AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

France Gleizal (Autre)Colette-Marie Huet (Autre)Marcel Schneider (Autre)
ISBN : 2253031542
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 70 notes)
Résumé :
J'ai lu les Sept Contes gothiques.
Ils sont étincelants, ciselés avec précision, et chacun fait penser à une oeuvre d'art parfaitement préméditée. La sonorité étrange et archaïque de leur admirable prose permet de comprendre que l'auteur écrit dans une langue qui n'est pas la sienne. Un brasillement éclatant et sulfureux en émane. Si je voulais m'arracher à ma propre vie, je me plongerais dans les Sept Contes gothiques. Carson McCullers.
Texte intégral... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
pdemweb1
  23 octobre 2017
Le point commun aux sept contes gothiques est la passion ardente qu'éprouvent des notables bien établis.
Tous les contes sont différents. Il ne s'agît de pamphlets sociaux, mais des révélations inattendues de l'amour qui vont parfois se terminer tragiquement.
Karen Blixen est une conteuse exigeante, elle digresse en évoquant d'autres histoires pour les conclure rapidement en même temps. Il semble qu'elle prenne plaisir à embrouiller son lecteur. Ce même lecteur prend lui aussi plaisir à la suivre dans les méandres des contes.
Les références historiques semblent sortir d'un "point de vue images du monde", ce qui donne une sensation désuète, indique que les contes n'ont pas de vocation à relater des faits historiques, mais à de décrire des passions.
Karen Blixen a enthousiasmé ma lecture, car elle a su, avec un enrobage de haute morale, émettre des idées pragmatiques, politiquement non correctes, et délicieusement inattendues.
Pour chacun de ses contes, Karen Blixen mérite bien un petit tour en avion avec Robert Redford (1)
(1) Reference au film de Sydney Pollack :"Out of Africa"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          671
Bunee
  25 mai 2009
Je suis perplexe...
Pourtant fan de contes et nouvelles fantastiques, j'aime beaucoup les écritures tissant ensemble réel et irréel de manière subtile et adroite. Sur ce point, on peut dire que les sept contes en question sont effectivement "subtilement" fantastiques, du moins, toujours oscillant sur la frontière. Un peu entre le rêve et l'eveil ...
Les personnages sont bien campés, les intrigues quasi-scientifiquement orchestrées ...
Ainsi donc , des amours contrariées, des duels ennivés, de faux hommes de foi dans de vrais raz-de-marée ...
MAIS, oui, un énorme "mais" vient faire obstacle chez moi à la lecture de ce recueil.
Le style évoque les récits épiques, un peu troubadour, comme une romance que l'on viendrait vous chanter au coin du feu... Et j'ai trouvé ça d'une lourdeur désuette et absolument redhibitoire, et du coup cette lecture s'est transformée en corvée (d'où le temps incroyalement long de lecture).
La persévérance dans l'erreur étant diabolique , j'ai trouvé plus sage de stopper net ma progression laborieuse dans l'oeuvre, un jour peut-être je reviendrai modifier ma critique et, à la façon de certains, être élogieuse sur ces sept contes qui pour l'heure ... m'ont échappé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
vilvirt
  10 décembre 2011
Ce recueil, c'est avant tout une belle entrée en matière dans l'univers gothique et romantique du XIXème. Dans un style unique et parfois même poétique puisque bon nombre de ces nouvelles sont truffées de poèmes, l'auteur a imaginé des scénarios oniriques et sombres où les grandes dames de l'aristocratie danoise côtoient des vierges, des assassins et des créatures surnaturelles, et se mêlent aux duels et aux complots...
Même si certaines histoires ont parfois un peu de mal à démarrer, j'ai trouvé chacune de ces nouvelles extrêmement fascinante. La poésie se mêle aux idées philosophiques et aux contemplations bucoliques, et Karen Blixen dresse le portrait de personnages souvent très attachants aux prises avec leur conscience et toujours englués dans des situations extraordinaires. La réalité se fond avec la fiction et donne naissance à de sombres histoires où les amours contrariées flirtent avec la mort. Au rythme des complots et des péripéties que chaque personnage doit surmonter - trouvant ainsi une sorte de libération et d'apaisement au terme de son aventure - on voyage à travers le vieux continent dans une atmosphère gothique touchée par les vers de Shakespeare et la magie des rivages danois.
La mer a une place prépondérante dans beaucoup de ces récits même si elle fait plutôt figure d'élément perturbateur et dangereux dont la violence n'a d'égale que celle des hommes. Chacun la respecte et la redoute et on sent l'attachement de l'auteur à sa contrée natale à travers les descriptions titanesques des flots déchaînés - particulièrement dans la première nouvelle intitulée le Raz de Marée de Norderney. Dans ces histoires, la folie perce à travers des situations savoureuses et des dialogues subtils qui révèlent parfois une violence dérangeante - celle des protagonistes et celle de leur passé dont on ne nous révèle que des bribes, ce qui ne m'a pas toujours permis de bien mettre en lumière le pourquoi du comment. Mais les évènements les plus sombres et meurtriers ne sont jamais sensationnels. On reste dans un style lyrique qui oscille aux limites du songe et de l'illusion, et on reste captivé par les destins de ces hommes et de ces femmes que la plume de Karen Blixen dépeint sous les traits de héros l'espace d'un conte. C'est aussi une belle escapade à travers des contrées noyées par le soleil ou plongées dans la brume, et souvent propices à l'imagination. L'Italie, mais aussi le Danemark ou la France révèlent tour à tour le secret de leurs vallées, de leurs rivages ou de leurs ruelles au fil des pages de ces sept contes inhabituels.
Chaque récit, sans être pour autant écrit dans le plus pur style fantastique, présente un côté absurde et étrange avec sa propre touche d'irréalité, où hommes et femmes semblent entrer puis disparaître du décor comme des marionnettes. C'est assurément un recueil surprenant, dans la plus pure tradition des romans gothiques, et une belle immersion à faire dans l'oeuvre de Karen Blixen que je poursuivrai bientôt grâce à La Ferme Africaine. Si j'ai l'occasion de trouver d'autres recueils de cet auteur, je vais me ruer dessus !
Lien : http://tranchesdelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vivi-49000
  22 février 2017

Karen Blixen (1885-1962) n'est pas seulement l'auteur admirable de la Ferme africaine que popularisa le cinéaste Sydney Pollack avec Out of Africa. Elle écrivit aussi les Sept Contes gothiques qui, en évoquant un XIXe siècle romantique, renoua avec l'esprit du Moyen-Age, ce que l'on appelait le style « troubadour »...
Et voici des jeunes filles déguisées en cavaliers, des sueurs qui s'entretiennent avec le fantôme de leur frère, des vrais et faux cardinaux, des seigneurs qui poursuivent leurs bien-aimées au galop de leurs chevaux, des auberges où de vieux princes boivent des vins aromatiques tout en philosophant avant de se battre en duel avec leur meilleur ami... Ces personnages, Danois comme la grande romancière, voyagent, jonglent avec les paradoxes, discutent d'astronomie, de métaphysique ou d'amour et se précipitent à la poursuite du bonheur, en des pages où se conjuguent poésie, humour, folie, verve et émotion.
J'ai lu les Sept Contes gothiques. Ils sont étincelants, ciselés avec précision, et chacun fait penser à une oeuvre d'art parfaitement préméditée...
Si je voulais m'arracher à ma propre vie, je me plongerais dans les Sept Contes gothiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
nathalie_MarketMarcel
  29 août 2012
Les héros sont souvent allemands, anglais ou danois, mais aussi souvent confrontés à un ailleurs poétique et géographique. L'Italie est le lieu magique bien sûr, où les femmes sont différentes, où l'air a une saveur nouvelle (comme chez Stendhal).
La Soirée d'Elseneur baigne dans un climat de peinture hollandaise : un petit port, des maisons très bien tenues, l'atmosphère nordique si différente du tropisme italien, le fantastique est ici quotidien et domestiqué.
On retrouve à plusieurs reprises le personnage d'une femme de pouvoir, âgée (souvent aristocrate), ancienne beauté, maintenant loin des futilités, possédant une sagesse et un pouvoir différent. Son apparence physique est déjà celle d'une tête de mort, par la maigreur de l'âge. Elle se charge quelquefois de la protection d'un être plus jeune, homme ou femme, à qui il s'agit de transmettre toute la magie de la vie. Si les récits se tiennent quelque part dans le XIXe siècle, elles ont alors leur jeunesse ancrée dans un XVIIIe siècle rêvé et envolé, ou dans une épopée napoléonienne enfuie. Elles contribuent à donner la note mélancolique à plusieurs récits, qui hésitent entre le monde moderne et le passé. Leur seule présence met le héros au contact de la mort, du passé et d'un savoir inconnu.
De façon générale, il y a une vraie sensibilité à l'égard du paysage. Forêts, rivages, montagnes, douceur de l'atmosphère, fleurs, printemps, lumière particulière de l'été du Nord… nous ne sommes pas dans un roman français !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
pdemweb1pdemweb1   25 octobre 2017
Le vieux baron von Brackel fit une longue pause.
- Pour que vous compreniez mieux cette histoire, dit-il, je pense qu'il me faut vous expliquer que déshabiller une femme était une autre affaire qu'elle doit l'être aujourd'hui. Parce qu'en somme qu'est-ce que vos jeunes femmes ont sur elles ? Aussi peu que possible ; quelques petites robes droites, coupées en trois coups de ciseaux, sans qu'on ait pris le temps de leur donner un sens. Elles ne répondent à aucun plan. Elles n'existent que pour le corps et non en soi ; ou, si elles ont une mission, ce ne peut être que celle de dévoiler.
Dans ma jeunesse, le corps de la femme était un profond secret, que ses vêtements s'ingéniaient à garder fidèlement. (page 124 le vieux chevalier errant )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
pdemweb1pdemweb1   23 octobre 2017
La compagnie de cette jeune fille lui donnait un vrai sentiment de bien-être. C'était probablement, pensait-il, parce qu'elle était vêtue, tout comme lui-même, de longs pantalons noirs qui lui semblaient être le vêtement le plus naturel pour tout le monde. Tous les falbalas, par lesquels les femmes soulignent leur féminité, contribuent à rendre leur conversation aussi vide que celle des officiers en uniforme ou des prêtres en soutane. (page 250 ; Sur la route de Pise )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Alexio6Alexio6   10 décembre 2014
Le vieux chevalier errant :
J'étais si jeune que malgré tout je ne pouvais cesser de croire en ma bonne étoile. Il y avait dans l'univers une puissance qui m'aiderait, moi, de préférence à tout autre, quoi qu'il arrivât. Aucun miracle ne me paraissait impossible tant qu'il était en ma faveur. C'est bien lorsque cette confiance commence à faiblir, lorsque l'on conçoit la possibilité d'être dans la même situation que les autres que la jeunesse est réellement finie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
30553055   11 août 2016
Un vieil évêque danois, je m'en souviens, me dit un jour qu'il y avait de nombreuse façons d'arriver à la vérité, et que le bourgogne en était une.
Commenter  J’apprécie          112
annieannie   21 mars 2011
p.431 - le poète
la prière du célibataire : "Je vous en prie, mon Dieu, faites que ne me marie pas, et si je le fais, faites que je ne sois pas cocu ; si je suis cocu, faites que je l'ignore. Mais si je l'apprends, faites que je m'en fiches"
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Karen Blixen (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karen Blixen
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'apporche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
COFFRET DE NOEL
Coffret histoire poche

Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette aux éditions de Borée
Au XIXe siècle au Royaume-Uni, le médecin James Miranda Barry brille autant par son intelligence que par ses excentricités. Tempétueux et avant-gardiste, il sème le trouble sur son passage et ne laisse personne indifférent. Mais ce que nul ne soupçonne alors, c'est que James Miranda Barry est... une femme. Engagée dans l'armée comme médecin militaire, elle va sillonner les colonies britanniques, se retrouvant dans des situations parfois cocasses et connaître des histoires d'amour aussi intenses qu'improbables. Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps de femme ? Comment concilier sa véritable nature et cette vocation dévorante ? le destin incroyable d'une femme tenace et passionnée.
https://www.lagriffenoire.com/86135-romans-le-secret-du-docteur-barry.html

L'impératrice cixi de jung chang aux éditions Tallandier
En 1852, à l?âge de seize ans, Cixi (également appelée Tseu-Hi) fut retenue comme l?une des nombreuses concubines de l?empereur Xianfeng. À la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succéda sur le trône. Aussitôt, avec la complicité de l?impératrice officielle qui n?avait pas d?héritier mâle, Cixi organisa un coup d?Etat contre les régents, ce qui fit d?elle la véritable souveraine de la Chine. Se fondant sur des sources disponibles depuis peu, Jung Chang remet en cause la réputation de despote conservatrice de l?impératrice. Car le règne extraordinairement long de Cixi vit la naissance de la Chine moderne. Sous sa férule pendant près de quarante ans, ce pays médiéval vit l?avènement du chemin de fer, de l?électricité, du télégraphe et d?une armée à la pointe du progrès. Avec un sens aigu de la narration, qui contribua au succès des Cygnes sauvages, l?auteur entraîne ses lecteurs au c?ur du magnifique Palais d?été, et du harem de la Cité interdite de Pékin, où Cixi vivait entourée d?eunuques.
https://www.lagriffenoire.com/82501-poche-l-imperatrice-cixi-la-concubine-qui-fit-entrer-la-chine-dans-la-modernite.html

L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche
Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s'installe au Kenya en 1904. Abandonnée par sa mère, qui ne supporte pas leurs conditions de vie spartiates, elle est élevée par son père ? entraîneur de chevaux de course ? et par les natifs de la tribu Kipsigi. Une éducation non conventionnelle qui fait d'elle une jeune femme farouche et audacieuse, se moquant de la bienséance. Elle divorce trois fois, vit une grande passion avec Denys Finch Hatton, l?amant de la romancière Karen Blixen. Beryl Markham sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d'est en ouest. Avec pour décor les paysages majestueux de l'Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l'histoire d'une femme hors du commun, l?une des plus singulières de son temps, qui n'aspire qu'à être libre. Un roman ébouriffant. Amélie Cordonnier, Femme actuelle.
Une passionnante biographie romancée. Pascale Frey, Elle.
https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-litterature-l-aviatrice.html

La maison jaune de Martin Gayford et Cécile Chartres aux éditions 10-18
Pendant l'automne 1888, Paul Gauguin et Vincent van Gogh se sont retranchés dans une maison arlésienne aux murs jaunes pour y boire, discuter, se disputer, et bien sûr créer... de l'amitié à la guerre fratricide, retour sur un épisode aux accents de tragédie moderne. Entre les mois d'octobre et de décembre 1888, deux des plus grands peintres de l'histoire ont partagé une petite maison jaune aux angles irréguliers dans la ville d'Arles. Pendant neuf semaines, Vincent van Gogh et Pau
+ Lire la suite
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne (218)
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Karen Blixen

qui est Karen Blixen?

un homme
une femme

13 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Karen BlixenCréer un quiz sur ce livre