AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070364930
305 pages
Gallimard (04/03/1982)
3.94/5   205 notes
Résumé :
Je nomme violence une audace au repos amoureuse des périls. On la distingue dans un regard, une démarche, un sourire, et c'est en vous qu'elle produit des remous. Elle vous démonte. Cette violence est un calme qui vous agite. On dit quelquefois : "Un gars qui a de la gueule." Les traits délicats de Pilorge étaient d'une violence extrême. Leur délicatesse était violence.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 205 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Marti94
  22 juillet 2016
Ce livre fait vraiment partie des exceptions et qui dit exception dit exceptionnel.
Avec « Journal du voleur » publié en 1949, Jean Genet interpelle les lecteurs sur la misère des hommes, la sienne, lui qui est en prison pour avoir volé.
Ce journal autobiographique est surprenant par l'intensité des propos et la qualité de son écriture.
Genet raconte son enfance d'orphelin voyou mais surtout ses amants et surtout son amour pour Stilitano l'espagnol, sur fond de prostitution, de trafic d'opium et de guerre d'Espagne.
C'est un livre qui mêle les voyages intérieurs et extérieurs. J'ai voulu le lire après avoir lu « M train » de Patti Smith et je ne peux pas m'empêcher de la citer :
« Cela faisait longtemps que j'avais envie de voir les vestiges de la colonie pénitentiaire où les pires criminels étaient envoyés par bateau, avant d'être transférés sur l'île du Diable.
Dans Journal du voleur, Genet décrivait Saint-Laurent comme une terre sacrée et parlait des détenus avec une compassion empreinte de dévotion. Dans son Journal, il évoquait une implacable hiérarchie de la criminalité, une sainteté virile dont le sommet se trouvait sur les terribles terres de la Guyane française. Il avait gravi les échelons pour se rapprocher d'eux : maison de redressement, chapardeur, par trois fois sanctionné ; mais tandis que sa condamnation était prononcée, le bagne qu'il tenait en si haute estime fermait, jugé inhumain, et les derniers prisonniers vivants furent rapatriés en France. Genet fut incarcéré à la prison de Fresnes, se lamentant avec amertume de ne pas pouvoir atteindre la grandeur à laquelle il aspirait. Anéanti, il écrivit : On me châtre, on m'opère de l'infamie.
Genet fut emprisonné trop tard pour intégrer la communauté qu'il avait immortalisée dans son oeuvre. Il resta à l'extérieur des murs de la prison, tel le boiteux de Hamelin à qui fut refusée l'entrée au paradis parce qu'il était arrivé trop tard devant ses portes.
À soixante-dix ans, Genet était, disait-on, en fort mauvaise santé et, très probablement, il n'irait jamais voir le bagne de Guyane. Je me suis vue lui apporter sa terre et ses cailloux. »
Et les cailloux du bagne, Patti Smith est allée les chercher et m'a permis le plaisir de cette lecture.
Lu en juillet 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AngelineBailleul
  27 avril 2018
Comme "Les Chants de Maldoror" de Lautréamont, Jean Genet sublime l'horreur par une maîtrise de la langue et des mots : mais ce n'est pas tant l'horreur que cherche à dépeindre l'auteur (à l'instar du Comte), que la tentation de comprendre les essences du Mal ; car le Mal est normé, social, et Jean Genet, lui, se présente comme et côtoie les marginaux.
C'est donc un roman de relativisme magnifié par une intelligence asociale et un esthétisme du texte bien exploité.
Commenter  J’apprécie          180
TRIEB
  11 août 2011
Le journal du voleur n'est pas à proprement parler une biographie , une restitution des faits et gestes commis et accomplis par jean Genet dans le milieu de la pègre , quelque part entre les quartiers chaud du Barcelone d'avant-guerre, la Belgique ou Paris .Ce journal n'est pas une justification de la tournure prise par la vie de Genet évoluant dans ces milieux .
C'est terrible , cruel , sordide .Genet parvient , et c'est l'un des mérites essentiels de ce livre, à relier ces événements à des notions a priori étrangères à un tel décor : « jamais je ne cherchai à faire d'elle autre chose que ce qu'elle était, je ne cherchai pas à la parer, à la masquer, mais au contraire je la voulus affirmer dans sa sordidité exacte, et les signes les plus sordides me devinrent signes de grandeur ».
Le La est donné, ce sera le ton général de l'ouvrage dont l'auteur ne se départira plus.

Les récits des relations homosexuelles de l'auteur ne revêtent jamais un côté graveleux, répugnant en raison de leur violence .L'esthétique n'est jamais loin et l'emploi fréquent de l'imparfait du subjonctif dans le journal ajoute une touche de distanciation linguistique à ce qui ne devrait être qu'une justification éhontée de ses actes de vol et de violences commis au cours des épisodes décrits.
« Appliqué aux hommes, le mot de beauté m'indique la qualité harmonieuse d'un visage et d'un corps à quoi s'ajoute parfois la grâce virile. La beauté s'accompagne alorsde mouvements magnifiques, dominateurs, souverains. »

Le premier crime dont est témoin l'auteur est relié à l'amour : « le mort et le plus beau des humains m'apparaissaient confondus dans la même poussière d'or, au milieu d'une foule de marins, de soldats, de voyous de tous les pays du monde. Je faisais connaissance au même instant avec la mort et avec l'amour. »
Plus significative encore est le lien établi pare Genet entre l'univers carcéral et la beauté , il l'éprouve à de nombreuses reprises dans son journal : « Ma solitude en prison était totale(…)Mon talent sera l'amour que je porte à ce qui compose le monde des prisons et des bagnes .Non que le les veuille transformer, amener jusqu'à votre vie , ou que je leur accorde l'indulgence ou la pitié :je reconnais aux voleurs, aux traîtres aux assassins, aux méchants, aux fourbes une beauté profonde-une beauté en creux- que je vous refuse ».
Ouvrage dont on peut recommander la lecture en raison de ce déchirement omniprésent entre la vie décrite et sa justification par l'auteur, prenant à témoin l'esthétique, la religion pour simplement décrire cette vie noire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
thedoc
  25 novembre 2014
Dans "Journal d'un voleur", le narrateur, Jean, raconte sa vie de misère : meurtres, vols, amants brutaux et pervers, voilà ce qui l'attire. L'amour pour lui se résume surtout à la passion et aux étreintes avec des hommes musculeux et vils, aux moeurs plus que douteuses, voire dangereuses. le lecteur suit ainsi le parcours de Jean principalement en Espagne, puis à travers toute l'Europe : Allemagne, Pologne, Tchécoslovaquie, Belgique et enfin, son retour en France.
En fait, les lieux, les dates, les amants du narrateur et ses séjours en prison se mêlent plus qu'ils ne se succèdent. Dans ce journal qui n'en est pas vraiment un, Jean Genêt mêle réalité et fiction. Il ne s'agit pas ici d'autobiographie mais plutôt d'une autofiction où grâce au truchement de la langue, l'abject et la misère sont magnifiées par l'auteur. Son vécu misérable devient une expérience de sainteté.
Commenter  J’apprécie          130
tristantristan
  04 décembre 2017
Document autobiographique qui fournit une étude rare de la vie d'un marginal, asocial de surcroît.
Quelques très belles pages, de l'humour malgré quelques longueurs et le sentiment qu'ici ou là quelques éléments ont été enjolivés. J'ai essayé de lire d'autres ouvrages de Jean Genet ("Pompes funèbres", "Le miracle de la rose") mais n'ai pu aller jusqu'au bout. J'en conclus donc que "Le journal du voleur" est son meilleur récit.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
LePoint   10 mai 2021
Deux Occidentaux relient d’un trait de bitume des régions longtemps en guerre.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   06 juillet 2017
Sans me croire né magnifiquement, l'indécision de mon origine me permettait de l'interpréter. J'y ajoutais la singularité de mes misères. Abandonné par ma famille il me semblait déjà naturel d'aggraver cela par l'amour des garçons et cet amour par le vol, et le vol par le crime ou la complaisance au crime.

Ainsi refusai-je décidément un monde qui m'avait refusé. Cette précipitation presque joyeuse vers les situations les plus humiliées tire peut-être encore son besoin de mon imagination d'enfant, qui m'inventait, afin que j'y promène la personne menue et hautaine d'un petit garçon abandonné, des châteaux, des parcs peuplés de gardes plus que de statues, des robes de mariées, des deuils, des noces, et plus tard, mais à peine plus tard, quand ces rêveries seront contrariées à l'extrême, jusqu'à l'épuisement dans une vie misérable ; par les pénitenciers, par les prisons, par les vols, les insultes, la prostitution, tout naturellement ces ornements (et le langage rare s'y attachant) qui paraient mes habitudes mentales, les objets de mon désir j'en parai ma réelle condition d'homme mais d'abord d'enfant trop humilié que ma connaissance des prisons comblera.

Au détenu la prison offre le même sentiment de sécurité qu'un palais royal à l'invité d'un roi. Ce sont les deux bâtiments construit avec le plus de foi, ceux qui donnent la plus grande certitude d'être ce qu'ils sont – qui sont ce qu'ils voulurent être, et le demeurent. La maçonnerie, les matériaux, les proportions, l'architecture sont en accord avec un ensemble moral qui laisse indestructibles ces demeures tant que la forme sociale dont ils sont le symbole tiendra. La prison m'entoure d'une garantie parfaite. Je suis sûr qu'elle fut construite pour moi – avec le palais de justice, sa dépendance, son monumental vestibule.

Selon le plus grand sérieux tout m'y fut destiné. (pp. 97-98)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PartempsPartemps   23 novembre 2020
Je suis né à Paris le 19 décembre 1910. Pupille de l’Assistance Publique, il me fut impossible de connaître autre chose de mon état civil. Quand j’eus vingt et un ans, j’obtins un acte de naissance. Ma mère s’appelait Gabrielle Genet. Mon père reste inconnu. J’étais venu au monde au 22 de la rue d’Assas. - Je saurai donc quelques renseignements sur mon origine, me dis-je, et je me rendis rue d’Assas. Le 22 était occupé par la Maternité. On refusa de me renseigner. Je fus élevé dans le Morvan par les paysans. Quand je rencontre dans la lande, et singulièrement au crépuscule, au retour de ma visite des ruines de Tiffauges où vécut Gilles de Rais, des fleurs de genêt, j’éprouve à leur égard une sympathie profonde. Je les considère gravement, avec tendresse. Mon trouble semble commandé par toute la nature. Je suis seul au monde, et je ne suis pas sûr de n’être pas le roi, peut-être la fée de ces fleurs. Elles me rendent au passage un hommage, s’inclinent sans s’incliner, mais me reconnaissent. Elles savent que je suis leur représentant vivant, mobile, agile, vainqueur du vent. Elles sont mon emblème naturel, mais j’ai des racines, par elles, dans ce sol de France nourri des os en poudre des enfants, des adolescents enfilés, massacrés, brûlés par Gilles de Rais. Par cette plante épineuse des Cévennes, c’est aux aventures criminelles de Vacher que je participe. Enfin par elles dont je porte le nom le monde végétal m’est familier. Je peux sans pitié considérer toutes les fleurs, elles sont de ma famille. Si par elles je rejoins aux domaines inférieurs — mais c’est aux fougères arborescentes et à leurs marécages, aux algues, que je voudrais descendre — je m’éloigne encore des hommes. De la planète Uranus, paraît-il, l’atmosphère serait si lourde que les fougères sont rampantes ; les bêtes se traînent écrasées par le poids des gaz. À ces humiliés toujours sur le ventre, je me veux mêlé. Si la métempsycose m’accorde une nouvelle demeure, je choisis cette planète maudite, je l’habite avec les bagnards de ma race. Parmi d’effroyables reptiles, je poursuis une mort éternelle, misérable, dans les ténèbres où les feuilles seront noires, l’eau des marécages épaisse et froide. Le sommeil me sera refusé. Au contraire, toujours plus lucide, je reconnais l’immonde fraternité des alligators souriants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michfredmichfred   15 septembre 2016
J'aurais été heureux si mon amour pour Armand n'eût pris une importance telle que je me demande si jamais il ne le remarqua. Sa présence m'affolait. Son absence m'inquiétait. Après que nous avions dévalisé une victime, nous passions une heure ensemble, dans un bar, mais ensuite? Je ne savais rien de ses nuits. Je devins jaloux de tous les jeunes voyous du port.
Commenter  J’apprécie          160
UnityUnity   16 mai 2014
Sans qu’ils le veulent les gestes de ces gosses, leurs destins, sont tumultueux. Leur âme supporte une violence qu’elle n’avait pas désirée. Elle la domestiquait. Ceux dont la violence est l’habituel climat sont simples en face d’eux-mêmes. Des mouvements qui composent cette vie dévastatrice et rapide chacun est simple, droit, net comme le trait d’un grand dessinateur – mais dans la rencontre de ces traits en mouvement éclate alors l’orage, la foudre qui les tue ou me tue. Cependant, qu’est leur violence à côté de la mienne qui fut d’accepter la leur, de la faire mienne, de la vouloir pour moi, de la capter, de l’utiliser, de me l’imposer, de la connaître, de la préméditer, d’en discerner et d’en assumer les périls ? Mais qu’était la mienne, voulue et nécessaire à ma défense, à ma dureté, à ma rigueur, à côté de la violence qu’ils subissent comme une malédiction, montée d’un feu intérieur en même temps qu’une lumière extérieure qui les embrase et qui nous illumine. Nous savons que leurs aventures sont puériles. Eux-mêmes sont sots. Ils acceptent de tuer ou d’être tués pour une partie de cartes où l’adversaire – ou eux-mêmes – trichaient. Pourtant, grâce à des gars pareils sont possibles les tragédies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
UnityUnity   21 mai 2014
L’assassinat n’est pas le moyen le plus efficace de rejoindre le monde souterrain de l’abjection. Au contraire, le sang versé, le danger constant où sera son corps qu’un peut un jour ou l’autre décapiter (le meurtrier recule mais son recul est ascendant) et l’attrait qu’il exerce car on lui suppose, pour si bien s’opposer aux lois de la vie, les attributs les plus facilement imaginés de la force la plus grande, empêchent qu’on méprise ce criminel. D’autres crimes sont plus avilissants : le vol, la mendicité, la trahison, l’abus de confiance, etc, c’est ceux-là que j’ai choisis de commettre, cependant que toujours je demeurais hanté par l’idée d’un meurtre qui, irrémédiablement, me retrancherait de votre monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean Genet (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Genet
Séminaire de Stéphane Zagdanski : http://linktr.ee/laggg 00:00:00 Présentation des livres de Walter Laqueur et Benny Morris 00:02:38 le projet Ask an Israeli/Ask a Palestinian 00:04:22 Présentation de la séance 00:06:30 Conflit sur la nature du conflit 00:10:20 Annonce des prochaines séances 00:12:01 Modèle d'argumentation antisioniste 00:16:00 Doxa antisioniste 00:20:15 Modèle d'argumentation sioniste 00:29:50 La question du "travail juif" 00:36:50 La "propre source" 00:43:46 La propre source de Jean Genet 00:47:50 Faveur des Juifs à l'égard d'Israël 00:51:52 Henri Bergson sur la Palestine 00:55:08 Albert Einstein sur la Palestine 01:00:04 Sigmund Freud sur la Palestine 01:03:36 Karl Marx sur la Palestine 01:08:35 Antisionisme religieux 01:10:55 Raisons familiales de ma faveur à l'égard d'Israël 01:23:50 Objectivité invoquée par les antisionistes 01:25:30 L'UJFP, Juifs français antisionistes 01:29:55 B'tselem, antisionistes israéliens 01:33:25 Partis arabes israéliens 01:37:48 Arabes israéliens sionistes 01:53:58 Condamnations d'Israël à l'ONU depuis 1975 02:01:14 Un conflit peu meurtrier 02:09:10 Prédicateur musulman Hassan Iquioussen 02:19:10 le rappeur antisioniste Kery Kames 02:26:02 Domingo Acevedo, poète dominicain antisioniste 02:31:50 le rhume de cerveau antisioniste de Youssef Boussoumah 04:18:04 Henry Laurens et la Bible juive 05:17:34 Annonce des questions abordées lors des prochaines séances 05:22:48 le cas particulier de Juju Lourdingue
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1339 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre