellement j'ai franchi ses seuils avec délices et n'ai certainement pas terminer mon périple. Par lui je me suis initiée à la philosophie cynique par Diogène, aux moralistes par Plutarque et aux écrits de Nietzsche. J'embrassais les oeuvres d'Antonin Artaud, Charles Belle, Edward Hopper, Fra Angelico, Fantin-Latour ou encore Ingmar Bergman.
Mes lectures s'agrandissaient avec celles de Lord Byron, Aloysius Bertrand, Dante, Rimbaud, François Villon, Nerval et John Milton. Je me passionnais pour Lilith, Eurydice, Savonarole , Antigone, l'alchimie, les mythologies et l'Inquisition.
Longtemps artiste intimiste, Thiefaine est enfin mis en lumière sur la scène francophone. Fort d'une trentaine d'album studio et Live, je ne peux que vous inviter, voir vous sommer de plonger dans l'univers foisonnant de Thiéfaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Multipass
  07 décembre 2013
Si la lecture de ces contes s'avère parfois laborieuse, c'est qu'il ne faut pas, comme l'auteur l'indique, découvrir ces « pages sombres » sans maintenir une diligente « tension d'esprit ». Une fois cette consigne suivie, se plonger dans ces interminables phrases, formées de méandres piégeuses et de circonvolutions promptes à égarer, devient un véritable délice. le style est à l'image du recueil, les phrases à l'image des contes, affranchies des codes, dans la prose comme le contenu.
Le texte est cru et cruel, et certaines âmes trop réceptives pourraient s'imbiber du mal et du mal-être que dégagent ces pages. D'aucuns voient chez Ducasse un défaut de maturité ; mais il semble plutôt qu'il a cessé, lors de la création de ce recueil, de repousser ses pulsions les plus noires, qu'il y a adhéré, et les a magnifiées par une plume faisant violence à la langue française commune.
Accrochez-vous lors de votre lecture, vous serez transporté !
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
greg320igreg320i   14 septembre 2014
Il est beau comme la rétractilité des serres des oiseaux rapaces; ou encore, comme l'incertitude des mouvements musculaires dans les plaies des parties molles de la région cervicales postérieure; ou plutôt comme ce piège à rats perpétuel , toujours retendu par l'animal pris, qui peut prendre seul des rongeur indéfiniment, et fonctionner même caché sous la paille; et surtout , comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
marinos22898marinos22898   13 septembre 2016
Vieil océan, tu es si puissant, que les hommes l’ont appris à leurs propres dépens. Ils ont beau employer
toutes les ressources de leur génie...incapables de te dominer. Ils ont trouvé leur maître. Je dis qu’ils ont
trouvé quelque chose de plus fort qu’eux. Ce quelque chose a un nom. Ce nom est : l’océan ! La peur que tu
leur inspires est telle, qu’ils te respectent. Malgré cela, tu fais valser leurs plus lourdes machines avec grâce,
élégance et facilité. Tu leur fais faire des sauts gymnastiques jusqu’au ciel, et des plongeons admirables
jusqu’au fond de tes domaines : un saltimbanque en serait jaloux. Bienheureux sont-ils, quand tu ne les
enveloppes pas définitivement dans tes plis bouillonnants, pour aller voir, sans chemin de fer, dans tes
entrailles aquatiques, comment se portent les poissons, et surtout comment ils se portent eux-mêmes.
L’homme dit : «Je suis plus intelligent que l’océan.» C’est possible ; c’est même assez vrai ; mais l’océan lui
est plus redoutable que lui à l’océan : c’est ce qu’il n’est pas nécessaire de prouver. Ce patriarche observateur,
contemporain des premières époques de notre globe suspendu, sourit de pitié, quand il assiste aux combats
navals des nations. Voilà une centaine de léviathans qui sont sortis des mains de l’humanité. Les ordres
emphatiques des supérieurs, les cris des blessés, les coups de canon, c’est du bruit fait exprès pour anéantir
quelques secondes. Il paraît que le drame est fini, que l’océan a tout mis dans son ventre. La gueule est
formidable. Elle doit être grande vers le bas, dans la direction de l’inconnu ! Pour couronner enfin la stupide
comédie, qui n’est même pas intéressante, on voit, au milieu des airs, quelque cigogne, attardée par la
fatigue, qui se met à crier, sans arrêter l’envergure de son vol : «Tiens !... Je la trouve mauvaise ! Il y avait
en bas des points noirs ; j’ai fermé les yeux, ils ont disparu.» Je te salue, vieil océan !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gavarneurgavarneur   03 janvier 2016
Depuis Racine, la poésie n' a pas progressé d'un millimètre . Elle a reculé. Grâce à qui? aux Grandes-Têtes-Molles de notre époque. Grâce aux femmelettes, Châteaubriand, le Mohican-Mélancolique ; Sénancourt, l'Homme-en-Jupon ; Jean-Jacques Rousseau, le Socialiste-Grincheur ; Anne Radcliffe, le Spectre-Toqué ; Edgar Poë, le Mameluck-des-Rèves-d'Alcool ; Mathurin, le Compère-des-Ténèbres ; Georges Sand, l'Hermaphrodite-Circoncis ; Théophile Gauthier, l'Incomparable-Epicier ; Leconte, le Captif-du-Diable ; Goethe, le Suicidé-pour-Pleurer ; Sainte-Beuve, le Suicidé-pour-Rire ; Lamartine, la Cigogne-Larmoyante ; Lermontoff, le Tigre-qui-Rugit ; Victor Hugo, le Funèbre-Echalas-Vert ; Misçkiéwicz, l'Imitateur-de-Satan ; Musset, le Gandin-sans-Chemise-Intellectuelle ; et Byron, l'Hippopotame-des-Jungles-Infernales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Au clair de la lune, près de la mer, dans les endroits
isolés de la campagne, l'on voit, plongé dans d'amères
réflexions, toutes les choses revêtir des formes jaunes,
indécises, fantastiques. L'ombre des arbres, tantôt vite,
tantôt lentement, court, vient, revient, par diverses formes,
en s'aplatissant, en se collant contre la terre. Dans le
temps, lorsque j'étais emporté sur les ailes de la jeunesse,
cela me faisait rêver, me paraissait étrange; maintenant, j'y
suis habitué. Le vent gémit à travers les feuilles ses notes
langoureuses, et le hibou chante sa grave complainte, qui
fait dresser les cheveux à ceux qui l'entendent. Alors, les
chiens, rendus furieux, brisent leurs chaînes, s'échappent
des fermes lointaines; ils courent dans la campagne, çà et
là, en proie à la folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu
momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se
désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les
marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison;
car, à moins qu'il n'apporte dans sa lecture une logique
rigoureuse et une tension d'esprit égale au moins à sa
défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont
son âme comme l'eau le sucre. Il n'est pas bon que tout le
monde lise les pages qui vont suivre ; quelques-uns seuls
savoureront ce fruit amer sans danger
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Comte de Lautreamont (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Comte de Lautreamont
Relecture : Lautréamont (1975 / France Culture). Par Hubert Juin. Réalisation : Anne Lemaître. Diffusion sur France Culture le 27 juin 1975. Avec François Caradec, Noël Arnaud, Alain Jouffroy, Marcelin Pleynet et Philippe Sollers. Lectures par Jean Bollery et Jean Topart. Présentation des Nuits de France Culture : « On n’a jamais de preuves chez Lautréamont, on a toujours des doutes. Lautréamont, apprécié par Huysmans, Léon Bloy, Remy de Gourmont, puis par les symbolistes, plus tard par les surréalistes : lu, apprécié et reconnu. Ce que l’on sait de la vie d’Isidore Ducasse ? Le véritable miracle, c’est que Lautréamont (Isidore Ducasse) est connu, et la date importante : octobre 1885, 15 ans après la mort du poète durant le siège de Paris en 1870, il avait à peine 24 ans. Oui, octobre 1885, date essentielle, parce que cet auteur maudit - maudit par qui ? par son époque - allait être sauvé grâce à la revue “La Jeune Belgique”. »
Source : France Culture
« L’un des signes les moins douteux de cet acculement des âmes modernes à l’extrémité de tout, c’est la récente intrusion en France d’un monstre de livre, presque inconnu encore, quoique publié en Belgique depuis dix ans : “Les Chants de Maldoror”, par le comte de Lautréamont (?), œuvre tout à fait sans analogue et probablement appelée à retentir. L’auteur est mort dans un cabanon et c’est tout ce qu’on sait de lui. Il est difficile de décider si le mot monstre est ici suffisant. Cela ressemble à quelque effroyable polymorphe sous-marin qu’une tempête surprenante aurait lancé sur le rivage, après avoir saboulé le fond de l’Océan. La gueule même de l’Imprécation demeure béante et silencieuse au conspect de ce visiteur, et les sataniques litanies des “Fleurs du Mal” prennent subitement, par comparaison, comme un certain air d’anodine bondieuserie. […] Quant à la forme littéraire, il n’y en a pas. C’est de la lave liquide. C’est insensé, noir et dévorant. » Léon Bloy (in “Le Désespéré”)
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
874 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..