AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Noël Schifano (Traducteur)
ISBN : 2253059498
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1992)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.69/5 (sur 1063 notes)
Résumé :
Après l'immense succès du Nom de la rose, voici le second grand roman d'un géant incontesté de la littérature mondiale.
A Paris, au Conservatoire des Arts et Métiers où oscille le pendule de Foucault, Casaubon, le narrateur, attend le rendez-vous qui lui révélera pourquoi son ami Belbo se croit en danger de mort.
A Milan, trois amis passionnés d'ésotérisme et d'occultisme ont imaginé par jeu un gigantesque complot ourdi au cours des siècles pour la dom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
kedrik
  07 septembre 2011
Nous devions avoir 10 ou 12 ans. Nos familles venaient toutes d'emménager dans un immeuble neuf du centre-ville de ***** et l'été nous tendait les bras. le chantier de l'immeuble n'avait pas totalement disparu, alors nous avions récupéré quelques matériaux de construction pour monter une cabane branlante. Rapidement, notre bande prit un nom pompeux avec le mot Chevalier dedans. Un chef émergea du lot. Quelqu'un fabriqua même des cartes de membres découpées dans des fiches Bristol à petit carreau et protégées dans des petites pochettes de plastique volées au bureau de son père. le symbole de notre groupe (un aigle) fut dessiné par le moins maladroit d'entre nous (une fille, car à cet age-là, la discrimination se fait entre Lego et Playmobil, pas selon les sexes) sur le sol de la cabane. Des tabous apparurent, dont celui de marcher sur notre aigle, sous peine d'expulsion. Évidemment, il était interdit de parler de notre club à quiconque, pourtant, on recrutait encore un cousin ou un ancien du quartier qui avait connu l'endroit avant la construction de l'immeuble. Comme l'immeuble avait été bâti à l'ombre de la cathédrale de la ville, notre cabane se trouvait fort logiquement coincée à l'arrière de la maison de dieu, dans un coin plutôt sordide que seuls les clodos utilisaient pour uriner. Notre QG était là, adossé à la cathédrale, et on jouait au balon contre le mur épais sans que le sacristain y trouve à y redire. Comme les saints nous surveillaient depuis les vitraux, on faisait gaffe. le club est mort de lui-même à la fin de l'été. On manquait d'une bande rivale pour réellement exister.
Le pendule de Foucault parle de ça (mais pas que). C'est un livre sur les petits garçons qui s'ennuient et qui forment des clubs secrets. Sauf que quand ils grandissent, ces petits garçons continuent de jouer, mais ils ne se contentent pas de lancer des marrons sur les toits des environs ou d'inventer un nouvelle manière secrète de se dire bonjour, ils ont des jouets d'adulte.
Ce livre raconte en fait dans le désordre comment trois hommes travaillant pour une maison d'édition milanaise se mettent, pour de rire, à inventer une conspiration templière. Au départ, c'est un jeu d'esprit, puis ça gonfle, ça enfle et ça gagne en démesure. Car en occultisme, tout est dans tout : dès que l'on invoque les Templiers, les assassins d'Hiram ne sont pas loin, les roses-croix débarquent et le golem de Prague fait parler de lui. Leur petit jeu s'emballe et le Plan, ce petit jeu amusant, prend le pas sur le réel. Car un mensonge, s'il est suffisamment dit et redit, finit par devenir vrai. À force de faire des analogies entre la Torah, le comte de St-Germain, la svastika et Cthulhu (oui, oui, même Cthulhu), une certaine vérité prend forme et leur échappe totalement.
Syncrétisme brésilien, cérémonies druidiques, Agartha, cathares albigeois, derviches tourneurs, Vieux sur la Montagne, frimaçons, Provins... Impossible de lister tous les sujets abordés par Umberto Eco à travers ce roman. Car le Plan inventé par les trois personnages, il couvre l'entierté du spectre de l'hermétisme et de l'occultisme. Et disons que c'est un peu le rayon d'Eco, ce fond de commerce. Alors c'est un festival continu de références sur 650 pages. le Plan avance par petits sauts et comble totalement le conspirationniste qui sommeille chez le lecteur. Jacques de Molay a maudit Philippe le Bel, c'est certain. Les alchimistes avaient prévenu Einstein que le pouvoir nucléaire était trop lourd à porter. Évidemment, que l'enseignement de Jésus est incomplet, il manque au moins deux évangiles. Les références magiques dans l'oeuvre de ce Guillaume Branlelance sont évidentes à qui veut bien lire correctement ses pièces. Vous saviez que les Illuminés de Bavière contrôlent le FMI, non ? Tout est là, il suffit de relier les points entre eux.
Sauf que, ce vieux renard d'Eco, d'une main il donne de l'eau au moulin des croyants de toutes les chapelles occultes, de l'autre il démonte tous ces mythes. Il vous montre comment la numérologie fonctionne même avec les objets de tous les jours, à quel point l'interprétation d'un texte médiéval varie de sens en fonction des attentes du lecteur qui peut y voir un texte anodin ou un message cryptique, qu'il suffit de nier notre appartenance à une secte secrète pour prouver son existence, que les meilleurs secrets sont ceux qui n'existent pas puisque par leur nature même, ils ne sont jamais trahis... le croyant pourra lire le livre en y voyant une apologie à l'hermétisme, l'incrédule y verra une charge furieuse contre le mensonge érigé en savoir.
En plus, le livre parle de l'Italie quittant le fascisme pour aborder des rivages tout aussi sombres. C'est aussi un livre qui montre le fonctionnement magouillard de certaines maisons d'édition qui pratiquent cette arnaque légale qu'est la publication à compte d'auteur. C'est accessoirement un livre qui met aussi de l'avant l'informatique de son temps, avec un programme en Basic pour devenir le nom de dieu (d'ailleurs, la traduction fait datée désormais, le texte par de file, de word processing, de computer... que ce language fait vieillot).
Le pendule de Foucault est un livre qui me dépasse. Il foisonne de références, d'auteurs abscons, d'idéologies dépassées, de rites étranges. À chaque fois que je le relis, j'en sors ébouriffé. C'est une piqûre de rappel contre les Dan Brown de ce monde, les publications des frères Bogdanov et la thèse de sociologie d'Elisabeth Tessier. C'est à la fois l'ultime complot et une ôde à ces petits garçons qui nous étions et qui s'amusaient à mettre du secret sur nos étés d'ennui pour nous donner de l'importance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
akhesa
  08 décembre 2013
J'ai devore ce qui me semble etre un veritable tour de force.Les ingrédients de nombreux best-sellers sont mis ici a nu.Umberto Ecco a pu grace a sa grande culture monter un plateau de jeu humain,complexes mais lisible;je trouve pour rationaliser deux milles d'ans d'histoire en une seule combinaison.Epoustouflant!Et la lecon sur nos croyances,sur les manipulations et sur ce qui devrait nous rendre davantage prudent face aux theories.Une fois le livre termine,il reste tout de meme un sacre jeu de construction,un portrait de groupes de croyances humaines éclairants et un dernier clin d'oeil en forme de rire umbertien.Une fois depasse le premier chapitre,le recit demarre,on a entre les mains un chef-d'oeuvre.Cette histoire du secret des Templiers qui explique tous les evenements majeurs de tous les siecles de l'histoire humaine a partir de l'existence des Templiers.Le tout est de s'accrocher et de depasser le premier chapitre deroutant surtout si comme moi on est nul en geometrie.On peut juste se laisser bercer par la poesie
A lire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
lecassin
  04 octobre 2012
Après le très grand bonheur lié à la lecture du « Nom de la rose », c'est avec enthousiasme que j'attaque ce « Pendule de Foucault »…
Les Templiers sont ils définitivement dissous dans les brumes de l'Histoire ? Si l'on en croit Umberto Eco, et surtout le narrateur Causabon, pas vraiment. Vingt ans avant le célèbre « Da Vinci code » de Dan Brown, Umberto Eco en maître es sociétés secrètes, ésotérisme, occultisme, montre la voie… Où plutôt la dissimule derrière une série de digressions érudites, pour arriver à la Grande Oeuvre : le Plan, une conspiration destinée à dominer le monde, imaginée par Causabon et ses deux acolytes, Jacopo Belbo et Diotallevi, à moins que ce ne soit par Agliè alias Comte de Saint-Germain
A moins également que l'histoire ne soit pas une invention de « Chiches Capons », mais bel et bien la réalité.
Portée en arrière plan par une étude pointue sur la symbolique mystique et occulte, « le pendule de Foucault » est une oeuvre foisonnante peut-être difficile d'accès aux esprits par trop cartésiens… Si le rapport signifiant signifié vous préoccupe… Foncez doucement dans ce pavé d'érudition sans trop vous préoccuper de l'intrigue (un peu mince à vrai dire) et laissez vous porter par l'ambiance étrange voulue par Umberto Eco.
Un petit bémol tout de même, propre à modérer l'enthousiasme du départ : voici un ouvrage dont la lecture nécessite parfois un petit effort ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Luniver
  05 mars 2013
Casaubon, étudiant italien de la fin des années 60, rédige sa thèse sur les Templiers. Il fait la connaissance dans la brasserie du coin de Jacopo Belbo, qui travaille pour les éditions Garamond : et chez les éditeurs, la foule d'écrivains qui ont des « révélations » à faire sur les chevaliers ne diminue jamais. À force d'entendre les élucubrations de tous ces illuminés, les deux amis décident de refaire l'histoire du monde en y mêlant tous les savoirs ésotériques possibles et imaginables.
Si je suis tombé sous le charme d'Eco pendant le premier quart du livre, dans l'ambiance italienne post-mai 68, je me suis complètement noyé dans toutes les théories du complot qui s'enchaînent à n'en plus finir : Templiers, franc-maçonnerie, rose-croix, kabbale, protocoles des sages de Sion, jésuites, le graal, Stonehenge, l'alchimie, théorie de la Terre creuse, druides celtiques, … Tout ça finit par donner le vertige, d'autant plus que chacune des théories est donnée dans les détails avec toutes les spéculations qui les relient aux autres.
J'ai rapidement atteint le point de saturation : l'ésotérisme, même si c'est pour s'en moquer, même en décortiquant les mécanismes qui font qu'une foule de gens puissent adhérer à ces théories, ça m'en... nuie profondément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Aunryz
  19 mai 2015
(Posté par erreur en citation ... merci d'excuser la confusion)
-----------------------------------------------------------------------------------
La recette de ce livre est donnée par l'auteur lui même dans un des chapitres c'est dire la confiance que celui-ci a en la perspicacité du lecteur !
Un peu comme Nougaro expliquait que pour faire vendre sa musique, il avait été obligé, sacrifiant à la mode, d'aller à New York pour l'emballer d'une tranche de jambon d'York,
Umberto ECO donne le moyen infaillible de gagner de l'argent à notre époque où l'occultisme connaît un surcroît de côte dans le public tout venant.
Ainsi lorsqu'il met en jeu un éditeur peu scrupuleux prêt à publier des ouvrages de vulgarisation collectant ce qui est le plus accessible au public tout venant, broyant tout cela au mixer et enveloppant le tout dans une forme au goût du jour, c'est exactement ce qu'il fait avec son livre.
Ce livre construit comme le dit ECO "pour les gens qui paient, pas pour les tarentulés du sud" !, où l'auteur rassemble tout ce qui touche à l'incompréhension expliquée dans une époque de raison, de confusion et d'automobiles.
Le pire étant que pour s'en sortir, à la fin du livre, l'auteur ayant monté en mayonnaise une intrigue pour laquelle il n'a aucune réponse à apporter (comme d'ailleurs pour le reste qui en gros n'est qu'une suite de compte rendus de lectures sur tous les thèmes susceptibles éveiller l'intérêt du lecteur), il tente de ridiculiser tous ceux dont il a utilisé les travaux (chez lesquels chacun sait qu'il y a un grand nombre d'exaltés et de fantaisistes mais aussi beaucoup d'hommes de très haute valeur) par une grotesque pirouette finale.
A lire pour tous ceux qui ne savent rien de l'occultisme, ce livre remplace (ou en donne l'illusion) la lecture de tout ce qui a été écrit dans ce domaine,
aussi vrai que
la connaissance de
1 + 1 = 2
remplace l'étude des mathématiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   12 mai 2009
- Mais en somme, et je m'excuse si je suis banal, les Rose-Croix existent
ou pas ?
- Que signifie exister ?
- A vous l'honneur.
- La Grande Fraternité Blanche, que vous les appeliez Rose-Croix, que vous les
appeliez chevalerie spirituelle dont les Templiers sont une incarnation occasionnelle, est une cohorte de sages, peu, très peu d'élus, qui voyage à travers l'histoire de l'humanité pour préserver un noyau de sapience éternelle. L'histoire ne se développe pas au hasard. Elle est l'oeuvre des Seigneurs du Monde, auxquels rien n'échappe.
Naturellement, les Seigneurs du Monde se défendent par le secret. Et donc, chaque fois que vous rencontrerez quelqu'un qui se dit Seigneur, ou Rose-Croix, ou Templier, celui-là mentira. Il faut les chercher ailleurs.
-Mais alors cette histoire continue à l'infini ?
-C'est ainsi. Et c'est l'astuce des Seigneurs.
-Mais qu'est-ce qu'ils veulent que les gens sachent ?
-Qu'il y a un secret. Autrement pourquoi vivre, si tout était ainsi qu'il apparaît ?
-Et quel est le secret ?
-Ce que les religions révélées n'ont pas su dire. Le secret se trouve au-delà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
alainmartinezalainmartinez   13 mars 2016
“Curioso personaggio,” commentai. “E chiaro che il nostro Agliè gioca ad impersonarlo. Gentiluomo maturo, un po’ frollato, con denaro da spendere, tempo libero per viaggiare, e un propensione per il sovrannaturale.”
Un reazionario coerente, che ha il coraggio di essere decadente. In fondo lo preferisco ai borghesi democratici,” disse Amparo.
“Women power, women power, e poi cadi in estasi per un baciamano.”
“Ci avete educate cosi, per secoli. Lasciate che ci liberiamo a poco a poco. Non ho detto che vorrei sposarlo.”
“Meno male”.

« Curieux personnage, commentai-je. Il est clair que notre Agliè joue à l’incarner. Gentilhomme mûr, un peu faisandé, avec du fric à claquer, du temps libre pour voyager, et une propension au surnaturel.
Un réactionnaire cohérent, qui a le courage d’être décadent. Au fond, je le préfère aux bourgeois démocrates, di Amparo.
Women power, women power, et puis tu tombes en extase pour un baisemain.
Vous nous avez éduquées comme ça, des siècles durant. Laissez-nous nous libérer peu à peu. Je n’ai pas dit que je voudrais l’épouser.
Encore heureux. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AnasseteAnassete   03 mai 2010
Fu allora che vidi il Pendolo.
La sfera, mobile all'estremità di un lungo filo fissato alla volta del coro, descriva la sue ampie oscillazioni con isocrona maestà.

[...]

Ancora sapevo che sulla verticale del punto di sospensione, alla base, un dispositivo magnetico, comunicando il suo richiamo a un cilindro nascoto nel cuore delle sfera, garantiva la costanza del moto, artificio disposto a contrastare le resistenze della materia, ma che non si opponeva alla legge del pendolo, anzi le permetteva di maniferstarsi, perché nel vuoto qualsiasi punto materiale pesante, sospeso all'estremità di un filo inestensible e senza peso, che non subisse la resistenze d'ell'aria, e non facesse attrito col suo punto d'appogio, avrebbe oscillato in modo regolare per l'eternità.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cvd64cvd64   31 janvier 2018
L'humanité ne supporte pas la pensée que l'homme est né par hasard, par erreur, seulement parce que quatre atomes insensés se sont tamponnés sur l'autoroute mouillée. Et alors, il faut trouver un complot cosmique, Dieu, les anges ou les diables.
Commenter  J’apprécie          130
Hidaho51Hidaho51   06 octobre 2014
Un livre pas forcément facile, un peu inaccessible, un peu pédant par son érudition, mais un livre qui mérite que l'on s'accroche. Le personnage principal, Casaubon, n'est pas forcément attachant, mais l'intrigue et le sujet qu'elle aborde fait que l'on tient la distance. On termine le livre en se disant: et si c'était vrai!?
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Le choix des libraires. Direction la Normandie ! À la rencontre de Michaël Féron, propriétaire de la librairie « le rêve de l'escalier », à l'univers singulier puisqu'elle est dédiée aux livres d'occasions. Avec lui partagez ses coups de c?ur à petit prix comme « le Songe d'une nuit » de William Shakespeare, « le Nom de la rose » d'Umberto Eco ou encore « Les mots croisés » de George Perec.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox