AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246813891
Éditeur : Grasset (19/04/2017)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 23 notes)
Résumé :
« Je crois possible d’établir une liste de caractéristiques typiques de ce que j’appelle l’Ur-fascisme c’est-à-dire le fascisme primitif et éternel.
L’Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil.
Ce serait tellement plus confortable si quelqu’un s’avançait sur la scène du monde pour dire “Je veux rouvrir Auschwitz…”
Hélas, la vie n’est pas aussi simple.
L’Ur-fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
OumG
  22 avril 2017
Il a grandi dedans. Il évoque ses souvenirs d'enfance. A la libération, âgé d'une douzaine d'années, il découvre qu'il peut y avoir plus qu'un seul parti par pays. « Ces mots, liberté, dictature – mon Dieu – je les lisais pour la première fois de ma vie. »
Il évoque le manque total de cohérence interne du fascisme mussolinien. Celui qui a donné son nom à d'autres phénomènes semblables. Et dissemblables. Puis dégage 14 caractéristiques. 14 traits de famille. Dont « beaucoup se contredisent réciproquement et sont typiques d'autres formes de despotisme et de fanatisme ».
Certains bien connus. D'autres moins. Ensemble ils peuvent fournir un baromètre. On peut aussi les passer en revue – pourquoi pas – en regard de ses propres convictions.
(Attention ce petit livre a la longueur d'un article de revue. Mais avec l'ironie lucide d'Eco)
Commenter  J’apprécie          292
nath45
  17 mai 2017
Umberto Ecco nous offre un essai en brossant le portrait par 14 caractéristiques du fascisme.
Le fascisme il l'a bien connu, enfant né sous Mussolini, à dix ans il remporte le premier prix aux Ludi Juveniles "un concours à libre participation forcée pour jeunes fascistes italiens", et seulement une année après en 1943 à la chute du fascisme et l'arrestation de Mussolini, il lisait pour la première fois de sa vie les mots, liberté, dictature.
C'est en homme averti qu'il peut argumenter cet article et nous ouvrir si cela n'est déjà fait l'esprit au mieux les yeux afin de lire sa conclusion "L'Ur fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes.Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes - chaque jour, dans chaque partie du monde."
Quelle bonne idée les Editions Grasset ont de rééditer cet essai afin de réveiller les consciences civiques.
(Lire, penser, résister)
Commenter  J’apprécie          170
Ogusta
  09 mai 2017
Acheté en avril 2017 entre les deux tours de l'élection présidentielle... Sans doute est-ce un hasard, tout comme la réédition à ce moment de ce petit texte d'Umberto Eco, Reconnaître le fascisme. Et lu dans la foulée en quelques heures (ou plutôt minutes) en comptant les relectures.
Je connais Eco, d'ailleurs j'ai même eu la chance d'assister à un de ses cours à Bologne en 2003. Ce que le temps passe vite ! Sa mort m'avait beaucoup peinée en 2016, c'était un homme bon, intelligent et "facétieux" (si, si)... Si vous ne me croyez pas, lisez donc Comment voyager avec un saumon, c'est un véritable délice.
Bref, ici le texte date de d'avril 1995 et il n'a pas pris une ride, il serait même devenu terriblement concret : "un autre spectre hanterait-il donc l'Europe (sans parler des autres parties du monde) ?" écrit-il, en effet, en parlant d'un retour du ou des fascismes. Cela me semble terriblement actuel.
Outre, une rédéfinition de ce que furent vraiment la privation de liberté et la censure sous le fascisme de Mussolini, Umberto Eco nous livre 14 caractéristiques d'un régime fasciste en précisant bien que toutes ne peuvent figurer au sein d'un parti politique, mais que quelques unes suffisent (voire même une seule) pour relier le parti en question à une idéologie ou un système fasciste...
Mais que ferions-nous si nous découvrions tout à fait par hasard que l'un de nos partis politique actuel, toléré, médiatisé, voire même porté aux urnes par une part non négligeable d'électeurs, lesquels le revendiquent d'ailleurs tandis que l'autre partie s'en lavent les mains allant jusqu'à comparer ce parti avec d'autres démocratiques, concentre environ une dizaine de ces caractéristiques ?
Bien sûr tout ceci n'est que pure élucubration de ma part... Après tout, nous ne referons pas les mêmes erreurs non ?
Toute ressemblance avec une situation existante ou ayant existé n'est que fiction, bien entendu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zoreillivre
  03 juin 2017
Reconnaitre le fascisme, le démasquer, le surprendre, car il avance masqué, a le mérite de rappeler qu'il chemine en traitre, toujours. Renforcer la méfiance envers une idéologie funeste ne peut être qu'apprécié, surtout sous la houlette d'Eco, auteur qui en fut contemporain.
Des 14 archétypes, certains paraissent évident. Qu'il faille s'affoler lorsque le système parlementaire est menacé n'est pas une grande découverte. Par contre, déloger un syncrétisme s'autorisant toutes les contradictions, se débarrassant du rationnel, car (re)couvert par une référence permanente à la tradition permet de déconstruire le discours.
L'opus est court, mais il est et bien écrit et bien utile...
Commenter  J’apprécie          20
azelmazel
  21 juillet 2017
De l'importance de comprendre les mots pour les utiliser à bon escient.
Umberto Eco fait ici une critique du fascisme et de ses origines, de ce fourre-tout linguistique et idéologique.
Brillant et terriblement juste, cet essai amène à réfléchir et à comprendre si ce n'est le fascisme, l'intérêt que certains lui porte.
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   28 août 2017
Pour Eco, le fascisme serait incrusté au plus profond de nos vies et est appelé à emprunter mille visages pour ne pas qu’on le reconnaisse nommément.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
nath45nath45   17 mai 2017
Puisque aucune quantité d'êtres humains ne peut posséder une volonté commune, le Leader se veut leur interprète. Ayant perdu leur pouvoir de délégation, les citoyens n'agissent pas, ils sont seulement appelés, pars pro toto, à jouer le rôle du peuple. Ainsi le peuple n'est plus qu'une fiction théâtrale. Pour avoir un bon exemple de populisme qualitatif, il n'est plus besoin de Piazza Venezia ou du Stade de Nuremberg. Notre avenir voit se profiler un populisme qualitatif télé ou Internet, où la réponse émotive d'un groupe sélectionné de citoyens peut être présentée et acceptée comme la "voix du peuple". (Page46)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OumGOumG   21 avril 2017
Si vous regardez par curiosité les rayons des librairies américaines portant l'indication « New Age », vous y trouverez même saint Augustin, lequel, pour autant que je sache, n’était pas fasciste. Mais le fait même de réunir saint Augustin et Stonehenge, cela est un symptôme d’Ur-fascisme.
Commenter  J’apprécie          130
F242F242   19 avril 2017
Liberté et libération sont un devoir qui ne finit jamais. Telle doit être notre devise: « N'oubliez pas ».
Commenter  J’apprécie          100
OumGOumG   21 avril 2017
Dans la culture moderne, la communauté scientifique entend le désaccord comme un instrument de progrès des connaissances. Pour l’Ur-fascisme, le désaccord est trahison.
Commenter  J’apprécie          30
azelmazelazelmazel   21 juillet 2017
La quintessence, le fascisme n'en possédait aucune, et même pas une simple essence. Le fascisme était un totalitarisme fuzzy. Le fascisme n'avait rien d'une idéologie monolithique, c'était un collant de diverses idées politiques et philosophiques, fourmillant de contradictions.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Umberto Eco (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Payot - Marque Page - Umberto Eco - Reconnaître le fascisme
autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
545 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre