AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782092547601
160 pages
Éditeur : Nathan (07/05/2013)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 26 notes)
Résumé :

Né en mai 1944, François est le fruit de l'amour éphémère d'une jeune Française et d'un officier allemand pendant l'Occupation. Abandonné par sa mère, il est confié à une famille d'accueil où il reçoit affection et attention. Jusqu'à ce qu'il en soit arraché par une grand-mère aigrie, qui l'humilie, le punit pour un rien, lui faisant payer la honte de ses origines... Car Fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  20 juillet 2015
Comme l'évoque le titre, ce livre est choquant quand on s'imagine être né entre terre et ciel ou entre le soleil et la lune c'est la pire des tortures, on prendra assez du temps pour se trouver une voie à son propre destin parce qu'on passera le temps à se chercher une appartenance, un abri généalogique, une histoire génétique où le plus souvent on se rendra compte qu'on n'appartient au néant, on est de nulle part, l'identité plongée dans un grand embarras, sa quête n'est que confusion, c'est là l'univers cafardeux dans lequel nous plonge Arthur Ténor, c'est bien là l'histoire affligeante de François, un Franco-Allemand né pendant la grande guerre au moment où les deux pays de ces deux parents étaient tout fraichement des grands ennemis. Un François qui n'avait peut-être jamais demandé de naitre mais qui est né au mauvais moment et au mauvais endroit car sa recherche vers une identité n'est autre qu'un mauvais souvenir que tout le monde se torture a oublier.
Un témoignage poignant et très très déséquilibré, l'auteur nous déséquilibre en nous glissant dans la peau de François, cela m'a fait penser à Queen de Halex Haley, l'histoire d'une fille, sang mêlé d'une esclave noire et d'un maitre blanc, chassée et niée dans un monde aussi bien dans l'autre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
chardonette
  25 septembre 2014
L'auteur nous propose de suivre l'histoire de François, né en 1944, d'une mère française et un soldat allemand, c'est un enfant de la guerre, en France on estime plus de 200 000 enfants nés d'une mère française et d'un soldat allemand.
François va nous raconter son histoire, j'ai eu la chance de rencontrer l'auteur, Arthur Ténor et lors de l'achat de ce livre il m'a conseillé de prendre des mouchoirs et je dois dire que les larmes ont bien été présentes parce que même si l'histoire de François est fictive, c'est inspiré de fait historique réel d'ailleurs à la fin de l'ouvrage l'auteur nous propose une interview d'un enfant maudit.
François est une enfant qui a été abandonné à la naissance par sa mère et qui va être élevé pendant quelque année par une famille d'accueil présente pour l'enfant et aimante. Malheureusement il va être contraint d'aller vivre chez sa grand-mère, une vilaine femme qui veut se venger de « la honte » que sa fille lui a procuré et qui va faire vivre un calvaire à ce jeune garçon.
Les passages sur la jeunesse de François sont vraiment terribles car, rien ne lui sera épargné, il sera insulté et maltraité aussi bien par sa grand-mère qu'à l'école. Heureusement il va avoir la chance d'être recueillit par un oncle qui va l'aider à grandir. Où est sa mère, pourquoi n'a-t-elle pas « sauver » son fils ?
C'est vraiment un récit important, un message sur la bêtise humaine et malgré tout un message d'amour et de pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lilicrapota
  06 mars 2020
C'est fou ce que la littérature jeunesse est riche et inventive!!!
Quand je lis des romans adultes autour de la 2ème guerre mondiale ou de ce qui en découle, c'est souvent toujours autour des mêmes thèmes : la résistance, les Juifs, le conflit en lui-même, écrits comme des épopées ou des quasi autobiographies plutôt cathartiques...
Et lorsque je me plonge dans les romans jeunesse sur le même thème, je suis à chaque fois surprise, émue, remuée... qu'il s'agisse de petits albums (comme l'incroyable "Otto" de Tomi Ungerer), de romans (le renversant "le garçon au pyjama rayé" de John Boyne), de journaux intimes ou de livres à fenêtres, c'est à chaque fois une nouvelle découverte et celui-ci n'échappe pas à la règle.
D'abord parce que le thème choisi n'est pas anodin : François est né d'une mère française et d'un père allemand, soldat en France durant la guerre. Il est donc "né maudit", porteur d'une faute et cristallisation d'une haine que je nommerais presque "éducative". J'apprends donc, je découvre! par le biais de ce roman mais aussi grâce à l'interview-naissance du livre présenté en fin d'ouvrage, que ces enfants-là sont au nombre de 200 000 en France. Il n'est donc pas inutile de creuser un peu le sujet ;-)
Ensuite parce que de cette enfance terrible, de ce petit garçon martyrisé par le regard, les insultes, les condamnations des autres, enfants comme adultes, de cette vie niée, refoulée, rejetée, de cette impossibilité d'exister, François parvient, extraordinaire résilient, à s'inventer, se nommer, se donner le droit d'être.
Cette formidable leçon d'humanité, elle n'est possible que grâce au talent de l'auteur qui se contente, le plus objectivement possible, de raconter des faits sans que l'on sente, à aucun moment, le jugement du créateur sur ses personnages : c'est-à-dire une telle mise à distance dans son travail qu'à la fois on comprend les agissements de cette population terrorisée par la guerre et haineuse des Allemands (donc rejetant tout ce qui peut leur rappeler, comme un enfant de guerre), et à la fois, dans le chemin que l'on mène avec François, on est dégagé de toute pitié ou commisération (en tout cas, c'est ainsi que je l'ai lu) ; ceci sans doute parce que du départ, on sait qu'il va "d'en sortir" et devenir un homme bien.
Comme je suis un peu pénible, j'ai quand même eu du mal à cerner le personnage machiavélique de la grand-mère : François était tellement bien dans sa famille d'accueil... elle l'en sort pour lui faire subir mille sorts... Pourquoi n'a-t-elle pas préféré l'oublier cet enfant-là, puisqu'elle avait déjà renié sa fille? Pour se venger de quoi? Pourquoi cette méchanceté? Et à l'inverse, pourquoi son frère, qui "récupère" François ado, est-il aussi humain? J'aurai bien aimé en savoir un peu plus sur leur historique familial, à ces deux-là ;-)
Un très bon roman donc, très bien écrit et très porteur. A recommander dès la cinquième!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
c.brijs
  16 juin 2013
"J'étais "mal né", comment pourrais-je bien vivre ?"

François est "mal né". Fruit d'une liaison "contre-nature" entre une Française et un "sale Boche", il n'en finit pas de payer pour un crime qu'il n'a pas commis...

Avec ce titre, Arthur Ténor nous remue les tripes en nous contant le destin de cette enfance brisée, malmenée par la vindicte d'une population aigrie par quatre années de guerre.

Abandonné par sa mère, arraché à une famille d'accueil aimante par une grand-mère qui lui fait payer très cher son infamie, humilié par ses camarades de classe, traité comme un moins que rien, "une poussière de doigts de pied", par son instituteur, François aura-t-il le droit d'être aimé comme un petit garçon comme les autres ?

La réponse nous est donnée avec 60 ans d'écart puisque l'histoire débute alors que l'enfant est devenu un homme âgé. Avec lui, nous replongeons des années en arrière et revivons à ses côtés ce cauchemar que rien ne justifiait. Et ce voyage ne laisse pas indemne.

"Alors que devais-je faire, face à cette méchanceté collective née d'un subtil mélange de bêtise, effet de foule, rancoeurs et pincée de sadisme."
D'autres questions surgissent. de celles qu'on préfèrerait ignorer. La haine engendre-t-elle systématiquement la haine ? Comment briser ce cercle vicieux ? Et nous, comment aurions-nous agi ? "Aurions-nous été pires ou meilleurs que ces gens ?" chante Jean-Jacques Goldman. J'ose espérer que le simple fait de déjà se poser la question augure le meilleur mais rien n'est moins sûr...

Au-delà de cette chronique poignante d'une page peu glorieuse de l'après-guerre, l'auteur nous délivre néanmoins un message d'espoir : l'amour est (malgré tout) plus fort que la haine. Et si la pardon n'efface rien, il permet cependant de faire le deuil, de tourner la page, d'aller de l'avant...

Une histoire à mettre entre tous les mains, qui nous rappelle encore et toujours le 1er article de la déclaration universelle des droits de l'homme :

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité."
Le lecteur sera également vivement intéressé par l'interview qui clôt ce récit. L'auteur s'entretient avec Daniel Rouxel, l'un de ces enfants "nés maudits". Un témoignage bouleversant, une belle leçon d'humanité aussi :

"Avec tout ce que j'ai enduré, tout ce que j'ai vécu, j'aurais dû devenir une personne méchante, et ce n'est pas le cas."
Un récit à lire d'une traite !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
CelineCDI
  21 février 2013
François, jeune retraité, vient rendre visite pour la première fois à sa mère, Camille, qui l'a abandonné à la naissance. Né en 1944, François est le fruit des amours d'une jeune Française et d'un soldat allemand pendant la guerre. L'enfant, d'abord confié à une famille d'accueil est finalement pris en charge par sa grand-mère maternelle, qui ne lui pardonne pas le fait d'être un "fils de Boche". Humiliations permanentes, mauvais traitements, François vit un calvaire, que ce soit chez lui ou à l'école (où le secret est dévoilé par une voisine malveillante)...
Un sujet rarement abordé, celui de ces enfants franco-allemands pour qui l'existence après la guerre est un cauchemar sans fin. L'auteur s'est largement inspiré de témoignages véridiques et son roman sonne vrai, tout en donnant froid dans le dos... On se demande comment le héros arrive à traverser les épreuves qui lui sont infligées sans "mal tourner". Une histoire touchante, qui parlera sans doute aux ados d'aujourd'hui, à la recherche de leur identité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 septembre 2007
Lecture jeune, n°123 - Après des années de recherche, François retrouve sa mère qu'il n'a jamais connue. Né en mai 1944 d'une jeune Française et d'un soldat allemand, il est recueilli à la Libération par la famille Bouchard, puis se retrouve chez sa grand-mère Faustine. Pour lui commence le cauchemar :elle le punit pour un oui ou pour un non, le bat, l'enferme dans la cave. Il est aussi maltraité par les enfants du village et par son instituteur M. Mathieu. Ce roman très poignant s’inspire d’une conséquence peu connue de la Seconde Guerre mondiale : les enfants nés de soldats allemands. On revit avec horreur la Libération et les femmes humiliées sur la place publique, on découvre le destin honteux de ces enfants dont le seul crime est d’être né. Il aborde aussi avec délicatesse le thème de la recherche des origines. Un entretien passionnant avec Daniel Rouxel, enfant de guerre, apporte à la fin de l’ouvrage un intérêt supplémentaire au récit. Sébastien Féranec
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
66collegeMontesquieu66collegeMontesquieu   06 février 2015
Ce livre est émouvant, car il raconte la vie d'un garçon qui a des problèmes auprès de tout le monde donc j'ai bien aimé ce livre. Ce qui est bien dans ce livre c'est que François malgré toute les insultes qui reçoit il reste courageux alors qu'il est encore qu'un enfant.
Cloé 6°7
Commenter  J’apprécie          50
c.brijsc.brijs   16 juin 2013
J'avais le cœur durci par le gel de mes rancœurs.
Commenter  J’apprécie          210
c.brijsc.brijs   16 juin 2013
Alors que devais-je faire, face à cette méchanceté collective née d'un subtil mélange de bêtise, effet de foule, rancœurs et pincée de sadisme ?
Commenter  J’apprécie          50
berouneberoune   14 août 2013
Jusqu'au début du cauchemar, en 1953, je dois admettre que je n'avais pas été un enfant martyr, seulement un garçon contraint à la solitude, privé d'affection, élevé à la dure... Pour résumer : nourri-logé-puni.
Commenter  J’apprécie          30
TakalirsaTakalirsa   27 mars 2018
A chaque pas, une énergie formidable montait en moi, qui balayait toutes mes craintes. C'était la volonté de gagner et la conviction que j'en étais capable.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Arthur Ténor (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Ténor
Tu aimes avoir peur ? Retrouve ici 5 livres qui vont te donner la chair de poule !
Le grand livre de l'horreur, tome 1 : Dans le château de Dracula de N.M. Zimmermann : https://www.babelio.com/livres/Zimmermann-Le-grand-livre-de-lhorreur-tome-1--Dans-le-chate/934083
Ils n?auraient jamais dû retourner dans cette maison d?Arthur Ténor : https://www.babelio.com/livres/Tenor-Ils-nauraient-jamais-du-retourner-dans-cette-mais/509011
Scary Stories : Histoires effrayantes à raconter dans le noir d?Alvin Schwartz : https://www.babelio.com/livres/Schwartz-Scary-Stories--Histoires-effrayantes-a-raconter-d/1160127
Skeleton Creek de Patrick Carman : https://www.babelio.com/livres/Carman-Skeleton-Creek-Tome-1--Psychose/237919
Colorado Train de Thibault Vermot : https://www.babelio.com/livres/Vermot-Colorado-train/970816
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
Crédits musique : Haunted House par Myuu https://soundcloud.com/myuu/haunted-house (licence CC BY 3.0)
+ Lire la suite
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz à partir du livre "A mort l'innocent"

Par qui l'homosexualité de Gabriel Orthis est-elle révélée ?

Par Rémi
Par Dominique
Par Mattias

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : À mort l'innocent ! de Arthur TénorCréer un quiz sur ce livre

.. ..