AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Sellerio (01/01/1984)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 234 notes)
Résumé :
« Je parlais des corps, dis-je, peut-être sont-ils comme des valises, nous y transportons nous-mêmes. »

Ce livre pourrait servir de guide aux amateurs de parcours incongrus. Car il y a quelque chose d’insensé dans la recherche obstinée d’un ami disparu dans une Inde tour à tour inquiétante, hallucinée et fascinante, où l’on croise des devins dans l’autobus, des prostituées ou encore des jésuites portugais. Mais de rencontres paradoxales en coïncidenc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  19 juillet 2015
Nocturne indien, c'est l'anti-Shantaram... et Tabucchi est à peu près aussi éloigné de Gregory David Roberts qu'un stylite sur sa colonne d'un baroudeur de Lonely Planet!
Amateurs de dépaysement exotique, d'Indes galantes ou épicées, passez votre chemin!
Voilà un voyage sans but - un ami qu'on cherche ou qui vous cherche, on ne sait plus- sans "regard" touristique ou même curieux sur le pays, les villes pourtant célèbres -Calcutta, Goa, Bombay sont traversées, jamais décrites..
C'est plutôt un sorte de voyage intérieur avec pour guides les écrivains -Pessoa, Swedenborg, Hugo-, et, pour thème, la disponibilité quasi surréaliste à la surprise, à la rencontre, à l'opportunité du moment.
On se laisse donc porter par cette écriture libre, ce propos décousu,, cette vacance absolue...et alors vient à notre rencontre l'Inde rêvée ou réelle - pas l'Inde des prospectus ni l'Inde des aventuriers...
Une Inde secrète, personnelle,intérieure: une Inde nocturne...un nocturne indien..
Commenter  J’apprécie          344
Zora-la-Rousse
  22 avril 2017
Je me rappelle de ce film envoûtant, émouvant, d'Alain Corneau, d'une certaine musique aussi...
Quelques années plus tard, j'ai eu envie de repartir en Inde auprès de cet homme à la recherche de son ami Xavier, à moins que ce ne soit à la quête de lui-même...
Car ce roman, c'est ça : un jeu d'ombre et de lumière, offrant toujours la possibilité de plusieurs interprétations. Mais je n'ai pas cherché à distinguer le rêve de la réalité, la nuit du jour. Non. Je me suis laissée emporter au rythme des rencontres narrées dans ce voyage, dans ce jeu de lumières et de parfums, de couleurs et de saveurs inconnues.
J'ai vécu sur ce livre comme une expérience de lâcher-prise du lecteur, en ne cherchant pas à donner du sens à ma lecture, mais en acceptant d'accompagner en toute simplicité le protagoniste au fil de son voyage intrapersonnel.
Bien-être et douceur... A relire...
Commenter  J’apprécie          230
henrimesquida
  29 avril 2016

Dans la chaleur des nuits indiennes, un homme part à la recherche d'un ami disparu. Entre Bombay et Goa, de bas-fonds miséreux en hôtels pour Occidentaux au luxe tapageur, sa quête croise la route de personnages étranges et déroutants. Mais il est facile de se perdre dans ce pays ensorcelant où les enfants sont devins, les vieillards un peu fous et les femmes si belles. (critique de Michfred)
Déjà ?
C'est ce que je me suis dit quand je suis arrivée à la fin de ce petit livre .
Le narrateur (dont on ignore le nom) part en Indes à la recherche d'un ami . de ville en ville, d'hotel en hotel .Certains crasseux, d'autres luxueux. de rencontres en rencontres .
Mais en fait ,qui est perdu ? Est ce lui ? Est ce son ami ? Qui cherche qui ?
Chaque rencontre lui apprend qq chose sur lui même ou lui pose une énigme ? Certains dialogues son étranges ,il sagit plus de deux monologues dans un même lieu .Ce qui est étrange c'est qu'à la fin d'une de ses scènes par exemple ,les deux personnages (dont le narrateur ) finissent par " s'entendre " alors qu'il ne s'étaient même pas écoutés .Ensemble, séparés, nous divagons tous vers le même but.
Ce que j'envie au personnage central ,c'est sa capacité à accepter les choses telles qu'elles sont ,il les reconnait, se questionne puis elles passent .On ne le sent pas torturé par quoique ce soit et pourtant il est en quête d'identité ,il voudrait savoir alors il part un peu plus loin .Le hasard lui présentera bien qq'un ou qq chose de lui même .
La solution ,la réponse, c'est propablement qu'il ne sait pas qui il est , qu'il est un mystêre en lui même ,qu'il n'y a pas de réponse et il nous laisse nous débrouiller avec ça et avec notre propre mystêre.
De quoi sommes nous fait ?
Ce billet, un peu différent des autres, provient d'un constat assez triste : on ne trouve quasiment jamais de carte dans les récits de voyages et d'aventures. C'est comme si les notions de géographie dont parle le texte passaient après le texte lui-même. Pourtant c'est si plaisant de se promener sur une carte tout en accompagnant les propos de l'auteur.
Carte - Nocturne Indien, quête philosophique d'un réveur en Inde
nocturne_indien_small

L'auteur, c'est ici Antonio Tabucchi, grand écrivain italien et fervent admirateur de F. Pessoa, dont on ressent la présence dans plusieurs de ses romans, son livre : Nocturne Indien.
Rossignol, personnage central de ce roman, voyage dans le sud de l'Inde à la recherche d'un ancien ami disparu. Or ce voyage se transfomera vite en une quête de soi, une quête de son "Âtman", de son âme. Ce périple, cette insomnie, portera le personnage dans plusieurs lieux du sud de l'Inde.
Cinq états seront traversés, avec cinq langues officielles différentes, autant dire cinq univers à part :
NOM Capital Langue officielle Superficie (Km²) Population (2001) Création
Maharashtra Mumbai Marathi 308 000 96 878 627 1960
Andhra Pradesh Hyderabad Télougou 276 754 76 210 007 1956
Tamil Nadu Chennai Tamoul 130 058 62 405 679 1956
Karnataka Bangalore Kannada 191 791 52 850 562 1956
Goa Panaji
Konkani 3 702 1 347 668 1987


Ce livre est une succession de tableaux. Dans chaque tableau, on retrouve notre héros en compagnie d'une nouvelle rencontre à la fois insolite et mystérieuse. Prostituée, intellectuel, prophète jaïn, médecin, toute une galerie de portraits d'un pays envoutant s'offre au lecteur. Les coïncidences sont si étranges que l'on en vient à douter de leur caractère fortuit.
Image satellite - Nocturne Indien, Bombay, là où tout commence
bombay_small

Pascale Arguedas, critique littéraire, résume parfaitement les impréssions du livre :

"La trame de l'histoire importe peu, seul compte le voyage du narrateur, voyage intérieur et physique, d'hôtel borgne en hôtel de luxe, à la recherche d'un fantôme. Derrière les mots, le lecteur devine la philosophie de tout un peuple, une culture riche et ancestrale.
Le style de Tabucchi joue également la carte de l'étrangeté, laissant hors du cadre tous les éléments de compréhension. L'ensemble donne une impression agréable de dérive métaphysique. Un livre beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. La fin intrigante voire absurde, conclut avec pertinence cette quête identitaire au pays de la spiritualité. L'auteur semble murmurer que c'est dans l'errance que l'on découvre son propre mystère. Ses romans offrent plusieurs lectures possibles. À chacun son interprétation."

Carte - Nocturne Indien, Goa la fin du voyage
goa_small

Image Satellite - Goa, Calangute Beach (Google Earth)
Image Satellite - Goa, Calangute Beach
Ce livre se vit et se respire intensément, les épices ne sont jamais très loin. Ces quelques cartes permettront ainsi aux futurs lecteurs de se repérer dans le labyrinthe indien laissé par Antonio Tabucchi.
Un film, très réussi, d'Alain Corneau, a également été adapté du roman avec JH Anglade dans le rôle titre.
Enfin, pour les amateurs de musique classique, rappelons la puissance évoquatrice du quintette de Schubert en Do majeur d'956, qui épouse magnifiquement les images et l'atmosphère baroque du film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
frandj
  02 juin 2014
Ce roman, étrange et attachant, est une sorte de ballade onirique dans l'Inde profonde. Résumer l'histoire que raconte A. Tabucchi semble une gageure - ou plutôt une trahison, car on prend alors le risque de dissiper le flou délicat que cultive l'auteur et de rechercher une mesquine logique dans une aventure en forme de rêve éveillé. Je vais essayer quand même d'en dire deux mots. le narrateur prétend être à la recherche d'un ami perdu dans l'immense sous-continent, Xavier - dont on ne saura rien de précis. Sa longue quête commence dans un hôtel miteux de Bombay, continue dans un sombre hôpital et se poursuit par un long trajet vers le Sud: Madras, puis Goa. Au hasard de sa pérégrination, le héros fait d'improbables rencontres, souvent hautes en couleurs, parfois empreintes de mystère. La plus étonnante est celle d'un "monstre" de taille minuscule, qui se révèle être devin. Vers la fin du roman, le narrateur fait la connaissance d'une femme, elle aussi assez mystérieuse, qui l'interroge sur le dessein qu'il poursuit en Inde; il lui répond en brouillant élégamment les pistes. Dînant avec elle dans un luxueux restaurant, il déclare reconnaitre peut-être, parmi les clients, l'homme qu'il recherchait. Mais les rôles semblent inversés et, dit-il, « maintenant qu'il m'a trouvé, il n'a plus envie de me trouver ». Et le lecteur reste sur cette fin abrupte, à la fois interloqué et charmé.
Ce genre de roman pourra beaucoup irriter un lecteur cartésien, qui jugera l'histoire sans queue ni tête. Pour l'apprécier, il faut laisser au repos notre esprit logique - et c'est peut-être plus facile puisque l'action se déroule dans un pays fabuleux comme l'Inde. Il faut se laisser emmener sur les voies imaginées par A. Tabucchi, qui est un merveilleux conteur et qui sait très bien créer des atmosphères très spéciales et des personnages étranges. A noter que ce livre a été porté à l'écran par A. Corneau en 1989: ce film est aussi une parfaite réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
mireille.lefustec
  26 janvier 2018
Lu en italien.
Ce court roman est sous le signe du voyage, de l'exotisme, du mystère. Situé en Inde, de façon rigoureuse quasi documentaire. Toutefois ce n'est que la toile de fond, aux traits inquiétants, aux traits fuyants d'un événement qui utilise les codes de plusieurs genres littéraires en les fondant en un pastiche fascinant.
Roux, le protagoniste, recherche son ami Xavier, disparu en Inde depuis longtemps.
Les déplacements De Roux, mystérieux ou cohérents, aventureux ou banals, sont pleins de rencontres, de rêves, d'hallucinations, de lambeaux de souvenirs.
on pourrait qualifier ce roman de voyage dans la mémoire.
Il utilise les deux registres parallèles de la vie vécue et de la littérature. La conclusion ne semble pas dépasser le début : Xavier ne veut pas être trouvé, Roux ne veut pas le trouver.
Commenter  J’apprécie          173
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
michfredmichfred   19 juillet 2015
"A Bombay, il n'y a pas beaucoup de jaïns" dit-il ensuite sur le ton que l'on emploie pour donner des explications à un touriste, "dans le Sud, si, beaucoup encore. C'est une religion très belle et très stupide." Il dit cela sans aucun mépris, toujours sur le ton neutre d'une déposition.
"Vous, qu'êtes-vous?" demandai-je, "je vous prie d'excuser mon indiscrétion."
"Je suis jaïn" dit-il.
Commenter  J’apprécie          230
ErveineErveine   27 août 2018
Il demanda : "vous avez dit ?".
"Je parlais des corps" dis-je, "peut-être sont-ils comme des valises, nous y transportons nous-mêmes". (p.46)
Commenter  J’apprécie          240
line70line70   28 mars 2011
Je ne sais qui a dit que le regard en soi comporte toujours un peu de sadisme. J'y pensai un moment mais cela ne me revint pas en mémoire, et pourtant je sentis qu'il y avait quelque chose de vrai dans cette phrase: et je regardai donc plus voluptueusement encore, avec la parfaite sensation de n'être que deux yeux qui regardaient pendant que moi j'étais ailleurs, sans savoir où exactement.
Commenter  J’apprécie          80
raton-liseurraton-liseur   05 février 2012
Qui sait (…) c’est difficile à savoir, moi-même, qui écris, je ne le sais pas. Peut-être cherche-t-il un passé, une réponse à quelque chose. Peut-être voudrait-il saisir quelque chose qui, autrefois, lui a échappé. D’une certaine façon, il se cherche lui-même. C’est-à-dire qu’en me cherchant, c’est comme s’il se cherchait lui-même : ça arrive souvent dans les livres, c’est de la littérature. (p. 114, Chapitre 12, Troisième partie).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michfredmichfred   19 juillet 2015
Cela me fit une impression bizarre de voir cet enfant tout seul avec son singe, bien qu'il soit fréquent en Inde de rencontrer des enfants accompagnés seulement d'un animal; et tout de suite, je pensai à un enfant qui m'était cher et à sa façon de serrer un poupon dans ses bras avant de s'endormir. Ce fut peut-être ce rapprochement qui me poussa vers lui, et je m'assis à côté de lui.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Antonio Tabucchi (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Tabucchi
Sostiene Pereira (IT) - Afirma Pereira (PT)
Com realização do italiano Roberto Faenza, Afirma Pereira é uma co-produção entre Portugal, França e Itália que adapta para cinema um dos romances de António Tabucchi.
Pereira é um jornalista português do Lisboa, nos anos 30, que no cinema foi interpretado pelo famoso actor italiano Marcello Mastroianni.
Joaquim de Almeida intrepreta o prestável e informado criado de mesa do café Orquídea que servia a Pereira as suas açucaradas limonadas e as oleosas omoletas e lhe sugeria, ao mesmo tempo, notícias impublicáveis.
Pereira é um ex-jornalista de pequenas notícias que, um dia, é promovido a responsável pela página cultural do vespertino O Lisboa e que, confrontado com as ideias de liberdade de dois jovens, acaba por alterar completamente a sua vida.
Nicolau Breyner é o pároco confidente. Teresa Madruga é a porteira delatora. Nicoletta Braschi (conhecida por A Vida é Bela de Roberto Benigni) e Daniel Auteuil (Dr. Cardoso) são outros actores de renome internacional que participam no filme.
O filme foi rodado em Portugal em locais tão diferentes como o Pavilhão de Exposições da Faculdade de Agronomia (em Lisboa), o Museu Castro Guimarães (em Cascais), a Casa do Alentejo (em Lisboa), o Jardim de S. Pedro de Alcântara e a Estação do Rossio.
A acção decorre no Verão quente de 1938, onde um gasto jornalista se rendia ao politicamente correcto para assim evitar cair nas malhas da Polícia inquisidora.
Pereira consegue recuperar a alegria de viver ao põr o coração à frente da realidade, ao deixar prevalecer a verdade sobre os ditames da PIDE, da censura e da propaganda.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que peut-on ambitionner, désirer, prétendre, rêver, souhaiter, viser, vouloir avec Pereira ?

Qui est Pereira ?

Un détective privé
Un policier corrompu
Un journaliste
Un membre de la milice
Il est tout cela à la fois

20 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Pereira prétend de Antonio TabucchiCréer un quiz sur ce livre