AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246813897
56 pages
Éditeur : Grasset (19/04/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 51 notes)
Résumé :
« Je crois possible d’établir une liste de caractéristiques typiques de ce que j’appelle l’Ur-fascisme c’est-à-dire le fascisme primitif et éternel.
L’Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil.
Ce serait tellement plus confortable si quelqu’un s’avançait sur la scène du monde pour dire “Je veux rouvrir Auschwitz…”
Hélas, la vie n’est pas aussi simple.
L’Ur-fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  06 octobre 2019
Comme tout jeune Italien de sa génération, Umberto Eco a vécu le fascisme. Pas le choix ! Il a porté la chemise adéquate et a discouru pour célébrer le grand maître de l'Italie, Benito Mussolini.
A la libération, il découvre qu'il peut exister un autre système de gouvernement que celui du parti unique dirigé par un « Duce », qu'il peut y avoir plusieurs « couleurs » en politique.
L'auteur précise ce qui différencie le fascisme italien de pouvoirs totalitaires tels que ceux d'Hitler ou de Staline.
Il relève toutes les contradictions : un pouvoir qui se veut républicain et qui marche main dans la main avec la monarchie, Mussolini se dit athée et signe un concordat avec l'église qui vient bénir les fascistes, il se dit révolutionnaire et est financé par les gros propriétaires qui aspirent à une contre-révolution… Cependant Umberto Eco précise bien que le fascisme italien n'a rien à voir avec la tolérance : « c'était un exemple de désarticulation ordonnée, d'une confusion structurée », écrit-il.
Pour Umberto Eco, le fascisme primitif repose :
1. Sur la tradition : il ne peut y avoir d'avancée du savoir. La vérité a déjà été énoncée une fois pour toutes et l'on ne peut que continuer à interpréter son obscur message.
2. le traditionalisme implique le refus du modernisme. Les fascistes comme les nazis adoraient la technologie, tandis qu'en général les penseurs traditionnalistes la refusent, la tenant pour la négation des valeurs spirituelles traditionnelles. Ce fascisme primitif peut être défini comme « irrationalisme ».
3. L'irrationalisme dépend aussi du culte de « l'action pour l'action ». le fascisme primitif se méfie des intellectuels.
4. Pour le fascisme primitif, le désaccord est trahison.
5. le fascisme primitif est raciste. le désaccord signifie la diversité. le fascisme a peur de la différence.
6. le fascisme primitif naît de la frustration individuelle ou sociale. Il s'appuie sur les classes moyennes frustrées, défavorisées par une crise économique ou une humiliation politique et effrayées par les pressions des groupes sociaux inférieurs.
7. Ceux qui n'ont aucune identité sociale, le fascisme primitif leur dit qu'ils jouissent d'un privilège : être nés dans le même pays. C'est cela la source du nationalisme. Ce fascisme est obsédé par les complots, si possible internationaux, mais il en faut aussi à l'intérieur. Les juifs sont la cible idéale étant à la fois dehors et dedans.
8. Les disciples du fascisme doivent se sentir humiliés par la richesse visible et la force de l'ennemi. Les ennemis (tant de l'intérieur que de l'extérieur) s'appuient sur des réseaux secrets d'assistance mutuelle. Malgré cela, il faut persuader les disciples qu'ils vont vaincre les ennemis.
9. le pacifisme est mauvais car la vie est une guerre permanente. Être pacifiste, c'est être de mèche avec l'ennemi. Mais il finira par y avoir une bataille finale que le fasciste emportera. Viendra alors une période de paix, un Âge d'or…
10. L'élitisme est réactionnaire et fondamentalement aristocratique. le fascisme primitif prône l'élitisme populaire. Les masses étant faibles, elles ont besoin d'un dominateur qui a conquis le pouvoir par la force. le groupe est organisé hiérarchiquement. Chaque leader subordonné méprise à son tour ses subalternes.
11. Chacun est éduqué pour devenir un héros. le héros fasciste aspire à la mort, annoncée comme la pus belle récompense d'une vie héroïque. Ce héros-là est impatient de mourir. (Mais il préfère tout de même faire mourir les autres.)
12. le fascisme primitif transfère sa volonté de puissance sur des questions sexuelles. Machisme : mépris des femmes, condamnation des moeurs sexuelles non conformistes, chasteté, homosexualité…
13. Pour le fascisme primitif, les individus en tant que tels n'ont pas de droits. le peuple doit avoir « une volonté commune », et comme c'est impossible que le peuple y parvienne de lui-même, le Leader va « interpréter » cette volonté. Ce fascisme doit s'opposer aux gouvernements parlementaires « putrides ».
14. le fascisme primitif parle la « novlangue », inventée par Orwell dans « 1984 ». Elle se caractérise par un lexique pauvre et une syntaxe élémentaire, afin de limiter les raisonnements complexes et critiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
OumG
  22 avril 2017
Il a grandi dedans. Il évoque ses souvenirs d'enfance. A la libération, âgé d'une douzaine d'années, il découvre qu'il peut y avoir plus qu'un seul parti par pays. « Ces mots, liberté, dictature – mon Dieu – je les lisais pour la première fois de ma vie. »
Il évoque le manque total de cohérence interne du fascisme mussolinien. Celui qui a donné son nom à d'autres phénomènes semblables. Et dissemblables. Puis dégage 14 caractéristiques. 14 traits de famille. Dont « beaucoup se contredisent réciproquement et sont typiques d'autres formes de despotisme et de fanatisme ».
Certains bien connus. D'autres moins. Ensemble ils peuvent fournir un baromètre. On peut aussi les passer en revue – pourquoi pas – en regard de ses propres convictions.
(Attention ce petit livre a la longueur d'un article de revue. Mais avec l'ironie lucide d'Eco)
Commenter  J’apprécie          292
Chahrazed11
  25 octobre 2019
Dans ce discours prononcé le 25 avril 1995 à New York et à l'occasion du cinquantième anniversaire de la libération de l'Europe, le linguiste, traducteur et écrivain Umberto Eco nous permet d'imaginer la rencontre d'un petit italien des années 40 avec des mots aussi précieux que la liberté d'expression, la dictature ou le fascisme. Dans ce texte réédité en 2017, années de tous les populismes, Eco nous raconte également sa renaissance en tant qu'homme libre occidental qui a enfin compris le sens complexe du terme liberté, un matin du 27 juillet 1943.
Pour veiller à ce que le sens du mot liberté ne soit pas oublié, l'auteur dresse une liste de caractéristiques pour reconnaitre ce qu'il nomme ici l'Ur-fascisme (le fascisme primitif/éternel). Car dit-il: " L'Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil."
Parlant de son expérience personnelle et de son pays, il reconnait que "Le fascisme italien fut le premier à créer une liturgie militaire, un folklore, voire une mode vestimentaire _ laquelle eut plus de succès à l'étranger qu'Armani, Benetton ou Versace." (Eco 2017:24). Ainsi, peut-on se demander si la mode vestimentaire qu'est le « voile » n'est pas tout simplement un instrument du fascisme islamique qui s'est inspiré lui aussi du fascisme éternel et primitif italien ? En effet, Eco nous a alerté des différentes formes du fascisme et de l'ambiguïté qui l'entoure. Il explique en gros que les fascistes utilisent tous l'un ou l'autre des caractéristiques de l'Ur-fascisme : du fascisme éternel ou primitif. Parmi ces caractéristiques, on peut observer le culte de la tradition ou le traditionalisme, l'irrationalisme, le rejet du modernisme (considéré comme une dépravation), le culte de la mort, de l'héroïsme, le racisme, le sentiment permanent d'être humilié, d'être dominé par un ennemi étranger et/ou intérieur, le sentiment d'être attente d'une fin qui donnera suite à une ère de paix, l'obsession du complot…
Le « traditionalisme » dit-il est plus ancien que le fascisme dont la conséquence principale est qu'« il ne peut y avoir d'avancée du savoir ». La vérité a déjà été énoncée une fois pour toutes et l'on ne peut que continuer à interpréter son obscur message. Ce qui me rappelle fortement nos imams qui nous expliquent en permanence ce qui ne peut être discuté en religion (héritage, voile, mariage, bref, tout ce qui concerne les femmes ne doit pas être altéré...). Ce traditionalisme donc implique le refus du modernisme et la condamnation du mode de vie capitaliste mais surtout le rejet de l'esprit de 1789, le siècle des Lumières, l'Âge de la Raison, conçus comme le début de la dépravation moderne. En ce sens, l'Ur-fascisme peut être défini comme un « irrationalisme ». L'irrationalisme considère la culture comme suspecte lorsqu'elle est identifiée comme une « attitude critique ». De là vient la haine de l'intellectuel considéré comme celui qui a abandonné les valeurs traditionnelles (regardons le triste destin des intellectuels arabes. La liste des intellectuels critiques morts et condamnés à mort est très exhaustive). Eco explique que « La suspicion envers le monde intellectuel a toujours été un symptôme d'Ur-fascisme (…) pour l'Ur-fascisme, le désaccord est trahison.» (p38-39). L'Ur-fasciste est également raciste et promeut la peur de l'autre, du différent. L'Ur-fascisme fait appel aux classes défavorisées par une crise économique ou une « humiliation ». Quant à ceux qui n'ont aucune identité sociale, l'Ur-fascisme propose le nationalisme. L'obsession du complot, si possible international. « Le moyen le plus simple de faire émerger un complot consiste à en appeler à la xénophobie. ». Les disciple de l'idéologie fasciste doivent se sentir humiliés par la richesse ostentatoire et la force de l'ennemi. Les fascismes sont condamnés à perdre leurs guerres. Pour l'Ur-fascisme, "il n'y a pas de lutte pour la vie, mais plutôt une vie pour la lutte". Le pacifisme est alors une collusion avec l'ennemi: "le pacifisme est mauvais car la vie est une guerre permanente. ». Mais le fascisme attend la solution finale qui implique qu'il s'ensuivra une ère de paix, un âge d'or venant contredire le principe de guerre permanente. Autre caractéristique de ce fascisme éternel, l'élitisme et le mépris pour les faibles qui ont besoin d'un dominateur, d'un interprète de la volonté commune. C'est ce que Eco appelle « l'élitisme de masse ». Si dans toutes les mythologies, le héro est un être exceptionnel, dans l'idéologie Ur-fasciste, le héros est la norme. Un culte de l'héroïsme étroitement lié au culte de la mort. Le héro Ur-fasciste est impatient de mourir et « dans son impatience, il lui arrive plus souvent de faire mourir les autres. ». Lorsque la guerre permanente et l'héroïsme sont des jeux difficiles à jouer, l'Ur-fasciste transfère sa volonté de puissance sur des questions sexuelles. Là nous dit Eco est l'origine du machisme, du mépris des femmes et de la condamnation de la liberté sexuelle. L'Ur-fascisme se fonde également sur un populisme qualitatif. Le « peuple » est conçu comme une entité monolithique exprimant la volonté commune. Le leader se veut leur interprète. Le peuple devient une « fiction théâtrale ». L'Ur-fascisme parle la « novlangue » ( Orwell 1984). Au peuple on sert un lexique pauvre et une syntaxe élémentaire, afin de limiter les instruments de raisonnement complexe et critique. Ainsi, "L'Ur-fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes. Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes _ chaque jour, dans chaque partie du monde. " (Eco 2017:50)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nath45
  17 mai 2017
Umberto Ecco nous offre un essai en brossant le portrait par 14 caractéristiques du fascisme.
Le fascisme il l'a bien connu, enfant né sous Mussolini, à dix ans il remporte le premier prix aux Ludi Juveniles "un concours à libre participation forcée pour jeunes fascistes italiens", et seulement une année après en 1943 à la chute du fascisme et l'arrestation de Mussolini, il lisait pour la première fois de sa vie les mots, liberté, dictature.
C'est en homme averti qu'il peut argumenter cet article et nous ouvrir si cela n'est déjà fait l'esprit au mieux les yeux afin de lire sa conclusion "L'Ur fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes.Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes - chaque jour, dans chaque partie du monde."
Quelle bonne idée les Editions Grasset ont de rééditer cet essai afin de réveiller les consciences civiques.
(Lire, penser, résister)
Commenter  J’apprécie          180
Cer45Rt
  16 juillet 2019
"Reconnaître le fascisme" est un court texte, extrêmement dense, dans lequel il est question de la nature exacte du fascisme.
L'auteur, Umberto Eco, y analyse à la perfection la nature profonde du fascisme-sans s'attarder sur les caractéristiques peu importantes, mais plus voyantes de l'idéologie fasciste.
Si j'ai craint, au début, qu'il mêle trop sa biographie personnelle à ses considérations, il n'est finalement pratiquement pas question de la biographie de l'auteur du "Nom de la rose".
Un livre d'utilité publique, car le fascisme n'a pas encore disparu, hélas !...
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   28 août 2017
Pour Eco, le fascisme serait incrusté au plus profond de nos vies et est appelé à emprunter mille visages pour ne pas qu’on le reconnaisse nommément.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
gavarneurgavarneur   25 février 2018
Le terme fascisme s'adapte à tout parce que même si l'on élimine d'un régime fasciste un ou plusieurs aspects, il sera toujours possible de le reconnaître comme fasciste. Enlevez-lui l'impérialisme et vous aurez Franco et Salazar ; enlevez le colonialisme et vous aurez le fascisme balkanique. Ajoutez au fascisme italien un anti-capitalisme radical (qui ne fascina jamais Mussolini) et vous aurez Ezra Pound. Ajoutez le culte de la mythologie celte et le mysticisme du Graal (totalement étranger au fascisme officiel) et vous aurez l'un des gourous fasciste les plus respectés, Julius Evola.
Page 33
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
nath45nath45   17 mai 2017
Puisque aucune quantité d'êtres humains ne peut posséder une volonté commune, le Leader se veut leur interprète. Ayant perdu leur pouvoir de délégation, les citoyens n'agissent pas, ils sont seulement appelés, pars pro toto, à jouer le rôle du peuple. Ainsi le peuple n'est plus qu'une fiction théâtrale. Pour avoir un bon exemple de populisme qualitatif, il n'est plus besoin de Piazza Venezia ou du Stade de Nuremberg. Notre avenir voit se profiler un populisme qualitatif télé ou Internet, où la réponse émotive d'un groupe sélectionné de citoyens peut être présentée et acceptée comme la "voix du peuple". (Page46)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OumGOumG   21 avril 2017
Si vous regardez par curiosité les rayons des librairies américaines portant l'indication « New Age », vous y trouverez même saint Augustin, lequel, pour autant que je sache, n’était pas fasciste. Mais le fait même de réunir saint Augustin et Stonehenge, cela est un symptôme d’Ur-fascisme.
Commenter  J’apprécie          140
Chahrazed11Chahrazed11   25 octobre 2019
L'Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil. Ce serait tellement plus confortable si quelqu'un s'avançait sur la scène du monde pour dire : "Je veux rouvrir Auschwitz, je veux que les chemises noires reviennent parader dans les rues italiennes !" Hélas, la vie n'est pas aussi simple. L'Ur-fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes. Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes _ chaque jour, dans chaque partie du monde. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 avril 2017
Liberté et libération sont un devoir qui ne finit jamais. Telle doit être notre devise: « N'oubliez pas ».
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Umberto Eco (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Umberto Eco
Le choix des libraires. Direction la Normandie ! À la rencontre de Michaël Féron, propriétaire de la librairie « le rêve de l'escalier », à l'univers singulier puisqu'elle est dédiée aux livres d'occasions. Avec lui partagez ses coups de c?ur à petit prix comme « le Songe d'une nuit » de William Shakespeare, « le Nom de la rose » d'Umberto Eco ou encore « Les mots croisés » de George Perec.
autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
628 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre

.. ..