AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221059968
309 pages
Robert Laffont (29/05/1990)
2.75/5   4 notes
Résumé :
Dans la légende du siècle, Simone Signoret joue de multiples rôles : car elle a eu le privilège et le courage de vivre plusieurs vies. Une carrière d'actrice qui la mène de la rayonnante « Casque. d'Or » à la tragique « Madame Rosa »; une grande histoire d'amour avec Yves Montand; un engagement constant dans la vie de la cité. Et la métamorphose des dernières années, la plus impressionnante peut-être : la transformation de cette actrice en écrivain, en romancière. A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marti94
  06 avril 2017
Moi qui suis admirative de la femme engagée et de la comédienne j'ai été un peu déçue par cette biographie de Simone Signoret proposée par Catherine David.
Dans "Simone Signoret ou la mémoire partagée", publié en 1990, l'auteure utilise un ton assez pathétique qui m'a un peu agacée.
Dès le début, Catherine David règle des comptes avec les héritiers de Simone Signoret qui l'ont dissuadée d'écrire ce livre. Je ne comprends pas pourquoi elle insiste tant et ça n'apporte pas grand-chose.
Ceci dit c'est une vraie biographie qui commence dès sa naissance et jusqu'à sa mort. Simone Signoret a traversé le 20eme siècle. Elle est devenue célèbre au cinéma. Elle a été la compagne d'Yves Montand durant 27 ans, avec qui elle a partagé ses idées. Engagés, ils ont été les compagnons de route du parti communiste français. Ils ont connu des désillusions en 1956 avec le drame de Budapest. Cela ne les a pas empêché d'aller ensemble en Russie soviétique et dans les pays de l'Est, par convictions. J'ai quand même été surprise d'apprendre que Simone Signoret mettait des tailleurs hermès à cette époque.
Mais trêve de futilité, ce qui est plus important et appréciable c'est qu'elle était capable de reconnaître ses erreurs, notamment politiques.
Dommage que les volets « mauvaise mère » et « femme de caractère qui souffre de la solitude vers la fin de sa vie » ressemble à une tragédie avec des envolées comme des qualités et des défauts qui se mêlent pour nourrir son talent ou encore des phrases pompeuses du genre « Sans doute, ne devient-on pas un monstre sacré sans avoir une personnalité assez forte pour reconnaître en soi la part d'ombre et lui donner sa juste place »… Heureusement encore que l'auteure dit qu'elle ne veut pas la juger.
Cela m'a plutôt donné envie de lire l'autobiographie de Simone Signoret "La nostalgie n'est plus ce qu'elle était".
Lu en avril 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   29 novembre 2013
Un beau sujet, vraiment, comme on dit entre journaliste quand le rédacteur en chef vous demande un article sur Lou Andreas-Salomé ou un reportage en Chine. On est content, on sait qu'on va apprendre des choses, découvrir des mondes. C'est à la fois exaltant et intimidant, on n'est jamais tout à fait sûr d'être à la hauteur. Des articles, on peut en avoir écrit des centaines, on embarque chaque fois pour un nouveau voyage. Rien n'est acquis pour ces éternels débutants que sont les journalistes. Du moins ceux qui refusent de se recopier eux-mêmes ou de remplacer la réflexion par l'usage des formules ou des ficelles du métier. Quand il s'agit d'un livre, la timidité est encore bien plus grande, à la mesure du désir de bien faire, de tracer un portrait fidèle et juste qui ravive le souvenir du modèle sans le trahir et sans l'affaiblir.

1380 - [Le Livre de poche n° 4294, p. 13]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JcequejelisJcequejelis   05 décembre 2013
Comme l'écrivait la princesse Bibesco, la Roumaine, l'amie de Proust, à propos de la France qui l'avait accueillie : « L'obligé, en amour, c'est celui qui aime. » Simone Signoret est des nôtres, parce qu'elle aimait assez l'illusion pour donner le spectacle du vrai. Et qu'elle aimait trop la vérité pour ne pas reconnaître la beauté de l'illusion. Et qu'en même temps, elle était lucide. Sur elle-même, sur ses joies, ses chagrins, ses peurs. Et sur son époque, presque toujours, en tout cas à la fin de sa vie.

1401 - [Le Livre de poche n° 4294, p. 18]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JcequejelisJcequejelis   12 décembre 2013
... j'ai l'intime conviction - sans laquelle je n'aurais jamais écrit ce livre - que la véritable naissance de Simone Signoret n'a eu lieu que bien plus tard encore, dans son âge mûr, alors qu'elle a réussi à s'engendrer elle-même, seule, loin des foules. En puisant dans le fond de son cœur des mots très anciens et très neufs, elle réalisait enfin son désir secret, son rêve de toujours, longtemps masqué par son amour du cinéma : devenir écrivain. En écrivant, elle échappait au narcissisme, au règne tyrannique de sa propre image. Accèdent à la création, à l'imaginaire, elle se recréait elle-même, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre.

1411 - [Le Livre de poche n° 4294, p. 23]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JcequejelisJcequejelis   14 décembre 2013
Simone Signoret était toujours émue par ces murs d'immeuble qui n'ont jamais été repeints et où se devinent encore, sous la poussière, les traces d'une publicité pour un produit depuis longtemps disparu. Dans ces lettres à demi effacées, archives urbaines d'un état antérieur du commerce, elle reconnaissait une métaphore saisissante de la nostalgie, ce mot doux-amer qu'elle trouva un jour inscrit à la peinture rouge sur les murs de New York et ont elle fit le titre de son premier livre.

1422 - [Le Livre de poche n° 4294, p. 26]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   06 avril 2017
Sans doute, ne devient-on pas un monstre sacré sans avoir une personnalité assez forte pour reconnaître en soi la part d’ombre et lui donner sa juste place.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Catherine David (1) Voir plusAjouter une vidéo

Littérature
Emission publique présentée par José ARTUR consacrée à la rentrée littéraire en compagnie des critiques, Jean Didier WOLFROMM, Jean François JOSSELIN, Françoise XENAKIS, et Jean Jacques BROCHIER. Les premiers romans : - à 03' : "Le charme noir" de Yann QUEFFELEC (Gallimard) - à 07'50" : "L'Océan miniature" de Catherine DAVID - à 09'03" : "Escalier c" de Elvire MURAIL - à 13' : "La...
Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1241 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre