AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070228770
Éditeur : Gallimard (22/01/1981)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Le Mont Analogue, "roman d'aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentique," est la relation fantaisiste, mais pleine de sens, d'une expédition vers une montagne rendue invisible par la courbure de l'espace. Son ascension permet d'accéder aux plus hauts secrets spirituels.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  01 septembre 2015
Voilà un de ces sommets qu'on ne peut jamais parcourir jusqu'au bout. René Daumal, commençant la rédaction Du Mont analogue en 1939, apprit la même année qu'il était condamné par la tuberculose. Il mourut en effet peu de temps après, en 1944, et laissa un roman inachevé, dans l'élan d'une phrase suspendue par une virgule. Il ne manquait, vraisemblablement, plus que deux chapitres.

Comme l'indique le sous-titre de l'ouvrage, l'expédition vers le Mont analogue est un « roman d'aventures alpines non-euclidiennes ». La troupe qui s'embarque pour l'ascension de cet étrange massif illustre en effet les étrangetés permises par la théorie récente de la relativité restreinte :

«Vous savez […] qu'un corps quelconque exerce une action répulsive […] sur les rayons lumineux qui passent près de lui. le fait, prévu théoriquement par Einstein, a été vérifié par les astronomes Eddington et Crommelin, le 30 mai 1919, à l'occasion d'une éclipse de soleil; ils ont constaté qu'une étoile pourrait encore être visible alors qu'elle se trouve déjà, par rapport à nous, derrière le disque solaire. Cette déviation, sans doute, est minime, mais n'existerait-il pas des substances encore inconnues —inconnues, d'ailleurs, pour cette raison même, capables de créer autour d'elles une courbure de l'espace beaucoup plus forte? Cela doit être car c'est la seule explication possible de l'ignorance où l'humanité est restée jusqu'à présent de l'existence du Mont Analogue.»

On ne reviendra pas sur la facilité avec laquelle la troupe embarquée pour l'exploration Du Mont analogue parvient à braver cette difficulté : après tout, nous sommes aux premiers temps de la physique quantique et ses promesses permettent un enthousiasme qui pourrait expliquer comment notre groupe d'aventuriers réussit à découvrir le territoire sur lequel se situe le Mont Analogue. C'est comme lorsque du verre entre en résonance sous l'effet d'une certaine fréquence d'onde : ainsi, si chaque membre du groupe s'aligne sur une même fréquence, fonde sa cohésion dans la réalisation d'un objectif précis, le groupe réalisera le bond quantique que de moins tenaces ne réussirent pas à accomplir.

La découverte de l'île mystérieuse et de ses habitants constitue la première étape d'une expérience d'abolition de soi et de mise au rebut des attributs rassurants de ce qu'on croit être une identité. René Daumal cherche à confronter ses personnages au dépouillement de soi afin qu'ils escaladent, proche du néant et de l'absolu, le mont le plus élevé qu'il existe sur Terre. Nous n'en saurons pas davantage, mais j'imagine que le récit aurait pu se poursuivre avec le dénuement progressif, voire la disparition successive, de tous les compagnons d'aventure encore trop immatures pour réaliser l'oeuvre d'ascension spirituelle demandée par le Mont analogue. Rien de bien original ici, et René Daumal se montre très suggestif, déambulant avec ses gros souliers dans le magasin de porcelaine du roman. Il est bien meilleur dans ses essais et à ce titre-là, l'annexe du Traité d'alpinisme analogique résume de façon plus poétique et plus condensée ce Mont analogue. Il se suffit d'ailleurs à lui seul pour nous réconforter de l'inachèvement du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
lecassin
  15 février 2013
« le Mont Analogue », si l'on en croit son sous-titre est un « roman d'aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques ». Il s'agit surtout un roman inachevé que René Daumal composa entre 1936 et sa mort de la tuberculose en 1944 ; et qui se termine en cours de chapitre V par : « Or ces guêpes, en butinant les fleurs, assuraient leur fécondation. Sans elles, une quantité de plantes qui jouent un grand rôle dans la fixation des terrains mouvants, »…
Les cinq chapitres qui composent l'ouvrage, leurs titres et le mini résumés qu'ils comportent font immanquablement penser à Jules Verne :
I. Qui est le chapitre de la rencontre
II. Qui est celui des suppositions
III. Qui est celui de la traversée
IV. Où l'on arrive, et où le problème de la monnaie se pose en termes précis
V. Qui est celui de l'installation du premier camp
Un récit de voyage, récit initiatique, conte philosophique…comme on voudra, mais surtout un récit issu de l'imagination débordante de son auteur, un temps proche des surréalistes : la base du Mont Analogue, une montagne qui gagne le ciel et relie la terre à l'au-delà, n'est elle pas découverte bien dissimulée et inaccessible à la vue du fait d'une courbure de l'espace ?
L'expédition montée pour vaincre le Mont Analogue arrivera-t-elle à destination. Nous ne le saurons jamais… Peut-être est-elle encore en route ? A-t-elle atteint l'au delà ? … Nous entrons en pataphysique…
Un ouvrage bien singulier qui n'a pas manqué de me rappeler « La découverte australe » de Restif de la Bretonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LucienRaphmaj
  23 janvier 2016
On devrait arracher le corps des pages de "Premier de cordée" de Frison Roche et mettre ces pages claires, intelligentes et mystérieuses du "Mont Analogue" (écrit à la même époque, autour de 1941 je crois).
Daumal, que je ne connaissais que par ses poèmes et le "Grand Jeu", donne dans ce livre inachevé hélas par sa mort (on a le plan des derniers chapitres et d'ailleurs je m'étonne qu'il n'ait prévu que 7 chapitres, quand on aurait pu imaginer 1000 péripéties à l'aventure de la grimpée du Mont Analogue) un livre qui a la candeur des mythes, la noirceur cachée des vrais pessimistes, la beauté de l'imagination, et la passion essentielle pour le sujet même - l'alpinisme de l'impossible.
Que la "La montaña sagrada" de Jodorowsky soit "inspirée" de ce livre est incroyablement étonnant : on y retrouve un peu de folie, une capacité à lire le récit au-delà du sens premier, mais rien de l'exhubérance du film de Jodorowsky. Non, une belle langue épurée, capable d'atteindre l'air raréfié des sommets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Athouni
  24 juillet 2013
Roman inachevé (la tuberculose emporta René Daumal trop tôt), fortement imprégné d'un fantastique scientfique à la Wells selon les propres notes d'intention de l'auteur, le Mont Analogue est un conte philosophique qui mérite qu'on s'y attarde. le mont qui donne son nom au roman est une montagne encore inexplorée, plus élevée que l'Everest, qu'aucun avion ne pourra jamais survoler mais dont la base est accessible à qui sait déjouer son invisibilité. Ce mont, René Daumal le situe sur une île, lieu privilégié des mystères, de l'imagination et de l'utopie
Le récit offre plusieurs niveaux de lecture : il peut être lu à la manière d'un roman d'aventures alpines narrant l'expédition vers le Mont Analogue puis son ascension. Mais ce roman est aussi (et surtout) un récit symbolique : la quête spirituelle des personnages renvoie à celle de l'auteur lui-même. Dans ses correspondances à propos de ce livre, Daumal écrivait "je me sens engagé à parler maintenant de l'existence d'un autre monde, plus réel, plus cohérent, où existent du bien, du beau, du vrai".
NB : lorsque je cherchais des informations sur ce livre, qu'un ami m'avait conseillé, j'étais tombé sur cette étude (qui m'a fortement donné envie de lire ce livre) et qui a sans aucun doute fonctionné pour moi comme une grille de lecture : http://audreycamus.info/en/fulltext/le-mont-analogue-la-tradition-de-l-ile-imaginaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BVIALLET
  01 mai 2012
Dans un de ses articles, un jeune journaliste émet, sous forme de canular, l'hypothèse de l'existence du Mont Analogue, montagne inconnue, inexplorée, plus élevée que l'Everest et qui serait une sorte de centre originel du monde et un moyen particulier de communication avec l'au-delà. Un savant ésotériste plutôt original le prend au mot et lui propose de mener une expédition vers le sommet mythique. Très vite une petite dizaine de personnalités de divers domaines scientifiques adhèrent au projet. Un Anglais fortuné met à leur disposition un yacht pour aller explorer le Pacifique et accoster à la base Du Mont qui existait réellement : c'est la courbure de l'espace qui empêchait de le voir. L'expédition peut se mettre en route...
Que découvrira-t-elle ? Aucun lecteur jamais ne le saura car l'oeuvre poétique de Daumal restera pour toujours inachevée, l'auteur étant mort de tuberculose avant d'en avoir achevé l'écriture. En apparence, récit d'exploration dans un style classique type Jules Verne, le Mont Analogue est beaucoup plus que cela. Il peut se lire à différent niveaux : symbolique, philosophique et même mystique. « Dans la circonstance, elle (la littérature) éveille doublement, car toutes les phrases portent. Cela tient à l'intelligence très personnelle de René Daumal et à ce qu'on pourrait appeler son lyrisme de l'ironie », déclara en son temps Roger Nimier. Pour mon humble part, j'ajouterai que cet ouvrage est à classer aux côtés des classiques du conte philosophique tels « Siddartha » (H.Hesse), « Le petit Prince » (Saint-Exupéry) ou « Le baron perché » (Italo Calvino), autant dire les plus grands dans ce genre très particulier... Ecrit en 1939, un peu délaissé aujourd'hui, cette fable qui fut culte chez les hippies des années soixante (éloge du développement personnel, mentalité new-age, rejet de la consommation, du machinisme, retour à la nature et à la vie communautaire) est toujours d'actualité tant cet auteur trop tôt disparu fut un visionnaire.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   17 juin 2016
Encore une fois, ne médisons pas de ces gens qui, découragés par les difficultés de l’ascension, se sont installé sur le rivage et en basse montagne et s’y sont fait leur petite vie ; leurs enfants, au moins, grâce à eux, grâce aux premiers efforts qu’ils ont fait pour venir jusqu’ici, n’ont pas ce voyage à faire. Ils naissent sur le rivage même du Mont Analogue, moins soumis aux néfastes influences des cultures dégénérées qui fleurissent nos continents, en contact avec les hommes de la montagne, et prêts, si le désir en eux se lève et si l’intelligence s’éveille, à entreprendre le grand voyage à partir du lieu où leurs parents l’ont abandonné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
colimassoncolimasson   23 juin 2016
Souvent, d’ailleurs, aux moments difficiles, tu te surprendras à parler à la montagne, tantôt la flattant, tantôt l’insultant, tantôt promettant, tantôt menaçant ; et il te semblera que la montagne répond, si tu lui as parlé comme il fallait, en s’adoucissant, en se soumettant. Ne te méprise pas pour cela, n’aie pas honte de te conduire comme ces hommes que nos savants appellent des primitifs et des animistes. Sache seulement, lorsque tu te rappelles ensuite ces moments-là, que ton dialogue avec la nature n’était que l’image, hors de toi, d’un dialogue qui se faisait au-dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Charybde2Charybde2   20 juin 2014
COMPLAINTE DES ALPINISTES MALCHANCEUX
Le thé sent l’aluminium, douze paillasses pour trente hommes, c’est vrai que ça tenait chaud, mais ils sont partis plus tôt, dans l’air en lames de rasoir, entre le blanc et le noir.
Ma montre s’est arrêtée, la tienne s’est embrouillée, on est tout gluants de miel, y a des grumeaux dans le ciel, on part qu’il fait jour déjà, le névé jaunit déjà, les cailloux pleuvent déjà, y a du froid dans la main lourde, y a du pétrole dans la gourde, y a de la gourde dans les doigts, et la corde a des raideurs d’hérisson de ramoneur.
La cabane était puceuse, et disgracieux les ronfleurs, j’ai la gelure à l’esgourde, tu as l’air d’une macreuse, je n’ai pas assez de poches, tu retrouves ma boussole dans un noyau de pruneau, j’ai oublié mon couteau, mais tu as ta brosse à dents.
Y a vingt-cinq mille heures qu’on monte, et on est toujours en bas, empâtés de chocolat, nous taillochons le verglas, nous grippons dans du fromage, y a de l’âcreur dans le nuage, on y voit blanc à deux pas.
Halte un peu qu’on se ménage, voilà mon sac qui s’ébat, en me décrochant le coeur ; il gambade vers l’en-bas, y a des trous plus noirs que verts, des glouglous, des chemins de fer, dix mille sacs sur la moraine, des faux sacs et des vrais trous, et des sales gros croquenjambes ; enfin voilà mon schaos, mets ta bouillie sur mon dos, mutissons-nous de noyaux de prudence et de pruneaux.
La rimaie va crever de rire, nous enfonçons jusqu’aux barbes, voilà l’espace qui grésille, on s’est trompé de touloir, nos genoux claquent des dents, le gendarme se défend, j’ai un bloc dans la mémoire, un surplomb dans l’estomac, on ne peut plus dire que soif, et j’ai deux gros doigts vert pâle.
On n’a pas vu le sommet, sauf la boîte de sardines, on coinçait tous les rappels, on passait sa vie entière à démêler la ficelle. On est tombé dans des vaches. "Z’avez fait une jolie course ?" – "Epatante, Monsieur, mais dure".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   20 juillet 2016
- Vous voyez ce que je dois faire pour gagner ma croûte, me dit-il. J’aurai voulu vous recevoir mieux...
- Je croyais que vous travailliez dans la parfumerie, interrompis-je.
- Pas seulement. J’ai aussi à faire dans une fabrique d’appareils ménagers, une maison d’articles de camping, un laboratoire de produits insecticides et une entreprise de photogravure. Je m’engage partout à réaliser les inventions jugées impossibles. Jusqu’ici, cela a réussi, mais comme on sait que je ne puis rien faire d’autre, dans la vie, que d’inverter des absurdités, on ne me paie pas gros. Alors, je donne des leçons d’escalade à des fils de famille fatigué du bridge et des croisières. Mettez-vous donc à votre aise et faites connaissance avec ma mansarde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
colimassoncolimasson   18 septembre 2015
Note bien dans ta mémoire les circonstances de ta chute, mais ne permets pas à ton corps d’en remâcher le souvenir. Le corps cherche toujours à se rendre intéressant par ses tremblements, ses essoufflements, ses palpitations, ses grelottements, ses sueurs, ses crampes. Mais il est très sensible au mépris et à l’indifférence que lui témoigne son maître. S’il sent que celui-ci n’est pas dupe de ses jérémiades, s’il comprend qu’il n’y a rien à faire pour l’apitoyer, alors il reprend sa place et accomplit docilement sa tâche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de René Daumal (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Daumal
Performance qui s'est déroulée le mercredi 12 juin à 20h à la Maison de la Poésie de Paris. Pacôme Thiellement & Olivier Mellano « Dans le labyrinthe »
Pacôme Thiellement et Olivier Mellano confrontent leurs disciplines pour inventer "la conférence improvisée", une expérience où, dans un aller-retour constant, la pensée sera mise en mouvement par le son et la musique sera mûe par le sens. Partant des thèmes de prédilection de Pacôme Thiellement, ces chemins bifurqueront vers des espaces encore inexplorés... « En 1945 à Nag Hammadi, des paysans découvrent une jarre contenant des codex gnostiques : évangiles, poèmes, descriptions métaphysiques, propositions éthiques. (...) Ces pensées et visions entrent en résonance avec ce que les poètes ont apportés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe, de William Blake à André Breton, de Gérard de Nerval à René Daumal. Tout cela s?apparente à une révolution, à la fois spirituelle et politique, qui n?a pas encore été décrite et qui, pourtant, est déjà là. » Pacôme Thiellement
+ Lire la suite
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
303 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre