AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070316892
144 pages
Éditeur : Gallimard (07/10/2004)
4.03/5   36 notes
Résumé :
Quatrième de couverture
« Je suis la fille du juge Boulouque, du terrorisme, des années quatre-vingt, des attentats parisiens. Et je suis orpheline de tout cela.
Personne ne se souvient de mon père et la vague d'attentats des années quatre-vingt à Paris se confond avec celles qui ont suivi - c'est après tout le destin des vagues de se retirer.

C'était aussi le sien.

Je suis la petite fille qui a connu les menaces de mort e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 36 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

kielosa
  10 juin 2020
"La fille du juge Boulouque" a écrit à 26 ans un témoignage d'amour magnifique et émouvant pour ce père qu'elle a tant aimé mais brutalement perdu comme gamine de 13 ans par un suicide atroce, le 13 décembre 1990.
Je connaissais l'auteure pour avoir lu ses entretiens avec Denise Epstein (1929-2013), la fille aînée de la romancière Irène Némirovsky (Kiev 1903 - Auschwitz 1942) et qui sont parus en 2008 et en pocket folio en 2014 sous le titre "Survivre et vivre". Déjà la contribution de Clémence Boulouque m'avait frappé par sa forte dose d'empathie ainsi que par la pertinence de ses questions et thèmes évoqués.
Gilles Boulouque est né en 1950 à Neuilly-sur-Seine d'un père avocat, d'origine maroco-algérienne et de la petite-fille de Léon Gaumont, le pionnier du cinéma.
Après des études de droit, il a été nommé aux tribunaux d'Évry et Bobigny, où il a inculpé le légendaire gendarme Paul Barril dans une sombre histoire de trafic d'armes, en 1981. C'est à Paris à partir de 1983 que Gilles Boulouque commence à s'occuper de dossiers de terrorisme, jusqu'à sa nomination, 3 ans plus tard en 1986, à la 14e section du parquet de Paris compétente pour les dossiers de terrorisme, la SCLAT - Section de lutte antiterroriste.
Clémence confesse que sa mère a essayé de convaincre son mari de refuser cette promotion. Hélas en vain.
L'auteure commence son livre-souvenir de ce père bien-aimé, pendant qu'elle fait des études à l'université de Columbia de New York, au moment de l'attaque terroriste des tours jumelles du WTC ("World Trade Center") du 11 septembre 2001. Par fines touches, elle remonte à son enfance, à sa vie comme enfant protégé par des gardes de corps, aux fréquentes absences professionnelles de son père, aux critiques, campagnes de presse et "phrases assassines", mais sans prendre position sur les événements qui ont conduit au coup de revolver final ou développer des théories quant aux responsabilités d'en haut et ailleurs.
Je respecte le choix fondamental de l'auteure et préfère ainsi m'abstenir de commentaire sur le terrorisme des années 1980, l'affaire Wahid Gordji, l'attitude de la République islamique iranienne de Khomeiny et des otages français d'Hezbollah au Liban.
Pour le débat télévisé houleux Chirac-Mitterrand sur Gordji du 24 avril 1988, je signale le téléfilm de Guillaume Nicloux "L'Affaire Gordji" de 2012, avec Thierry Lhermitte comme Jacques Chirac, Michel Duchaussoy comme François Mitterrand et Éric Elmosnino comme Gilles Boulouque.
Consultez Internet Movie Database.
Le portrait que brosse Clémence de Gilles Boulouque est loin de celui qu'une certaine presse en a fait. Nous apprenons que le juge est un grand sportif qui aurait aimé devenir professeur d'histoire. Un homme qui aimait préparer le petit-déjeuner pour la famille et qui faisait des pans-bagnats à sa gamine adorée. En plus, il la gâtait avec des cadeaux pour lesquels sa mère fut plutôt réticente à cause du prix.
Elle conclut quelque part : "Ce qui perdure de mon père sont ces souvenirs, cette vie un peu étrange, bordée de douleurs".
Pour les cinéphiles, je mentionne le documentaire français de 2006 "La Fille du juge" d'une heure et demie, réalisé par William Karel et dans lequel Clémence Boulouque interprète elle-même. (Voir site Cité Ressources, Cinémathèque française).
Mais de grâce ne loupez pas "Mort d'un silence" de Clémence Boulouque qui est un ouvrage absolument brillant et mémorable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          656
Eric76
  18 mars 2015
Ce petit livre m'a profondément ému.
Clémence est la fille du juge anti-terroriste Gilles Boulouque, qui eut son bref moment de célébrité quand il fut magistrat instructeur des attentats de 1986 (souvenez-vous de la joute verbale hallucinante entre Chirac et Mitterrand lors du débat télévisé de la présidentielle de 1988. "JC : Pouvez-vous vraiment contester ma version des choses en me regardant droit dans les yeux ? FM : Dans les yeux, je la conteste.").
Deux ans plus tard, broyé par le système, la haine et les mesquineries du quotidien, le juge Boulouque finit par se tuer en se tirant une balle dans la tête.
Clémence Boulouque, étudiante à New-York, assiste aux attentats du 11 septembre 2001, et se retrouve brutalement confrontée avec sa propre histoire. "Le terrorisme, mon père, ma perte". Alors, elle écrit pour essayer de dominer son passé. Pas d'analyse politique, pas de jugement, pas de dénonciation dans ce livre ! Elle se souvient de son Papa. Simplement ! de son papa quand elle était une petite fille espiègle. de son papa qui ne pouvait pas s'empêcher de pouffer de rire avant d'achever son histoire drôle… de son papa passionné d'athlétisme et lecteur assidu de l'Equipe. Des petits riens de la vie quotidienne !
Puis la vie professionnelle de son Papa vient s'immiscer dans sa vie de petite fille. Les gardes du corps. Les menaces. La dureté des médias. La célébrité de Papa et la méchanceté des copines ("Fille de juge. Fille de pute"). On s'efforce malgré tout de vivre comme toutes les autres familles, et de rester digne et droit face à la férocité des hommes et aux "coups d'épingles" qui font souvent si mal.
Clémence sort à reculons de son petit monde d'enfant et devient une jeune adolescente. Elle reproche parfois âprement les trop nombreuses absences de son père dévoré par sa Grande Mission. Elle entrevoit aux détours d'un regard où d'une photo prise à ses dépens, l'immense souffrance de son père et le raconte avec des mots plein de retenue et d'amour perdu.
"Mon père était comme ces athlètes dont il suivait assidûment les performances, ces coureurs qui, au milieu de leur course, sont victimes d'un claquage (…); ils ont un masque de douleur, lorsqu'ils quittent le stade à cloche-pied, soutenus par un soigneur. A partir de ce mois de novembre, mon père a porté ces traits qui lui rayaient le visage".
Ce livre est empreint d'une telle tristesse qu'il vous poigne le coeur. Un livre tellement bouleversant qu'à plusieurs reprises il en est tombé de mes mains.
A lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          338
1967fleurs
  16 mars 2016
Clémence est la fille du Juge anti-terroriste, Gilles Bouloque exerçant dans les années 80 à Paris.
....terrorisée à son tour, par la traque des terroristes que son père menait contre eux....
Pourquoi ce choix de lecture ? : La vague des attentats perpétrés à Paris et dans le monde a retenti en moi. J'ai aussi repensé à Salman Rusdhi et ses versets sataniques... très impressionnée à l'adolescence par cette chasse à l'écrivain, sa condamnation à mort pour le reste de sa vie, son exil....
Je plonge dans cette lecture irrégulièrement, mais elle me capte à chaque fois que j'y reviens....
C'est une écriture empreinte de gravité au fil des pages. Une pesanteur s'installe lentement. On sent le silence qui va sonner le glas de la mort du père de Clémence....
Elle nous fait alors découvrir combien elle grandit dans la solitude, protégée et surveillée comme une enfant de chef d'Etat à la fois dans l'attente du retour de son père, mais aussi dans sa conscience d'enfant, qu'elle va le perdre inévitablement...
Elle raconte avec sa lucidité d'adulte mais aussi avec son regard d'enfant demeuré intact, ses souvenirs, ses ressentis....
On comprend donc sa marche avancée vers l'inacceptable....inévitable....
Après l'inculpation de son père pour violation du secret de l'instruction, les souvenirs de Clémence se font plus flous "les quelques mois qui ont suivi ne me parviennent pas avec netteté, comme s'ils auraient été dépolis par cette affaire".
Puis dans la nuit du 12 au 13 décembre, son père met fin à sa vie en se tirant une balle dans la tête dans l'appartement familial. La vie de Clémence bascule, je retiens le mot "hurlement" écrit plusieurs fois....
A partir de la page 108 (le livre fait 129 pages) ....., fleur a eu beaucoup de mal, à lire, à ne pas pleurer..... les ressentis, la douleur de Clémence m'ont fait écho....dans cette absence qui manque à sa vie au quotidien, cette quête de recherche de son père dans "ses objets", restés discrètement présents afin de ne pas le faire mourir une deuxième fois.
Elle finit par cette phrase : "je n'ai pas échappé à mes souvenirs, ces souvenirs sont comme une chance qui blesse"....
voilà toute l'émotion de Clémence que je vous partage....à ma façon....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
cathe
  19 septembre 2015
Le juge Boulouque, çà vous dit quelque chose ? Mais si, les attentats de 1986 (rue de Rennes, etc…), le terrorisme, l'affaire Gordji, le « Pouvez-vous me dire droit dans les yeux…. » de Chirac à Mitterrand, l'Iran…et le juge anti-terroriste Gilles Boulouque. Sa fille Clémence avait une dizaine d'années alors, et sa vie de petite fille a basculé à partir de cette année-là. Son père est menacé, des gardes du corps ne le quittent pas, elle-même ne peut plus sortir seule avec ses camarades. La pression politico-médiatique se fait plus forte sur lui, il est pris à parti par la presse, inculpé pour avoir brisé le secret de l'instruction. Et le 13 décembre 1990 il se suicide. Bien sûr Clémence ne comprend pas. Comment a-t-il pu les abandonner, comment a-t-il pu choisir leur souffrance plutôt que sa souffrance à lui ?
Sans pathos, Clémence retrace les dernières années passées avec son père en essayant de retenir au maximum les souvenirs qui lui restent. Il en est un particulièrement émouvant, c'est quand elle se souvient que, quelques jours avant le suicide de son père, elle lui a refusé de s'asseoir à côté d'elle sur le canapé pour regarder la télé, il fallait rentrer plus tôt lui dit-elle…
C'est son premier livre. Elle l'a écrit alors qu'elle était à New-York en septembre 2001 et que le terrorisme la « rattrapait » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Vermeer
  17 novembre 2015
Très beau témoignage, très émouvant et très pudique de Clémence Boulouque, fille du juge Boulouque en charge du dossier des attentats parisiens de 1986. Enfant, elle a connu les menaces de mort, les phrases assassines. Elle a treize ans lorsqu'en 1990, son père se suicide d'une balle dans la tête. Elle raconte sa peine immense, essaie de faire revivre son père, un homme sensible. Elle tente de comprendre ses sentiments, ses difficultés à faire face à la pression. Elle le réhabilite sans en faire pour autant un héros, sans chercher à expliquer son geste. Ce livre m'a beaucoup touchée.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
LePoint   29 février 2016
Une délicate évocation en miroir d'Audrey Hepburn, l'actrice mythique. Élégance garantie.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
1967fleurs1967fleurs   27 novembre 2015
Sans lui, j'avais tout perdu. Lui. Mes gardes du corps. Les yeux rieurs de ma mère. J'avais même perdu des mots. "Parents", "Papa". Je ne les prononcerai plus.

La nuit, je répétais ces deux syllabes à voix basse, pa-pa, continuellement, jusqu'à m'endormir. C'était devenu le mot le plus long de la terre. Il écrasait "anticonstitutionnellement", et de loin. Le jour, je sentais les larmes monter lorsque j'entendais dans la rue un petit enfant chanceux appeler son père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PetitebijouPetitebijou   26 novembre 2011
J'ai peur qu'il ne se soit brûlé dans un unique instant, dans une lassitude qu'il a crue sans fin. Qu'il ait pensé, en dernier lieu, qu'il ne nous était pas nécessaire. Qu'il était pesant. Qu'il n'ait pas su qu'il allait effroyablement nous manquer. Que même dans nos conflits, c'était sa présence que je cherchais. Que griffer quelqu'un c'est encore une façon de toucher sa peau. Et que je ne m'étends plus jamais de tout mon long sur un canapé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
1967fleurs1967fleurs   16 mars 2016
Mon père était déjà à l'appartement, à six heures, lorsque nous sommes rentrées. Il était là avec son visage qui saignait de l'intérieur, sa bouche statique de douleur. Je n'ai pas posé mon cartable, me suis précipitée vers lui et ses bras se sont refermés sur moi, mais j'ai senti que j'étais blottie dans le vide. Il s'était déjà absenté.
Commenter  J’apprécie          60
1967fleurs1967fleurs   27 novembre 2015
Ce bruit, comme un bouchon de champagne, comme un objet lourd qui tombe sans se briser, ce bruit sourd, sec et si bref.

Mon frère a bondi dans la chambre que mon père venait de gagner. Puis il a saisi le téléphone dans le couloir, composé le 18 et prononcé quelques mots. Les mains glacées et la respiration suspendue, je vois mon frère debout, dans une lumière jaunâtre.

Gilles Boulloque vient de se tirer une balle dans la tête, 119, rue Caulaincourt
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LarchiduchesseLarchiduchesse   19 août 2013
Au début, j'ai compté les minutes qui me séparaient de sa mort, puis les heures, les jours. Parfois, je me surprends à calculer encore son absence en mois quand, déjà, les années sont si nombreuses à s'être glissées entre nous. Je change sans cesse l'unité de mesure de cette distance. J'arpente les dimensions de l'absence.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Clémence Boulouque (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clémence Boulouque
Clémence Bouloque publie « Un instant de grâce », un roman sur Audrey Hepburn. Pour Entrée Libre, l?écrivaine revient sur la carrière de l?actrice américaine, icône du cinéma hollywoodien, avec des films cultes comme « Funny Face », Diamants sur canapé », « Vacances romaines »?
Du lundi au vendredi à 20h15, Claire Chazal explore les multiples formes de la culture. Au menu, l'actualité culturelle des dernières 24 heures, des reportages sur des sujets éclectiques, ainsi que des rencontres avec des personnalités du monde des arts plastiques, du spectacle vivant, du cinéma et de la musique. Une fois par mois, un invité prend les commandes de l'émission et propose ses choix culturels.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
autres livres classés : pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1136 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..