AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Yves-Gérard Le Dantec (Éditeur scientifique)Jacques Borel (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070105793
1547 pages
Éditeur : Gallimard (01/07/1938)
4.45/5   119 notes
Résumé :
Premiers vers - Poèmes saturniens - Fêtes galantes - Poèmes contemporains des «Poèmes saturniens» et des «Fêtes galantes» - La Bonne chanson - Contribution à l'«Album zutique» - Romances sans paroles - Poèmes contemporains de «La bonne chanson» et des «Romances sans paroles» - Sagesse - Reliquat de «Cellulairement» et poèmes contemporains de «Sagesse» - Jadis et naguère - Amour - Parallèlement - Poèmes contemporains de «Parallèlement» - Dédicaces - Bonheur - Chanson... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
charlottelit
  24 juillet 2012
Immense, époustouflant, musical, enthousiasmant, l'incomparable Verlaine sans oublier son frère d'écriture Charles Vildrac ! livres de chevet, de lampe, de lune, de soleil
Commenter  J’apprécie          220
zohar
  14 avril 2011
Cette immense oeuvre poétique qui lui a valu sa gloire, Verlaine nous laisse, seul, avec ses vers qui reflètent, dans toute leur splendeur, la grande complexité de l'homme. Bien qu'il se soit plu souvent à brouiller les pistes en mêlant les poèmes de « jadis » à ceux de « naguère ».
Le premier recueil qu'il a publié, s'intitule les « Poèmes saturniens » (1866). Les tableaux poétiques qui y sont évoqués ont un fort goût parnassien. Son adhésion à l'esthétique (impersonnelle) du Parnasse, une adhésion qui tend d'ailleurs au pastiche, n'empêche pas le poète de faire l'aveu d'une expérience psychologique originale, en évoquant, avec toute sa sensualité, sa mélancolie (« Nevermore »), ses tourments moraux (« Soleil couchant ») ou encore la femme idéale (dans, « Mon rêve familier »).
Et le rêve devient prédominant dans les « Fêtes galantes » (1869) et « la Bonne Chanson » (1870). Si le premier livre apporte l'évasion dans un XVIIIe siècle un peu factice, avec une mélancolie insidieuse qui s'infiltre dans la joie revendiquée.
Le second livre est marqué par la fadeur qui s'instaure comme tonalité spécifiquement verlainienne. Ici, l'être est en proie à des tournoiements d'où s'effacent le temps et le moi.
Il se dégage, en outre, un fort lyrisme « impersonnel » qui masque, en réalité, une grande revendication de « l'individualité » de sa part. Et cette dualité là, est la source de l'originalité de ce recueil !
Chez Verlaine, l'influence de Rimbaud est indéniable et a été déterminante dans l'élaboration de « Romances sans paroles » (1874). Ce dernier a poussé Verlaine, ce rêveur sensuel et mélancolique, à chercher dans le rêve un nouveau mode d'expression qui permettant de traduire, immédiatement et musicalement, le ressenti des choses.
Pour ma part, je dirai que l'impressionnisme de Verlaine a atteint son point de perfection dans ce recueil ! Chaque sensation est signifiante et la conscience individuelle s'est trouvée d'elle-même (et non plus recherchée, comme nous l'avons dit plus haut).
L'harmonie et l'ordre chez Verlaine (alors que sa vie de jadis n'était que violences et ivresses, ivrognerie et brutalité), se trouve peut-être dans « Sagesse » (1881). L'intention apologétique y est manifeste. C'est le livre où reparaît le vie humble, où les faux beaux jours, la beauté des femmes, et même l'espoir (« qui luit comme un brin de paille dans l'étable ») sont des réalités rugueuses et parfois mal contrôlées (comme le vers) mais désormais susceptibles d'être interprétées par le poète.
C'est dans le même esprit de construction de soi au sein du monde que Verlaine compose « Jadis et naguère » (1884). Ce recueil voudrait intégrer le passé de l'homme et du poète dans une nouvelle perspective, qui sous-tend une option morale et religieuse.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Flaubauski
  08 mai 2019
J'ai pris le temps de me plonger dans la poésie de Verlaine en lisant un recueil, par-ci par-là, pendant plusieurs mois, de cette intégrale qui traînait dans ma bibliothèque depuis des années. J'ai pris plaisir à en relire certains, comme Poèmes saturniens et Romances sans paroles, pour moi des chefs d'oeuvre de modernité, autant par leurs paradoxales harmonies musicales discordantes et détonantes dans le climat littéraire de l'époque – « Et pour cela préfère l'Impair » – que par leur description d'univers tout aussi modernes et paradoxaux, de Paris à Londres, en passant par la Belgique. J'ai pris plaisir également à en découvrir d'autres plus tardifs, comme Jadis et Naguère, dont je ne connaissais que l' »Art Poétique », et qui m'a permis de prendre conscience de l'importance qu'a pu avoir le poète pour les décadents à la fin du siècle, ou encore de Parallèlement.
Mais ces recueils, plus tardifs dans leur publication, reprennent à majorité des poèmes écrits bien antérieurement, laissant penser qu'après Romances sans paroles, la poésie de Verlaine s'est comme assagie, voire affadie, ne laissant que peu de place à la fantaisie première, surtout de forme, mais aussi de fond. A partir de l'incident londonien, coupant court à sa relation avec Rimbaud, et l'emprisonnement qui en a suivi, en effet, celui qui avait fait le choix de la bohème avec son jeune amant, prend le chemin de l'expiation dans la religion, Sagesse en étant la parfaite illustration. La modernité poétique qui précédait laisse place à une poésie classique, dans la tradition d'une poésie religieuse avec laquelle j'ai beaucoup de mal, assez déconcertante lorsque l'on ne connaît que les premiers recueils. Puis, jusqu'à la fin de sa vie, Verlaine retombera dans ce qu'il considère comme ses travers, pour mieux les expier ensuite, chaque nouveau recueil renvoyant à l'une des deux facettes désormais présentes en alternance dans son oeuvre. Malgré tout, j'ai trouvé le parcours de cet homme, encore plus que de ce poète, touchant, dans toutes ses difficultés à se trouver, tout au long de sa vie, au point de finir par mourir misérablement ; parcours qui se ressent, justement, assez magistralement, dans son oeuvre même.
Cette intégrale a donc été une lecture en demi-teinte mais nécessaire : ou comment une oeuvre peut prendre une bien autre résonance quand on prend le temps de la parcourir dans son ensemble.
Lien : https://lartetletreblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Arimbo
  05 août 2020
L'oeuvre poétique de Verlaine est, comme celle de Hugo, inégale. Certains recueils sont des chefs d'oeuvre où tout est parfait: Romances sans paroles, où l'influence de Rimbaud est forte, et qui contient des poèmes absolument novateurs comme Charleroi, ou Beams, Fêtes Galantes, un joyau d'une unité de ton incroyable, d'autres recueils où presque tout est magnifique: Poèmes saturniens, Sagesse, ou encore contenant des poèmes prodigieux comme Crimen Amoris dans Jadis et Naguère. Et puis, dans la suite de sa production, c'est mon opinion que peut-être d'autres ne partageront pas, la veine créatrice se perd, beaucoup de poèmes sont plutot fades, voire de la prose rimée, je pense aux poèmes de Dédicaces, Invectives, Épigrammes, notamment, mais il y a cependant, des perles rares, comme ceux évoquant Lucien Letinois, avec le magnifique poème: "il pantinait merveilleusement...." , jusqu'à cet extraordinaire dernier et prémonitoire poème : Mort, où Verlaine, une dernière fois, et de façon bouleversante, évoque son combat personnel contre sa lâcheté, sa fuite dans le rêve, dont la Mort le rendra victorieux.
Mais, je ne me lasserai jamais de lire et d'apprendre par coeur les poèmes de Fêtes Galantes et Romnces sans Paroles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
valisebabelio
  26 août 2020
Verlaine est un poète qui se fait compositeur et musicien. Il donne une très grande importance à la mélodie de ses écrits, chaque mot chante tel un rossignol sur une branche d'arbre. Il convient de dire cependant qu'il se laisse porter par les ailes de l'oreille musicale de son âme, pour choisir toujours les mots, ou plutôt les justes notes, qui la plaisent.
Verlaine noue, avec autant de justesse, les mélodies et les rythmes. Les rimes et les assonances intérieures sont les doigts magiques qui jouent sur le piano harmonique dans sa poésie. Elles tracent, d'une manière merveilleuse, un squelette poétique qui enfante un orchestre du vers des mots d'une qualité rythmique très fine.
En effet, on observe que ses oeuvres sont marquées par : le romantisme qui est omniprésent dans son style d'écriture, le parnasse ou autrement dit le mouvement littéraire qui s'intéresse à la beauté formelle, et par l'influence de son poète préféré, Baudelaire. Et ce à travers la présence de la provocation dans le choix de certains titres, et la mélancolie exprimée dans certains poèmes décrivant des paysages tristes.
Enfin, même si les mots ne sont par nature des notes musicales, Verlaine sait comment les transformer en morceaux musicaux, pour orchestrer les sentiments du lecteur dans tous ses états d'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
WiewowasWiewowas   01 août 2014
SUR LA MANIE
QU'ONT LES FEMMES ACTUELLES
( de relever leurs robes )

Car l'ampleur de la robe et son envol et tout le
Reste grâce au vent
Font penser l'homme, non intime, mais en foule
A ce qu'il a devant...

Tandis que cette sorte absolument hideuse
De montrer des mollets
Insuffisants parfois serait la source affreuse
De combien de voeux laids !

Vous accentuez trop, Mesdames, vos " tournures ",
Et j'en reste effrayé,
Car elles sont, hélas ! d'amples caricatures
De ce dont on s'assié...

Ou plutôt continuez, mais plus d'un infâme
Retroussement moqueur :
Retroussez, retroussez, retroussez jusqu'à l'âme,
Retroussez jusqu'au coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
nadejdanadejda   26 juin 2015
Que ton âme soit blanche ou noire (Chansons pour elle)

Que ton âme soit blanche ou noire,
Que fait ? Ta peau de jeune ivoire
Est rose et blanche et jaune un peu.
Elle sent bon, ta chair, perverse
Ou non, que fait ? puisqu'elle berce
La mienne de chair, nom de Dieu !

Elle la berce, ma chair folle,
Ta folle de chair, ma parole
La plus sacrée ! - et que donc bien !
Et la mienne, grâce à la tienne,
Quelque réserve qui la tienne,
Elle s'en donne, nom d'un chien !

Quant à nos âmes, dis, Madame,
Tu sais, mon âme et puis ton âme,
Nous en moquons-nous ? Que non pas !
Seulement nous sommes au monde.
Ici-bas, sur la terre ronde,
Et non au ciel, mais ici-bas.

Or, ici-bas, faut qu'on profite
Du plaisir qui passe si vite
Et du bonheur de se pâmer.
Aimons, ma petite méchante,
Telle l'eau va, tel l'oiseau chante,
Et tels, nous ne devons qu'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
coco4649coco4649   05 juin 2016
KALÉDOSCOPE

À Germain Nouveau


Dans une rue, au cœur d’une ville de rêve,
Ce sera comme quand on a déjà vécu :
Un instant à la fois très vague et très aigu...
Ô ce soleil parmi la brume qui se lève !

Ô ce cri sur la mer, cette voix dans les bois !
Ce sera comme quand on ignore des causes :
Un lent réveil après bien des métempsycoses :
Les choses seront plus les mêmes qu’autrefois

Dans cette rue, au cœur de la ville magique
Où des orgues moudront des gigues dans les soirs,
Où les cafés auront des chats sur les dressoirs,
Et que traverseront des bandes de musique.

Ce sera si fatal qu’on en croira mourir :
Des larmes ruisselant douces le long des joues,
Des rires sanglotés dans le fracas des roues,
Des invocations à la mort de venir,

Des mots anciens comme un bouquet de fleurs fanées !
Les bruits aigres des bals publics arriveront,
Et des veuves avec du cuivre après leur front,
Paysannes, fendront la foule des traînées

Qui flânent là, causant avec d’affreux moutards
Et des vieux sans sourcils que la dartre enfarine,
Cependant qu’à deux pas, dans des senteurs d’urine,
Quelque fête publique enverra des pétards.

Ce sera comme quand on rêve et qu’on s’éveille !
Et que l’on se rendort et que l’on rêve encor
De la même féerie et du même décor,
L’été, dans l’herbe, au bruit moiré d’un vol d’abeille.

p.146-147
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PiatkaPiatka   29 avril 2016
TU CROIS AU MARC DE CAFÉ

Tu crois au marc de café,
Aux présages, aux grands jeux :
Moi je ne crois qu'en tes grands yeux.

Tu crois aux contes de fées,
Aux jours néfastes, aux songes.
Moi je ne crois qu'en tes mensonges.

Tu crois en un vague Dieu,
En quelque saint spécial,
En tel Ave contre tel mal.

Je ne crois qu'aux heures bleues
Et roses que tu m'épanches
Dans la volupté des nuits blanches !

Et si profonde est ma foi
Envers tout ce que je crois
Que je ne vis plus que pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
palamedepalamede   16 août 2017
Vendanges

Les choses qui chantent dans la tête
Alors que la mémoire est absente,
Écoutez ! c’est notre sang qui chante…
Ô musique lointaine et discrète !

Écoutez ! c’est notre sang qui pleure
Alors que notre âme s’est enfuie
D’une voix jusqu’alors inouïe
Et qui va se taire tout à l’heure.

Frère du sang de la vigne rose,
Frère du vin de la veine noire,
Ô vin, ô sang, c’est l’apothéose !

Chantez, pleurez ! Chassez la mémoire
Et chassez l’âme, et jusqu’aux ténèbres
Magnétisez nos pauvres vertèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264

Videos de Paul Verlaine (80) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Verlaine
Henri Guillemin : Le drame de Paul Verlaine (1956) et 100e anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud (1955) [France Culture]. Le drame de Paul Verlaine : conférence diffusée sur France Culture (la Chaîne nationale) le 23 juillet 1956. 100ème anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud : conférence diffusée sur France Culture (la Chaîne nationale) le 7 mars 1955. Illustration : Rimbaud et Verlaine dans une rue de Londres par Félix Régamey, 1873. Il est difficile de situer précisément le début de la relation épistolaire avec Paul Verlaine. Verlaine prétend avoir reçu très peu de courriers de Rimbaud et ne parle que de l'envoi de deux poèmes (« Les Premières communions » et « Les Effarés »). Finalement, rentré à Paris de son exil après la Commune, il invite Rimbaud : « Venez chère grande âme, on vous appelle, on vous attend ! » Rimbaud arrive dans la capitale fin septembre 1871. Il est présenté et très bien accueilli par ses pairs plus âgés, au dîner des « Vilains Bonshommes » le 30 septembre. Il y rencontre quelques-uns des grands poètes de son temps. Il est successivement logé par les beaux-parents de Verlaine, rue Nicolet, non sans heurts avec sa femme Mathilde, puis chez Charles Cros, André Gill, Ernest Cabaner, et même quelques jours chez Théodore de Banville. Le 20 octobre 1871, Rimbaud a tout juste dix-sept ans. Au dîner des Vilains Bonshommes il lit ses œuvres récentes : « Les Premières communions » et surtout « Le Bateau ivre », lequel déroute son auditoire par ses audaces formelles. Début novembre, Rimbaud participe au Cercle des poètes zutiques qui vient d'ouvrir à l'hôtel des Étrangers. Il collabore, seul ou avec Verlaine, à l'"Album zutique", produisant des pastiches d'auteurs en vogue, notamment des pièces au contenu scandaleux comme le « Sonnet du trou du cul ». En février ou en mars 1872, Rimbaud est peint par Henri Fantin-Latour, aux côtés de Verlaine, dans le tableau "Un coin de table". Au fil des mois, les provocations de Rimbaud excèdent le milieu parisien. L'incident avec Étienne Carjat au dîner des Vilains Bonshommes du 2 mars 1872 le fait définitivement tomber en disgrâce : Rimbaud, complètement saoul, a blessé le célèbre photographe d'un coup de canne-épée. Pour sauver son mariage et rassurer ses amis, Verlaine se résigne à éloigner Rimbaud de Paris. Rimbaud se fait oublier quelque temps en retournant à Charleville. Verlaine lui écrit en secret et Rimbaud revient dans la capitale en mai 1872 ; le 7 juillet tous deux quittent Paris pour la Belgique, Verlaine ayant délaissé sa femme et son enfant. Mathilde rompt alors avec lui et effectue une demande de séparation de corps et de biens. Commence pour Rimbaud et son aîné une liaison amoureuse agitée de juillet 1872 à juin 1873 ; ils vivent un temps à Londres. Rimbaud revient occasionnellement en France en décembre 1872 et en avril 1873. Cette liaison tumultueuse se termine par ce que la chronique littéraire désigne sous le nom de « drame de Bruxelles ». En juin 1873, les deux amants sont à Londres et proposent des cours de français pour vivre. Verlaine quitte brusquement Rimbaud le 3 juillet, affirmant vouloir rejoindre sa femme, décidé à se tirer une balle dans la tête si elle ne l'accepte pas. Il retourne alors à Bruxelles et réside dans un hôtel. Rimbaud le rejoint le 8 juillet. Persuadé que Verlaine n'aura pas le courage de mettre fin à ses jours, Rimbaud annonce qu'il repart seul pour Paris. Le 10 juillet 1873, Verlaine, ivre, tire sur Rimbaud à deux reprises avec un revolver, le blessant légèrement au poignet. Rimbaud se fait soigner et, craignant pour sa vie, demande la protection d'un agent de police de la ville. Verlaine est incarcéré à la prison de Bruxelles puis transféré à Mons. Même si Rimbaud a retiré sa plainte, l'enquête révèle l'homosexualité « active et passive »de l'accusé, circonstance jugée aggravante, et Verlaine est condamné en août 1873 à deux ans de prison pour blessure avec arme à feu.
0:00 : Le drame de Paul Verlaine 27:09 : 100e anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez ces vers ... de Verlaine

Dans l'interminable Ennui ... La neige incertaine Luit comme du sable.

de ma peine
de la plaine
des Ardennes
des étables

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Paul VerlaineCréer un quiz sur ce livre