AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020134521
404 pages
Éditeur : Seuil (01/10/1991)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Temps et récit I L'intrigue et le récit historique. Temps et Récit explore après la Métaphore vive, le phénomène central de l'innovation sémantique.
Avec la métaphore, celle-ci consistait à produire une nouvelle pertinence de sens par le moyen d'une attribution impertinente. Avec le récit, l'innovation consiste dans l'invention d'une intrigue, des buts, des causes, des hasards, relevant à des titres divers du champ pratique, sont alors rassemblés dans l'unité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  08 octobre 2016
Constatant que Saint-Augustin ne parvenait pas à concevoir le temps autrement que comme une multiplication des présents (la mémoire comme présent du passé, la vision comme présent du présent et l'attente comme présent du futur), tandis que pour Aristote la mise en intrigue d'un récit ne peut se fait que dans le rapport de l'énonciation à la temporalité, l'intuition vient à Paul Ricoeur que la notion de temps ne pourrait se concevoir que comme un récit et que le récit, à son tour, ne pourrait se concevoir que replacé dans une temporalité. S'attachant dans ce premier tome au récit historique, il conclut que L Histoire ne peut être autre chose qu'un séquençage d'événements mis en intrigue par l'historien. Il réfute par là l'hypothèse que L Histoire puisse être objective (indépendante de la mise en intrigue) ou qu'elle puisse exister en dehors d'un récit (ce qui signifierait en dehors d'une temporalité propre).
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
EnrouteEnroute   08 octobre 2016
Le vécu passé nous serait-il accessible, il ne serait pas objet de connaissance : car, quand il était présent, le passé était comme notre présent, confus, multiforme, inintelligible.
Commenter  J’apprécie          90
EnrouteEnroute   08 octobre 2016
Le temps n'a pas d'être, puisque le futur n'est pas encore, que le passé n'est plus et que le présent ne demeure pas.
Commenter  J’apprécie          140
EnrouteEnroute   08 octobre 2016
Le temps devient humain dans la mesure où il est articulé de manière narrative ; le récit est significatif dans la mesure où il dessine les traits de l'expérience temporelle.
Commenter  J’apprécie          40
FaignanFaignan   11 avril 2018
Le moment est venu de relier les deux études indépendantes qui précédent et de mettre à l'épreuve mon hypothèse de base, à savoir qu'il existe entre l'activité de raconter une histoire et le caractère temporel de l'expérience humaine une corrélation qui n'est pas purement accidentelle, mais présente une forme de nécessité transculturelle. Ou, pour le dire autrement : que le temps devient temps humain dans la mesure où il est articulé sur un mode narratif, et que le récit atteint sa signification plénière quand il devient une condition de l'existence temporelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   08 octobre 2016
Le passé réellement vécu par l'humanité ne peut être que postulé.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Paul Ricoeur (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Ricoeur
Paul Ricoeur : La justice et le pardon (2000 / France Culture). Le 30 avril 2000, Paul Ricoeur était l'invité d'Antoine Garapon pour son émission “Le Bien commun”, sur le thème “La justice et le pardon”. Le philosophe publiait la même année un livre intitulé “La Mémoire, l'Histoire, l'oubli”. Photo : Agence France-Presse (photo) Martin Bureau. Si la guerre est le thème lancinant de la philosophie politique, la paix est celui de la philosophie du droit. La question est de savoir : comment passe-t-on de la guerre à la paix et en quoi la justice peut-elle nous aider à sortir de cette terreur ? Est-ce que le droit, la justice, le procès, avec ses instruments ordinaires de la peine, de l'accusation, de la défense peuvent être étendus à des crimes immenses, des atrocités de masse, comme des crimes contre l'humanité, des génocides ? Paul Ricoeur : « La réponse du droit pénal à la violence c'est le procès. On va théâtraliser l'action criminelle en faisant comparaître l'accusé et sa victime dans une cérémonie de langage. Elle va traiter par le moyen d'un conflit d'arguments les conflits de violence. A la question : peut-on étendre à des crimes extraordinaires une procédure pénale appliquée et valide ? Je dis oui. C'est le pari. C'est la riposte aux grands criminels de l'histoire : “Vous serez soumis à notre justice libérale, c'est à dire d'écoute mutuelle, vous aurez droit à la parole. Tout ce que vous avez nié par votre action criminelle nous allons vous l'appliquer équitablement”. » Il concluait : « Je crois que c'est cela la force du grand procès : il faut appliquer aux grands crimes la règle des crimes ordinaires. » Par Antoine Garapon Réalisation Patrick Molinier Le bien commun - La justice et le pardon (1ère diffusion : 30/04/2000) Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France Invité : Paul Ricoeur, philosophe Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature : généralités>Biographie littéraire>Textes présentant des caractères particuliers (148)
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2110 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre