AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070323064
Éditeur : Gallimard (24/05/1985)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 134 notes)
Résumé :
Ecriture et lecture sont les deux faces d'un même fait d'histoire et la liberté à laquelle l'écrivain nous convie, ce n'est pas une pure conscience abstraite d'être libre. Elle n'est pas, à proprement parler, elle se conquiert dans une situation historique ; chaque livre propose une libération concrète à partir d'une aliénation particulière... Et puisque les libertés de l'auteur et du lecteur se cherchent et s'affectent à travers un monde, on peut dire aussi bien qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  25 mars 2017
Un livre que je voulais lire depuis un moment même si la littérature pour moi doit avant tout être libre (mais quand on le lit bien, Sartre ne rajoute qu'un commandement: respecter la liberté du lecteur, finalisateur de l'objet d'art, le reste en découle).
Ayant vu deux pièces de théâtre engagées récemment, Laïka et Dépaysement, cela m'a redonné envie de lire ce livre qui parle aussi au laisser pour compte des belles lettres. En plus, c'est la magie des lectures croisées mais avoir lu « La fabrique du livre » recadre complètement le propos de ce livre édité en 1948 au sortir de la guerre quand on voit quelles ont été les tendances de l'entre deux-guerres et au cours de l'occupation 40-45. Le livre s'inscrit dans cette époque de reconstruction après l'échec d'un classicisme franco-français et se paie le luxe d'une analyse historique de la littérature. J'ai mis deux liens cachés dans la critique (qui apparaissent ensemble malheureusement), je ne suis pas doué pour le rabotage.
Une lecture qui n'avait rien de communion mais qui se voulait tentative de compréhension de la chair sartrienne.
La phrase chez Sartre est une existence articulée. Il convient de s'y adosser, l'endosser donne parfois des maux, des élans plus chroniques que fulgurants.
Le livre est scindé en quatre parties: Qu'est ce qu'écrire ? Pourquoi écrire ? Pour qui écrit-on ? La situation de l'écrivain en 1948.
Le livre s'ébauche comme une réponse aux critiques, non pas des arts mais de la manière de l'homme de l'existentialisme.
Cela se marque particulièrement dans la fin du premier chapitre.
La première partie consacre la prose comme du significatif définissable, loin du poète et des autres arts.
Sartre ne nie pas le constructivisme, il sait qu'on associe à la couleur verte du signifié (pommes, feuilles, …) mais il prétend que l'artiste crée avant tout une chose, un élément sur lequel on peut projeter mais pas discuter du sens.
Si vous avez du mal avec le concept développé par Sartre de liberté réflexive et affections généreuses pour un renforcement mutuel sans faire appel aux sentiments exacerbés, à la manipulation, regardez le film Israel confidential aka the gatekeepers, c'est très explicite. Si j'ai aimé sa critique du « message » de l'artiste, j'aurais aimé avoir son avis sur un texte comme le Dao de jing qui a un fondement plus que poétique et dont le sens échappe pourtant aux mots signifiants mais se veut quand même leçon et donc communiqué.
« Pour beaucoup de personnes aujourd'hui, les ouvrages de l'esprit sont de petites âmes errantes qu'on acquiert pour un prix modeste. … L'usage en est garanti sans risques.»
La deuxième partie est celle que j'ai préféré avec la troisième pour des causes différentes. Elle se rapporte à la philosophie notamment Kant, aux grandes œuvres littéraires. C'est ce genre de réflexions qui éloigne le livre d'un ouvrage moderne comme une « Histoire de la lecture » plus descriptif.
La troisième partie est ambitieuse puisqu'elle est une analyse historique des écrivains en regard essentiellement de leur classe et de leur lectorat. Sartre va y développer la notion de public réel et virtuel, celui que l'écrivain peut espérer atteindre mais qui n'est pas son public d'habitués. On verra que c'est une puissante grille de lecture. J'ai beaucoup aimé la partie sur l'art consommation, consommable. Notamment, Sartre refait l'histoire en prétendant que la littérature bourgeoise par omission du XIX siècle a contribué à l'émergence d'un Marxisme d'Eglise, non forgé au mouvement d'idées qu'aurait pu lui insuffler une véritable littérature liée au lectorat prolétaire. Si le regard de Sartre est dur, on ne peut qu'y déceler une certaine vérité. Au delà des définitions et systématisations, on sent l'amour et le respect de la littérature.
« Il (Richard Wright) s'adresse aux Noirs cultivés du Nord et aux Américians blancs de bonne volonté. »
« Mais Wright écrivant pour un public déchiré, a su maintenir, à la fois, et dépasser cette déchirure: il en a fait le prétexte d'une œuvre d'art. »
La quatrième et dernière partie donne des prolongements pour la littérature d'après guerre. Elle s'insère pleinement dans un contexte géopolitique donné et explique même comme ce situationnisme n'est pas à renier, est nécessaire. C'est, je pense, la partie la plus faible car on ne peut s'empêcher d'un peu la juger en regard de l'Histoire mais par la même, elle reflète les incertitudes de notre époque et nos choix d'Homme.
« … tout indique qu'ils considéraient l'humanité comme un milieu naturel et infini dont on ne peut jamais sortir, ni toucher les limites. Ils mourraient avec une bonne conscience et sans jamais avoir exploré leur condition. A cause de cela, leurs écrivains leur donnaient une littérature de situations moyennes. »
« C'est Saint-Exupéry qui a dit, au cours d'une mission dangereuse: je suis mon propre témoin. »
« Il faut croire qu'elle (la société) nous estime bien redoutables puisqu'elle a condamné à mort ceux d'entre nous qui ont collaboré avec l'ennemi, quant elle laissait en liberté les industriels coupables du même crime. »

J'ai lu des critiques qui disaient que ce livre n'était pas indispensable, était assez moyen et n'avait rien d'exceptionnel. Je ne suis pas du tout d'accord si on prend pour référence la production actuelle de la critique littéraire. Sa grille de lecture est fine et multiple et, bien que daté, son propos est toujours actuel. Son analyse étend la critique littéraire via le monde littéraire à l'histoire et la sociologie. D'ailleurs, même l'aspect daté (Sartre dirait situé) lui donne une force de témoignage d'écrivains confrontés à la grande Histoire et la nécessité d'une certaine intégrité, d'une vraie reconnaissance du mal non réductible et par conséquent d'un réel engagement.
«  Les nombres entiers et fractionnaires (rationnels) qui furent jadis toute l'arithmétique, ne représentent aujourd'hui qu'un petit secteur de la science des nombres. Ainsi du livre: la littérature totale, si jamais elle voit le jour, aura ses irrationnels, son algèbre et ses imaginaires. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kllouche
  14 mai 2014
Jean-Paul Sartre (1905 - 1980) est le représentant français du courant existentialiste, dont l'oeuvre et la personnalité ont eu un impact considérable sur la vie intellectuelle et politique de la France de 1945 à la fin des années 1970. Il est connu aussi bien pour son oeuvre philosophique et littéraire qu'en raison de ses engagements politiques, d'abord en liaison avec le Parti communiste, puis avec des courants gauchistes dans les années 1970. [cf son article sur wikipédia].
Écrivain prolifique, il publie pour la première fois en 1947 son essai Qu'est-ce que la littérature? dans la revue "Les Temps modernes" dont il est le fondateur et le directeur. Il est ensuite repris un an plus tard par Gallimard.
Pour présenter très sommairement de quoi traite cet ouvrage, je dirai qu'il s'agit d'un manifeste sur la littérature engagée, où il aborde les questions de ce qu'est qu'écrire, pourquoi et pour qui.
Quand on s'est intéressé même superficiellement à la critique littéraire et qu'on en vient à découvrir cet essai, on peut être dérouté par la banalité des remarques de Sartre sur la littérature. Passer après ma lecture de Notes et Contre-notes d'Eugène Ionesco et le théâtre et son double d'Antonin Artaud ne lui a pas fait de bien. Les théories des deux dramaturges apparaissent tellement révolutionnaires, originales et délurées que Sartre peine à vraiment intéresser tant son propos paraît évident. Il n'écrit que des théories déjà pensées. Cela ne veut pas dire pour autant que ce n'est pas intéressant. Il repose au contraire les bases des théories d'une littérature engagée et surtout réaffirme l'importance de l'écriture dans la société. Ça m'a simplement parut faire pâle figure à côté des deux autres essais précédemment cités.
Il s'agit bien évidemment d'un must-read quand on s'intéresse aux théories littéraires. Sartre pose les bases de tout ce qui a par la suite était contesté, revendiqué, extrapolé. On ne peut donc pas raisonnablement penser appréhender la critique littéraire sans l'avoir lu !

Lien : http://mariae-bibliothecula...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Cielvariable
  26 avril 2018
La littérature est engagée dans L Histoire, qu'elle le veuille ou non et Sartre propose une histoire de la littérature 16e siècle jusqu'à 1947, en analysant les lecteurs, les intentions de lecture et la façon d'écrire de chaque époque. Il est aussi intéressant de voir la conception qu'a l'auteur de la littérature contemporaine. La pensée de Sartre est certes enrichissante, mais son écriture est ici beaucoup plus opaque et compliquée (différent de complexe) qu'elle ne l'est dans ses autres oeuvres.
Commenter  J’apprécie          120
RobertSA
  05 mars 2015

Je suis surpris par le fait qu'il y ait si peu de réponses pour une question pareille!
Pour moi, la littérature n'est pas tout et je pense qu'il y a des récits, des pièces de théâtre et des poèmes qui ne sont pas de la littérature. de même que toute réflexion n'est pas considérée comme philosophique, je crois qu'il y a des textes qui ont un aspect "littéraire" mais qui ne le sont pas vraiment. Mon opinion est que la littérature doit transmettre une certaine vision du monde, de l'existence et de l'être humain: je ne dis rien de nouveau, en fait, je crois que "le roman: une vision de l'homme et du monde" est bien une des séquences de la classe de première en français. Mais cette volonté anthropologique et analytique est aussi présente dans les poèmes (la subjectivité montre bien l'imaginaire, le monde du poète) et dans les pièces de théâtre (les répliques permettent d'analyser des comportements humains).
Pour moi, la description purement objective que je peut faire d'un fait, même si elle est parfaitement rédigée, ne fait pas partie de la littérature: ce n'est pas mieux ou pire, c'est différent.
Monsieur R. de S.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
hberkane
  03 janvier 2015
Qu'est-ce qu'écrire ? Pourquoi écrire ? Pour qui écrit-on ? En trois chapitres, trois réponses, Sartre développe sa vision d'homme engagé. Son essai est marqué par son temps, est partiel, partial, mais il a le mérite de soulever des questions essentielles (je n'ose dire... existentielles).
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   17 novembre 2016
- (...) C'est qu'on lit vite, mal et qu'on juge avant d'avoir compris. Donc, recommençons. Cela n'amuse personne, ni vous, ni moi. Mais il faut enfoncer le clou. Et puisque les critiques me condamnent au nom de la littérature, sans jamais dire ce qu'ils entendent par là, la meilleure réponse à leur faire, c'est d'examiner l'art d'écrire, sans préjugés. Qu'est-ce qu'écrire? Pourquoi écrit-on? Pour qui? Au fait, il semble que personne ne se le soit jamais demandé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
fanfan50fanfan50   25 septembre 2017
Au XVIIe siècle, les convictions sont inébranlables : l’idéologie religieuse s’est doublée d’une idéologie politique que le temporel a sécrétée lui-même : personne ne met publiquement en doute l’existence de Dieu, ni le droit divin du monarque. La « société » a son langage, ses grâces, ses cérémonies qu’elle entend retrouver dans les livres qu’elle lit. Sa conception du temps, aussi. Comme les deux faits historiques qu’elle médite sans relâche – la faute originelle et la rédemption – appartiennent à un passé lointain ; comme c’est aussi de ce passé que les grandes familles dirigeantes tirent leur orgueil et la justification de leurs privilèges ; comme l’avenir ne saurait rien apporter de neuf, puisque Dieu est trop parfait pour changer et puisque les deux grandes puissances terrestres, l’Eglise et la Monarchie, n’aspirent qu’à l’immuabilité, l’élément actif de la temporalité c’est le passé, qui est lui-même une dégradation phénoménale de l’Eternel ; le présent est un péché perpétuel qui ne peut se trouver d’excuse que s’il reflète, le moins mal possible, l’image d’une époque révolue ; une idée, pour être reçue, doit prouver son ancienneté ; une œuvre d’art, pour plaire, doit s’inspirer d’un modèle antique. Cette idéologie, nous trouvons encore des écrivains qui s’en font expressément les gardiens. Il y a encore de grands clercs qui sont d’Eglise et qui n’ont d’autre souci que de défendre le dogme. A eux s’ajoutent les « chiens de garde » du temporel, historiographes, poètes de cour, juristes et philosophes qui se préoccupent d’établir et de maintenir l’idéologie de la monarchie absolue. Mais nous voyons paraître à leur côté une troisième catégorie d’écrivains proprement laïcs, qui, pour la plus grande part, acceptent l’idéologie religieuse et politique de l’époque dans se croire tenus de la prouver ni de la conserver. Ils n’en écrivent pas ; ils l’adoptent implicitement ; pour eux c’est ce que nous appelions tout à l’heure le contexte ou ensemble des présuppositions communes aux lecteurs et à l’auteur et qui sont nécessaires pour rendre intelligible à ceux-là ce qu’écrit celui-ci. Ils appartiennent en général à la bourgeoisie ; ils sont pensionnés par la noblesse ; comme ils consomment sans produire et que la noblesse ne produit pas non plus mais vit du travail des autres, ils vivent plus en collège, mais, dans cette société fortement intégrée, ils forment une corporation implicite et, pour leur rappeler sans cesse leur origine collégiale et l’ancienne cléricature, le pouvoir royal choisit certains d’entre eux et les groupe en une sorte de collège symbolique : l’Académie. Nourris par le roi, lus par une élite, ils se soucient uniquement de répondre à la demande de ce public restreint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GuillaumeTMGuillaumeTM   30 mars 2013
Il n"y a que de bons et de mauvais romans. Et le mauvais roman est celui qui vise à plaire en flattant au lieu que le bon est une exigence et un acte de foi. Ainsi qu'il soit essayiste, pamphlétaire, satiriste ou romancier, qu'il parle seulement des passions individuelles ou qu'il s'attaque au régime de la société, l'écrivain, homme libre s'adressant à des hommes libres, n'a qu'un seul sujet : la liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CalembourRCalembourR   07 décembre 2017
La grave erreur des purs stylistes c'est de croire que la parole est un zéphyr qui court légèrement à la surface des choses, qui les effleure sans les altérer. Et que le parleur est un pur témoin qui résume par un mot sa contemplation inoffensive. Mais parler c'est agir. Toute chose qu'on nomme n'est déjà plus du tout à fait la même, elle a perdu son innocence.

Si vous nommez la conduite d'un individu vous la lui révélez : il se voit. Et comme vous la nommez, en même temps, à tous les autres, il se sait vu dans le moment qu'il se voit, son geste furtif, qu'il oubliait en le faisant, se met à exister énormément, à exister pour tous, il s'intègre à l'esprit objectif, il prend des dimensions nouvelles, il est récupéré. Après cela comment voulez-vous qu'il agisse de la même manière ?

Ainsi, en parlant, je dévoile la situation par mon projet même de la changer. Ainsi le prosateur est un homme qui a choisi un certain mode d'action secondaire qu'on pourrait nommer l'action par dévoilement. Il est donc légitime de poser cette question à tout jeune gens se proposant d'écrire : Quel aspect du monde veux-tu dévoiler, quel changement veux-tu apporter au monde par ce dévoilement ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tolstoievskitolstoievski   06 mai 2017
Un peintre apprenti demandait à son maître : « Quand dois-je considérer que mon tableau est fini ? » Et le maître répondit : « Quand tu pourras le regarder avec surprise, en te disant : " C'est moi qui a fait ça ! " »
Autant dire : jamais. Car cela reviendrait à considérer son œuvre avec les yeux d'un autre et à dévoiler ce qu'on a créé. Mais il va de soi que nous avons d'autant moins la conscience de la chose produite que nous avons davantage celle de notre activité productrice. […] c'est nous qui avons inventé les lois d’après lesquelles nous la jugeons, c’est notre histoire, notre amour, notre gaieté que nous y reconnaissons ; quand même nous la regarderions sans plus y toucher, nous ne recevons jamais d’elle cette gaieté ou cet amour : nous les y mettons ; les résultats que nous avons obtenus sur la toile ou sur le papier ne nous semblent jamais objectifs ; nous connaissons trop les procédés dont ils sont les effets. Ces procédés demeurent une trouvaille subjective : ils sont nous-mêmes, notre inspiration, notre ruse et lorsque nous cherchons à percevoir notre ouvrage, nous le créons encore, nous répétons mentalement les opérations qui l’ont produit, chacun des aspects apparaît comme un résultat. Ainsi, dans la perception, l’objet se donne comme l’essentiel et le sujet comme l’inessentiel ; celui-ci recherche l’essentialité dans la création et l’obtient, mais alors c’est l’objet qui devient l’inessentiel.

II. Pourquoi écrire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Paul Sartre (200) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Sartre
Les rencontres philosophiques de Monaco // Colloques 2018 La Maison de la philosophie 2018 avec : Bernard E. Harcourt : foucault et le pouvoir Catherine Chalier : Levinas et le visage Robert Maggiori : Jankélévitch et l'amour Sandra Laugier : Wittgenstein et le language Geneviève Fraisse : Beauvoir et le sexe Miguel de Beistegui : Deleuze et le désir Michel Contat : Sartre et la liberté Camille Riquier : Bergson et le temps Géraldine Muhlmann : Arendt et le mal Marlène Zarader : Heidegger et la mort Gérarld Bensussan : Derrida et l'hospitalité Sabine Prokhoris : Freud et le rêve
Musique © Clara Dufourmantelle
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Philosophie et TheoriesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature : généralités>Philosophie et Theories (73)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'oeuvre littéraire et théâtrale de Jean-Paul Sartre

Dans Huis Clos, l'enfer c'est...

Les oeufs
Les autres
La guerre
Les voisins

8 questions
288 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Paul SartreCréer un quiz sur ce livre