AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070363902
Éditeur : Gallimard (25/05/1973)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 87 notes)
Résumé :
«Tout le monde est emballé par Les Fruits d'Or, à ce qu'il paraît... J'ai un peu lu le bouquin... Eh bien, je ne sais pas si vous êtes de mon avis... mais moi je trouve ça faible. Je crois que ça ne vaut absolument rien... Mais rien, hein? Zéro. Non? Vous n'êtes pas d'accord?»
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
djathi
  19 avril 2017
C'est à petit pas , la tête rentrée , et le doigt hésitant sur chaque touche de clavier que je vais bafouiller trois petits mots invisibles et par là même inattaquables sur cette oeuvre.
Pourquoi donc tant de retranchements me direz-vous ....moi si exaltée ,dithyrambique , positionnée , affirmative , résolue , prête à clamer haut et fort mes convictions comme parole d'Evangile et vérité absolue , ma vérité , la seule et unique : Lisez c'est le chef-d'oeuvre , l'incontournable , l'essentiel , ou fuyez, pipo , vide et plat , un pur produit dont on rira la saison prochaine .
J'en passe et des meilleurs .
Les fruits d'or alors ?
Une technique narrative habilement choisie , cette fameuse mise en abyme permettant de jouer par exemple sur le registre comique notamment dans le théâtre (Pirandello par exemple ) , permet aux lecteurs de s'appuyer sur un des rares éléments fixes , connus , tangibles pour aborder ce texte .
Et là il s'agit d'un roman Les fruits d'or , qui fait sensation dès sa sortie , dans le milieu des initiés , des spécialistes , cette petite confrérie d'élus , les écrivaillons du moment à la plume facile et le verbe haut , l'air naturellement inspiré , les grands commanditaires du grand verdict qui établit les classifications .
Alors oui , il y a de quoi glousser . Et je ne m'en suis pas privée sur ces 150 pages .Et de là , mon entrée en matière dans ce commentaire , furtive . J'entrevois l'oeil sarcastique de Nathalie Sarraute lisant ma prétention . Profile-bas donc j'avance , c'est plus commode .
Petite facétie de ma part , histoire de ....vous amuser et surtout de trouver ma plume . (pas facile après cette lecture ) .
Certes le thème se prête à l'ironie facile .
Mais avec l'oeil sous-terrain de Nathalie Sarraute , ça devient non seulement jubilatoire , mais aussi et surtout un excellent support pour décortiquer les petits liens unissant les uns aux autres , en deçà de la conscience , dans un flux de conscience/inconscient , ces soubresauts de l'être agissant comme une sorte de tectonique des plaques et qui font apparaitre un paysage sociétal , des vibrations , des "ô temps suspends ton vol" et de voir l'invisible.
C'est par l'abolition de toutes formes de psychologie , d'idées , de présupposés , de constructions mentales que Sarraute , dans une forme novatrice rattrapée très rapidement par ce grand courant littéraire que sera le nouveau roman , parvient à écrire sur ces mouvements , ces fameux Tropismes ( il faut que je le lise ) dont elle s'empare pour en faire la base , l'essence , le matériau de son art .
Et donc qu'en ressort-il pour le lecteur lambda ?
Une expérience . Une sensation de déjà perçu dans une autre forme d'adhésion au réel . Une envie de recommencer surtout .
Comme de bien entendu il serait impossible de lire sans établir même (et surtout ) à son insu des parallèles , et parce que ça rassure , ça confirme , ça solidifie l'ancrage de ses perceptions , j'ai perçu une similitude avec Virginia Woolf . Mais plus encore avec ce que j'ai lu de Proust (Aussi étrange que cela puisse paraitre ,l'écriture minimale jusqu'à la page blanche, déconstruite , effacée rejoint l'écriture Proustienne dans cette capacité de transcendance dans l'apparente trivialité du réel ) .
Alors oui c'est délicieusement corrosif dans cette attaque au vitriol de notre prétention , et je n'ai pas boudé mon plaisir .
Mais , surtout , surtout ( et je ne saurais que trop insister ) j'ai palpité dans ces prémisses de la découverte d'une auteure qui n'a pas fini de me réjouir , de me surprendre , de me propulser dans l'inconnu pour peut-être mieux me rencontrer , étale , surface plane , sans limite , et dans l'unité .
J'avais lu son "autobiographie" ,( "autofiction" ?) , il y a bien 20 ans et déjà ce "je ne sais quoi " m'avait ébranlée ...L'aventure continue donc .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pleasantf
  21 août 2018
Ce roman emblématique du Nouveau Roman est un remarquable bijou littéraire qui me fait penser à l'équivalent d'un tableau cubiste dans le domaine de l'écriture. En restant en dehors de toute histoire se déroulant au cours d'un temps bien identifié, Nathalie Sarraute traite un sujet assez clairement délimité mais elle le traite sous tous les angles possibles.
Le sujet est le jugement esthétique. Si on suit les habitudes académiques, il devrait faire objet d'un essai mais pas vraiment d'un ‘roman'. Ce qui est impressionnant, c'est que ce sujet est traité de manière littéraire, sans la distanciation typique d'un essai. Ici le lecteur se retrouve au coeur de la mêlée des relations interpersonnelles , comme s'il y était si je puis dire. Et il se prend en pleine figure les sentiments d'humiliation, de vexation, d'orgueil, de jalousie, de vanité, de doute, bref toute la palette des sentiments humains susceptibles de se déclencher quand on est face à une oeuvre littéraire et confronté au jugement concurrent d'autrui face à cette même oeuvre littéraire.
Le livre met en lumière tous les mécanismes et phénomènes à l'oeuvre dans le jugement esthétique. Et ce qui est intéressant, c'est que ces choses qui paraissent finalement assez évidentes comme le processus de légitimation, de mode, la domination des experts et leur confiscation de la parole face aux néophytes sommés de se soumettre, les coteries, les connivences, la glose un peu creuse des critiques, le bien-fondé des critères de jugement, et bien tout ceci est rendu de manière très vivante sous forme de dialogues ou de monologues intérieurs.
Au final, j'ai lu ce roman comme un plaidoyer pour l'exercice de sa sensibilité personnelle dans le jugement artistique, aux dépens des critères académiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Shakespeare
  19 août 2014
La mise en abyme est une figure de style chère aux écrivains. de l'illusion comique de Corneille en passant à Si par une nuit d'hiver un voyageur de Calvino, le procédé est souvent apprécié et des oeuvres originales sortent de la plume de grands écrivains. C'est ainsi que les Fruits d'or remporte le prix international de littérature en 1964 en poussant le concept jusqu'à ses limites.
Les Fruits d'or est un livre critiquable, critiqué et critiqueur. Mais de quoi parle-t-il s'il s'agit d'un roman de mise en abyme ? Eh bien, Les Fruits d'or parle des Fruits d'or. Comment l'expliquer autrement ? le texte est un rhapsode des critiques faites aux Fruits d'or. Les critiques s'enchaînent et l'oeuvre critiquée se construit au fur et à mesure sous nos yeux. On a parfois l'impression d'un palimpseste où le texte original serait contenu en puissance entre les lignes, mais ce n'est pas le cas. Il n'y a qu'un seul texte dans ce livre : celui dont tout le monde parle, celui que tout le monde critique, Les Fruits d'or.
Sarraute a relevé un défi oulipien dans cet écrit. L'auteur nous invite à relativiser sur les critiques littéraires de l'opinion commune. le style si particulier ne plaira probablement pas à tout le monde. En effet, en l'absence de trame narrative, difficile de se plonger dans un « roman » qui nous pousse à avoir un recul constant. Chaque ligne semble nous rappeler en creux : n'oubliez-pas que vous être en train de lire ; n'oubliez-pas que votre ressenti est relatif. le seul petit reproche possible est alors sa longueur : car une fois le principe compris, on tourne quelque peu en rond. Si certains trouveront le livre génial, d'autres y verront le degré zéro de l'écriture.Les Fruits d'or divise comme tous les livres au fond. Toutefois il est à la hauteur de ses ambitions. Un lecteur averti y trouvera son plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bdelhausse
  14 décembre 2014
Le Nouveau Roman me faisait assez peur et c'est par hasard, presque, que je me suis frotté à Nathalie Sarraute (sans même mentionner les a priori négatifs que j'avais en pensant à Claude Sarraute...).
Dire que j'ai été conquis serait un peu trop. Mais j'ai trouvé l'ensemble ... frais, original, homogène. Et décalé. Parler d'un roman dans le roman qui porte le même nom, c'est couillu. Et Nathalie Sarraute y arrive sans (trop) lasser. Elle fournit un roman où il n'y a aucune trame, aucune action, pas le moindre rebondissement (c'est le Nouveau Roman... pas la Série Noire). Mais tout se tient et on suit pas à pas les développements. Certains perçoivent de la fatuité, de la superficialité... j'y ai vu du cynisme, de l'autodérision et une critique du monde littéraire. Qu'écrirait-elle si elle revenait, que penserait-elle du monde littéraire si elle vivait à présent... Sans doute un truc au vitriol, du moins est-ce mon avis.
Commenter  J’apprécie          60
Marti94
  06 mars 2014
Attention Ovni ! C'est Arnaud Viviant (La vie critique-2013) qui m'a donné envie de lire ce livre et quel évènement ! J'ai été prise dans un tourbillon, comme si je pouvais rejoindre l'esprit de l'auteure. Les Fruits d'Or parle du roman « Les Fruits d'Or » (mise en abyme) dont l'auteur est Bréhier : il est d'abord encensé, puis critiqué, et enfin oublié (mais pas par tous). J'ai pris en note les citations qui me semblent incontournables pour apprécier la teneur des propos. C'est le genre de livre qui ne peut pas laisser indifférent, une sorte d'expérience (qui peut aussi rater par définition) et pour moi c'est le modèle du nouveau roman.
Lu en mars 2014
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
JdoJdo   02 novembre 2013
Et c’est ainsi que les livres dont chacun s’ingéniait à combler le vide … Les gens les plus sensibles, les plus intelligent y déversaient – et avec quelle générosité – tous leurs trésors … On trouvait à leur minceur une grâce exquise … On trouvait dans leur obscurité dieu sait quelle épaisseur … et puis ils se sont comme vidés … c’était trop lourd à porter … ils sont revenus à leur état premier, ils se sont retrouvés réduits à eux-mêmes … creux … confus … grêles … convenus … de pauvres choses … Celui qui encore aujourd’hui les admire, fait un peu niais, balourd … De ces livres là, il y en a tout le temps, il y en a toujours eu … Mais pour ne pas prendre que les plus récents … tous ceux-là tenez, par exemple …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BernardbreBernardbre   07 octobre 2012
Vous-même l’avez dit, vous l’avez affirmé: sans les mots, il n’y a rien. Les mots, c’est la sensation même qui surgit, qui se met en mouvement.
Commenter  J’apprécie          100
Marti94Marti94   06 mars 2014
Ah sacré bouquin… On peut, l’examiner, le découper dans tous les sens, en horizontale, en verticale, en transversale, en diagonale, on peut le prendre par tous les bouts, poser sur lui n’importe quelle grille… Dans chaque passage, chaque phrase, chaque membre de phrase, dans chaque mot, dans chaque syllabe, si l’on sait voir, quelles richesses inexplorées, quelles résonances, quelles perspectives immenses, infinies, ne trouve-t-on pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   05 mars 2014
Un grand roman, pour moi, C’est comme Saint-Pétersbourg bâtie sur des marais, comme Venise gagnée, au prix de quels efforts, sur les eaux troubles de la lagune.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   06 mars 2014
Il n’y a aucune analyse. C’est fait avec rien. Et le lecteur sent tout, comprend. Ah voyez-vous, ce sont des moments comme ceux-là, ces instants de vérité qui font les grands livres.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Nathalie Sarraute (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Sarraute
Radioscopie : Nathalie Sarraute (1989).
autres livres classés : nouveau romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
768 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre