AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811232184
Éditeur : Milady (16/08/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 59 notes)
Résumé :
La personne que vous aimez le plus au monde est en danger... Il y a trois ans, la petite Evie, 5 ans, a disparu en sortant de l'école. La police n'a jamais réussi à la localiser. Aucun indice, aucune piste. Rien. La petite s'est évaporée. Mais Toni le sait : sa fille est vivante. Encore faudrait-il qu'elle puisse l'exprimer ! Car Toni est enfermée dans un terrible silence. Personne ne l'écoute, personne ne l'entend. Pourtant, Evie a besoin d'elle. Toni doit réaliser... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  07 février 2019
C'est un thriller dont il m'a été impossible de deviner la fin tant l'auteure multiplie les fausses pistes. C'est ce qui fait sa force mais c'est aussi , pour moi, ce qui a fait sa faiblesse . J'aime qu'une histoire soit à peu près crédible et là, c'est juste hallucinant, le nombre de " méchants" ( déséquilibré(e)s, gens ayant la mauvaise réaction ) , que l'auteur met dans les pattes de son personnage principal afin qu'elle trébuche et (ou ) soit malheureuse ! J'en ai compté 6...
Toni a perdu son mari en Afghanistan et bien qu'elle soit maman d'une petite Evie , depuis, , Toni prend des cachets pour dormir ou tenir le coup… Ce qui ne la rend pas très performante en tant que mère, elle a tendance à ne pas se réveiller, avoir un débit de parole un peu ralenti , bref, ce n'est pas la grande forme….
Une jeune femme est dans un état végétatif dans un hôpital, les médecins parlent de la "débrancher" mais elle essaie de toutes ses forces de communiquer, elle veut savoir ce qui est arrivé à son Evie disparue à l'heure de la sortie de l'école.
Allers retours entre passé et présent , afin de savoir ce qui est arrivé à Evie (5 ans) et comment la personne chargée d'Evie s'est retrouvée dans le coma.
Deux personnages ou le même à quelques années d'intervalle, toute la question est là ? Et puis qu'est il arrivé à Evie, est- elle encore en vie ?
La grande force de ce roman est de proposer des personnages au bout du rouleau… la maman d'Evie est addict aux médicaments , et bien qu'elle essaie de s'en sortir, de prendre un nouveau départ avec un déménagement et un nouveau boulot, elle reste un personnage extrêmement fragile et border- line.
Quand à celle qui est dans un état végétatif, emmurée dans son propre cerveau , on compatit forcément et on a très peur qu'elle meure avant d'avoir pu faire quelque chose pour Evie. Mais il est difficile de croire un instant qu'une malade dans le coma puisse rester non identifiée pendant tant d'années , alors qu'il suffit de donner une photo aux médias (journaux et télévision, voir actualités récentes …) pour résoudre le problème, d'autant que l'Angleterre est un tout petit pays ....
Se rajoute à ces deux femmes, tout un tas de personnages pas très nets , ce qui fait monter la pression … Pression qui est souhaitée par le lecteur mais qui est retombée comme un soufflé à la fin en ce qui me concerne. L'auteur aurait pu s'économiser quelques pistes "too much" ( voir une scène digne de "Psychose") , car la crédibilité de l'histoire y aurait gagnée. J'aime la sobriété, la simplicité dans les romans à suspens, et je pense que c'est plus difficile pour les auteurs.
Je suis donc très déçue par la fin alors qu'il aurait suffi de pas grand- chose pour que ce soit un roman à suspens de qualité ; d'autres apprécieront ce choix artistique. A voir les commentaires dithyrambiques sur la quatrième de couverture, je me dis que c'est le cas…( Mais comparer Evie à "La Fille du train", c'est un crime de lèse-majesté . C'est juste pas possible !!!! )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          545
Antyryia
  06 septembre 2018

Il y a quelques critiques de cela, je me vantais de voir venir de loin les différents rebondissements qu'ont tendance à nous réserver les thrillers psychologiques.
A force d'en lire, je commence à bien comprendre les ficelles utilisées par les auteurs, et je prête autant d'attention à ce qui se passe qu'à ce qui ne se passe pas, à ce qui est caché au lecteur ou seulement sous-entendu, ce qui me permet de tirer des conclusions souvent judicieuses.
Et là, peut-être que je ne me suis pas assez méfié ? Peut-être que KL Slater ( qui n'en n'est pas à son coup d'essai même s'il s'agit de son premier roman traduit en français ) a davantage de malice que certaines de ses concurrentes ?
En tous les cas, je n'ai pas vu venir grand chose et le plaisir de lecture est toujours multiplié lorsqu'on tombe finalement dans le panneau.
Dans le genre policier dont je suis si friand actuellement, ce sont bien aux thrillers psychologiques que va ma préférence.
Evidemment, il m'arrive d'être déçu par certains romans, et certains ne présentent aucune originalité.
D'ailleurs, si je vous dis que l'intrigue d'Evie tourne autour d'une fillette disparue, vous allez penser lire une nouvelle fois un roman sur une histoire déjà archi rebattue ( le couple d'à côté de Shari Lapena, Sous nos yeux de Cara Hunter, Une bonne intention de Solène Bakowski, Sans Elle d'Amélie Antoine ... et encore, je ne cite que les romans que j'ai lus cette année ). Pourtant, j'ai aimé ( voire adoré ) la majorité desdits romans parce qu'un même thème peut se décliner de tellement de façons différentes en fonction de l'angle choisi ou du déroulé des évènements.
La perte d'un enfant fait partie des peurs les plus ancrées en nous, c'est faire face à une tragédie dont il est d'autant plus difficile de se relever que la police en arrive toujours à vous soupçonner. Alors que vous ne savez même pas si votre gosse est encore en vie ou pas, s'il a été victime d'un pédophile, s'il a eu un accident, s'il a été enlevé par une folle en mal d'enfant.
"J'ai décidé de croire qu'Evie est toujours en vie ; que quelque part elle vit et respire."
Mais quel que soit le thème abordé, je crois que si je dévore autant de polars de ce genre, c'est parce que l'identification aux personnages est beaucoup plus simple puisqu'il s'agit majoritairement de personnes comme vous et moi confrontées à des évènements étranges, insoutenables, dramatiques qui bouleversent un quotidien au départ si similaire au notre : Des secrets de famille enfouis, une tragédie inattendue, des monstres manipulateurs sous leur apparence angélique ...
Comment ne pas se mettre dans la peau de ce pervers narcissique qui n'a pour seul but que de briser totalement son épouse ? de ce cannibale qui enlève les petites filles pour dévorer leurs petits doigts de pieds potelés ? de cette mère désespérée qui empaille sa fille de trois ans pour oublier qu'elle est morte ?
Des originalités, il y en a plusieurs dans le roman de KL Slater.
A l'instar du non moins excellent Parfois je mens d'Alice Feeney, la narratrice est plongée dans un profond coma, et à défaut de bouger elle est cependant consciente de tout ce qui se passe autour d'elle dans sa chambre d'hôpital.
Les médecins hésitent à débrancher son respirateur : Elle ne sortira de toute façon pas de son état végétatif.
"Je suis prise au piège à l'intérieur de moi-même, comme un insecte dans de l'ambre."
Le problème, c'est que la vie de la petite Evie est entre ses mains, et que la sauver dépend uniquement de sa faculté à rassembler ses souvenirs ... et à se réveiller.
"Pour Evie, je dois continuer à me battre, si désespérée que ma situation puisse paraître."
La mère d'Evie arrivera-t-elle à sortir de son apathie à temps ?
Là où la majorité des thrillers commencent avec la disparition d'un enfant, celui-ci fait un bond de trois années dans le passé en nous présentant Evie et sa maman, Toni, qui emménagent dans le Nottinghamshire.
On fait doucement connaissance avec cette famille anéantie, tout en sachant qu'un autre malheur va arriver, telle un épée de Damoclès.
Parce qu'une grande partie du suspense résidera dans la disparition sous-jacente de la petite Evie, cette adorable petite fille de six ans. On la sait inéluctable, on sait aussi que la mère a une part de responsabilités.
"Vous n'aviez qu'une chose importante à faire : prendre soin d'elle."
Mais qui, quand, comment ?
Le lecteur n'en sait rien et se demandera plus d'une fois si ce moment est enfin arrivé.
Cette future disparition est aussi angoissante que révoltante. Parce que le lecteur a largement le temps de sympathiser avec Toni Cotter et sa fille.
Toni a déménagé pour vivre près de sa mère et tenter de tirer un trait sur un passé particulièrement douloureux, puisque son mari Andrew est mort en Afghanistan.
Si elle est parfois en conflit avec sa mère, elle fait cependant tout pour s'adapter à son nouvel environnement.
"Ma mère savait toujours tout mieux que moi. Comment mener ma vie, comment élever ma fille ... La liste était interminable."
Elle trouve un nouveau travail dans une agence immobilière, elle inscrit sa fille dans une nouvelle école, elle fait connaissance de ses nouveaux voisins.
Son unique défaut est de prendre de forts anxiolytiques qui ont tendance à l'assommer, mais comment le lui reprocher étant donné l'enfer qu'elle et sa fille traversent encore ?
"Un comprimé de temps à autre ne comptait pas vraiment. Je n'étais pas dépendante."
"Ces comprimés étaient tout ce que j'avais. Tout ce qui me séparait de l'effondrement."
Elles sont à peine installées qu'un étrange incident va se produire : Toni va recevoir un bouquet de fleurs dans lequel un essaim de guêpes a été dissimulé.
"C'était forcément un acte de malveillance."
Quelqu'un surveille froidement leur emploi du temps, leurs sorties, leurs réactions et prend des notes.
Et parmi toute une galerie de personnages en grande majorité féminins, l'auteure attire volontairement notre attention plus particulièrement sur trois suspectes potentielles qui font partie du proche entourage de Toni et d'Evie.
D'abord il y a Sal, sa voisine, aussi inquiétante qu'édentée, intrusive, et dont le fils aîné sort tout juste de prison.
Ensuite il y a Bryany, la patronne de Toni. Particulièrement antipathique, reine des magouilles immobilières, elle n'hésite pas à affecter Toni à des tâches subalternes bien inférieures à ses compétences. Et pourtant, sa désagréable attitude va changer du tout au tout en rencontrant la fillette. Elle se métamorphose face à Evie, totalement charmée par cette enfant, elle qui n'a jamais pu en avoir.
Et pour finir, l'inquiétante Harriet Watson, l'assistante pédagogique d'Evie, qui a à coeur de prendre la fillette sous son aile moralisatrice. Humiliée constamment par sa mère, cette vieille fille secrète et ambiguë a cependant des idées bien arrêtées sur l'éducation que doivent recevoir les enfants. Et semble avoir des projets bien particuliers pour Evie, jouant à un double jeu malsain.
Après de premières pages où les principaux personnages nous sont présentés, la tension se met à grandir. Au fil des chapitres, de ces retours en arrière, peut intervenir à tout instant la disparition de la fillette. On a beau savoir qu'elle est écrite, le fait d'ignorer qui, quand, comment et pourquoi constitue malgré tout un point d'orgue attendu, une angoisse permanente d'autant qu'on a appris à apprécier la famille Cotter et qu'on sait à quel point la mère et la fille, qui ont déjà tant souffert, sont condamnées à un châtiment bien plus terrible encore.
Le danger semble venir de partout à la fois, par petites touches exponentielles, et bien sûr le lecteur ignore s'il faut privilégier l'une des trois pistes proposées par KL Slater qui sont autant de fils conducteurs ... ou s'il doit chercher ailleurs un autre coupable.
A moins que la vérité ne soit encore plus complexe.
Trois années plus tard Evie est-elle encore en vie ?
Quelles seront les circonstances de sa disparition ?
Et qui tire réellement les ficelles de cet enlèvement programmée ?
En voudrez-vous à Toni pour son moment d'inattention, malgré sa fragilité ?
Ce n'est certes pas un roman en tous points parfait. Certaines relations entre les personnages auraient mérité d'être approfondies. Les explications finales sont assez succinctes, et si tout finit par s'emboîter sans laisser trop de questions en suspens, le final est relativement précipité surtout si l'on tient compte qu'en parallèle l'intrigue prend tout son temps pour avancer progressivement, distillant au compte-goutte de petits indices.
Mais ce livre demeure une lecture que je conseille à tous ceux qui comme moi apprécient ce genre littéraire non seulement de par les quelques surprises qu'il devrait également vous réserver mais aussi parce que sa construction est originale, que sa lecture est aisée, que les personnages sont tous travaillés de façon à être crédibles, qu'ils soient attachants, détestables ou psychologiquement dévastés.
KL Slater ne s'est donc pas contenté d'écrire un simple roman de plus tournant autour de la disparition d'une petite fille, non seulement en arrivant à insuffler un suspense différent des romans du même genre, mais également en laissant passer un message important comme elle l'explique en postface :
"J'ai été fascinée par la façon dont le public et la presse semblaient presque s'intéresser davantage aux éventuelles erreurs commises par les parents qu'à l'identité des ravisseurs."
Comme si l'enlèvement était davantage lié à la seconde d'inattention d'un père ou d'une mère qu'au criminel lui-même.
Tant les êtres humains ont cette faculté de juger d'une minuscule erreur que n'importe qui pourrait pourtant commettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3911
Paola93130
  09 octobre 2018
Evidemment, il faut, avant tout que je remercie Netgalley et les Éditions Milady pour l'envoi de ce roman.
Evidemment, je suis encore en retard pour rédiger ma critique.
Evidemment, la « taille » de ma PAL et ma furieuse envie de lire pourrait justifier un tel retard.
Evidemment, ça n'est certainement pas une raison suffisante.
Evidemment, depuis que je pioche des thrillers / policiers / polars sur Netgalley, je n'ai pas toujours eu la chance de tomber sur une perle, un monument, un coup de coeur (pour ça, on avait Mr. Charles Aznavour).
Evidemment, Mr. Charles Aznavour n'a rien à faire dans cette histoire de chronique babélienne mais j'ai toujours adoré ses chansons-poèmes.
Evidemment, j'aurais dû trouver une façon bien plus belle de rendre hommage à l'une des plus grandes perles, l'un des plus beaux monuments de la chanson française.
Evidemment, Mr. Aznavour restera pour moi un énorme coup de coeur.
Evidemment, je ne l'oublierai jamais, je continuerai d'écouter souvent ses chansons merveilleuses et de chanter « La Bohème » sous la douche, avec des trémolos dans la voix.
Evidemment, il faut que je revienne au roman de K.L.Slater qui a eu le mérite de me faire passer un très agréable moment.
Evidemment, ça n'est pas de la grande littérature, le style est basique mais fluide et les personnages sont bien campés dès le départ. du moins, K.L Slater arrive-t-elle à nous le faire croire….
Evidemment, l'alternance de points de vue imprime une excellente cadence au texte et, malgré mes doutes, je n'ai pas réussi à déjouer tous les plans de l'auteure pour me mener par le bout du nez.
Evidemment, les disparitions d'enfants dans les romans sont souvent monnaie courante, mais celui-ci avait un petit plus qui, durant les quelques soirées de lecture qu'il m'a « coûté », m'ont appâtée gentiment pour avoir le mot de la fin.
Evidemment, la fin m'a semblée un peu précipitée, pas assez développée mais surprenante par le fait que je me serais difficilement doutée que cela puisse se terminer comme ça.
Evidemment, je ne veux pas vous en dire plus, mais je peux vous recommander ce bouquin pour passer un bon petit moment.
Evidemment, je m'en vais écouter « Emmenez-Moi », « For-me-Formidable » , « La Mamma » et toutes les autres pour dire, de nouveau, merci à Mr. Aznavour.
Evidemment, avec un titre pareil, commencer chaque phrase de mon billet minable par « évidemment », c'était trop facile…
« Evie-demment »…
Emmenez-moi jusqu'au bout de la terre,
Emmenez-moi au pays des merveilles…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          467
Saiwhisper
  14 mars 2019
Que de fausses pistes ! J'ai été happée par le suspense de cet ouvrage qui a su me surprendre à plusieurs reprises… Il n'y a que l'identité du personnage dans le coma que j'avais anticipé. Pour le reste, K. L. Slater m'a baladée de droite à gauche. Il y avait longtemps que cela ne m'étais pas arrivé ! J'ai donc apprécié ce côté imprévisible qui est l'un des points forts de ce roman. Celui-ci a bien d'autres qualités comme son ambiance étrange, malsaine et inquiétante. Ce qu'il va arriver à Toni et à sa famille m'a plus d'une fois glacé le sang. Je pense notamment au nid de guêpes qui m'a traumatisée, alors que j'étais simplement en train de lire dans mon lit… Les autres actes malveillants sont également dérangeants, en particulier au bureau, mais ce n'était rien face aux insectes… Brrr ! Toni va vraiment devoir faire face à une pluie de problèmes qui vont lui pourrir son quotidien. D'ailleurs, son entourage est loin d'être hyper attentionné ou toujours bienveillant. On a l'impression que tout le monde lui reproche quelque chose ou que personne en joue la carte de l'honnêteté. J'ai été étonnée de voir à quel point elle vivait dans une atmosphère sombre l'empêchant de s'épanouir ou d'être réellement là pour sa fille.
On ne peut pas dire que Toni soit très attachante et, pourtant, je me suis plus d'une fois inquiétée pour elle en raison des nombreux événements qu'elle a ou va traverser… La vie n'a pas été tendre avec elle. Devenue veuve très tôt, elle tente désespérément de rendre la petite Evie heureuse. Hélas, c'est une héroïne complètement borderline et perdue. Pour ne pas perdre les pédales, elle n'hésite pas à prendre des médicaments, ce qui est très dangereux pour sa santé… de ce fait, elle plane régulièrement et s'endort profondément, laissant seule sa bambine dans la maison… Je comprends que la quatrième de couverture fait allusion à « La fille du train » de Paula Hawkins, car j'ai immédiatement pensé au personnage principal qui ne sait plus du tout où il en est. Toni est dans le même cas, car elle est complètement dépassée par les événements et ne réalise pas toujours certaines choses. Je l'ai trouvée souvent trop naïve et crédule, car elle fait trop confiance à n'importe qui et ne comprend pas tout alors que tout est sous ses yeux. C'est par exemple le cas lorsqu'elle va travailler : dès le début, j'ai constaté que quelques-uns de ses collègues étaient très étranges. Je ne comprenais pas toujours pourquoi elle ne se méfiait pas davantage…
La narration alternée est très efficace et donne du rythme au récit. Jusqu'au bout, on se demande comment tout cela va se terminer. Ajoutons à cela des extraits de journaux de surveillance entre trois/quatre chapitres qui nous font comprendre que le danger est bien là… (Ce dont on ne doute pas étant donné que l'on sait dès le début qu'Evie a été enlevée…) La pression est donc bien présente, que ce soit dans la narration, les personnages tous plus étranges et intrusifs les uns que les autres, ainsi que l'intrigue en elle-même. En revanche, je regrette la fin trop expéditive à mes yeux néanmoins, je retiendrais surtout le suspense et l'envie viscérale de tourner les pages durant ma lecture. Merci aux éditions Milady pour ce roman qui m'a tenue en haleine !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
coquinnette1974
  14 août 2018
Evie de K.L. SLATER m'a été envoyé en avant-première par net galley et les éditions Bragelonne, que je remercie :)
Amatrice de thrillers mettant en scène des disparitions d'enfant, je ne pouvais pas passer à coté de celui-ci :)
Il y a trois ans, la petite Evie, 5 ans, a disparu en sortant de l'école. La police n'a jamais réussi à la localiser. Aucun indice, aucune piste. Rien. La petite s'est évaporée.
Mais Toni le sait : sa fille est vivante. Encore faudrait-il qu'elle puisse l'exprimer ! Car Toni est enfermée dans un terrible silence. Personne ne l'écoute, personne ne l'entend. Pourtant, Evie a besoin d'elle. Toni doit réaliser l'impossible si elle veut la sauver.
Evie est un bon thriller mais il est important de le lire tranquillement et de bien suivre car il y a des allers retours entre de nos jours et il y a trois ans. Sans oublier : plusieurs narrateurs ! du coup, il est vraiment important de le lire au calme, sans quoi on est vite perdu surtout au début, avant d'accrocher avec les personnages, l'histoire...
Toni est une jeune mère qui doit se débrouiller seule avec sa fille car son mari, militaire, est mort en mission. Elle quitte son ancienne vie pour aller vivre près de chez sa maman. Ce n'est pas la meilleure décision qu'elle prendra !
Toni inscrit sa fille dans une nouvelle école, mais l'adaptation de la petite Evie y est difficile...
Toni trouve un nouveau travail, à mi-temps. Elle peine à retrouver ses marques après le décès de son mari, et tous les changements qui interviennent n'arrangent rien. Elle prend trop de cachets. oublie des choses.. et un jour en allant chercher sa fille à l'école... celle-ci n'y est plus ! Toute la presse se déchaîne sur la pauvre Toni, c'est violent, mais en attendant l'enfant n'est pas retrouvée...
Evie est un roman rempli de suspense et de surprises. Comme je l'ai dit plus haut il est important de bien suivre car on peut vivre s'y perdre au début. Mais une fois rentrée dans ce roman j'ai eu énormément de mal à le lâcher pour aller au travail !
On a des personnages forts, plus ou moins attachants. J'ai beaucoup aimé Toni même si elle est paumée, il est évident qu'à sa place on n'est pas sur de pouvoir mieux faire ! Elle se retrouve seule avec sa petite fille, elle a des dettes, peine à garder la tête hors de l'eau... Et quand l'enfant est enlevée c'est forcément la faute de Toni ce qui est cruel. Dans des cas pareils, souvent les parents sont à blâmer selon l'opinion publique.
C'est un roman fort, touchant. J'avoue toutefois que par moment j'ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux. Il y a quelques ficelles un peu grosses ici et là.
Mais c'est un bon roman, qui mérite bien quatre étoiles et que je vous invite à découvrir à votre tour :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   06 février 2019
J'ouvris mon bouquin (…). Le personnage féminin n'était vraiment pas très futé, c'est le moins qu'on puisse dire. Elle soupçonnait son fiancé de la tromper avec sa meilleure amie; l'intrigue simpliste, décrivait son projet de les tuer tous les deux.
Si seulement la vie était aussi facile.
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   07 février 2019
Je voulais prendre soin de ma fille, et de moi-même. Regagner un peu de l'amour-propre que j'avais perdu progressivement au fil des deux dernières années, comme du vernis à ongles bon marché qui s'écaille.
Commenter  J’apprécie          170
ValerieLacailleValerieLacaille   30 août 2018
Quand tu t'apercevras que ton enfant a disparu, tu croiras connaître le pire.
Très vite viendra ce sentiment insidieux, comme si tu te vidais de ton sang, que tu n'y peux rien, absolument rien.
Tu le sentiras s'écouler, et rien ne peut l'arrêter. Mais, à ce stade, tu te fiches pas mal de ce qui peut t'arriver.
Tu ne penses qu'à elle, ton bébé.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   17 août 2018
Parfois, dans les moments de calme, elle se demandait ce que lui réservait l’avenir. Quand sa mère aurait disparu et qu’elle se retrouverait seule dans cette immense et vieille baraque.
Elle aspirait à un nouveau départ. Une famille à elle. Surtout un enfant, pour lui offrir l’amour et l’affection qu’elle n’avait jamais connus elle-même, mais qu’elle avait vu d’autres gens témoigner à leur progéniture.
Certaines personnes semblaient incapables d’apprécier ce qu’elles avaient. À ses yeux, elles méritaient qu’on leur prenne ces choses précieuses pour les donner à quelqu’un qui en prendrait soin et les aimerait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 août 2018
Au cinéma, les personnages que l’on croit morts se relèvent parfois brusquement pour se remettre à étrangler les gens. Mais ces deux-là ne se relèveront pas de sitôt.
Tara disait-elle la vérité ? Evie est-elle en vie ?
Commenter  J’apprécie          40
Video de K. L. Slater (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de K. L. Slater
Blink (Evie): A psychological thriller by K.L. Slater
autres livres classés : comaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de K. L. Slater (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1623 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..